La langue française

Curial

Sommaire

  • Définitions du mot curial
  • Étymologie de « curial »
  • Phonétique de « curial »
  • Évolution historique de l’usage du mot « curial »
  • Traductions du mot « curial »

Définitions du mot curial

Trésor de la Langue Française informatisé

CURIAL1, ALE, AUX, adj.

A.− Qui concerne la curie, de la curie.
1. [Correspond à curie1B 1] Qui concerne le Sénat, du Sénat (romain). [S'appliquant p. hyperb. à des fauteuils de membres d'une municipalité] Extrait du procès-verbal des officiers municipaux de Nancy : « (...) semblables aux vieillards du Capitole, nous sommes résolus de périr dans nos chaires curiales » (Marat, Pamphlets,Affreux réveil, 1790, p. 241).
Rem. La docum. et la plupart des dict. gén. attestent curiale, subst. masc. Membre de la curie municipale à l'époque gallo-romaine. Les charges des curiales. Les curiales, ou membres des corps municipaux (Guizot, Hist. civilisation, 1828, p. 27). Les dict. gén. attestent aussi, dans le même sens, la forme curial. La docum. atteste cette forme curial désignant un magistrat au xviiies., en Suisse. C'est à Rossinière [en Suisse] que se dresse un vaste chalet percé de 113 fenêtres et qui fut construit en 1754 par le magistrat de l'endroit que l'on nommait alors le moderne curial (Le Temps, 2 août 1938).
2. [Correspond à curie1B 2] Écriture curiale ou curiale, subst. fém. Écriture employée par la chancellerie (cf. Prou, Paléogr., 1924, p. 70; L'Hist. et ses méth., 1961, p. 600).
B.− De la cour (cf. cour2). Le personnel curial (Faral, Vie temps St Louis,1942, p. 28).
Prononc. : [kyʀjal], plur. [-rjo]. Étymol. et Hist. Cf. curial2. Fréq. abs. littér. : 2.

CURIAL2, ALE, AUX, adj.

ADMIN. ECCL. Qui concerne la cure ou le curé, de la cure ou du curé. Permission curiale. Président du Conseil curial et membre actif des Associations pieuses de la paroisse de Saint-Thomas d'Aquin (Martin du G., Thib.,Mort père, 1929, p. 1328):
... déjà curé de Saint Christophe-du-Jambet (...) il fut nommé (...) à la cure de Meudon (...) il accomplit ses fonctions curiales avec beaucoup de dignité... A. France, Rabelais,1924, p. 163.
Maison curiale. Synon. de presbytère.M. le Maire, après avoir dépassé la maison curiale, s'arrêta (...) puis revint sur ses pas et rebroussa chemin jusqu'à la porte du presbytère (Hugo, Misér.,t. 1, 1862, p. 265).
Prononc. et Orth. : [kyʀjal], plur. [-rjo]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Premier quart xiiies. subst. curïal « courtisan » (Reclus de Molliens, Charité, 11, 6 ds T.-L.) − xvies. ds Hug.; ca 1428 [éd. 1617] adj. curial « relatif à la cour » (A. Chart., L'Esper., Œuvr., p. 267 ds Gdf.) − 1611 (Cotgr.), répertorié comme anc. dep. Trév. 1721; 2. [1208 adj. « relatif à la charge d'un curé, d'un ecclésiastique » (Ch., Clerm., Richel. 4663, fo93 rods Gdf.), attest. isolée]; à nouv. av. 1680 (Patru, Plaidoié, 4 ds Rich.); 3. 1771 hist. romaine (Trév. : Curial. Chez les Romains le mot de Curialis, adj. signifioit, qui est de la même Curie, ou ce qui concerne une Curie. Le même mot pris substantivement, signifioit le chef d'une Curie). Empr. au lat. class. curialis « celui qui appartient à une curie », en b. lat. adj. au sens de « relatif à cette curie » et subst. au sens de « personne de la cour ». Le sens 2 a prob. subi l'influence sém. de cure2, curé*. Fréq. abs. littér. : 6.

Wiktionnaire

Adjectif 1

curial \ky.ʁjal\

  1. Qui concerne une cure ou une fonction de curé.
    • Courcelle s’en prend au père Charles Albanel qui exerce au fort les fonctions curiales. — (Jacques Lacoursière, Histoire populaire du Québec, vol. 1, « Des origines à 1791 », 2013, p. 153.)
    • Droits curiaux.
    • En même temps, elle [l’Assemblée] assurait l’existence des curés, en décrétant que leurs appointements ne pourraient pas être moindres de douze cents francs, et elle y ajoutait en outre la jouissance d’une maison curiale et d’un jardin. — (Adolphe Thiers, Histoire de la Révolution française, tome Ier, livre III : Première fédération ; Furne et Cie éds, quatorzième édition, Paris, 1846, p. 160)
    • L’écrin parfois glacial de l’abbatiale abrite la messe, trois offices quotidiens et l’adoration eucharistique,....Au total cinq heures quotidiennes, qu’il faut articuler avec la charge curiale sur douze clochers du plateau casadéen.— (Frédéric Mounier, Prier et évangéliser, ensemble, Journal La Croix, 24 août 2014, p. 12)

Adjectif 2

curial \ky.ʁjal\

  1. (Droit) Relatif à la cour.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CURIAL, ALE. adj.
Qui concerne une cure. Fonction curiale. Droits curiaux.

Littré (1872-1877)

CURIAL (ku-ri-al, a-l') adj.
  • Qui concerne une cure ecclésiastique. Fonction curiale. Droits curiaux. La maison curiale, le presbytère.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CURIAL, (Jurispr) signifie tantôt ce qui est relatif à une cure, tantôt ce qui est relatif à une cour de justice, soit souveraine ou subalterne.

Droit curial, est l’honoraire dû aux curés pour les mariages & convois, suivant les statuts du diocese omologués au parlement.

Église curiale, est celle où l’on fait toutes les fonctions curiales. Voyez l’article suivant.

Fonctions curiales, sont celles qui sont propres aux curés, comme de baptiser, marier, inhumer les paroissiens, dire la messe de paroisse, bénir le pain qui y est destiné, faire le prône, &c.

Maison curiale, est celle qui est destinée à loger le curé ; c’est la même chose que presbytere. Voyez Presbytere.

Curiaux, en Bresse, sont des officiers ou commis qui servent de scribes ou greffiers aux châtelains ou autres juges. Ces curiaux sont obligés de résider sur les lieux : en cas d’empêchement de leur part, ils peuvent commettre quelqu’un en leur place. Les châtelains sont obligés d’avoir des curiaux pour écrire les actes, & ces curiaux ne peuvent pas rendre de jugemens, mais seulement écrire sous les ordres du juge. Voyez Collet sur les statuts de Bresse, pag. 174 & suiv.

Dépens curiaux, sont les frais de justice. L’art. 35 de la coûtume de Normandie porte que le seigneur contre le vassal, & le vassal contre le seigneur, étant en procès en la cour dudit seigneur, ne peuvent avoir aucuns dépens que les curiaux ; ce qui signifie les simples déboursés de cour, tels que le coût des sentences, actes du greffe, significations, & autres déboursés qui auroient été faits par le seigneur ou le vassal ; celui qui a succombé ne doit point d’autres dépens que ces déboursés : mais s’ils plaidoient en un autre tribunal, celui qui succomberoit pourroit être condamné en tous les dépens. Basnage, sur le tit. de jurisdict. art. 35. (A)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « curial »

(Adjectif 1) Du latin curialis (« relatif à la curie »)
(Adjectif 2) Du latin curialis (« de cour », « courtisan »), par l’ancien occitan curial, de même sens, attestant aussi curial au sens d’« homme, d’officier de cour »[1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du latin curialis.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Cure 2.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « curial »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
curial kyrjal

Évolution historique de l’usage du mot « curial »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Traductions du mot « curial »

Langue Traduction
Anglais curial
Espagnol curial
Italien curiale
Allemand kurial
Chinois 咖喱
Arabe كوريال
Portugais curial
Russe курии
Japonais 好奇心が強い
Basque boterea kendu zioten
Corse curiale
Source : Google Translate API
Partager