La langue française

Contre-cœur

Définitions du mot « contre-cœur »

Trésor de la Langue Française informatisé

CONTRE-CŒUR (À), loc. adv.

D'une façon contraire aux désirs du cœur, aux dispositions intérieures de l'individu. Il me fallut monter chaque marche de l'escalier, comme dit l'expression populaire, à « contre-cœur », montant contre mon cœur qui voulait retourner près de ma mère (Proust, Swann,1913, p. 27).
Il n'aurait qu'à se résigner à écrire sur commande, d'autres le font : d'autres, mais pas Robert. À la rigueur je l'imagine militant à contre-cœur : mais écrire c'est une autre affaire; s'il ne pouvait plus s'exprimer à sa guise, la plume lui tomberait des mains. S. de Beauvoir, Les Mandarins,1954, p. 49.
PARAD. (Quasi-) synon. à regret, à son corps défendant, contre son gré, de mauvais cœur. (Quasi-) anton. délibérément, spontanément, volontairement; de bon cœur, de bon/plein gré, de gaieté de cœur.
Prononc. et Orth. : [(a) kɔ ̃tʀ əkœ:ʀ]. Avec un trait d'union ds Ac. 1798-1878; cf. aussi ds Fér. Crit. t. 1 1787 (à comparer avec le terme d'archit.), Land. 1834, Nod. 1844, Besch. 1845, Lar. 19e, Nouv. Lar. ill., Littré, DG et Guérin 1892. En 1 seul mot ds Ac. 1932 et déjà 1694; cf. aussi ds Rob., Quillet 1965, Dub. et Lar. Lang. fr. Les 2 graph. sont admises ds Lar. encyclop. Cf. contre-. Étymol. et Hist. Ca 1393 avoir a contrecuer « avoir en aversion » (Ménagier, I, 39 ds T.-L.); 1579 manger a contrecœur (Larivey, Veuve, I, 4 ds Gdf. Compl.). Composé de contre-* et de cœur*; cf. 1160-74 estre contre coer a (qqn) « répugner à quelqu'un » (Wace, Rou, III, 10524 ds T.-L., s.v. cuer) et ca 1167 avoir contrecœur (qqn) « éprouver de l'aversion pour quelqu'un » (G. d'Arras, Ille et Galeron, éd. F. Cowper, 3368) expr. attestées jusque début xviies. (St François de Sales ds Hug.).
STAT. − Fréq. abs. littér. Contre(-)cœur et à contre(-) cœur : 144.

CONTRE-CŒUR, subst. masc.

A.− Vieilli. Mur du fond de la cheminée; p. ext. plaque de cheminée. (Quasi-) synon. taque.Réparations à faire, aux âtres, contre-cœurs, chambranles et tablettes des cheminées (Code civil,1804, art. 1754, p. 319).
B.− Paroi(s) latérale(s) de la cheminée (cf. E. Robinot, Vérif., métré et pratique trav. bât., t. 5, 1928, p. 8).
Prononc. et Orth. : [kɔ ̃tʀ əkœ:ʀ]. Avec un trait d'union ds Ac. 1718-1878; cf. aussi ds Land. 1834, Gattel 1841, Nod. 1844, Besch. 1845, Lar. 19e-20e, Littré, DG et Guérin 1892. En 1 seul mot ds Ac. 1694; cf. aussi Fér. Crit. t. 1, 1787 (à comparer avec la loc.), Rob., Quillet 1965, Lar. encyclop. et Lar. Lang. fr. Cf. contre-. Étymol. et Hist. xiiies. contrecuer (Tarif de Tonlieu, Arch. du chap. de S. Omer, II, G. 1899, pièce 82 ds Gdf. Compl.). Composé de contre-* et de cœur* « partie centrale de quelque chose ». Bbg. Lew. 1960, p. 135. − Quem. 2es. t. 4 1972.

Wiktionnaire

Nom commun

contre-cœur \kɔ̃.tʁə.kœʁ\ masculin

  1. Variante de contrecœur.


Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

CONTRE-CŒUR (kon-tre-keur) s. m.
  • Aversion.

    À contre-cœur, loc. adv. En faisant peine à son cœur, en violentant son cœur, malgré soi. Faire une chose à contre-cœur. Tout m'est à contre-cœur hormis leur souvenance, Régnier, Dial. Toute chose depuis me fut à contre-cœur, Régnier, Sat. X. [La vertu] Qui sert à contre-cœur le vice autorisé, Régnier, Sat. II. Encore qu'une femme aux amours fasse peur, Que le ciel et Vénus la voie à contre-cœur…, Régnier, Sat. VII. …Mon visage, friponne, Dans cette occasion rend vos sens effrayés, Et c'est à contre-cœur qu'ici vous me voyez, Molière, Éc. des f. V, 4.

HISTORIQUE

XIIIe s. Home de sanc et tricheür aura nostre sire Deux en contre cuer, Psautier, f° 10. [Il] Qui ci desirre à cruel cuer Ce ke tousjors ot contre cuer, Amadis et Ydoine, n° 6987.

XIVe s. Ay pensé à moy vengier de ceulx que je hayoie, et voulentiers les meisse à mal, quant je les avoie à contre cuer, Ménagier, I, 3.

XVe s. Et eurent puis à contre cœur le seigneur de Mortemer [qui avait fait décapiter le comte de Kent], Froissart, I, I, 50. Prendre autre cueur est impossible, Faire contre cueur n'est loisible, Chartier, Le livre des 4 dames. …Il fault que j'aye Contrecueur, et que plus je haye [haïsse] Celui que sur tous plus amaye, Chartier, Poésies, p. 671, dans LACURNE.

XVIe s. Ce mot qui leur est si fort à contre-cœur, Montaigne, I, 69. J'ay à contre-cœur de faire…, Montaigne, I, 108. Nous trouvons plus laid l'object que nous avons à contre cœur, Montaigne, II, 368. Les Rochelois avoient à tel contre-cœur d'obeir aux gentils-hommes qu'ils haïssoient, D'Aubigné, Hist. II, 300. Ceux de Rochelle qui faisoient tout à contre-cœur et contre-temps, D'Aubigné, ib. 304.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « contre-cœur »

Contre, et cœur.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « contre-cœur »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
contre-cœur

Citations contenant le mot « contre-cœur »

  • J'aime qu'à mes desseins la fortune s'oppose : Car la peine de vaincre en accroît le plaisir. Jean Bertaut, Stances
  • Plus grande est notre fortune Et plus sombre est notre sort. Robert Desnos, Le Bain avec Andromède, Éditions de Flore
  • Las ! où est maintenant ce mépris de fortune ? Où est ce cœur vainqueur de toute adversité […] ? Joachim Du Bellay, Les Regrets
  • L'on voit des hommes tomber d'une haute fortune par les mêmes défauts qui les y avaient fait monter. Jean de La Bruyère, Les Caractères, De la cour
  • Il faut avoir trente ans pour songer à sa fortune ; elle n'est pas faite à cinquante ; l'on bâtit dans sa vieillesse, et l'on meurt quand on en est aux peintres et aux vitriers. Jean de La Bruyère, Les Caractères, Des biens de fortune
  • La fortune et l'humeur gouvernent le monde. François, duc de La Rochefoucauld, Maximes
  • Il faut de plus grandes vertus pour soutenir la bonne fortune que la mauvaise. François, duc de La Rochefoucauld, Maximes
  • Il y a plus de grandes fortunes que de grands talents. Luc de Clapiers, marquis de Vauvenargues, Réflexions et Maximes
  • C'est au courage que va la fortune. Quintus Ennius, Annales
  • C'est dans la plus grande fortune qu'on a le moins de liberté : elle interdit la partialité, la haine et surtout la colère. Salluste en latin Caius Sallustius Crispus, Conjuration de Catilina, LI
  • La fortune est semblable au verre ; plus elle est brillante, plus elle est fragile. Publius Syrus, Sentences, 283
  • La fortune a vite fait de changer en mal et de régner sous une autre face. Aristophane, Les Thesmophories, 724 (traduction H. Van Daële)
  • Un jour suffit pour faire monter ou descendre toutes les fortunes humaines. Sophocle, Ajax, 131-132 (traduction Mazon)
  • Rarement il advient qu'aux hautes entreprises une fortune injuste ne s'oppose, qui mal s'accorde aux travaux magnanimes. Pétrarque en italien Francesco Petrarca, Canzoniere, LIII

Traductions du mot « contre-cœur »

Langue Traduction
Anglais reluctance
Espagnol reluctancia
Italien riluttanza
Allemand widerwillen
Chinois 勉强
Arabe ممانعة
Portugais relutância
Russe нежелание
Japonais 気が進まない
Basque errezeloa
Corse riluttanza
Source : Google Translate API

Contre-cœur

Retour au sommaire ➦

Partager