La langue française

Chromatophore, chromophore

Définitions du mot « chromatophore, chromophore »

Trésor de la Langue Française informatisé

CHROMATOPHORE, CHROMOPHORE, adj. et subst. masc.

I.− Adj. Qui porte la couleur. Tissu chromatophore (Roussy dsNouv. Traité Méd.,fasc. 5,1920-24, p. 583);cellule chromophore (Méd. Biol.t. 11970, s.v. chromatophore).
II.− Substantif
A.− Chromatophore ou chromophore (vx). Cellule pigmentaire, généralement située dans les tissus superficiels, et susceptible de produire chez certains animaux (caméléon, par exemple) des modifications de coloration par déplacement du pigment qu'elle renferme :
Ces chromatophores, très ramifiés, sont susceptibles de mouvements amiboïdes, ... E. Perrier, Traité de zool.,t. 3, 1899-1925, p. 2741.
P. anal. [En parlant des algues] Synon. de chloroplaste, sous chloro- II B 1,(cf. R. Husson, F. Graf, Manuel de biol. gén., 1965, p. 34).
B.− CHIM. Chromophore. Radical non saturé responsable de la coloration dans une molécule organique (cf. R. Husson, F. Graf, Manuel de biol. gén., 1965, p. 12).
Prononc. et Orth. Seule transcr. ds Littré : kro-ma-to-fo-r'. Lar. 20eet Lar. encyclop., seuls, admettent chromatophore ou chromophore. Étymol. et Hist. 1. a) 1838 zool. histol. chromophore subst. « cellule du derme de certains animaux, riche en pigment » (Ac. Compl. 1842); 1878 chromatophore « id. » (Lar. 19eSuppl.); b) 1890 bot. « corps plasmique existant dans certaines spores » (Lar. 19eSuppl.); 2. 1875 anat. chromatophore adj. « qui porte la couleur, la coloration » (H. de Parville ds J. Officiel, 25 nov., p. 9664, 2ecol. ds Littré Suppl.). Composé de l'élément préf. chromo- (chromato-*) et de l'élément suff. -phore*.

Wiktionnaire

Adjectif

chromatophore \kʁɔ.ma.tɔ.fɔʁ\

  1. Qui porte la couleur, la coloration.
    • Tissu chromatophore, cellule chromophore.

Nom commun

chromatophore \kʁɔ.ma.tɔ.fɔʁ\

  1. Cellule pigmentaire, généralement située dans les tissus superficiels, et susceptible de produire chez certains animaux (caméléon, par exemple) des modifications de coloration par déplacement du pigment qu'elle renferme.
    • Ces chromatophores, très ramifiés, sont susceptibles de mouvements amiboïdes.
  2. (par analogie) [En parlant des algues] chloroplaste.

Nom commun

chromophore \kʁo.mɔ.fɔʁ\ masculin

  1. (Biochimie) Cellule de pigmentation pouvant produire des modifications de couleur chez certaines espèces animales.
    • Les chromophores du caméléon.
  2. (chimie) Radical non saturé responsable de la coloration dans une molécule organique.
    • D’après cette théorie les composés colorés doivent comporter certains groupes d'atomes (chromophores) tels que NO2, -N=N-, C=O. — (Bernard Vidal, Histoire de la chimie, 1985, Collection Que sais-je des Presses Universitaires de France, page 85)
  3. (vieux) Cellule du derme de certains animaux, riche en pigment.

Adjectif

chromophore \kʁo.mɔ.fɔʁ\

  1. Qui porte la couleur.
    • Une cellule chromophore.
  2. (Chimie) (Spectroscopie) Se dit d’un ensemble d’atomes à l’origine de la couleur d’une entité moléculaire et, par extension et plus généralement, à l’origine d’une transition électronique donnée.

Nom commun

chromophore \kʁo.mɔ.fɔʁ\ masculin

  1. (Biochimie) Cellule de pigmentation pouvant produire des modifications de couleur chez certaines espèces animales.
    • Les chromophores du caméléon.
  2. (chimie) Radical non saturé responsable de la coloration dans une molécule organique.
    • D’après cette théorie les composés colorés doivent comporter certains groupes d'atomes (chromophores) tels que NO2, -N=N-, C=O. — (Bernard Vidal, Histoire de la chimie, 1985, Collection Que sais-je des Presses Universitaires de France, page 85)
  3. (vieux) Cellule du derme de certains animaux, riche en pigment.

Adjectif

chromophore \kʁo.mɔ.fɔʁ\

  1. Qui porte la couleur.
    • Une cellule chromophore.
  2. (Chimie) (Spectroscopie) Se dit d’un ensemble d’atomes à l’origine de la couleur d’une entité moléculaire et, par extension et plus généralement, à l’origine d’une transition électronique donnée.

Nom commun

chromophore \kʁo.mɔ.fɔʁ\ masculin

  1. (Biochimie) Cellule de pigmentation pouvant produire des modifications de couleur chez certaines espèces animales.
    • Les chromophores du caméléon.
  2. (chimie) Radical non saturé responsable de la coloration dans une molécule organique.
    • D’après cette théorie les composés colorés doivent comporter certains groupes d'atomes (chromophores) tels que NO2, -N=N-, C=O. — (Bernard Vidal, Histoire de la chimie, 1985, Collection Que sais-je des Presses Universitaires de France, page 85)
  3. (vieux) Cellule du derme de certains animaux, riche en pigment.

Adjectif

chromophore \kʁo.mɔ.fɔʁ\

  1. Qui porte la couleur.
    • Une cellule chromophore.
  2. (Chimie) (Spectroscopie) Se dit d’un ensemble d’atomes à l’origine de la couleur d’une entité moléculaire et, par extension et plus généralement, à l’origine d’une transition électronique donnée.

Nom commun

chromophore \kʁo.mɔ.fɔʁ\ masculin

  1. (Biochimie) Cellule de pigmentation pouvant produire des modifications de couleur chez certaines espèces animales.
    • Les chromophores du caméléon.
  2. (chimie) Radical non saturé responsable de la coloration dans une molécule organique.
    • D’après cette théorie les composés colorés doivent comporter certains groupes d'atomes (chromophores) tels que NO2, -N=N-, C=O. — (Bernard Vidal, Histoire de la chimie, 1985, Collection Que sais-je des Presses Universitaires de France, page 85)
  3. (vieux) Cellule du derme de certains animaux, riche en pigment.

Adjectif

chromophore \kʁo.mɔ.fɔʁ\

  1. Qui porte la couleur.
    • Une cellule chromophore.
  2. (Chimie) (Spectroscopie) Se dit d’un ensemble d’atomes à l’origine de la couleur d’une entité moléculaire et, par extension et plus généralement, à l’origine d’une transition électronique donnée.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

CHROMATOPHORE (kro-ma-to-fo-r') adj.
  • Terme d'anatomie. Qui porte la couleur, la coloration. La dilatation des canaux chromatophores, De Parville, Journ. offic. 25 nov. 1875, p. 9664, 2e col.

    On dit aussi chromophore (voy. ce mot).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « chromatophore »

Du grec « khrôma » (couleur) et « phoros » (« qui porte »)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « chromatophore »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
chromatophore krɔmatɔfɔr

Évolution historique de l’usage du mot « chromatophore »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « chromatophore »

  • Dans le même temps, ces travaux ont également mis en évidence l’importance de la réorganisation de protéines et des changements de configuration à la surface du chromatophore permettant d’optimiser sa morphologie. Selon les chercheurs, les zones lisses et incurvées permettraient de favoriser les réactions photosynthétiques, le transport d’électrons ainsi que la fabrication de molécules d’adénosine triphosphate. Daily Geek Show, Des chercheurs ont réussi la prouesse de simuler les mécanismes complexes d'une photosynthèse
  • Modèle atomique du chromatophore de la bactérie pourpre, organelle chargée de la photosynthèse.  Sciences et Avenir, 136 millions d’atomes pour simuler la photosynthèse ! - Sciences et Avenir
  • La couleur d'une seiche dépend de millions de petits pigments de cinq couleurs : jaune, orange, rouge, brun et noir. Les biologistes de l'Institut Max-Planck et de l'Université Goethe à Francfort ont suivi avec des caméras plusieurs dizaines de milliers de ces « chromatophores » et les muscles minuscules qui les contrôlent, avec six seiches communes (sepia officinalis) dans un aquarium de 4000 litres. La Presse, Les secrets du camouflage des seiches
  • Après analyse de l’extrait par diverses méthodes, le chromophore principal a été d’abord rapproché de l’hermidine (incolore, mais bleue sous la forme de quinone) ; cette substance avait été isolée d’une autre Euphorbiacée, Mercurialis perennis, plutôt connue pour son usage médicinal mais qui peut donc aussi produire un extrait bleu dont la couleur est cependant très instable. La molécule présente dans C. tinctoralis a été finalement identifiée comme un dimère glycosylé de l’hermidine, un composé hydrosoluble, stable cette fois-ci, mais jusque-là inconnu et nommé par les auteurs chrozophoridine. Tela Botanica, Un nouveau colorant végétal identifié dans un pigment utilisé dans les enluminures du Moyen-Age – Tela Botanica
  • Les protéines fluorescentes possèdent une partie appelée chromophore, qui est sensible à une longueur d’onde bien précise, dans le visible. Lorsque ce chromophore absorbe un photon, la protéine change d’état et de structure. Pourlascience.fr, Un film X de protéines fluorescentes | Pour la Science
  • Pour parvenir à cette conclusion, les scientifiques ont étudié trois groupes de souris âgées de 3 mois : un premier groupe (composé de souris diabétiques) a reçu une injection à base du chromophore visuel 9 cis-rétinien - un analogue de vitamine A. Le second groupe (également composé de souris diabétiques) a reçu un traitement placebo. Le troisième groupe (composé de souris saines) servait de "groupe-contrôle".  Santé Magazine, Rétinopathie diabétique : la vitamine A pourrait prévenir la perte de la vue chez les patients diabétiques | Santé Magazine
  • La coloration d’un milieu présentant une certaine transparence résulte de l’absorption de certaines longueurs d’ondes par des chromophores. Le premier type de chromophore résulte des transitions électroniques entre les niveaux électroniques des ions de métaux de transition ou de terres rares. Techniques de l'Ingénieur, Comment colorer la matière ? | Techniques de l'Ingénieur
  • Les radicaux libres sont des espèces chimiques extrêmement instables qui pour se stabiliser vont avoir tendance à capter des électrons à partir de molécules adjacentes. Ce sont par conséquent, des agents oxydants très puissants. Leur cible principale correspond aux sites donneurs d’électrons que représentent les doubles liaisons conjuguées. La capture, par les radicaux libres, d’électrons localisés au niveau des doubles liaisons des chromophores va entraîner une rupture de ces liaisons et donc une modification des propriétés d’absorption de la lumière et une diminution de la couleur de ces molécules (8). Le processus d’éclaircissement est par conséquent lié à l’oxydation des composés organiques colorés localisés dans l’émail et la dentine (Figure 3). LEFILDENTAIRE magazine dentaire, Mécanismes d’action de l’éclaircissement

Traductions du mot « chromatophore »

Langue Traduction
Anglais chromatophore
Source : Google Translate API

Chromatophore

Retour au sommaire ➦

Partager