La langue française

Déifiant

Sommaire

  • Définitions du mot déifiant
  • Phonétique de « déifiant »
  • Évolution historique de l’usage du mot « déifiant »
  • Citations contenant le mot « déifiant »
  • Traductions du mot « déifiant »
  • Antonymes de « déifiant »

Définitions du mot « déifiant »

Trésor de la Langue Française informatisé

DÉIFIER, verbe trans.

A.− Élever au rang de Dieu ou d'un dieu, considérer comme une divinité. Synon. plus cour. diviniser.L'homme dans le premier âge du monde déifie la pierre, la plante, le fleuve (Cousin, Hist. philos. mod.,t. 2, 1847, p. 429).Ils (...) tendaient (...) à faire du buddha un être supra-mondain « lokottara », c'est-à-dire à le déifier (Philos., Relig., 1957, p. 5214).
Spéc., dans la relig. chrét.Faire participer de la nature divine.
1. ... son éducation est faite par le Seigneur même qui l'instruit de ses vérités incompréhensibles pour nous, qui lui modèle l'âme avec du ciel, qui s'infond en lui et le possède et le déifie dans l'union de béatitude! Huysmans, En route,t. 2, 1895, p. 165.
Emploi pronom. réfl. Se déifier.Se faire dieu, se donner un caractère divin; spéc., dans la relig. chrét., participer de la nature divine. Tout être vivant peut en principe devenir buddha, c'est-à-dire se déifier puisque le buddha est maintenant un dieu (Philos., Relig., 1957, p. 5215):
2. Il ne s'agit plus pour le révolté de se déifier lui-même (...). Il s'agit de déifier l'espèce comme Nietzsche et de prendre en charge son idéal de surhumanité afin d'assurer le salut de tous, ... Camus, L'Homme révolté,1951, p. 138.
B.− Au fig. Donner un caractère sacré à (quelque chose ou quelqu'un); vénérer, exalter (quelque chose ou quelqu'un). Ces malheureux [les encyclopédistes], qui déifiaient tout plutôt que d'admettre un Dieu (Balzac, U. Mirouët,1841, p. 68).Victor Hugo sera présent (...) toutes les fois (...) que la femme sera déifiée (Banville ds Hugo, Actes et par.,4, 1885, p. 215).Un siècle qui n'élevait pas, comme le nôtre, des autels à la jeunesse, et qui ne la déifiait pas (Mauriac, Vie Racine.1928, p. 241):
3. ... dans l'héritage nihiliste, ils [les idéologues nationaux-socialistes] ont choisi de déifier l'irrationnel, et lui seul, au lieu de diviniser la raison. Du même coup, ils renonçaient à l'universel. Camus, L'Homme révolté,1951p. 222.
Rem. On rencontre ds la docum. a) Le part. prés. adj. déifiant, ante, littér. (supra A spéc.). Qui fait participer de la nature divine. La divine création crée des créateurs; la télépoésie qui, rayonnant du poète, allume en chaque homme une étincelle poétique, la liberté qui déclenche autour de soi des explosions de liberté prolongent ainsi d'une création créatrice à l'autre la délégation déifiante du créateur au créateur créé. (...) la délégation de divinité qu'il reçoit se propage avec la rapidité de la foudre, partout suscitant l'« enthousiasme » (Jankél., Je-ne-sais-quoi, 1957, p. 95). b) Le subst. masc. déificateur. Personne qui déifie quelque chose ou quelqu'un ou qui se déifie elle-même. Les bonnes gens (...) qui se donnent de l'encensoir à travers la figure, sous prétexte d'honorer la Raison, ces aimables déificateurs d'eux-mêmes (Richepin, Blasphèmes, 1884, p. 4). Il [Mirbeau] faisait malheureusement partie des déificateurs de l'instinct (L. Daudet, Vers le roi, 1920, p. 140).
Prononc. et Orth. : [deifje], (je) déifie [deifi]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. Début xives. part. passé adj. deifiée synon. de divine (J. Chapuis, Trésor, éd. Méon du Roman de la Rose, t. 3, p. 360); 1595 deifier « honorer comme un dieu » (Montaigne, Essais, éd. A. Thibaudet, livre 2, chap. 8, p. 440). Empr. au lat. chrét. deificare (composé de deus « Dieu » et de la forme fréquentative de facere « faire »). Fréq. abs. littér. : 33 (déifiant : 5).

Wiktionnaire

Forme de verbe

déifiant \de.i.fjɑ̃\

  1. Participe présent du verbe déifier.


Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DÉIFIER. v. tr.
Placer au nombre des dieux. Les Romains déifièrent la plupart de leurs empereurs. Il signifie figurément Glorifier, mettre en honneur. On voit partout la richesse déifiée. Déifier le crime.

Phonétique du mot « déifiant »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
déifiant deifjɑ̃

Évolution historique de l’usage du mot « déifiant »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « déifiant »

  • Comment la Révolution française a-t-elle tentée d’ériger la Raison, en Référence suprême en la déifiant et en lui rendant un culte ? Enfin, comment la Référence à l’Humanité a-t-elle joué un rôle du XIXe au XXe siècle ? Pourquoi faut-il affronter la contradiction entre la science moderne et l’humanisme, quand on analyse le régime démocratique ?  France Culture, Des bases juridiques médiévales de la démocratie aux bases dogmatiques de l’époque moderne et jusqu'à aujourd'hui - Ép. 5/9 - Figures juridiques de la démocratie
  • Qu’est-il arrivé aux adolescents? On les avait laissés grimaçant des selfies en rafale sur Snapchat et déifiant la dernière youtubeuse beauté, on les retrouve en train de chercher des remèdes aux maux contemporains, et même recevoir les plus vénérables honneurs, telle la Pakistanaise Malala Yousafzai, Prix Nobel de la Paix 2014, à 17 ans, pour son combat pour l’éducation des filles. Ou tel le Néerlandais Boyan Slat, lauréat du Prix Champion de la terre, «la plus haute distinction environnementale discernée par les Nations unies qui récompense les visionnaires». Ce garçon peaufine depuis ses 16 ans un système pour débarrasser les océans de leurs déchets plastiques et a déjà reçu 2 millions de dollars de financement. Le Temps, Les ados, ces nouveaux petits adultes qui prennent le pouvoir - Le Temps
  • Les pères fondateurs du libéralisme eux-mêmes, Adam Smith, David Ricardo et autre John Stuart Mill écrivaient que la croissance économique ne pouvait être infinie et pourrait aboutir à un « état stationnaire », rappelle la chercheuse. Surtout, nos économistes, en déifiant la croissance du PIB, ont oublié que celle-ci n’était pas une fin mais juste le moyen d’une amélioration de la condition humaine. , Kate Raworth: « Nous devons briser notre dépendance à la croissance »
  • 4. La tradition ininterrompue de l’Église a évité la moindre ambiguïté ou collaboration avec des actes idolâtres. Les explications données par les porte-parole du Vatican et par des personnes liées au Synode sur l’Amazonie pour justifier la vénération religieuse de la figure en bois d’une femme nue enceinte, étaient très semblables aux arguments donnés par les païens à l’époque des Pères de l’Église, comme le rapporte saint Athanase. Athanase a réfuté les pseudo-arguments des païens, et ses réfutations s’appliquent pleinement aux justifications invoquées par les autorités du Vatican. Saint Athanase a dit : « Ils se vanteront d’adorer et de servir, non seulement le bois et la pierre et des formes humaines, des oiseaux irrationnels, des reptiles et des bêtes, mais le soleil, la lune et tout l’univers céleste, et la terre, déifiant ainsi la création » (Contre-Gentiles, 21, 1-3) et : « Ils réuniront tout ensemble, comme constituant un seul corps, et diront que le tout est Dieu » (Contra Gentiles, 28, 2). « Au lieu du vrai, du véritable Dieu, ils ont déifié des choses qui n’étaient pas Dieu, servant la créature plutôt que le Créateur (voir Rom. 1:25), participant ainsi à la folie et à l’impiété » (Contra Gentiles, 47, 2). , Mgr Athanasius Schneider condamne le culte rendu à Rome au veau d'or, la Pachamama, et appelle à la prière - Décryptage - Actualité - Liberté Politique

Traductions du mot « déifiant »

Langue Traduction
Anglais deifying
Espagnol deificando
Italien deificante
Allemand vergötternd
Chinois 神化
Arabe تأليه
Portugais endeusando
Russe обожествление
Japonais 神格化する
Basque deifying
Corse divinificante
Source : Google Translate API

Antonymes de « déifiant »

Partager