La langue française

Charnalité

Définitions du mot « charnalité »

Trésor de la Langue Française informatisé

CHARNALITÉ, subst. fém.

Vx. Propriété de ce qui est charnel.
Rem. Attesté ds Besch. 1845, Lar. 19e-20e, Littré, Guérin 1892, Quillet 1965.
P. méton., surtout au plur. Charnalités. Choses de la chair, relations sexuelles. Les deux ombres partenaires, dans toutes ces copulations et charnalités (A. Arnoux, Royaume des ombres,1954, p. 79);aux plus grossières essences, aux plus basses charnalités (A. Arnoux, Royaume des ombres,1954, p. 184).
Prononc. Seule transcr. ds Littré : char-na-li-té. Étymol. et Hist. Fin xiies.-début xiiies. « caractère de ce qui est charnel, ce qui est charnel » (Moralités sur Job, 309, 29 ds T.-L.). Du lat. chrét. carnalitas « faiblesse de la chair, concupiscence » (St Augustin ds Blaise).

Wiktionnaire

Nom commun

charnalité \ʃaʁ.na.li.te\ féminin

  1. Caractère de ce qui est charnel.
    • [Satan] faisait mille et mille sortes de charnalités et lubricités à sa vue.
    • Si ce n’est que l’îlien dont je parle, ancré dans sa charnalité obtuse, voyait tomber une manne du ciel et la prenait pour des déjections d’oiseaux de proie. — (Umberto Eco, De la littérature, 2003)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

CHARNALITÉ (char-na-li-té) s. f.
  • Caractère de ce qui est charnel, par opposition à spiritualité.

HISTORIQUE

XIIe s. Tot ce que de carnaliteit soi levoit en eaz [eux], Job, 422.

XIIIe s. Car jà tant n'y ara d'esperitualité, S'en ne fuit et eschieve toute oportunité, Que moult ne s'i embate de la charnalité, J. de Meung, Test. 2068. Comment Diex prist carnalité En la virge sainte Marie, Du Cange, carnalitas.

XVe s. De faict et de semblant le mareschal est net de cestuy vice de charnalité, Bouciq. IV, 7.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

CHARNALITÉ. Ajoutez : Pour tant plus l'émouvoir [Catherine de Sienne], venant avec ses compagnons en forme d'hommes et de femmes, il [Satan] faisait mille et mille sortes de charnalités et lubricités à sa vue, Saint François de Sales, Introd. à la vie dévote, IV, 4.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « charnalité »

 Dérivé de charnel avec le suffixe -ité.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Carnalitatem, de carnalis, charnel (voy. ce mot).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « charnalité »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
charnalité ʃarnalite

Évolution historique de l’usage du mot « charnalité »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « charnalité »

  • Aujourd’hui, de tels propos attireraient, sur celui qui en serait à l’origine, l’ire des intégristes musulmans qui ont totalement perdu cette capacité à rire de Dieu. Pourtant le bon mot théo-humouristique permet de prendre du recul avec les drames de l’existence. Or ; qu’est-ce que la religion sinon un outil facilitant le détachement ? Car l’humour en Dieu est ce mélange subtil de gravité et de légèreté, reflet d’une foi profonde, pénétrante et irradiante. Mais, il faut en convenir : cet humour est aux yeux de certains une injure faite à Dieu. Pourtant, le Coran n’interdit pas formellement de rire de la religion, à condition d’éviter les postures offensantes. Plus étonnant encore : le concept de blasphème n’existe pas en islam ! Il est donc urgent de renouer avec cet outil spirituel, celui de l’autodérision religieuse, qui, comme le disent certains soufis, permet de se rapprocher de Dieu. Même constat pour l’homosexualité que l’on pense incompatible avec l’islam. Pourtant, là encore, le monde islamique, jadis, fut plutôt tolérant vis-à-vis de cette pratique. L’existence, sous les Abbassides de traités d’érotologie, dans lesquels les rapports entre individus de même sexe sont abordés avec finesse, le démontrent. Tout comme la pléthore d’œuvres dédiées à la poésie bachique exaltant l’hédonisme, l’ivresse, le vin, la charnalité, etc. Cet extrait tiré d’un des pamphlets du fameux Abû Nuwâs, extraordinaire poète libertin, en atteste : Marianne, Quand l’islam était "gai" : pourquoi la religion musulmane acceptait la critique et l'homosexualité | Marianne
  • « Cela m’a ouvert la porte de la réalité : je ne pouvais plus seulement vivre dans ma tête. J’ai alors eu accès à cette quête de charnalité de laquelle je ne me croyais autrefois pas digne. » Le Devoir, Un scaphandrier de l’âme | Le Devoir
  • « Au Moyen Âge, les hommes ne devaient pas aller contre leurs pulsions. Il était plus grave, d’ailleurs, de se masturber que d’aller voir des femmes libres, c’est-à-dire des prostituées », explique-t-il. Pour les rencontrer, les Dijonnais se dirigeaient donc vers les « étuves » de la ville, dont la plus réputée se situait dans le quartier de la paroisse Saint-Jean. Une autre, celle du Vert-Bois, était connue dans l’actuelle rue Verrerie. Ces établissements, en réalité des bains tenus par des mères maquerelles, avaient « un double rôle », selon notre interlocuteur. Les hommes s’y lavaient tout en festoyant et en y satisfaisant leur « charnalité ». Ça, c’était l’affaire des « frotteuses », qui, moyennant environ une journée de salaire, pouvaient accomplir tous les fantasmes de leurs clients. « Une seule règle devait être toutefois respectée : l’acte sexuel devait obligatoirement se terminer par un objectif de fécondation », précise l’historien. L’image n’a pas besoin d’une plus grande explication. Pour les plus petites bourses, il était possible d’aller dans la grande rue des Champs, aujourd’hui rue des Godrans. « C’est là que s’était établi le bordel municipal, aux tarifs plus attractifs que les bordelages privés », confie le spécialiste. Précision incroyable : la patronne de l’établissement public, baptisée ironiquement « la mère abesse », devait verser chaque mois un salaire à la mairie, dont le montant était décidé lors des conseils municipaux. , Dijon | Dijon et ses bordels : c’est toute une histoire…

Traductions du mot « charnalité »

Langue Traduction
Anglais carnality
Espagnol sensualidad
Italien carnalità
Allemand fleischlichkeit
Chinois 肉欲
Arabe شهوانية
Portugais carnalidade
Russe похоть
Japonais 肉欲
Basque carnality
Corse a carnalità
Source : Google Translate API

Charnalité

Retour au sommaire ➦

Partager