La langue française

Défunter

Sommaire

  • Définitions du mot défunter
  • Étymologie de « défunter »
  • Phonétique de « défunter »
  • Évolution historique de l’usage du mot « défunter »
  • Citations contenant le mot « défunter »
  • Traductions du mot « défunter »

Définitions du mot défunter

Trésor de la Langue Française informatisé

DÉFUNTER, verbe intrans.

Fam. et région. Mourir, trépasser. Voici plus d'un an que j'ai quitté Pézènes pour prendre au Paloas, la place de mon père qui a défunté (Fabre, Mllede Malavieille,1865, p. 13):
le père alexandre. − Leleu, c'est mon cadet, de tous temps. − Quand ma sainte mère a défunté, − c'est sa mère à lui, − la mère Leleu, − qui venait me torcher. Martin du Gard, Le Testament du Père Leleu,1920, I, p. 1144.
Rem. On relève aussi dans la docum. la forme défuncter, employée par E. Rostand (Cyrano de Bergerac, 1898, p. 96).
Étymol. et Hist. 1739 defunter (P. Rondeau, Nouv. dict. fr.-all. d'apr. FEW t. 3, p. 30 b); 1768 Suisse rom. (ds Pierreh.); 1852 (Humbert, p. 142 note : ... Dans le nord de la France, on dit : Défunquer et défuncter). Dér. de défunt* influencé par le lat. defunctus; dés. -er; déjà en a. fr. defunctee « défunte » 1261 ds Gdf.; attesté dans diverses régions notamment en Anjou (Verr.-On.), Picardie (Corblet), Suisse rom. (Pat. Suisse rom.) et en prov. (Mistral).

Wiktionnaire

Verbe

défunter \de.fœ̃.te\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Vieilli) Mourir.
    • Le lit où, lorsqu’il était le maître, il a dormi quarante ans près de sa vieille ; le lit où elle est défuntée de rage, après que la guerre lui a eu tué ses deux fils. — ( Roger Martin du Gard, Vieille France, Gallimard, 1933 ; éd. Le Livre de Poche, p. 145.)
    • Elle va défunter ! — (Gaston Baty, Dulcinée, 1939)
    • Ils seraient trop contents de me voir défunter de mort naturelle (vraie ou simulée). — (Gore Vidal, Myra Breckinridge et Myron‎, traduction de Gérard Joulié, 1988)
    • Les mots usuels que nous trouvons [en parlant des paysans des années 1930 au Québec] pour dire la mort varient selon les réflexes des uns et des autres : « Il a perdu le souffle, il a défunté, il a trépassé, il a rendu l'âme... » Plus poétique : « Il est parti de l'autre bord, de l'autre côté; il était au bout de son fuseau. » Moins respectueux : « Il a levé les pattes, il a fini par crever. » — (Benoît Lacroix, Rumeurs à l'aube, Éditions Fides, 2015, p. 213)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « défunter »

De défunt.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « défunter »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
défunter defynte

Évolution historique de l’usage du mot « défunter »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « défunter »

  • Un autre (…) : On ne peut faire, sans défunter avant l’âge, La moindre allusion au fatal cartilage ! , Jusqu'où peut nous conduire la honte ? | Psychologies.com
  • Vous allez finir par péter une durite, défunter sur le champ et risquez d’être comptabilisé « décès covid » par la même occasion. Respirez à fond, là.... AgoraVox, Des médecins ont trouvé un traitement contre le Covid-19 à base d'azithromycine - AgoraVox le média citoyen
  • Branques ou potaches, ces excentriques d’un autre temps sont sacrément antimodernes, à rebours des rebelletrons à la Cali ou à la Christine Angot. Qui, aujourd’hui, à l’instar de Dalí, oserait s’enflammer pour « Adolf Hitler, phénomène surréaliste absolument fantastique et fascinant, voire parfaitement comestible » ? Sans parler de Jean Cocteau, touche-à-tout de génie, homosexuel opiomane, affectant de défunter en public pour la plus grande frayeur de ses amis, ou d’Oscar Wilde, autre inverti notoire, dandy affété et subtil poète au physique de catcheur qui tâtera de la geôle victorienne pour ses penchants par trop provocateurs pour cette prude époque. Boulevard Voltaire, Livre/ Les Grands Excentriques, de Nicolas Gauthier - Boulevard Voltaire
  • Recyclant allégrement les mythes païens, l’Eglise décréta ainsi qu’à leur décès, les gens pieux ayant tout fait bien comme il faut, sans commettre le moindre péché, gagneraient le paradis pour jouir éternellement de la contemplation de Dieu (carotte); les autres subiraient, pour l’éternité aussi, d’épouvantables supplices dans les flammes de l’enfer (panpan-cucul). Le truc marcha très bien, mais il restait un peu simpliste. Rares sont en effet les saints, et s’il suffisait aux autres de passer à confesse et d’obtenir l’absolution pour monter tout droit au ciel, franchement ce n’était pas du jeu, non mais sans blagues. Afin d’augmenter la pression sur les gueux, la papauté du Moyen Age inventa donc le purgatoire. Dès lors, défunter dans la foi, les sacrements, la bénédiction, la rémission des péchés et tout le tralala ne procurait plus l’accès immédiat au paradis. Non non non: il fallait encore expier les péchés pardonnés en purgeant une peine plus ou moins longue au purgatoire. Lequel n’était pas rigolo, car le feu y brûlait. C’était futé comme tout. , Temps mort

Traductions du mot « défunter »

Langue Traduction
Anglais defeat
Espagnol derrota
Italien la sconfitta
Allemand niederlage
Chinois 打败
Arabe يهزم
Portugais derrota
Russe поражение
Japonais 敗北
Basque porrot
Corse scunfitta
Source : Google Translate API
Partager