La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « dondon »

Dondon

Définitions de « dondon »

Trésor de la Langue Française informatisé

DONDON1, subst. fém.

Fam. et péj. Femme ou fille qui a beaucoup d'embonpoint. Vieille dondon. De fortes dondons aux corsages voyants (Dorgelès, Croix de bois,1919, p. 178):
... elle demeura comme un modèle de Rubens, en gardant une beauté virile que ses rivales de la rue de Normandie calomniaient en la qualifiant de grosse dondon. Ses tons de chair pouvaient se comparer aux appétissants glacis des mottes de beurre d'Isigny; et, nonobstant son embonpoint, elle déployait une incomparable agilité dans ses fonctions. Balzac, Le Cousin Pons,1847, p. 45.
[Avec un poss.] Hélas! fit Bastien, qui pensait à sa dondon et à l'impossibilité où il était de recevoir chez lui le moindre personnage officiel (L. Daudet, Am. songe,1920, p. 15).
Rem. On rencontre ds la docum. dondon au masc. Tout ce que l'on sait, c'est qu'il [Descartes] a fait un enfant à sa bonne. (...) J'eusse préféré apprendre qu'il eut fait un enfant par exemple à Christine de Suède. − Comment, à ce dondon! s'esclaffa Paul (Cendrars, Bourlinguer, 1948, p. 364).
Prononc. et Orth. : [dɔ ̃dɔ ̃]. Ds Ac. dep. 1718. Étymol. et Hist. 1579 [les domdaines duquel mot la souvenance demeure en ceste façon de parler] c'est une grosse domdom (H. Est, Precell. du lang. franç., p. 372, Feugère ds Gdf.). Dér. de la racine onomatopéique dond- exprimant le balancement; suff. -on*, avec redoublement expressif de la voyelle prob. d'apr. dondaine*, p. anal. de forme, la dondaine étant grosse et courte. Fréq. abs. littér. : 13. Bbg. Morin (Y.C.). The phonology of echo-words in french. Language. Baltimore. 1972, t. 48, p. 105. − Sain. Sources t. 1 1972 [1925], p. 442; t. 2 1972 [1925], p. 11.

DONDON2, DONDAINE, onomat. et subst. masc.

I.− ONOMAT. [Utilisé dans les refrains de certaines chansons populaires] La farida dondaine, gai! la farida dondé (Béranger, Chans.,t. 1, 1829, p. 94).Son mari m'a fermé sa maison, digue dondaine, digue dondon (Laforgue, Complaintes,1885, p. 167).
II.− Subst. masc., vx. Onomatopée d'un bruit de cloche. Vous vous rappelez, dans les « Nozze di Figaro », le tintin et le dondon par lesquels Suzanne rappelle si plaisamment le bruit de la sonnette du comte Almaviva (Stendhal, Haydn, Mozart et Métastase,1817, p. 149).
Rem. On rencontre ds la docum. une attest. du verbe dondonner. Monsieur Lignières se mit à dondonner la messe avec ses deux cloches (Giono, Eau vive, 1943, p. 167).
Prononc. : [dɔ ̃dɔ ̃]. Étymol. et Hist. 1564 ([Rabelais], Cinquième Livre, éd. Ch. Marty-Laveaux, t. 3, p. 27 : Ils s'en repentiront dondaine : ils s'en repentiront don don). Redoublement expressif de la racine onomatopéique dond- exprimant le balancement; cf. déjà en a. fr. triquedondela dans un refrain, v. G. Thurau, Der Refrain in der französischen Chanson, Berlin 1901, p. 94. V. FEW t. 3, p. 138b. Fréq. abs. littér. : 7.

Wiktionnaire

Nom commun - français

dondon \dɔ̃.dɔ̃\ féminin

  1. (Familier) Femme ou fille qui a beaucoup d’embonpoint.
    • Une grosse dondon.
    • Il avait la mine du chef des eunuques au marché des esclaves découvrant une Vénus parmi des dondons. — (Victor Hugo, Les Misérables, 1862)
    • Le conducteur fouille dans son escarcelle et rend la monnaie à l’énorme dondon qui déborde de la banquette. — (Joris-Karl Huysmans, Le Drageoir des épices, 1877)
    • « Il n’y a pas à dire, chez ces dondons tout part en saindoux, leur langue ne leur sert qu’à avaler, elles ne pensent qu’à profiter pour se nourrir. » — (Hervé Bazin, Chapeau bas, Seuil, 1963, Le Livre de Poche, page 244)
    • « une grosse dondon française accompagnée d’un jeune gommeux », nota-t-il en marge de son catalogue. — (Georges Perec, Un cabinet d’amateur, 1979, Le Livre de Poche, page 61)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DONDON. n. f.
Femme ou fille qui a beaucoup d'embonpoint. Une grosse dondon. Il est familier.

Littré (1872-1877)

DONDON (don-don) s. f.
  • 1Femme ou fille qui a beaucoup d'embonpoint et de fraîcheur. Une grosse dondon. Une jolie dondon. Cependant la reine Didon Perdait sa face de dondon, Scarron, Virg. trav. dans LEROUX, Dict. comique.
  • 2 S. m. Un des noms vulgaires du dronte.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « dondon »

Ce mot paraît avoir de l'analogie avec dondaine et même avec dodu. Mais, dans l'état actuel, on ne peut rien dire de plus.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Plusieurs étymologies sont proposées :

Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « dondon »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
dondon dɔ̃dɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « dondon »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « dondon »

  • Selon le dictionnaire français, le mot «dondon» signifie une femme corpulente, bien en chair. Or les montagnes encerclant Dondon de toutes parts, reflètent les formes généreuses d’une dame plantureuse, nous fait remarquer notre hôte, Henri David Eustache, vice-coordonnateur de l’Association des Dondonnais en Action. l-express.ca, Spéléo aventure à Dondon : la Voûte à Minguet

Traductions du mot « dondon »

Langue Traduction
Anglais dondon
Espagnol dondon
Italien dondon
Allemand dondon
Chinois 唐东
Arabe دوندون
Portugais dondon
Russe дондон
Japonais ドンドン
Basque dondon
Corse dondon
Source : Google Translate API

Synonymes de « dondon »

Source : synonymes de dondon sur lebonsynonyme.fr

Dondon

Retour au sommaire ➦

Partager