La langue française

Dépoétisation

Définitions du mot « dépoétisation »

Trésor de la Langue Française informatisé

Dépoétisation, subst. fém.Action de dépoétiser; résultat de cette action. Cette dépoétisation affreuse, devant quoi tout mon cœur se glaçait, n'était rien, après tout, que le retour au naturel; lentement si je l'avais surélevée, si je m'étais formé d'elle une idole, l'ornant de tout ce dont j'étais épris, que restait-il de mon travail, que ma fatigue?... Sitôt abandonnée à elle-même, Alissa était revenue à son niveau, médiocre niveau (Gide, Porte étr.,1909, p. 573).Attesté aussi ds Lar. Lang. fr. [depɔetizasjɔ ̃]. 1reattest. 1909 id.; de dépoétiser, suff. -(a)tion*. Fréq. abs. littér. : 2.

Wiktionnaire

Nom commun

dépoétisation \de.pɔ.e.ti.za.sjɔ̃\ féminin

  1. Suppression du caractère poétique, idéal, que peut avoir une personne ou une chose.
    • « Alissa ! » m’écriai-je le premier soir, presque épouvanté par la dépoétisation de ce visage qu’à peine pouvais-je reconnaître et que je fixais depuis quelques instants sans qu’elle parût sentir mon regard. — (André Gide, La porte étroite, 1909, Le Livre de Poche, page 128)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « dépoétisation »

De dépoétiser.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « dépoétisation »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
dépoétisation depɔetisasjɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « dépoétisation »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « dépoétisation »

  • Cependant, le Temps n’est-il pas un prétexte pour permettre à l’auteur de s’adonner sans réserve mais avec digressions à un questionnement portant moins sur le temps comme il vient que sur le monde comme il va, interrogeant, à discret renfort de philosophes (Schopenhauer, Emerson, Thoreau, Bergson, Bachelard), la lente mais sûre dépoétisation du monde, l’oubli généralisé de ce qui fonde notre rapport à lui, la pâleur de nos sensations postmodernes? Les sections sur le «temps suspendu…» et le «temps de la liberté intérieure», dont la tonalité existentielle n’échappe pas, se nourrissent de deux expériences-clés: la mescaline pour Denis Grozdanotvich (un traumatisme, semble-t-il), la madeleine pour Proust (et ce qui s’ensuit). La bizarrerie de l’ouvrage, malgré tout, et là est peut-être le premier reproche à lui faire, c’est que si l’on parle de Temps, de sa perception et de sa fuite, il faut aborder la mort, ce que jamais (hormis deux petites occurrences) ne fait malheureusement le penseur. Slate.fr, Pour réenchanter le monde, il faut réapprendre à prendre son temps | Slate.fr
  • Poésie, « po-i-sis », mot d’origine grecque, signifie littéralement création. Cette définition s’applique aux mots mais aussi aux couleurs, à la matière et même aux idées. Dans toutes les cultures, la poésie est d’abord orale, liée à la musique, jusqu’à l’invention de l’écriture restée l’apanage de minorités. Elle livre une vision du monde, explique la naissance du cosmos, nomme les éléments, les astres et commémore les actes à travers les mythes originels. Pas de révolution sans paroles, aucun souvenir d’une action si elle n’est louée par une épopée, en mots ou en images. Alors la poésie est déchiffrage du réel et donc apprentissage : épopées et contes interprètent la vie et livrent explications et conseils. Principale matrice de la littérature européenne, la poésie grecque était à l’origine investie d’une mission sacrée, liée aux rituels dédiés aux dieux et aux héros : exalter le souvenir des disparus, Achille, Hector, Ulysse avec le « grand ancêtre » Homère, figure symbolique de l’aède. Chants épiques, chants de deuil exécutés en groupe selon un rituel millénaire fortement codifié se prolongent à travers les tragédies, les épigrammes et épitaphes qui, à leur tour reprennent et enrichissent cette tradition populaire. Parallèlement, la poésie grecque lyrique exalte l’amour et la beauté, dans la lignée de Sappho et Alcman. Ces deux tendances sont donc liées à l’éloge, à la mémoire et à l’exaltation positive. D’ailleurs, la poésie homérique a servi avant tout à éduquer : pendant des siècles, elle constituait à la fois les canons de la grammaire et de la morale. Or l’interprétation du monde est désormais abandonnée aux médias, journaux télévisés en premier. Leur lecture terne d’une réalité traduite sans poésie est désespérante : le monde y devient un flux continu d’absurdités et de violences. Dans la Grèce contemporaine, sous memoranda imposant un néolibéralisme galopant qui contamine tous les domaines de l’activité humaine, l’introduction d’une novlangue faisait perdre leur sens aux mots : elle correspond à une dépoétisation du monde, à une déformation de la mémoire, reprise et cultivée en boucle par des médias asservis. Ainsi les « négociations » avec les créanciers de l’Eurogroupe, que mène l’actuel gouvernement grec Syriza depuis les élections du 25 janvier dernier, se tiennent sans compte-rendu, sans mémoire de ce qui s’est dit et finalement sans aucun engagement de leurs participants, qui peuvent dire et promettre tout et son contraire ou se parjurer sans conséquence. Ainsi le précédent gouvernement de Samaras a pu bafouer même les divinités grecques anciennes autrefois les plus respectées, comme Zeus l’Hospitalier (Xenios Dias en grec), en utilisant son nom pour baptiser l’opération destinée à rafler les migrants et à les enfermer sans date de sortie dans des camps de rétention inhumains. Par analogie, dans le film de Yorgos Lanthimos Canine, un père tyrannique maintient en vase clos sa famille en donnant un autre sens aux « mauvais » mots du quotidien, qui risquent de perturber l’ordre établi. Les mots ont un vécu et transportent dans leur bagage des images associées qui les colorent, leur prêtent vie et sentiment. Aussi les régimes autoritaires créent-ils leur propre langage en instituant un ordre du monde défini par des mots calibrés, vidés de leur contenu, sans rapport avec la réalité familière ni le sens commun, devenus des éléments de langage. A contrario, la poésie retrouve toute sa force : des slogans sur les murs aux paroles des chansons ou aux pièces de théâtre – marques d’une pensée qui se pose en négation d’un ordre absurde ; elle réaffirme la réalité des choses en niant leur avilissement, elle rend ses lettres de noblesse au réel. Oui, appeler un chat un chat devient un acte politique. C’est par sa désignation du réel et sa faculté de le transmettre le plus fidèlement possible sur des modes divers (onirique, fantastique, univers cohérents chargés de sens que la poésie agit sur le monde et, par son interprétation du cosmos, elle le fait au même titre que la philosophie. Chez les poètes grecs contemporains, à part quelques exceptions marquantes comme Dinos Siotis ou Yorgos Blanas, il a fallu que la crise s’inscrive dans la durée avant de se manifester, en toutes lettres ou par symptômes : manifestations de poètes rassemblant un millier de personnes, discussions publiques et enfin poèmes directement inspirés d’elle. Car la question du rapport de la poésie au réel se pose forcément quand on interroge son influence sur la marche du monde. Titos Patrikios, homme d’action et intellectuel qui aura risqué plusieurs fois sa vie pour ses idées et par amour de la vie, apporte une réponse magistrale dans son dernier recueil, La poésie te trouve. Si la poésie ne peut sauver le monde faute de pouvoir influer sur le cours de l’histoire, elle sauve l’humanité en lui proposant une éthique qui devient ligne de conduite, en lui rendant la possibilité d’une vision cohérente et enchantée du monde, parce que, phare dans la tempête, elle pose des repères, elle réinvente la réalité, la sublime et la transcende, comme un rayon de lumière le fait sur un paysage en lui offrant relief et couleur. L'Humanité, La poésie sauvera-t-elle le monde ? | L'Humanité

Traductions du mot « dépoétisation »

Langue Traduction
Anglais depoetization
Espagnol despoetización
Italien depoetization
Allemand depoetisierung
Chinois 去化
Arabe تفريغ
Portugais depoetização
Russe depoetization
Japonais 民主化
Basque depoetization
Corse depoetizazione
Source : Google Translate API

Synonymes de « dépoétisation »

Source : synonymes de dépoétisation sur lebonsynonyme.fr

Dépoétisation

Retour au sommaire ➦

Partager