La langue française

Cameloteur

Sommaire

  • Définitions du mot cameloteur
  • Phonétique de « cameloteur »
  • Traductions du mot « cameloteur »
  • Synonymes de « cameloteur »

Définitions du mot cameloteur

Trésor de la Langue Française informatisé

CAMELOTIER, IÈRE, CAMELOTEUR, EUSE, subst.

A.− Fabricant d'objets de pacotille ou de marchandises de mauvaise qualité, de peu de valeur. Un bousilleur heureux (...) un camelotier qui fabrique n'importe quoi pourvu que cela rapporte (A. Boschot, La Musique et la vie,1931, p. 81).
B.− Rare. Marchand ambulant, camelot :
− ... le cameloteur est bon à surveiller et à prendre, d'autant plus qu'il pousse l'audace jusqu'à dire aux naïfs flâneurs, en débitant son boniment, qu'il est autorisé par la Préfecture de Police; c'est sa réclame, qui est aussi fausse que l'objet offert en vente par lui. G. Macé, Un Joli monde,1887, p. 280.
Spéc., arg. des bagnes, vx. Personne extérieure au bagne qui fait du commerce illicite avec les prisonniers (cf. M. Alhoy, Les Bagnes, Rochefort, 1830, p. 108).
Prononc. Dernière transcr. ds DG : kàm'-lò-tyé. Étymol. et Hist. I. Camelotier 1. 1596 arg. coesmelotier « mercier, marchand » (Pechon de Ruby, La Vie généreuse des Mercelots, Gueuz et Boesmiens..., p. 37), forme isolée; 2. a) 1612 camelottier « trafiquant sans scrupule, voleur » (Béroalde de Verville, Le Palais des Curieux, p. 54 ds Sain. Lang. par., p. 522) − 1838 ,,vx lang.`` ds Ac. Compl. 1842; b) 1723 région lyonn. « contrebandier » (J. Savary des Bruslons, Dict. universel de comm.), considéré comme vieilli par Lar. 20e; c) 1821 « marchand » (Ansiaume, Arg. en usage au bagne de Brest, fo13 vo, § 369). II. Cameloteur 1867 « marchand ambulant » (A. Delvau, Dict. de la lang. verte, s.v. marottier : bimbelottier, camelotteur) − 1887, supra ex. I coesmelotier, d'où dérive camelotier par altération d'apr. camelot1, est lui-même dér. (suff. -elot* et -ier*) de coesme « gros mercier » 1596, Péchon de Ruby, loc. cit., cf. supra), d'orig. inc. Sainéan (Sain. Sources t. 3, p. 58 et Id. Sources arg. t. 2, p. 313 : association d'idées particulière au jargon : le gueux simulait la niaiserie pour mieux attraper les dupes) et Gamillscheg (EWFS2, s.v. camelot) rapprochent coesme « gros mercier » du terme dial. couème « sot, niais, poltron » d'orig. obsc. La graphie coesme avec -s- est à rapprocher de Boesmiens pour Bohémiens chez le même auteur (cf. supra, titre de l'œuvre de Pechon de Ruby). Le rapprochement effectué par Dauzat 1972, s.v. camelot entre coesme et l'a. fr. caïmand « mendiant » (quémander*) conviendrait du point de vue sém., mais se heurte à des difficultés phonét. L'étymon ar. hammāl « porteur, portefaix » (Lok., no806) n'est pas recevable en raison de la forme anc. coesme. II dér. de I p. substitution de suff. (-eur2*). Bbg. George (K.E.M.). L'emploi anal. de qq. noms d'étoffes ds le domaine gallo-rom. In : [Mél. Boutière (J.)]. Liège, 1971, t. 1, p. 270.

Phonétique du mot « cameloteur »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
cameloteur kamœlɔtœr

Traductions du mot « cameloteur »

Langue Traduction
Anglais cameloteur
Espagnol cameloteur
Italien cameloteur
Allemand kameloteur
Chinois 卡梅洛特
Arabe الجمل
Portugais cameloteur
Russe cameloteur
Japonais キャメルロジャー
Basque cameloteur
Corse cammellu
Source : Google Translate API

Synonymes de « cameloteur »

Source : synonymes de cameloteur sur lebonsynonyme.fr
Partager