La langue française

Dolorisme

Sommaire

  • Définitions du mot dolorisme
  • Étymologie de « dolorisme »
  • Phonétique de « dolorisme »
  • Évolution historique de l’usage du mot « dolorisme »
  • Citations contenant le mot « dolorisme »
  • Traductions du mot « dolorisme »

Définitions du mot « dolorisme »

Trésor de la Langue Française informatisé

DOLORISME, subst. masc.

A.− Goût ou étalage de la douleur; complaisance à la douleur. La spiritualité orthodoxe ignore les stigmates, tout dolorisme lui demeure étranger (Philos., Relig., 1957, p. 5202):
... le dolorisme a beau se délecter dans les tortures, il reste dérisoirement prisonnier de l'hédonisme, et le même problème se reforme sans cesse après la substitution; ... Jankélévitch, L'Austérité et la vie morale,Paris, Flammarion, 1956, p. 241.
B.− HIST. LITTÉR. Doctrine qui a donné naissance à un mouvement littéraire qui exalte la douleur en lui attribuant une haute valeur morale, un rôle transformateur et générateur d'activité créatrice. Manifeste du dolorisme de J. Teppe, 1935.
Rem. On rencontre ds la docum. doloriste a) Subst. Celui, celle qui se complaît dans la (sa) douleur, qui y trouve plaisir et justification. Le plaisir du doloriste, c'est la douleur propre, dont il fait un objet de délectation spécial; sa jouissance est dans la souffrance comme celle du voluptueux est dans la volupté (Jankél., Traité des vertus, Paris, Bordas, La Haye, Mouton, 1968, t. 1, p. 43). b) Adj. Qui est propre au dolorisme (sens B). Le chiasme doloriste des modernes, qui est l'interversion du plaisir et de la douleur (Id., op. cit., 1956, p. 237).
Prononc. : [dɔlɔ ʀism̥]. Étymol. et Hist. 1919, 6 mars (Le Temps, p. 3). Dér. sav. du lat. class. dolor, v. douleur, suff. -isme*. Fréq. abs. littér. : 1. Bbg. Dub. Dér. 1962, p. 36.

Wiktionnaire

Nom commun

dolorisme \dɔ.lɔ.ʁism\ masculin

  1. Complaisance à la douleur.
    • Une remarque sur la structure de la narration, confirme la fonction de Homais en parataxe au dolorisme de l’héroïne. — (Le Haut & Le Bas - essai, Michèle Breut, 1994, Rodopi)
  2. (Religion) Doctrine attribuant à la douleur une valeur morale, esthétique et intellectuelle.
    • Je m'érige à ce propos contre le dolorisme chrétien qui constitue une mécompréhension profonde du message des Évangiles. Jésus n'a jamais fait l'éloge de la souffrance et il n'y a aucun masochisme dans sa démarche qui a simplement consisté à accepter de souffrir par fidélité à la vérité. — (Frédéric Lenoir, Petit traité de vie intérieure, Plon (« Pocket »), 2010, p. 134.)
    • La douleur, la souffrance ne sont jamais bonnes par elles-mêmes : le spinozisme s’oppose et à l’ascétisme et au dolorisme […] — (Baruch Spinoza et Robert Misrahi, Éthique, 2005, p. 435)
    • Vous saviez que les acteurs anglais avaient récupéré les costumes des prêtres catholiques après la rupture de Henri VIII avec le pape ? Un costume n’est pas innocent. Les acteurs auraient dû refuser les habits ecclésiastiques car, depuis, la religion a fait irruption dans l’art. La croyance, l’esprit de sérieux et le dolorisme sont devenus notre malédiction. — (Martin Page, L’apiculture selon Samuel Beckett, Éditions de l’Olivier, 2013, pp. 41-42.)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « dolorisme »

Attesté dans Le Temps, page 3, du 6 mars 1919. Dérivé savant du latin classique dolor (« douleur ») suffixé par -isme.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « dolorisme »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
dolorisme dɔlɔrism

Évolution historique de l’usage du mot « dolorisme »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « dolorisme »

  • Même sans être d'accord avec François Ruffin, il faut lui reconnaître une aptitude, rare en politique, à penser le monde qui l'entoure. Il y a chez ce Picard éduqué chez les jésuites une austérité, une ascèse et un dolorisme qui tranchent avec le trublion politique qu'il donne parfois à voir sur les bancs de l'Assemblée nationale. Le député Insoumis le jure à plusieurs reprises, il se vit comme un homme « modéré et concret », cerné par la folie des élites politiques et économiques qui auraient perdu pied avec le réel. François Ruffin ne dédaigne pas de jouer au provocateur, mais il reste un homme prudent, qui refuse de s'abandonner à des jugements trop définitifs sur les clivages qui écartèlent la gauche, comme la guerre des chefs ou la laïcité. Entretien. Le Point, François Ruffin : « Nous avons des dirigeants qui ne veulent pas diriger » - Le Point
  • Le dolorisme, en gros, c’est l’idée qu’il y a des bénéfices intellectuels et moraux que nous sommes censés pouvoir tirer de la souffrance et de la maladie.  France Inter, Confinement : Aucune utilité au malheur avec Ruwen Ogien
  • Il y a toujours de multiples manières de traverser une crise et de vivre ce qui arrive. La droitisation des sociétés qui s’accélérait avant l’épidémie ne s’est pas arrêtée comme par magie il y a quelques semaines : ce processus est toujours en cours. Il s’accroît même : nos manières de nous rapporter à ce qui arrive marquent un triomphe des valeurs qui la définissent : dolorisme, familialisme, naturalisme, intolérance aux petites déviances, nationalisme.... Aujourd'hui, l'épidémie est effrayante parce que, en plus des dommages physiques qu'elle provoque, tout indique qu'elle nous entraîne vers l'émergence d'une gouvernementalité qui détruit la vie à travers des formes de cannibalisme moral, d'antimodernisme, et de soumission nationaliste. Les Inrockuptibles, Les “impressions dissonantes” de Geoffroy de Lagasnerie sur la crise en cours
  • Comme à son habitude, Abbas privilégie les appels à la communauté internationale, ainsi qu’une forme de dolorisme économique, menaçant de saborder l’Autorité palestinienne (AP). Son gouvernement a décidé de refuser les recettes fiscales qu’Israël lui doit et qui représentent la moitié de son budget. Au risque calculé d’affamer ses fonctionnaires, moteurs de l’économie, et d’embraser Gaza, où règne un calme suspect, le Hamas laissant l’AP faire étalage de sa faiblesse. Enfin, un contre-plan palestinien, réaffirmant l’attachement aux frontières de 1967, avec échanges territoriaux et démilitarisation, aurait été déposé sur la table du moribond Quartet (Etats-Unis, Union européenne, ONU, Russie). Une impasse, les Américains refusant de considérer toute autre base de discussion que la vision trumpiste, qui vise à dynamiter les paramètres de la solution à deux Etats. Libération.fr, Israël : une complexe partie de poker - Libération
  • À cet abandon est liée la souffrance du fils de Marie. C’est ici que vient se greffer la dévotion du Cœur du Christ. Celle-ci nous permet en effet d’approcher le mystère théologique de sa souffrance, non pour satisfaire une vaine curiosité, ou par dolorisme malsain, mais afin de nourrir notre spiritualité et notre affection pour Jésus. Par-là, cette dévotion rejoindra nos préoccupations actuelles concernant l’apostasie de grande ampleur qui a cours en Occident. Aleteia : un regard chrétien sur l’actualité, la spiritualité et le lifestyle, Non, la dévotion au Sacré-Cœur n’est pas réservée au mois de juin !
  • Le philosophe spécialiste d'éthique avait fait de la maladie, de ses représentations sociales et de la critique du "dolorisme" le sujet de son dernier essai. France Culture, Mort de Ruwen Ogien, penseur de la liberté
  • C’est d’abord en philosophe qu’il examine ce que l’usage que fait la philosophie de la maladie. Fortement influencée par la pensée religieuse, le dolorisme valorise la souffrance, la considère comme moyen d’accéder à une connaissance supérieure de soi et de la vie, à une capacité supérieure d’empathie. Le retrait du monde imposé par la maladie lui permettrait en outre une vie intérieure plus profonde, plus conforme à un idéal de vie philosophique. Avec des arguments différents, la « psychologie positive », avec ses clichés sur la « résilience » et le trop fameux « ce qui ne tue pas fortifie » aboutissent en fin de compte à culpabiliser le malade, ou la victime d’ « accident de la vie » qui ne vit pas sa souffrance comme un défi quasi sportif. Sans nier l’éventuel soulagement apporté par le fait de croire à ces « fantaisies new age », Ruwen Ogien montre que cette projection de la société sur le malade idéal ne saurait être un impératif moral. L'Humanité, L’illusoire vertu de la souffrance, ou la maladie sans métaphysique | L'Humanité

Traductions du mot « dolorisme »

Langue Traduction
Anglais dolorism
Espagnol dolorismo
Italien dolorism
Allemand dolorismus
Chinois 独裁主义
Arabe الآلام
Portugais dolorismo
Russe dolorism
Japonais ドロリズム
Basque dolorism
Corse dolorsu
Source : Google Translate API
Partager