La langue française

Diégétique

Définitions du mot « diégétique »

Wiktionnaire

Adjectif

diégétique \dje.ʒe.tik\ masculin et féminin identiques

  1. (Narratologie) Qui relève de la narration
    • Le niveau diégétique.
  2. (Narratologie) Qui relève de la diégèse, c’est-à-dire qui fait partie de l’action ou qui est liée aux événements dans une œuvre de fiction.
    • Dans cette scène du film, la musique est un son diégétique car elle peut être entendue par les personnages.
    • La diégétique est ce qui se rapporte ou appartient à l’histoire, donc qui appartient strictement à l’univers fictif — (G. Gourdeau, Analyse du discours narratif, Magnard, 1993)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « diégétique »

Du grec ancien διήγησις, diếgêsis (narration).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « diégétique »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
diégétique dieʒetik

Évolution historique de l’usage du mot « diégétique »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « diégétique »

  • 2Ce premier jalon transhistorique étant posé, Stéphan Etcharry et Jérôme Rossi soulignent d’emblée la persistance mais aussi le caractère éminemment modélisant du répertoire classique ainsi défini dans la musique de film. Ils évoquent ainsi, à l’aide d’exemples variés, ses fonctions de renforcement diégétique et d’ancrage historique, de citation et d’intertexte, d’effacement des bruits diégétiques pour y substituer des « univers émotionnels parallèles » (p. 30) tendant à la reconstruction d’un imaginaire individuel ou à la convocation des souvenirs et charges affectives intimes de celui que Michel Chion a désigné du nom éloquent d’« audio‑spectateur2 ». Le traitement spécifique dont Stanley Kubrick fait l’objet dans la dernière partie de cette introduction, y apparaissant tout autant comme outsider que comme fédérateur des différentes dimensions évoquées, ne surprendra ni le spécialiste ni l’habitué des salles obscures rompu aux modes de stimulation musicale aussi divers qu’inédits pratiqués tout au long de sa carrière par le cinéaste. L’une des caractéristiques majeures de son œuvre est en effet son entreprise systématique de revalorisation de la musique comme le montre Benjamin Lassauzet dans son article « 2001 : l’odyssée du spectre » (p. 373) où sont successivement mises en lumière la propension du cinéaste, dans le film concerné, à structurer son propos autour d’une « intensité sonore décroissante » (p. 373) ainsi que son aptitude à utiliser avec discernement le spectre harmonique en relation avec la thématique du Surhomme (p. 376). L’ouvrage pluridisciplinaire consacré, en 2012, à l’emploi de la musique dans les films de Kubrick3, avait déjà valu à celui‑ci, sous la plume de certains spécialistes, les étiquettes éloquentes de « cinéaste compositeur4 », de « poète musical et visuel avant tout5 », voire de « re‑compositeur6 » en raison de sa propension à jouer sans limites des virtualités des paysages sonores déployés entre étrangeté, inattendu, défamiliarisation et brouillages perceptifs. À tout seigneur tout honneur, c’est d’ailleurs à lui, pionnier et inspirateur, passé maître dans l’art multiforme de la citation musicale, que St. Etcharry et J. Rossi font un ultime retour au début de leur conclusion. Cette dernière, loin d’être une simple récapitulation, ouvre de riches perspectives autant musicologiques qu’interartistiques, postulant la nécessité de concevoir les différents contextes filmiques d’apparition d’une musique donnée comme « autant d’analyses de type structurel, narratif, voire émotionnel de cette musique » (p. 422). Ce postulat est d’autant plus intéressant et informé qu’il vient clôturer un ouvrage faisant référence aussi bien à des cinéastes dont le tropisme musical est célèbre, voire confine à l’obsession, qu’à des cinéastes, sans doute plus rares, chez lesquels l’irruption de la musique fait événement, tel Pialat, connu pour son « usage parcimonieux de la bande musicale » comme le souligne Grégoire Tosser dans son article « Vicissitudes cinématographiques du Cold Song de Purcell » (p. 107). , 2019, odyssée d’un espace de réflexion : musique classique & cinéma (Acta Fabula)
  • Situé lors de la première invasion mongole du Japon, Ghost of Tsushima suit Jin Sakai, un samouraï déchu dans une quête pour venger son clan perdu alors qu’il recourt à des tactiques déshonorantes pour inverser le cours de la guerre. Le jeu vise à se distinguer par une interface hautement diégétique et un monde ouvert immersif qui utilise le moins possible les waypoints traditionnels et autres conventions du genre. Breakingnews.fr, Ghost Of Tsushima devient officiellement or, déclare le développeur Sucker Punch
  • Bien sûr, on pourra aussi, selon sa sensibilité, et tandis que l’ouvrage se déploie de plus en plus comme un chausse-trappes méta entre la réalité de son auteur et l’absurde du diégétique, y lire une critique amoureuse désenchantée d’un monde de l’édition nécrosé, où des êtres sous-payés se battent au SMIC tandis que les grands Flammard gouvernent au destin de chacun en octroyant budget, le flegme narratif devenant tout à la fois coup de génie (être édité en rédigeant une blague encore plus grande que les ineptes autofictions foisonnant dans les rayonnages) et dernier geste de résistance passive et pas trop calorifère. , Laurent Rivelaygue – “Albert et l’argent du beurre” | Culturopoing

Vidéos relatives au mot « diégétique »

Traductions du mot « diégétique »

Langue Traduction
Anglais diegetic
Espagnol diegético
Italien diegetica
Allemand diegetisch
Chinois 坏死的
Arabe دييجيتيك
Portugais diegético
Russe диегетического
Japonais ダイジェティック
Basque diegetikoaren
Corse diegetic
Source : Google Translate API

Diégétique

Retour au sommaire ➦

Partager