La langue française

Décollation

Définitions du mot « décollation »

Trésor de la Langue Française informatisé

DÉCOLLATION, subst. fém.

Vx. [En parlant d'une pers.] Action de couper le cou. La décollation de saint Jean. Résultat de cette action. Payez! ou je vous mets dans ma poche avec supplice et décollation du cou et de la tête! (Jarry, Ubu,1895, III, 4, p. 61):
La vie est elle-même chose cruelle et ce n'est pas avoir fourni un argument contre la peine capitale de constater ce que personne ne nie, qu'une vision de décollation est une chose atroce. Barrès, Mes cahiers,t. 7, 1908-09, p. 29.
Spéc., MÉD. ,,Section du cou d'un fœtus mort, pratiquée in utero pour faciliter son extraction`` (Méd. Biol. t. 1 1970).
Rem. Attesté ds Guérin 1892, Lar. 19e-Lar. encyclop. Quillet 1965.
Prononc. et Orth. : [dekɔlasjɔ ̃]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1227 le decolation saint Jehan (Arch. de l'Etat à Gand, pièce 25 ds Gdf. Compl.). Empr. au b. lat. decollatio « décapitation ». Fréq. abs. littér. : 18.

Wiktionnaire

Nom commun

décollation \de.kɔ.la.sjɔ̃\ féminin

  1. (Vieilli) Action de trancher le cou.
    • La décollation de saint Jean-Baptiste.
    • Le supplice de la décollation.
    • Des tableaux enfumés et noirâtres, représentant quelque décollation ou quelque éventrement de martyr, sujets favoris des peintres espagnols, sont pendus aux murailles, la plupart sans cadres et tout plissés sur leurs châssis. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, Charpentier, 1859)
    • Frédéric m’a téléphoné ce matin, tout le dimanche il n’a pensé qu’à une chose, la décollation, il m’a dit le mot plusieurs fois, je lui ai dit : ça me fait mal quand tu dis ça. La décollation c’est la tête qui se décolle du corps. — (Christine Angot, La peur du lendemain, nouvelle, supplément au magazine « Elle », 2000, pages 33-34.)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DÉCOLLATION. (On prononce les L.) n. f.
Action de trancher le cou. La décollation de saint Jean-Baptiste. Le supplice de la décollation.

Littré (1872-1877)

DÉCOLLATION (dé-ko-la-sion ; l'Académie dit qu'on prononce les deux ll ; mais cette prononciation, qui n'est pas en rapport avec celle de décoller, n'est pas non plus de l'usage le plus fréquent) s. f.
  • Action de décoller, de couper le cou. Icare audacieux, téméraire Ixion, Je te juge et condamne à décollation, Scarron, D. Japhet, III, 4.

    Il sert à désigner le martyre de saint Jean-Baptiste. Une tapisserie de la décollation de saint Jean-Baptiste, Sévigné, 587.

    Terme de chirurgie. Séparation de la tête du fœtus d'avec le tronc qui reste engagé dans la matrice.

HISTORIQUE

XVe s. Il fut jugé à estre decolé ; et cependant qu'on le menoit à sa decolation sur une charrette et seant sur une planche…, Froissart, liv. II, p. 233, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

DÉCOLLATION, s. f. (Hist. ecclés.) ce mot n’est guere d’usage en françois que pour exprimer le martyre de S. Jean-Baptiste, à qui Hérode, comme on sait, fit couper la tête. Il se dit même moins fréquemment du martyre de ce saint, que de la fête qu’on célebre en mémoire de ce martyre, ou des tableaux de S. Jean dans lesquels la tête est représentée séparée du tronc.

On dit qu’un ambassadeur de France à Constantinople, montroit un jour à Mahomet II. une décollation de S. Jean admirablement représentée ; le grand-seigneur n’y trouvoit d’autre défaut, sinon que le peintre n’avoit pas observé que quand un homme est décapité, la peau se retire un peu en arriere. Le prince voulant en convaincre l’ambassadeur, fit à l’instant décapiter un homme & apporter la tête, afin de servir de preuve de ce qu’il disoit. Tel est le récit de Catherinot, traité de la Peinture. Mais il est très-douteux que ce fait soit arrivé à un ambassadeur de France : on prétend que ce fut à Jacques Bellin, fameux peintre de Venise, que cette avanture arriva. Chambers. (G)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « décollation »

(Siècle à préciser) Du latin decollatio.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lat. decollatio, de decollare (voy. DÉCOLLER 1).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « décollation »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
décollation dekɔlasjɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « décollation »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « décollation »

  • Michel Porret : Pour comprendre le sens de la décapitation à cette époque, la clé c’est l’infamie. L’Ancien régime est une civilisation "patibulaire" c’est-à-dire que l’ensemble des actes, des rituels, des faits de justice sont liés à l’échafaud, et à sa mise en scène. Que l’on soit dans une principauté italienne, une monarchie absolue ou dans une république type Genève, il faut qu’il y ait un lien entre l’atrocité du crime et l’atrocité de la peine. Ainsi, cette équivalence symbolique opère, du bûcher de la sorcière ou de l’hérétique jusqu’à la corde du roturier en passant par la roue et la décollation, et ce de la fin du Moyen Age jusqu'à la Révolution française. Et à l’intérieur de cette vaste grammaire de la mort pénale propre à cette civilisation patibulaire de l’Ancien Régime, la décapitation vise les individus qui, en raison de leurs origines nobles, de leur rang, doivent échapper à l’infamie que représente le corps à corps avec le bourreau. La décapitation permet donc - ce que la Révolution française instaurera à partir de 1792 grâce à la mécanique de la guillotine : maintenir une distance absolue entre la main du bourreau et le supplicié. France Culture, Pourquoi décapiter ? - Ép. 2/3 - Juger et punir : une brève histoire
  • La décapitation, en effet, nous renvoie à la nuit des temps. Et pour mieux le comprendre, allons donc faire un tour au musée, où l’on peut assister, sous couvert de culture, à quantité de mises à mort par décollation. Au premier rang desquelles celle de saint Jean-Baptiste, le plus célèbre des chrétiens décapités, dont le martyre préfigure celui de Jésus. Jean-Baptiste se serait montré trop ouvertement critique sur les mœurs matrimoniales consanguines de la famille d’Hérode. Salomé, fille d’Hérodiade, dansait fort bien, disent les Evangiles de Marc et Matthieu. Si bien qu’elle séduisit ainsi son père (ou son oncle) et obtint en échange de pouvoir obtenir le cadeau qui lui plairait. Sur le conseil de sa mère, elle demanda la tête de Jean-Baptiste, qui était alors en prison. Le Temps, La décapitation, histoire d’une épouvante - Le Temps

Images d'illustration du mot « décollation »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « décollation »

Langue Traduction
Anglais take off
Espagnol quitarse
Italien decollare
Allemand ausziehen, starten, abheben, losfahren
Chinois 脱掉
Arabe اخلع
Portugais descolar
Russe взлететь
Japonais 離陸
Basque aireratzen
Corse vai ti ne
Source : Google Translate API

Synonymes de « décollation »

Source : synonymes de décollation sur lebonsynonyme.fr

Décollation

Retour au sommaire ➦

Partager