La langue française

Cataphatique

Définitions du mot « cataphatique »

Wiktionnaire

Adjectif

cataphatique masculin et féminin identiques

  1. Affirmatif, qui exprime un acquiescement.
    • Théologie cataphatique, théologie qui prône que Dieu possède des qualités positives.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « cataphatique »

Du grec ancien καταφατικός, kataphatikós (« affirmatif »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « cataphatique »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
cataphatique katafatik

Évolution historique de l’usage du mot « cataphatique »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « cataphatique »

  • Rappelons à ce sujet que nous accédons à la connaissance de Dieu par voie de causalité, d’analogie, d’éminence, mais aussi de négation : une fois affirmés les attributs divins, qui sont connus par la raison naturelle (c’est la voie cataphatique), il faut en nier le mode de réalisation limité que nous connaissons ici-bas (c’est la voie apophatique). Le silence est inscrit dans la voie apophatique d’accès à Dieu, si chère aux Pères surtout grecs, qui leur fait réclamer le silence des raisonnements face au mystère de Dieu (Clément d’Alexandrie, Grégoire de Nazianze, Grégoire de Nysse). La Croix, Le silence dans la liturgie
  • Il est très difficile d’aborder ce sujet apophatique alors que notre grammaire est cataphatique. Vous avez bien du mérite et vous en êtes fort bien sorti. Je propose à mon tour quelques pistes de réflexion en pas japonaisA mon sens, ce que notre conscience dit cultiver en raisonnant sous le contrôle de notre nomos, notre inconscient cherche à l’hystériser en résonnant avec les inconscients d’autres personnes en toute anomie. Nous communiquons en conscience en procédant de dialectique et inconsciemment en procédant de frénésie qui vire à l’hystérie lorsque que la raison capitule. Le conscient raisonne seul, l’inconscient résonne avec les autres. Une réunion organisée sous le sceau de l’organisation sollicite la conscience de chacun. Un chahut sollicite les inconscients. Le respect de l’histoire intégrale incite à la sagesse, la compilation ou mise en avant de morceaux choisis incite à la résonnance.Exemple : Cinq amis conviennent de se réunir pour une plongée nocturne ou pour un casse. Chacun va à la réunion n considérant qu’il n’y sera question que de raisonnements. Que l’entreprise soit légale ou pas n’y change rien, chacun n’est attendu qu’en production de sang-froid, de méthode. Pas de résonnance, pas d’hystérie.Une semaine plus tard, ces cinq amis conviennent de se réunir pour aller voir un match de foot, un opéra, un concert de Johnny, pour aller en discothèque, pour draguer sur les champs. Alors qu’ils se connaissent pour leur capacité à raisonner, ils se sentent invités sur ce coup là à résonner, à vivre une frénésie, voire une hystérie. Et on les verra s’emporter, s’enflammer, s’échauffer, perdre le sens de la mesure.Pendant le casse, si tout se passe comme ils l’avaient hyper calculé, ils restent dans le pur raisonnement. Mais comme il plane sur eux une menace importante, dès que ça part en couille, l’inconscient de chacun jusque là bridé explose. Les 5 inconscients vont se parler dans la grammaire des inconscients et vont résonner entre eux pour former une ambiance sans nomos, sans loi, complètement folle. Il va se passer du n’importe quoi. Après coup, les 5 consciences vont essayer de reprendre le dessus sur les 5 inconscients et les 5 amis vont sembler parler avec un minimum de sens pour justifier leur comportement hystérique précédent mais ils ne parviendront jamais à le justifier correctement. A force, le raisonnement calme de chacun ressortira à leurs yeux mutuels et croisés comme peu fiable, peu sûr. Ils sauront désormais que l’hystérie l’emporte.Un enfant démarre sa vie en constatant le raisonnement de ses parents et s’aligne dessus. Tout ça lui semble sûr. Si le père dit qu’en roulant deux heures on arrivera à la mer, c’est effectivement ce qui se produit. Il a confiance. Puis un jour, les parents hystérisent devant l’enfant. Ils ne raisonnent plus, ils résonnent. Ils font n’importe quoi. Une fois calmés, ils tentent d’expliquer à leur enfant pourquoi ils ont cassé toute la vaisselle. Ce qu’ils disent avec un air raisonnable ne tient pas la route d’autant qu’ils n’admettent pas avoir résonné et même hystérisé (raison débordée, capitulée). L’enfant perd confiance même en ce qui semble être du raisonnement.  L’enfant vient donc de découvrir qu’il y a les raisonnements et aussi les mises en résonnances de pensées bizarres, surgies des prodondeurs du cerveau, qui ne sont pas sages du tout et qui aboutissent à des violences. Il voit bien qu’il existe des résonnances joyeuses. Il voit bien qu’à Noël, au départ des vacances, il existe une fièvre, une frénésie, une hystérie joyeuse. Ca aboutit à quelque dévoration tout de même mais bon, c’est considéré comme étant heureux. Hélas, il voit aussi qu’à l’occasion de ces hystéries joyeuses, plein de diables surgissent de la boîte à Pandore et qu’il y a des gifles qui volent pour un oui ou pour un non, surtout à Noël, surtout pendant les vacances.  Certains enfants auront connu les hystéries joyeuses avant les hystéries violentes et seront donc des déçus de la résonnance. Ils éviteront les messes et les foules.D’autres auront connu d’abord les résonnances violentes et en auront fait leur pain ordinaire, leur normalité. Pas du tout choqués, ils ne seront jamais déçus du Monde.Ils vont pratiquer eux-mêmes et très tôt ces frénésies en piquant des colères dans les magasins, les avions. Ils n’apprécient pas les ambiances calmes et foutent le boxon en classe. Un enfant qui hurle sait très bien, surtout à notre époque puériliste, que tous les tambours de ceux qui sont autour se mettent à vibrer à la même cadence que lui. Il sait qu’il aliène tout le monde à sa colère, à son anomie. Grandissant en ne voyant que des avantages à frénétiser leur entourage, les enfants grands résonateurs seront comblés par le monde actuel. Jeux vidéos, soldes, concerts, championnats de foot, seront leurs utilitaires idéaux. Ils ne déprimeront pas car échoués sur un Amplificateur, ils en trouveront un autre où s’accomplir. Ils peuvent évidemment devenir bandits et finir pendus mais ils ne seront jamais dépressifs. Il est très dommage qu’aucune espitémologie n’ait remarqué ce fait. Raisonnements et résonnances ne relèvent pas que du foyer parental. J’ai vécu quelque chose de spécial et de suffisamment spécial pour avoir été lisible (Bien d’autres situations sont spéciales mais pas suffisamment pour qu’on puisse s’en apercevoir)Ma mère est Française, mon père Viet. Ils se sont connus à Paris en 1950. Ma mère était une citoyenne française, mon père un sujet indochinois. Je nais donc au sein d’un couple qui transgresse les deux doctrines endogamiques de leur peuple respectif. Ils s’aiment par-dessus les lois.Nous arrivons à Saigon en 56, deux ans après la défaite française de Dien Bien PhuA l’école, dans la rue, parce que ça se voyait sur mon visage que j’étais eurasien, j’ai subi des frénésies en « sale fils de traître ». J’ai été lapidé par les petits Viets. A la maison, je vivais la résonnance amoureuse exceptionnellement forte ou impertinente de mes parents, mais dehors, je subissais de la violence à cause d’elle. Je peux donc apprécier la frénésie amoureuse mais je ne peux que redouter la frénésie de la rue. Le tout sans jamais savoir quelle est celle de ces deux frénésies qui a raison.Les enfants des Pussy Riots pourraient se retrouver dans une situation similaire. Leurs mères vivaient entre elles, à la maison, une frénésie joyeuse, impertinente mais la rue réagit par une frénésie allant à les tuer. Leurs enfants se retrouveront à avoir toujours peur des grandes fêtes et se sentiront seuls.Le rayon vert de Rohmer essaye de nous montrer le cas de gens qui semblent se méfier des fêtes. Ces timides qui ne peuvent envisager de tenir un microphone, ont besoin, comme tout le monde, de libérer leur inconscient constamment bridé par la raison et son nomos en lui permettant de résonner avec un miroir. Mais ils visent alors à ne résonner qu’en duo et dans un petit coin isolé. Ce sont des petits résonateurs, des bi-résonateursSi les di-résonateurs ne trouvent pas leur moitié, ils se sentent mal dans le monde actuel. Ils se sentent dépassés par les gamins qui font les pitres sur scène en enflammant les salles.Les plus importants outils de mise en résonnance c’est l’amour (mais c’est faible en puissance puisque ça ne rassemble que deux personnes) ; c’est la musique ; c’est l’iconographie et c’est bien entendu la possibilité de se rassembler en masse (Manifs, concerts, bals...) Or notre époque se caractérise par un développement inédit des outils produisant de la mise en résonnance de masse. Tam-tam vidéo réseauxLes réseaux Net semblent une bonne opportunité pour ceux qui ont peur des foules de résonner avec du monde sans danger, a priori.Hélas, il y a des dangers, même sur le Net. Il y a des violences, même sur le Net. Il est probable que les intimidés essayent le Net mais il est tout aussi probable qu’ils finissent par comprendre que ce n’est pas avec cet utilitaire qu’ils pourront vivre une bi-résonance tendre.La résonance tendre, qui ne peut se réaliser qu’à deux, est la seule qui aurait pu échapper aux Systèmes d’Amplification. Mais ces systèmes, les media donc, vont dénicher les résonances tendres dans leurs planques, ce qui fait le paparazzi. Et quand des amoureux voient leur résonance intime étalée, utilisée par la masse et en toute violence « Pffff, t’as vu le tas qu’il se traîne », ils sont ruinés. Utiliser les réseaux, la scène ou les projecteurs, pour trouver sa moitié avec qui résoner tendrement aboutit trop souvent à la ruine de cette frénésie amoureuse qui fait la vitalité, le feu, la libido du couple.Les intimidés se voient bien moins de solutions qu’autrefoisLe film La chèvre avec Pierre Richard, sous ses allures légères, montre les difficultés qu’ont les sensibles pour se rencontrerLa problématique des sensibles est extrême. Si un sensible rencontre un autre sensible, il supportera très mal de le voir un jour, pratiquer ne serait-ce que Facebook.Deux sensibles ensemble seront très jaloux des réseaux, des contacts.Or, à moins de vivre en autarcie sur une île déserte, quel couple peut de nos jours se passer des Amplificateurs ? Comment le couple du Rayon vert peut-il contourner la SMSite ?Arrivent alors les solutions paradoxales. Celles où le couple, se voyant cerné par un contexte tout en Amplifications, essaye de s’en servir en miroir de lui-même, en s’exhibant (pipolisation, partouzes, échangisme...) Ca finit encore en ouroboros puisque ce couple doit finir par admettre que son propre ampli naturel ne fait pas le poids et que c’est encore et toujours le grand Tambour, le même qui hystérise autour d’un feu d’artifice un jour, autour d’un massacre le lendemain, qui est le plus fort, qui fait la loi. C’est l’hystérie collective qui par sa puissance fait la raison absolue.Plus rien ne semble possible au niveau individuel ou conjugal. Le couple est ridiculisé AgoraVox, À tant d'amis qui ont perdu la raison ou se sont suicidés pour la même raison… - AgoraVox le média citoyen

Traductions du mot « cataphatique »

Langue Traduction
Anglais cataphatic
Espagnol catafático
Italien catafatico
Allemand kataphatisch
Chinois 催化的
Arabe كاتافاتية
Portugais cataphatic
Russe катафатическое
Japonais 頭文字
Basque cataphatic
Corse catapatica
Source : Google Translate API

Cataphatique

Retour au sommaire ➦

Partager