La langue française

Constitutionnalisme

Sommaire

  • Définitions du mot constitutionnalisme
  • Étymologie de « constitutionnalisme »
  • Phonétique de « constitutionnalisme »
  • Évolution historique de l’usage du mot « constitutionnalisme »
  • Citations contenant le mot « constitutionnalisme »
  • Traductions du mot « constitutionnalisme »
  • Synonymes de « constitutionnalisme »

Définitions du mot constitutionnalisme

Trésor de la Langue Française informatisé

Constitution(n)alisme,(Constitutionalisme, Constitutionnalisme) subst. masc.a) Psychol. Doctrine fondée sur la constitution psychophysiologique de l'homme. Le constitutionnalisme peut être érigé en solution paresseuse du problème psychothérapique (...) ce n'est pas tant la constitution que le genre de vie et l'éducation qui prédisposent à l'hystérie (Mounier, Traité du caractère,1946, p. 386).b) Pol., vx. Doctrine des partisans d'un gouvernement constitutionnel, appliquant rigoureusement la Constitution. Le parti républicain, tombé en constitutionalisme, donne son désistement (Proudhon, La Révolution soc. démontrée par le coup d'État du 2 déc.,1852, p. 43).Le parti occulte dont il plaidait la cause sous la forme vague du constitutionalisme (G. Sand, Le Compagnon du Tour de France,1840, p. 245).[kɔ ̃stitysjɔnalism]. Pour la graph. cf. constitution. 1reattest. 1828 (Doctrine de Saint-Simon, 154 ds Quem.); de constitutionnel terme pol., suff. -isme*. Fréq. abs. littér. : 3.

Wiktionnaire

Nom commun

constitutionnalisme \kɔ̃.sti.ty.sjɔ.na.lism\ masculin

  1. (Politique) (Droit) Doctrine qui insiste sur le rôle et la fonction de la constitution dans la hiérarchie des normes par rapport à la loi, ainsi que sur le contrôle de constitutionnalité des lois.
    • Le vide des institutions politiques demeura, parce que des structures empruntées à des régimes pluralistes, tel que le constitutionnalisme et le parlementarisme, étaient trop étrangères […]. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, p.72)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

CONSTITUTIONNALISME (kon-sti-tu-sio-nali-sm') s. m.
  • Opinion de ceux qui pensent que le pouvoir souverain doit être réglé par une constitution.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « constitutionnalisme »

De constitution.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Constitutionnaliser.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « constitutionnalisme »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
constitutionnalisme kɔ̃stitytjɔnalism

Évolution historique de l’usage du mot « constitutionnalisme »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « constitutionnalisme »

  • Un sommet sur le constitutionnalisme et la limitation des mandats présidentiels s’est tenu à Niamey, au Niger, du 2 au 4 octobre 2019 sous invitation du NDI et ses partenaires, notamment la Fondation Kofi Annan, OSIWA et le Africa Forum, avec la participation d’anciens Chefs  d’État africains, leaders de la société civile et professionnels des médias, afin d’examiner le constitutionnalisme, la consolidation de la démocratie et le transfert pacifique du pouvoir exécutif sur le Continent. Les participants remercient vivement le Gouvernement du Niger pour avoir accueilli ce sommet. Afriksoir, Niger : Voici la déclaration des ex-chefs d’État contre le 3è mandat envoyée à Condé et à Ouattara – Afriksoir
  • Telle est l’idée de constitution que porte le constitutionnalisme et qui en fait une doctrine de la démocratie. Aujourd’hui, ce constitutionnalisme-là est en crise, ou, pour éviter un mot compromis tant il est utilisé, le sens de ce constitutionnalisme fait question. La première raison tient aux modifications de l’équilibre entre les propriétés de la constitution. À l’origine, c’est-à-dire au XVIIIe siècle, la séparation des pouvoirs est celle qui domine et donne son sens à la notion de constitution : une constitution, c’est la détermination de la séparation des pouvoirs. Sans doute, la troisième propriété, la garantie des droits et libertés des citoyens, n’est pas oubliée mais elle ne bénéficie d’aucun mécanisme propre de protection car elle est considérée comme la conséquence nécessaire de la limitation des pouvoirs obtenue par leur division : tout serait perdu pour la liberté politique, écrit Montesquieu, « si le même homme ou le même corps des principaux, ou des nobles, ou du peuple, exerçait ces trois pouvoirs, celui de faire la loi, celui d’exécuter les résolutions publiques et celui de juger les crimes ». Progressivement, cette propriété perd en force et en autorité sous l’effet des pratiques politiques qui montrent que, quelle que soit l’organisation constitutionnelle retenue, les pouvoirs législatif et exécutif sont, par la grâce de la logique électorale majoritaire, réunis entre les mains du chef de l’Exécutif, qu’il soit président de la République comme en France, ou premier ministre comme en Espagne, en Allemagne ou au Royaume-Uni. Et il apparaît en conséquence que la constitution-séparation des pouvoirs n’est plus le moyen d’assurer la démocratie et la liberté politique des citoyens. Cet effacement relatif produit une montée en puissance de la troisième propriété, la garantie des droits, et surtout fait émerger une institution propre à en assurer le respect : la juridiction constitutionnelle. Puisque la protection des droits n’est pas mécaniquement garantie par le jeu de la séparation des pouvoirs, elle le sera donc par un mécanisme spécial, le contrôle juridictionnel de la constitutionnalité des lois, c’est-à-dire, la possibilité pour un juge de sanctionner les atteintes portées par le législateur aux droits constitutionnels. La constitution qui porte la démocratie n’est donc plus la constitution qui garantit les droits fondamentaux par la séparation des pouvoirs, mais qui les garantit par le contrôle de constitutionnalité ; ce n’est plus la constitution-séparation des pouvoirs mais la constitution-droits fondamentaux. , Constitutionnalisme et démocratie - La Vie des idées
  • Est-il encore besoin de justifier l’usage, s’agissant de l’Ancienne France, des termes de « constitution » ou de « constitutionnalisme » ? Sans doute, de telles notions, appliquées à l’ancienne monarchie peuvent surprendre ceux qui en sont restés à la définition péremptoire que les constituants de 89 donnèrent de la Constitution à l’article 16 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen : « Toute société dans laquelle la garantie des droits n’est pas assurée, ni la séparation des pouvoirs déterminée, n’a point de constitution ». Cependant, elles s’accordent, au contraire, avec une définition objective de la Constitution définissant celle-ci comme le statut juridique de l’État. Désignant initialement, en droit romain, la norme édictée par le princeps, le mot « Constitution » est utilisé dans son acception contemporaine depuis la fin du XVIe siècle ; l’une des occurrences la plus ancienne datant de 1591. Il s’agit d’un pamphlet anonyme publié à Paris et intitulé : De la vraie et légitime constitution de l’État. Le glissement du sens romain au sens contemporain se trouve très probablement dans la Bulle d’Or édictée en 1356 par l’empereur Charles IV, loi édictée par l’empereur qui détermine le statut juridique de l’empire. Le parlement de Paris adopta le mot « constitution » dans des remontrances du 1er mars 1721 relatives au statut des Pairs du royaume ; la chancellerie royale l’employa dans une déclaration royale du 26 avril 1723 rappelant l’exclusion des princes légitimés exclus de la succession. Le terme « constitution » fut employé ici pour exprimer une réalité juridique beaucoup plus ancienne qualifiée jusque là par d’autres expressions : « Lois de l’État et du royaume » (Achille de Harlay, 1586), « lois fondamentales du royaume » (1575), « police du royaume » (Claude de Seyssel, 1515) ou encore « Statut du royaume » (Jean de Terrevermeille, 1419). Le Rouge & le Noir, Le Roi justicier source du constitutionnalisme de l’Ancienne France | Le R&N
  • Pour être précis juste une précision à propos ma lecture personnelle influencé par une pensée Bourguibienne à la première République oui c est vrai que le première République est née le 25 juillet 1957 mais après l investiture à vie du président Bourguiba par le parlement je pense qu elle est morte ce jour là et je considère que la Tunisie est revenue à la période de monarchisme que le président Bourguiba est le dernier Bey tunisien et je pense que la Tunisie a revenu au constitutionnalisme et à la République avec le pacte du 7 novembre rédigé par Mr Elhedi Baccouche il faut regarder l histoire du bon côté pour baptiser le présent et le futur et qu on la critique une critique constructive pour se concilier avec notre histoire et si on ne prend des leçons de l histoire on va les refaire sans qu on nous rend compte et si on ne fait pas d erreur on ne pourra jamais faire une expérience et prendre par la suite des bonnes decisions Kapitalis, La «Coalition de la IIIe république» annonce un sit-in à partir du 14 juin pour réclamer la dissolution du Parlement - Kapitalis
  • L’ouvrage propose également quatre sujets traités à l’échelle régionale :  les constitutionnalismes illibéraux, les nouvelles formes de la militarisation, la diffusion du salafisme, les relations commerciales entre l’Asie du Sud-Est et l’Afrique subsaharienne.  thailande-fr.com, L'Asie du Sud-Est 2020 - Bilan, enjeux et perspectives - Culture, Livres - thailande-fr.com
  • Les années 2010 resteront les années Orbán en Hongrie. En 2010 comme en 2014 puis en 2018, le Fidesz s’est imposé trois fois de suite sans appel lors des élections législatives, dont deux avec une majorité des deux tiers à l’Assemblée nationale. En 2011, le Fidesz a fait adopter une nouvelle Loi fondamentale fidèle aux meilleures traditions du constitutionnalisme et convenant aux défis du XXIe siècle. Courrier international, Viktor Orban a-t-il fait du bien à la Hongrie ?

Traductions du mot « constitutionnalisme »

Langue Traduction
Anglais constitutionalism
Espagnol constitucionalismo
Italien costituzionalismo
Allemand konstitutionalismus
Chinois 宪政
Arabe الدستورية
Portugais constitucionalismo
Russe конституционализм
Japonais 立憲
Basque konstituzionalismo
Corse custituziunalisimu
Source : Google Translate API

Synonymes de « constitutionnalisme »

Source : synonymes de constitutionnalisme sur lebonsynonyme.fr
Partager