La langue française

Ciguë

Définitions du mot « ciguë »

Trésor de la Langue Française informatisé

CIGUË, subst. fém.

BOT. Plante de la famille des Ombellifères dont certaines variétés vénéneuses sont utilisées en pharmacie pour leurs propriétés analgésiques. Grande, petite ciguë; ciguë d'eau. Des fleurs de ciguë en parasol imitaient les pins d'Italie (Bachelard, La Poétique de l'espace,1957, p. 150):
1. ... au sujet de l'emploi de l'extrait de ciguë comme médicament. M. Orfila a vu que la ciguë récoltée au mois de juin jouissait de toutes ses vertus, tandis que, récoltée au mois d'août, elle les a en grande partie perdues; J.-B. Kapeler, J.-B. Caventou, Manuel des pharmaciens et des droguistes,t. 1, 1821, p. 194.
Loc. proverbiale. Si tu aimes le cerfeuil prends garde à la ciguë.
P. méton. Poison mortel extrait de cette plante, que les Athéniens faisaient boire à leurs condamnés :
2. « Parmi nous, Socrate n'eût point bu la ciguë, mais il eût bu dans une coupe encore plus amère la raillerie insultante... » Guéhenno, Jean-Jacques,En marge des « Confessions », 1948, p. 288.
P. métaph. :
3. À présent, je vous dois [à Moréas] la songeuse habitude De mêler à mon sort vos poèmes hautains, Et de n'être jamais seule en sa solitude Quand je bois la ciguë horrible du Destin... A. de Noailles, Les Forces éternelles,1920, p. 291.
Prononc. et Orth. : [sigy]. Ds Ac. 1694-1932. Fér. Crit. t. 1 1787 propose d'écrire cigûe. Cf. ambigu. Étymol. et Hist. Vers 1210 [ms. A 1remoitié xiiies.] ceguë [: cornue] (Guillaume Le Clerc, Bestiaire, 1662); ca 1265 siguë (Brunet Latin, Trésor, 224 ds T.-L.); 1611 ciguë (Cotgr.). Réfection semi-savante d'apr. le lat., de l'a. fr. cëue (1180-90, Alexandre de Paris, Alexandre, Elliott Monographs, II, 97), issu du lat. class. cicuta « id. ». Fréq. abs. littér. : 96.

Wiktionnaire

Nom commun

ciguë \si.ɡy\ féminin (orthographe traditionnelle)

  1. Orthographe traditionnelle de cigüe (orthographe rectifiée de 1990) : plante ombellifère dont certaines espèces sont très vénéneuses.
    • Cependant, au point du jour, l'apothicaire de Sa Majesté entra dans ma chambre avec une potion mêlée de jusquiame, d'opium, de ciguë, d'ellébore noir et d'aconit. — (Voltaire, Zadig ou la Destinée, XVI. Le basilic, 1748)
    • Ainsi, ce garçon pieux et vertueux errait en dilettante sur les bords du crime, et tout en moissonnant les bons points et les tableaux d’honneur, il eût mérité vingt fois la ciguë de l’antique Socrate. — (Marcel Pagnol, Le temps des secrets, 1960, collection Le Livre de Poche, page 338)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CIGUË. n. f.
Genre de plantes de la famille des Ombellifères dont quelques espèces sont très vénéneuses. La grande ciguë, La principale espèce de ce genre. La petite ciguë ou Faux persil, La ciguë des jardins. Il se dit aussi du Poison extrait de la grande ciguë dont les Athéniens se servaient pour faire mourir ceux qui étaient condamnés à mort. Socrate et Phocion furent condamnés à boire la ciguë.

Littré (1872-1877)

CIGUË (si-gue) s. f.
  • 1Plante vivace de la famille des ombellifères et dont le nom est attribué à trois plantes ombellifères qu'il importe de distinguer : la ciguë vireuse (cicuta virosa, L.) ; la ciguë proprement dite ou grande ciguë (conium maculatum, L.) ; la petite ciguë ou ciguë des jardins, dite aussi faux persil (aethusa cynapium, L.) ; ces trois plantes sont vénéneuses.
  • 2Poison mal connu dans sa composition, par lequel les Athéniens faisaient mourir les condamnés à mort. Socrate mourut, ayant avalé la ciguë, Fénelon, Socrate.

    Fig. Cette philosophie va tout droit à la ciguë, Voltaire, Lett. Prusse, 12.

HISTORIQUE

XIIIe s. N'onc cil mué ne le troverent, Qui par cegue le tuerent, la Rose, 5888. Seignorie que j'ai eüe, Ne pris [je ne prise] pas un rain de segue, Rutebeuf, II, 197.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « ciguë »

Norm. chue ; Berry, cocue ; provenç. cicuda ; espagn. et ital. cicuta ; du latin cicuta.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « ciguë »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ciguë sigœ

Évolution historique de l’usage du mot « ciguë »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « ciguë »

  • Une photo publiée par ciguë architecture (@_cigue) le 16 Avril 2014 à 16h07 PDT O, Ciguë, le collectif d'architectes qui fait bouger la mode
  • Par ailleurs, la dernière étude rétrospective de l’Anses sur les cas de confusion alimentaire entre plantes comestibles et toxiques a montré que « les confusions les plus fréquentes concernaient les plantes à bulbes (12 % des dossiers), le marron d’Inde (11 %), les colo-quintes ou les courges amères (8,5 %), l’arum (7 %), la petite ou la grande ciguë (4 %), la cytise (4 %), et la morelle noire ou douce-amère (3,5 %) ». Réalités Biomédicales, Mort après avoir consommé une plante toxique de son jardin – Réalités Biomédicales
  • Même dans le plus vague des terrains, vous pouvez trouver de quoi vous faire une salade ! Encore faut-il être capable de distinguer la carotte sauvage de la ciguë. Pour devenir un cueilleur aguerri, suivez Christophe de Hody. Balades et vidéos gratuites, et pour les passionnés, une formation en ligne. L'ADN, 5 activités pour profiter du déconfinement
  • La ciguë (Conium maculatum) est très toxique, elle a empoisonné Socrate en 399 avant J.C. puisque le broyat de ses graines fraiches était la recette du poison létal utilisé à Athènes. Binette & Jardin, La ciguë, plante toxique et dangereux poison
  • Nous sommes, semble-t-il, tous condamnés, dès que nous buvons cette ciguë qu’est notre premier souffle. D’accord. Mais pourquoi devrait-on accepter, d’ici là, de docilement accueillir à table les émissaires du néant sans leur offrir la plus ardente des oppositions ? La question traverse tout ce livre dont la beauté tient en grande partie à ce choix : celui de la résistance. Peu de gestes sont plus bouleversants que cette fin de non-recevoir, aussi vaine que nécessaire, qu’oppose une femme à l’inéluctabilité de la mort. Le Devoir, «Ciguë»: comme un pot Mason rempli de guêpes et d’alcool | Le Devoir
  • La France n’est évidemment pas une exception. Dans le même registre, l’épidémie de Covid-19 n’explique pas toutes les difficultés qui surgissent aujourd’hui. Avant la crise sanitaire, certains groupes étaient déjà sous assistance respiratoire. Le coronavirus n’est pas toujours synonyme de variable d’ajustement. Parfois, c’est seulement la goutte de ciguë de trop. Tous n’en mourront pas, mais tous seront frappés, pourrait-on résumer dans une adaptation libre de Jean de La Fontaine. Sauf qu’il ne s’agit pas d’une fable, mais d’une situation présente et future. , L'éditorial | Emploi : des nuages noirs
  • La petite ciguë (Aethusa cynapium) est une plante annuelle faisant partie de la famille des Apiacées. Elle est communément nommée 'Faux persil' car elle lui ressemble de façon étonnante, mais on la trouve aussi sous le nom de 'ciguë des moissons' ou 'ciguë des chiens'. auJardin.info, Petite ciguë, Faux persil, Ache des chiens, Ciguë des moissons, Aethusa cynapium
  • Savez-vous vraiment différencier la ciguë du persil, le datura des épinards ou la belladone du raisin ? Dans son bulletin des vigilances de juin 2019, l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) alerte sur les risques de confusion entre les plantes comestibles et toxiques. Cette mise en garde survient après l'enregistrement de deux décès en deux ans : en juin 2019, un homme de 63 ans est décédé suite à la consommation d’œnanthe safranée qu’il avait confondu avec du persil tubéreux, cultivé et ramassé dans son jardin. Un an plus tôt, en 2018, un promeneur est décédé après avoir cueilli et consommé des feuilles d’aconit confondues avec du couscouil.  Franceinfo, Plantes comestibles ou toxiques : attention aux erreurs !
  • Des sophistes qui corrompent la jeunesse : à quand la ciguë ? Dans le même article, on nous dit que le président se veut le père de la Nation. On retrouve la posture infantilisante qu’il a cru bon d’adopter depuis le début de la pandémie : les gouvernants ont masqué leur irresponsabilité criminelle en retournant le soupçon sur la population – en particulier dans les banlieues. Aujourd’hui, il suggère que la jeunesse n’est pas capable de penser par elle-même. Elle se laisserait mener par le bout du nez. Le président continue de ne pas reconnaître qu’il y a un problème – non pas dans les mots, mais dans les choses. Le problème, répétons-le, c’est qu’une partie de la population n’est pas en sécurité face à la police. Les mobilisations sont suscitées d’abord par cette réalité, et non pas seulement par des discours. Les Inrockuptibles, Eric Fassin : “Le président de la République attise l’anti-intellectualisme”
  • La toxicité de la grande ciguë est célèbre depuis la Grèce antique et la mort de Socrate, condamné à mort par l'absorption du poison. La plante à l'odeur nauséabonde contient cinq alcaloïdes, dont de la conine. Dans les heures qui suivent l'ingestion surviennent nausées, vomissements, vertiges et paralysie musculaire. En cas d'intoxication aggravée, la grande ciguë peut plonger la victime dans le coma voire provoquer sa mort, le décès résultant d'une insuffisance respiratoire. leparisien.fr, Homme empoisonné à Nantes : dans nos jardins, les plantes toxiques ne manquent pas - Le Parisien
  • Le dictionnaire donne les exemples de ciguë, naïf et capharnaüm. Sans tréma ciguë se dirait "cigue", naïf se dirait "naif" et capharnaüm "capharnaum". Son utilité est encore plus flagrante sur un mot comme maïs, qui sans lui ressemblerait comme un frère à la conjonction mais ; il est indispensable aussi sur l’onomatopée aïe, qui sans lui donnerait aie, comme le verbe avoir au subjonctif. RTL.fr, Aiguë, exiguë, ambiguë : mais où va donc le tréma ?
  • Considéré comme une référence, voire comme l’inventeur de la philosophie morale et politique, Socrate appartient à l’antiquité ; mais aussi à l’éternité. Il a pris naissance en 470 et décédé en 399, avant Jésus Christ, en acceptant le verdict le condamnant à boire le poison létal, dénommé ciguë. Au cours de ces 70 ans auprès des mortels, l’illustre philosophe athénien cogitait, discutait, dialoguait et incitait chacun à chercher la connaissance, la lumière et la vérité. Vers 435 av. J.C, il commençait à enseigner, dans la rue, dans les gymnases, dans les stades ; il parcourait les rues d’Athènes modestement vêtu, sans chaussures, côtoyant ses concitoyens. Rezo Nòdwès, Le déshonorable député a injecté la cigüe à l’immortel Socrate | Rezo Nòdwès
  • Condamné à mort ! Le verdict du procès condamne Socrate à boire la ciguë et marque l'avènement de la philosophie. Mais pourquoi Socrate n'a-t-il pas accepté les propositions d'évasion ? Etait-il si serein face à la mort ? Spécialiste et traducteur de Platon, Luc Brisson nous éclaire sur les derniers moments de la vie de Socrate. France Culture, Verdict : condamné à mort - Ép. 4/4 - Qui a tué Socrate ?
  • Dans la Grèce antique, la ciguë était offerte comme dernière boisson aux condamnés à mort. Selon les doses, la grande ciguë provoque des maux de tête, des vertiges, des paralysies et des convulsions. Heureusement, la plante adulte dégage une odeur désagréable d'urine de souris qui n'encourage pas à l'ingérer. Futura, Les 10 plantes les plus toxiques que l’on rencontre en France
  • Les plantes, à qui l'on donnerait volontiers le bon Dieu sans confession, sont, en réalité, le plus grand réservoir de poisons naturels existant sur Terre. Tout le monde connaît l'histoire de la grande ciguë (Conium maculatum), une herbe sauvage voisine de la carotte, que les Grecs anciens administraient aux condamnés à mort et dont Socrate fut l'une des plus célèbres victimes. La littérature n'est pas en reste. Le père d'Hamlet, la célèbre pièce de Shakespeare, meurt empoisonné par de la jusquiame. Dans les romans d'Agatha Christie, les assassins ont très souvent recours à des «plantes tueuses»: belladone, aconit, digitale... Le Figaro.fr, Ces poisons végétaux qui poussent dans nos jardins
  • De la Rome antique à la Mongolie de Gengis Khan et de l’Italie de la Renaissance à la France napoléonienne, l’auteur reconstitue le parcours criminel du poison sous toutes ses formes : acide cyanhydrique, mercure, ciguë, hellébore blanc, arsenic, aconit, venin de serpent, mandragore, champignon vénéneux… Kirill Privalov raconte les illustres victimes (Socrate, Hannibal, Cléopâtre…) et les non moins illustres criminels : Ivan le Terrible, les maléfiques Borgia, l’impératrice chinoise Cixi, la tristement célèbre marquise de Brinvilliers, serial killeuse de « l’affaire des Poisons » au XVIIème siècle… , Il était une fois… le poison
  • En 399 avant Jésus-Christ, Socrate se donne la mort en avalant de la ciguë dans sa cellule. Raspoutine aurait survécu à un empoisonnement au cyanure au début du XXe siècle. La reine Cléopâtre se serait-elle suicidée en absorbant un mélange d’opium, de ciguë et d’aconitum ? Alexandre Le Grand aurait-il été empoisonné à l’ellébore blanc ? Napoléon aurait-il été empoisonné à l’arsenic ? Depuis la nuit des temps et jusqu’à aujourd’hui, l’empoisonnement demeure une méthode pour éliminer des adversaires ou se donner la mort. Petit aperçu des « empoisonnements célèbres ». RFI, L’empoisonnement, une pratique utilisée depuis l’Antiquité
  • Cette espèce est présente dans de très nombreuses régions du monde et est acclimatée en Amérique du Nord. Elle pousse sur des sols secs à humides, dans des endroits frais, les haies et les friches, au bord des chemins et des cours d'eau. La ciguë maculée, proche parente du persil, est une plante extrêmement toxique de la famille des ombellifères. Pour la petite histoire, cette espèce fournissait, en majeure partie du moins, le breuvage que les Athéniens faisaient prendre aux condamnés à mort. La mort de Socrate constitue l’empoisonnement le plus célèbre de la Grèce antique. Toutes les parties de la ciguë maculée contiennent des alcaloïdes toxiques, dont la conine. Ce sont toutefois les semences qui en contiennent la concentration la plus élevée. De 12 minutes à 1 heure après l’ingestion, l’empoisonnement débute par des vertiges, des éblouissements, des maux de tête, de la nervosité, des tremblements, puis apparaissent l’incoordination des membres inférieurs et la dépression. Le cœur ralentit, coma et mort par arrêt respiratoire.  MétéoMédia, Nouvelles - Si vous voyez ces plantes, posez-vous des questions! - MétéoMédia
  • Belladone, datura, jusquiame, ciguë... , France - Monde | Plantes toxiques : le danger est dans le pré
  • Lentement, le soleil décline sur Athènes. Socrate est passé dans une pièce adjacente pour prendre un bain. Lorsqu’il revient, il réclame la ciguë et interroge calmement le servant sur la façon dont il doit procéder. Socrate le remercie de ses explications, demande encore si une libation à une divinité est permise, prend la coupe et la vide. Puis il va et vient dans la pièce comme le lui a conseillé le gardien. Le Figaro.fr, Athènes en dix dates: 399 avant J.-C., la mort de Socrate
  • Elles agrémentent chemins et jardins potagers : ache, aneth, angélique, anis, carottes, céleri, cerfeuil, coriandre, cumin, panais, panicaut, persil… Mais aussi la ciguë ! , Montceau-les-Mines | La cigüe, l’une de nos plus jolies plantes sauvages
  • On retrouve la ciguë tachetée ou grande ciguë, qui fait partie de la famille du persil, partout au Canada et aux États-Unis.  MétéoMédia, Nouvelles - Les huit plantes les plus toxiques au Canada - MétéoMédia
  • Jean-Pierre Reduron évoque l’une de ses plantes fétiches : le fenouil dont toutes les vertus sont utilisées depuis 4 000 ans. « Le fenouil est digestif, diurétique, expectorant, galactologue… » Difficile pour autant de s’y retrouver dans « ce cocktail de molécules contenues dans les plantes » qui en réalité agissent en synergie. « Pour une molécule naturelle, il y a plusieurs actions. Il n’y a pas une plante, un usage. Le thym est bon en cas de grippe et de cicatrisation, mais il ne faut jamais oublier que chacun a son terrain personnel. Il faut s’y connaître. » Et pourquoi pas, consulter son pharmacien avant toute utilisation, même pour les décoctions et les huiles essentielles. Une simple tisane contient des substances actives. « La dose fait le poison, n’oublions pas que la ciguë a tué Socrate. Certaines plantes ont des propriétés médicales tellement fortes, qu’elles tuent. La famille des apiacées est difficile à reconnaître, attention aux confusions. Chaque année, il y a des accidents. » , Mulhouse | À la santé de grand-mère (et grand-père)
  • Une fois dans les sous-bois, il faut ouvrir l'œil pour distinguer les plantes comestibles de celles qui peuvent être toxiques. Ainsi, l'anthrisque des bois, aussi appelé cerfeuil des bois, ressemble à la grande ciguë, une espèce mortelle. Heureusement quelques astuces peuvent permettre d'éviter le drame: la ciguë n'a pas de poils, tandis que l'anthrisque en présente. Le Huffington Post, Un spécialiste nous apprend à cueillir des plantes sauvages comestibles | Le Huffington Post LIFE
  • Quel cocktail explosif! Qui vient à présent mettre le feu dans le gosier du Gamin suprême, contraint d’avaler cette bien peu socratique ciguë, implacable sentence, servie glacée, par le démons de l’ « Ancien » monde, celui dont on nous avait promis la déchéance à jamais. Chroniques politiques de la vie de Château, façon marquise de Sévigné, Macron: de l’empyrée au Bas-empire | Chroniques politiques de la vie de Château, façon marquise de Sévigné
  • La nature nous a donné les amanites phalloïdes, la ciguë ou le curare. Tout ce qu’il y a de plus naturels et tout ce qu’il y a de plus mortel. L’agriculture bio dispose de dizaines de produits labellisés. Une partie de ces produits reposent sur des dérivés pétrochimiques : l’huile de paraffine, le soufre. Une autre partie sur le cuivre. D’autres sur des bacilles, d’autres encore sur des huiles essentielles. Parlons d’abord du cuivre ou de soufre. Leur usage principal est d’éviter les moisissures, comme le mildiou qui touche les fruits. Cuivre, soufre et leurs dérivés – comme ce que l’on appele la bouillie bordelaise- et les autres produits bio représentent le quart des ventes de phytosanitaires en France, ils sont utilisés indifféramment par toutes les formes d’agricultures. L'Opinion, L'agriculture bio utilise-t-elle des pesticides ? – Economie | L'Opinion
  • La légendaire mandragore, chère aux officines occultes de la Renaissance. La grande ciguë, et son air de carotte sauvage ou de fenouil, qui emporta le philosophe Socrate. L'aconit napel et son cocktail détonant d'alcaloïdes… Sans oublier la gigantesque berce du Caucase, dont les molécules phototoxiques peuvent brûler la peau au troisième degré. Le jardin, à visée pédagogique, présente aussi les plantes aux propriétés psychoactives telles que le tabac, le pavot (opium) ou le cannabis, souvent enfermées dans des cages. La mise en scène, non dénuée d'humour anglais, se veut dramatique ; et les visites, exclusivement guidées et en groupe, sont limitées à une vingtaine de minutes. Un temps suffisant pour inspirer les Agatha Christie… en herbe. Sciences et Avenir, A Alnwick, les plantes "les plus dangereuses d'Europe" dans le jardin qui tue - Sciences et Avenir
  • Tout comme la berce du Caucase, la ciguë est appréciée pour ses fleurs blanches, mais se veut particulièrement toxique pour l’être humain. OhChouette! - Actualité scientifique et dernières découvertes, 8 plantes les plus dangereuses au monde qu'il ne faut jamais toucher – OhChouette!
  • Âgé de 55 ans, Sedwill exerce sa mission à l'écart de la lumière des projecteurs. Les débats houleux au Parlement, la ciguë des complots ou les tourments des destins tragiques sont bien éloignés du bureau, large mais banal, qui domine Whitehall, l'artère des grands ministères. Le bâtiment de style géorgien à l'intérieur austère et aux meubles vieillots est gardé comme Fort Knox. Le Point, Coronavirus : Boris Johnson hospitalisé, qui gouverne le Royaume-Uni ? - Le Point
  • Emmanuel Jardin, à la fois conférencier du jour et nouveau président de la Petite Université populaire verniollaise, proposait cette problématique inédite aux auditeurs mercredi. Les habitués de REV étaient rejoints à cette occasion par des amateurs de philosophie et composaient ainsi un public attentif, curieux et réactif. De syllogismes en argumentations, l'enseignant a décortiqué la vie du citoyen athénien que rien ne prédisposait ni à la célébrité posthume ni à la condamnation à mort. Certes, Socrate est un homme, l'homme est mortel, donc Socrate devait mourir. Mais quel cheminement ce sculpteur a-t-il suivi avant d'avaler la ciguë mortelle : son procès narré par Platon a révélé autant de vérités que mis en évidence bon nombre d'incohérences. Il fallait écouter le discours structuré du pédagogue pour bâtir son opinion et déconstruire quelques idées reçues. Socrate, père de la philosophie ou plutôt inspirateur de tant d'écoles de sagesse, a ouvert le champ des possibles que nous avons appris à labourer pour espérer y voir pousser la liberté. Socrate est mort serein, accordant délibérément ses pensées et ses actes. Le public est parti enrichi et convaincu de cette nécessité : la cohérence et c'est tout le travail et le bonheur des petites universités populaires que de semer ainsi des graines de lumière qui éclaireront ou illumineront le quotidien comme l'inaccoutumé. REV y réussit fort bien d'autant qu'elle émaille toutes ses soirées de convivialité et de partage, ce que n'aurait pas renié Socrate. Rendez-vous est pris dès septembre. ladepeche.fr, Verniolle. Pourquoi Socrate est-il mort ? - ladepeche.fr
  • Il était une fois la vie avait beau figurer un vieillard inspiré de Vinci dans le cerveau du corps-machine, je savais que la tradition était morte, et que la Mayenne de mon enfance était un continent englouti — un pays de morts-vivants qui buvaient une ciguë noirâtre en exprimant des opinions ridiculement réactionnaires.  France Culture, Comment j'ai cessé d'être moderne en haut d'un gros sapin
  • Poisons : des plantes toxiques (aconit, belladone, ciguë et digitale) Futura, Les poisons dans l'histoire | Dossier
  • Voilà ces Kinois sevrés de cette pitance journalière. " Si déjà les mesures de restriction, pourtant salutaires, édictées par le Gouvernement et annoncées par le chef de l'Etat, ont arrière-goût social aigre, a fortiori le confinement annoncé ressemblera à la ciguë ", estime un habitant de la capitale. , mediacongo.net - Actualités - COVID-19 : La mesure de confinement prise par l'hôtel de ville soulève des questions auprès des kinois
  • Cette espèce est présente dans de très nombreuses régions du monde et est acclimatée en Amérique du Nord. Elle pousse sur des sols secs à humides, dans des endroits frais, les haies et les friches, au bord des chemins et des cours d'eau. La ciguë maculée, proche parente du persil, est une plante extrêmement toxique de la famille des ombellifères. MétéoMédia, Nouvelles - Ouvrez l’œil, cinq plantes peuvent vous rendre très malade - MétéoMédia

Traductions du mot « ciguë »

Langue Traduction
Anglais hemlock
Espagnol cicuta
Italien cicuta
Allemand schierling
Portugais cicuta
Source : Google Translate API

Synonymes de « ciguë »

Source : synonymes de ciguë sur lebonsynonyme.fr

Ciguë

Retour au sommaire ➦

Partager