La langue française

Chrisme

Sommaire

  • Définitions du mot chrisme
  • Étymologie de « chrisme »
  • Phonétique de « chrisme »
  • Évolution historique de l’usage du mot « chrisme »
  • Citations contenant le mot « chrisme »
  • Traductions du mot « chrisme »
  • Synonymes de « chrisme »

Définitions du mot chrisme

Trésor de la Langue Française informatisé

CHRISME, subst. masc.

Monogramme du Christ. Étendard marqué du chrisme (Rob.):
Il [M. Cassoubieilh] s'était arrêté tout en haut du perron, à l'ombre du porche roman connu pour son chrisme singulier... Toulet, La Jeune fille verte,1918, p. 83.
Rem. On relève ds F. Poictevin, Tout bas, 1893, p. 15 cité ds Rheims 1969 le néol. chrismal, ale, aux, adj. En forme de chrisme, de croix. Et la pâle vierge lilialement triste dont les mains déjointes semblent chrismales.
Prononc. et Orth. : [kʀism̥]. Pour l'initiale, cf. lettre C, graph. ch. Guérin 1892 : chrisme, chrisma ou chrismon. Étymol. et Hist. 1819 (Boiste). Le b. lat. chrēsimon signifie « signe formé d'un chi grec surmonté d'un rho (deux premières lettres de χ ρ η ́ σ ι μ ο ς) placé en marge d'un manuscrit pour indiquer un passage remarquable » (apr. 540, Cassiodore ds Mittellat. W., s.v. chris[i]mon, 550, 60; début viies., Isidore ds TLL s.v. chrēsimon, 1027, 7); il est empr. au gr. χ ρ η ́ σ ι μ ο ς « utile, profitable » (cf. gr. χ ρ η ̃ σ ι ς, « citation d'un texte »; indiquée par le signe , iiies. Anon. ds Liddell-Scott). Ce signe a été ultérieurement adopté par les chrétiens comme monogramme du Christ, dont le nom en gr. commence également par X et P (v. Hraban ds Mittellat. W. s.v., 550, 61 : haec [figura] a Graecis vocatur chresimon [...] ad aliquid notandum inventa; sed [...] a christianis ad exprimendum nomen Christi assumitur) d'où le b. lat. crismon (ca 1050, Papias ds Du Cange, s.v. benevalete; ca 1100 Landulfus de Milan ds Mittellat. W. s.v. chris[i]mon, 551, 1), lat. sav. chrismon (1681, J. Mabillon, De re diplomatica ds Du Cange) dont chrisme est une adaptation.

Wiktionnaire

Nom commun

chrisme \kʁism\ masculin

  1. (Religion) Symbole chrétien formé du digramme des lettres grecques entrelacées chi et rhô. Note : Ce caractère a son caractère Unicode : (U+2627).
    • Le sarcophage, décoré d’un chrisme et de pampres de vigne, aurait, selon la tradition, contenu le corps de Drausin, évêque de Soissons, mort vers 680.
    • Le portail principal, placé au fond d’un narthex, est décoré d’un « chrisme », monogramme du Christ, flanqué de deux lions et entouré d’inscriptions expliquant au pèlerin la signification de ces images. — (Marie-France Chabaud, Les Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en Espagne, 2004)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « chrisme »

(Siècle à préciser) Du latin chresimon (« signe formé d’un chi grec surmonté d’un rho »), emprunt ésotérique du grec ancien χρήσιμος, krêsimos (« utile, profitable »), mot adopté par les chrétiens comme monogramme du Christ, dont le nom en grec commence également par X et P. Le vocable devient crismon en bas-latin, il subit une réfection savante en chrismon qui donne le français chrisme.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « chrisme »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
chrisme krism

Évolution historique de l’usage du mot « chrisme »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « chrisme »

  • Église romane du XIIe siècle ouverte tous les jours de 10 heures à 18 heures (gratuit) : têtes de taureaux attestant du culte romain de Mithra, chrisme de l’Empereur Constantin Ier du IVe siècle, vases acoustiques dans la voûte du chœur. Son et lumière permanent pour découvrir l’histoire du village et suivre une visite commentée de l’église (2 €). midilibre.fr, En août, un village à visiter - midilibre.fr
  • Située en contrebas de Saint-Bertrand-de-Comminges dans un décor toscan, cette église du XIIe siècle, considérée comme l'une des plus belles des Pyrénées, a été construite avec de nombreux remplois sculptés de l'époque gallo-romaine. Une pratique qui se retrouve également dans les vallons des Frontignes, à Saint-Pé-d'Ardet où des auges cinéraires, urnes en marbre de Saint-Béat et des autels votifs antiques ont été intégrés dans les murs de l'église. D'autres, retrouvés dans la commune, laissent penser que la divinité à tête d'ours Artahe a fait l'objet d'un culte très local. Sur le parvis de l'église, une vasque baptismale et le chrisme de la façade montrent que sur la nécropole gallo-romaine fut ensuite élevé un édifice paléochrétien. Depuis Saint-Béat, où un autre monogramme du Christ a été sculpté au-dessus du portail de l'église romane Saint-Privat, l'itinéraire emprunte ensuite la vallée de Larboust. ladepeche.fr, En Comminges, l'art roman pour guide - ladepeche.fr
  • « Le labarum est un fac-similé de l’étendard impérial romain sur lequel Constantin fit remettre le chrisme, étoile à six branches, après sa victoire sur Maxence au pont Milvius en 312 près de Rome. Les trois médaillons représentent Constantin et ses deux fils. La devise, "par ce signe tu vaincras", est brodée d’or », explique Pierre Lamige. Quant à la Maintenance, elle vient de « Maintenons ce qui est », lancé en 1913 par le cardinal de Cabrières lors des fêtes constantiniennes d’Arles. www.lepopulaire.fr, Le labarum exposé pendant un an à la chapelle Saint-Aurélien à Limoges - Limoges (87000)
  • Robert Guilhem disparus en 2017. Il a rappelé que si la vocation des «Amis» comprend le patrimoine culturel, l'entretien, la conservation et la restauration, ne sont pas oubliés pour autant. De nombreuses réalisations ont été réalisées ou sont en cours, la lutte contre les pigeons avec la pose de nouveaux picots et de filets de protection, la restauration de la chaire de l'église retardée mais toujours à l'ordre du jour, celle du chrisme qui a été réalisée grâce au travail remarquable d'une entreprise spécialisée et la statue de Sainte Apollonie en cours de rénovation dans l'atelier des «Tréteaux du Razès». Pour la trésorerie celle-ci est équilibrée grâce à une situation saine et une bonne gestion. Après un état des lieux des adhérents dont la belle progression est à souligner, environ 25 % de plus, ce rapport est voté à l'unanimité comme l'a été le rapport moral. Les propositions pour 2018 sont nombreuses : suivi et finalisation de projets en cours (la chaire et la statue de Ste Apollonie), étude et restauration de la statue de l'ange surmontant la chaire, étude et complément de la série des angelots de l'abside côté clocher, conférences en juin prochain (Cabestany), finalisation et édition d'un recueil des principaux textes (recherches historiques, histoire locale) parus dans tous les bulletins depuis 1978. Les modalités de cette parution spéciale paraîtront par voie de presse et sur le site : www.lesamisdesaintpapoul.fr. Après le renouvellement du conseil d'administration et l'intervention de Monsieur le maire, les participants se retrouvèrent autour du verre de l'amitié. Le bureau issu du CA, réuni quelques jours plus tard, reste inchangé : G. Busignies Président, Thérèse Ourliac Secrétaire, Daniel Cabrol Trésorier. À noter l'arrivée d'un nouveau membre dans le CA, Dominique Marquier, et le départ pour raisons personnelles de F.Offredo, A. Plataux et P.Ambry, qui ont été remerciés pour leur participation passée. ladepeche.fr, Un bilan favorable et de nombreux projets pour les Amis de Saint-Papoul ! - ladepeche.fr
  • Bien que « tsar » soit dérivé de « césar », son titre portait un symbolisme différent – un sens orthodoxe. Lors de la cérémonie de couronnement, ils étaient oints pour le royaume - le prêtre effectuait une chrismation sur le monarque, en faisant le signe de la croix sur le front, les yeux, les narines, la bouche, la poitrine et les deux côtés de chaque main avec le chrisme (également appelé myrrhe). , Qui était le tsar et pourquoi les Russes appelaient-ils ainsi leur monarque? - Russia Beyond FR
  • Saint-Martin-du-Pinet est l’une des plus anciennes églises entièrement voûtées (voûte lisse) du Rouergue Méridional. Elle possédait jusqu’en 1952 un cippe de toute beauté gallo-romain christianisé, colonne tronquée, sans chapiteau, que les anciens élevaient sur les tombeaux, transformé en bénitier. Une photo prise par Louis Balsan illustre le livre de Jules Artières : « Millau à travers les siècles ». Cet autel païen anépigraphe (haut. : 1,03 m, larg. : 0,54 m) a sa base et couronnement portant sur sa face antérieure un chrisme entre (IHS) ,la christianisation du monument pourrait selon M.Espérandieu, remonter au Ve siècle. Il est aujourd’hui en dépôt au musée Fenaille de Rodez. millavois.com, Saint-Martin-du-Pinet (commune de la Cresse)
  • Un symbole de l'euro, la monnaie européenne, en guise de « E », une faucille et un marteau rappelant emblème communiste pour le « G », ou encore un chrisme, symbole chrétien romain, pour le « R »… L'alphabet de l'artiste est riche de clins d'œil politiques, sociaux et économiques. Une version originale qui séduit les premiers admirateurs. « Ça me plaît, car ça porte le message qu'on vit tous ensemble, peu importe le milieu d'où l'on vient », estime une habitante. leparisien.fr, Sur la mairie de Saint-Gratien, la devise de la République est une œuvre d’art - Le Parisien
  • Une église médiévale restaurée, des bucranes évoquant le culte de Mithra, le chrisme de l'empereur romain Constantin 1er, des vases acoustiques dans la voûte du choeur ...Visite commentée grâce à un son et lumière permanent, voilà qui mérite le détour ! midilibre.fr, L’église romane du XIIe siècle de Saint-Jean-de-Valériscle - midilibre.fr
  • Sur les anciens quais, la chapelle Sainte-Catherine-du-Port date du XIVe siècle. Sainte-Catherine était la patronne des mariniers. Sur sa façade, un chrisme (symbole chrétien datant du christianisme primitif) de l'époque carolingienne est visible. ladepeche.fr, Auvillar : un beau village de France à l'ouest du Tarn-et-Garonne - ladepeche.fr
  • « Voilà quelques mois, nous avons eu pour mission de dégager des regards de l’aqueduc antique qui passe à proximité. Un jour où nous étions nombreux, on a eu l’idée de nettoyer cet ancien lavoir creusé dans la roche calcaire », explique l’archéologue et responsable du chantier de fouilles. Le premier signe est alors apparu avec un chrisme dessiné sur une pierre. Ce symbole chrétien est constitué par les deux lettres X (chi) et P (rhô) encadrées par les lettres alpha et oméga. SudOuest.fr, Le baptistère oublié
  • Au départ de Vic, il faut prendre la N 124, direction Nogaro, après la zone artisanale, prendre la direction de Castillon-Debats, rouler lentement et à droite s’engager dans le chemin Saint-Pé-des-Mérix pour visiter extérieurement la chapelle, type même de la chapelle rurale avec clocher mur et emban (petit hangar) pour l’entrée. Sur le mur du sud, on peut voir un chrisme (pierre rapportée). La petite cloche avait – dit la légende – le pouvoir de chasser les orages, d’où les sonneries quand on entendait les grondements du tonnerre. SudOuest.fr, Sur les traces du plus célèbre des Gersois
  • «Dès la première semaine de travaux, on voyait que ce n’était pas juste des fosses de dépotoir, mais qu’il y avait probablement un ou plusieurs bâtiments», explique Philippe Ruffieux, responsable de cette fouille lancée le 31 octobre. Son équipe a effectué un décapage de surface sur environ 800 mètres carrés et repéré plusieurs structures, principalement des traces de bâtisses en bois. L’enthousiasme des premiers jours a été confirmé le 22 novembre par une autre découverte: au fond d’une fosse, une pièce de monnaie en bronze particulièrement bien conservée. Elle porte l’effigie d’un empereur romain et un chrisme, symbole de la chrétienté, qui pointent vers la seconde moitié du IVe siècle. Le Temps, Une découverte majeure dans la campagne genevoise - Le Temps
  • Mais en réalité, les croyants de la base vont éprouver rapidement le besoin de dessiner, d’exprimer leur foi (un peu comme en amour, on a besoin d’exprimer son sentiment, et on va faire des graffitis sur les murs de l’école !). Va se développer progressivement l’usage de symboles, qui ont un sens religieux : c’est ainsi qu’on prend l’habitude de mettre des poissons sur les tombes, à la porte des maisons. Mais pas seulement les poissons : des paons, des colombes (pureté) des agneaux. Le symbole peut plus simplement être constitué de lettre, comme le chrisme (☧formé des deux lettres grecques Χ (chi) et Ρ (rhô)). La Croix, Le poisson d’avril, une tradition religieuse ?
  • Elle n'écoute plus les commentaires de l'évêque Macaire, mais remonte le temps passé. Elle est née en Bithynie, au pays des chênes-lièges et des pinèdes où pour la première fois, encore enfant, elle a entendu parler des chrétiens. Ils étaient persécutés. Hélène ne comprenait pas pourquoi, car ils ne cherchaient nullement à nuire à l'Empire. Plus tard, à Nicomédie, Constantin lui avait parlé de son ami Lactance, un maître en rhétorique. Il s'était converti au christianisme. Hélène revoit surtout le visage radieux de son fils aux lendemains de la bataille du pont Milvius. Il avait triomphé de son rival Maxence en arborant le chrisme. Peu après, Constantin a accordé la liberté de culte aux chrétiens. Le Figaro.fr, On a retrouvé la Croix du Christ
  • Le chrisme du XIIe a été conservé et intégré au portail de style classique. Le vieux clocher a été aussi préservé : il date du XVIe. ladepeche.fr, Ancizan, st Blaise et st Martin - ladepeche.fr
  • D'abord un peu d'histoire. Des travaux de recherche historique ont permis de confirmer l'existence de l'église Saint-Pierre-de-Cazaux, à Laplume, dès l'an 980. Saint-Pierre-de-Cazaux, alors prieuré, apparaît sur le cartulaire bénédictin de l'an 1 000 (chrisme et croix du roi Sanche de Navarre). En 1030, Saint-Pierre-de-Cazaux appartient au comte Hunauld de Gascogne qui décide de devenir moine à l'abbaye bénédictine de Moissac. Dans une charte de 1062, on trouve le texte de la donation de ses biens, dont Saint-Pierre-de-Cazaux, au prieuré clunisien de Layrac. En 1910, la présence du chrisme (roue symbolique ancienne) a sans doute été à l'origine du classement du portail de l'édifice. Le 30 décembre 1925, l'église de Cazaux a été inscrite sur l'inventaire des Monuments historiques. Seulement l'église n'est pas visitable, «la toiture s'est effondrée le 20 novembre 1888». ladepeche.fr, Laplume. La légende du revenant de Saint-Pierre-de-Cazaux - ladepeche.fr
  • Proche de l'ancienne église primitive aujourd'hui disparue de Saint-Jacques- de-Primepause, halte des pèlerins de Compostelle, Notre-Dame-des-Vignes est une chapelle romane du XVIè siècle au site classé. Autrefois appelée Notre-Dame-du- Pigné, elle était entourée de pins et de vignes. Ces dernières lui donnèrent son appellation définitive, comme en témoigne son superbe vitrail représentant la Vierge à la grappe de raisin du peintre Pierre Mignard (1650). Les pèlerins parvenaient à l'église par le chemin des Litanies avant d'atteindre la chapelle de Saint-Jacques de Primepaus, première halte sur la route de Saint-Jacques de Compostelle. C'est dans cette église qu'a été baptisé Pierre-Jean Taffanel de la Jonquière en 1685, gouverneur de la Nouvelle-France décédé à Québec. A découvrir dans cette église gothique : un très beau chrisme au-dessus de la porte d'entrée, une vierge noire et un baptistère (conque marine). A côté du site classé se trouve le cimetière avec les dalles funéraires de la famille La Jonquière et le tombeau de la famille de l'Amiral Benjamin Jaurès (1823-1889), député du Tarn, sénateur inamovible et ministre de la marine et des Colonies ainsi que la tombe du poète Hervé Quint. ladepeche.fr, Graulhet. A la découverte de Notre-Dame des vignes - ladepeche.fr
  • Enfin, la croix de Gloire et le chrisme du tabernacle sont dorés à la feuille, le corps du tabernacle et le support de lecture sur l’autel sont en acier patiné. Chroniques d‘architecture, La chapelle Saint-Martin, à Tours, signée Jean-Marie Duthilleul
  • Voici ci-après les scènes sculptées qui me font penser que nous sommes, pour Julien comme pour Constantin, dans le même processus allégorique de naissance à l'empire. Le problème qui se pose à moi est le suivant : comment dois-je désigner le personnage messianique auréolé ? Christ, Jésus, comme le nomme Jacques dans son Protévangile, ou Apollon comme le nomme le rhéteur Eumène dans son discours officiel ? Comment dois-je nommer la femme qui reçoit la visite de l'ange, comme cela est dit dans la scène de la visitation du protévangile ? Marie, population éduenne, ou seulement Flavie (Autun) ? La question n'est pas simple mais en fait, ce dilemme est le même que celui qui s'est posé aux contemporains qui ont interprêté différemment la fameuse vision de Constantin, les uns y voyant Apollon, les autres le Christ, le chrisme ou seulement un écrit http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/extraits-d-ouvrages/article/la-vision-de-l-empereur-constantin-32809. Dois-je évoquer une venue ou une revenue, comme s'il s'agissait d'un phénomène à répétition ? Dans le cas d'une revenue, dois-je renoncer à ma thèse de Gourdon d'un Jésus seulement prophétisé ? (1) (1) Bien sûr que mon interprétation du mot Lucas de la fresque du choeur de Gourdon peut être contestée ; bien sûr que si le corps de l'enfant n'est pas peint, cela peut être dû à d'autres raisons qu'à une volonté délibérée. Mais alors, comment expliquer que ce soit un Apollon guerrier qui descend entre l'ange et Marie (influence de la romanisation ?) Pourquoi le nouveau David qui sort du tombeau a-t-il encore un pied dans la tombe ? Pourquoi la mule monte-t-elle, sans porter personne, comme pour aller chercher le messie ? http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/cleopas-le-christ-oublie-des-31893 AgoraVox, Vézelay, la basilique de l'empereur Julien - AgoraVox le média citoyen
  • Nous voici donc à Rome en 312, au lendemain de la victoire de Constantin sur les troupes de Maxence, à la fameuse bataille du pont Milvius. Cette victoire, le jeune empereur l'attendait. Car il avait vu en songe que s'il apposait le chrisme -les deux premières lettres du mot Christ-, sur ses étendards et les boucliers de ses soldats, il vaincrait. Le Figaro.fr, La Rome de Constantin à 360 degrés
  • L'église paroissiale, reconstruite au XVIIIe siècle, placée sous le patronage de Saint-Pierre-aux-Liens, possède une cloche classée (XVe siècle) qui témoigne de l'existence d'une chapelle antérieure, peut-être détruite lors du raid du Prince Noir (1355). Le pays a souffert des luttes religieuses du XVIe siècle. Un chrisme (Moyen Âge) intégré en remploi dans la nouvelle église n'a pas été remonté dans le bon sens par le maçon local, peu informé de la symbolique attachée à ce motif. L'alpha et l'oméga, qui doivent se trouver de part et d'autre du X et du P, se trouvent en effet disposés verticalement. Située entre Réoule et Barbé, une maison noble avec un pigeonnier, date du XVIIIe siècle, habitée à l'origine par un chevalier noble de rang modeste. Sous l'Ancien Régime, le pigeonnier est un privilège nobiliaire dont la taille est rigoureusement proportionnelle à celle des terres attenantes. En 1760, la communauté utilisait un moulin à vent qui a depuis disparu. A la Révolution, la commune fut réunie au canton de L'Isle. Peuplé en 1881 de 108 âmes, Goudex compte aujourd'hui une quarantaine d'habitants. ladepeche.fr, Goudex : un site occupé dès l'Antiquité - ladepeche.fr
  • A partir de 313, Constantin va réaliser l'un des plus grands tours de passe-passe politique de l' histoire, en se convertissant et en faisant rapidement du "christianisme » la religion d'état de l' Empire Romain. Tous ces évêques, ces chefs de Collegia, ces lettrés chrétiens issus des paedagogia de l' Administration de l' Empire, pour garantir leur vie et leurs avantages, ont pactisé avec leur ancien ennemi pour lui apporter un appui. Constantin en fera son administration religieuse. Il prend pour symbole le chrisme et pour titre Christos (oint de Dieu), et perpétue la tradition romaine des "souverains-dieux soleils" tel que Septime Dominus Sévère ou Auguste. AgoraVox, Sol Invictus et la septante, instruments de l'impérialisme romain - AgoraVox le média citoyen
  • Cette tombe féminine et probablement aristocratique de la fin du V ème ou du tout début du VIème siècle se situait à côté du lieu d’inhumation de Childéric. Le trésor comporte cinq éléments: une grosse perle d’ambre originaire des côtes de la Baltique, un pichet en céramique rugueuse traduisant des contacts avec les régions occupées par les Francs rhénans, une coupe apode hémisphérique ornée d’un chrisme sur le fond, issue d’un atelier de verrier de l’est de la Belgique, une paire de fibules en argent doré et pied ornés de boutons. sudinfo.be, Un 3e trésor au musée d’archéologie de Tournai - sudinfo.be
  • Église romane du XIe siècle avec chrisme de l'empereur romain Constantin et vases acoustiques dans la voûte en cul de four du chœur. , GARD Découvrez l’intégralité des lieux et des sites qui participent aux Journées européennes du patrimoine 2014 – Objectif Gard

Traductions du mot « chrisme »

Langue Traduction
Anglais chrism
Espagnol crismón
Italien monogramma di cristo
Portugais do cristograma
Source : Google Translate API

Synonymes de « chrisme »

Source : synonymes de chrisme sur lebonsynonyme.fr
Partager