La langue française

Conflictualité

Définitions du mot « conflictualité »

Wiktionnaire

Nom commun

conflictualité \kɔ̃.flik.tɥa.li.te\ féminin

  1. État de ce qui est conflictuel.
    • Le siège de Sarajevo est le symbole des nouvelles conflictualités après la fin du monde bipolaire dominé par l’URSS et les États-Unis. — (source à préciser)
    • À Lille par exemple, même si je n’y ai pas compris grand-chose, la direction du laboratoire de recherche et la direction de l’Institut de sociologie ne s’aiment pas. La conflictualité qui en résulte structure en profondeur les dynamiques discursives mais aussi les inerties réformistes. — (Xavier Dunezat, « Pourquoi je démissionne de mon poste d’enseignant-chercheur en sociologie à l’université », Les documents de liens socio, nº 6, octobre 2007)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « conflictualité »

Attesté en 1925, mais très rare avant 1960 [1]. Construit à partir du mot conflictuel radicalisé, venant du latin conflictus (« choc »), et du suffixe -ité.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « conflictualité »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
conflictualité kɔ̃fliktyalite

Évolution historique de l’usage du mot « conflictualité »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « conflictualité »

  • Arnaud Benedetti : Macron est loin historiquement d’être le premier à vouloir politiquement être l’expression d’une synthèse : l’opportunisme sous la III ème Republique, plus tard le radicalisme dans sa version de gouvernement durant les années 20 et 30 portèrent ce projet, comme le centre-droit également avec Valery Giscard d’Estaing dans les années 70 du siècle dernier. Cette orthodoxie du rassemblement n’est pas celle du gaullisme par contre, je veux parler du gaullisme du Général de Gaulle, pas celui de ses successeurs. De Gaulle voulait rassembler au nom d’idées fortes, de principes transcendants, l’indépendance et la souveraineté. Le macronisme, à l’instar de l’opportunisme, du radicalisme, voire du giscardisme mais aussi du chiraquisme est d’abord animé par une forme de conservatisme social, celle des " élites " dont il est le mandataire. Il ne s’agit pas de dépasser les conflits, de les transcender afin de réaliser, d’opérer  la grandeur de la France (c’est cela le cœur de la mythologie gaullienne) mais de les ingérer pour satisfaire des clientèles. Le macronisme veut faire tenir-ensemble quand le gaullisme appelait à aller plus loin ensemble. Ce faisant, sa culture exclusivement technocratique, bien plus que politique, en fait un artisan parfois maladroit de cet exercice. Malgré ce " en même temps ", mantra communicant bien plus que rhétorique, le paradoxe du Président est de cliver en pratique, dans les faits  là où sa narration se veut " déclivante". Il confirme en creux ce qu’il n’aime manifestement pas et qui constitue pourtant l’une des essences du politique, comme l’expliquaient des penseurs comme Aron ou Freund : la conflictualité. Macron est lui-même le produit d’un conflit, un acteur du conflit, un principe du conflit comme tout homme politique engagé dans la lutte pour la conquête et le maintien du pouvoir.  Atlantico.fr, Comment le En même temps aura finalement précipité la France vers le gouffre du chacun pour soi | Atlantico.fr
  • Et dans le même temps, constatons que ce rapport n'est verbalisé qu'à la faveur d'une mobilisation collective. La statue de Colbert devant l'Assemblée nationale suscite à un moment donné le scandale chez certains, ou au contraire c'est l'idée de son déboulonnement qui devient scandaleuse chez d'autres. Bref, notre sentimentalité devant les statues n'est pas celle, intime et impartageable, que l'on éprouve devant une œuvre d'art, par exemple. C'est une émotion politique, c'est-à-dire publique, et qui exprime toujours une certaine conflictualité entre le collectif qui se mobilise (pour ou contre) au sujet de la statue en question et le public qui a cette statue sous les yeux tous les jours. Sciences et Avenir, Racisme : F.X. Fauvelle réagit au déboulonnage des statues - Sciences et Avenir
  • L’objet de ce papier n’est pas de revenir sur ces affaires précises, mais de tenter de prendre du recul et d’esquisser un bilan des rapports conflictuels entre la jeunesse (ou une partie d’entre elle) et les forces de l’ordre. La question est loin d’être nouvelle. Les émeutes de 2005 qui avaient embrasé une partie des banlieues françaises avaient en grande partie pour origine la conflictualité latente entre les jeunes des quartiers et la police. L’enquête que nous avions menée avec quelques collègues à Aulnay-sous-Bois en 2006 à ce sujet montrait bien que les rapports très tendus entre les jeunes et la police avaient été au cœur de la révolte. Le racisme des policiers était alors rarement évoqué, mais le thème de l’humiliation ressentie lors des contrôles, jugés par beaucoup abusifs et discriminatoires, était omniprésent. Une partie des jeunes faisait état d’une véritable haine à l’égard de la police, faisant écho au slogan apparu depuis et diffusé par l’extrême-gauche radicale « tout le monde déteste la police ». Dans les quartiers mêmes où nous avions enquêté tout le monde ne détestait pas la police, mais une partie des jeunes faisait état de sentiments virulents à son égard. Qu’en est-il aujourd’hui ? Telos, Les jeunes et la police: un état des lieux - Telos

Traductions du mot « conflictualité »

Langue Traduction
Anglais conflictuality
Espagnol conflictividad
Italien conflittualità
Allemand konfliktualität
Chinois 矛盾性
Arabe الصراع
Portugais conflitualidade
Russe conflictuality
Japonais 矛盾
Basque conflictuality
Corse cunflittualità
Source : Google Translate API

Conflictualité

Retour au sommaire ➦

Partager