La langue française

Calambour

Sommaire

  • Définitions du mot calambour
  • Étymologie de « calambour »
  • Phonétique de « calambour »
  • Évolution historique de l’usage du mot « calambour »
  • Citations contenant le mot « calambour »
  • Traductions du mot « calambour »
  • Synonymes de « calambour »

Définitions du mot « calambour »

Trésor de la Langue Française informatisé

CALAMBOUR, subst. masc.

BOT. Variété d'aloès ou de bois d'aigle odoriférant utilisé principalement en ébénisterie et en marqueterie. Une boîte en bois de calambour (Hugo, Ruy Blas,1838, II, 5, p. 387).
Prononc. et Orth. Calambour [kalɑ ̃bu:ʀ], calambar [kalɑ ̃ba:ʀ], calembac [kalɑ ̃bak]. Ac. 1798-1932 ainsi que ds le reste des dict. gén. : calambour. Par corruption : calembour (cf. indication ds Nouv. Lar. ill.). Var. calambourg ds Gattel 1841, Lar. 19e, DG et Guérin 1892. Le mot se présente sous de nombreuses autres formes. Par ordre de fréq. décroissante, Lar. encyclop. n'étant pas inclus dans la série des Lar. Calambac : Ac. Compl. 1842, Besch. 1845, Lar. 19e, Lar. Lang. fr., Littré, DG, Guérin 1892, Rob. et Quillet 1965. Calembac (cf. mention, ds Nouv. Lar. ill. et Lar. 20e). Ds la docum. calamback (cf. E. de Goncourt, La Maison d'un artiste, 1881, p. 340). Calambar(t) : Ac. Compl. 1842, Lar. 19e, Littré, DG, Guérin 1892 (avec t final), Nouv. Lar. ill., Lar. Lang. fr., Rob. et Quillet 1965 (sans t final). Calembar (cf. Nouv. Lar. ill.), var. calempart ds Ac. Compl. 1842 et Lar. 19e. Calambouc : Ac. Compl. 1842, Lar. 19e, Lar. Lang. fr., Littré, DG et Quillet 1965. Calembouc (cf. Nouv. Lar. ill.), var. calamboc (Guérin 1892 et Rob.) et calambou ds Lar. 19e, Littré, DG et Guérin 1892. Cunambourk : Gattel 1841. Noter que DG cite les var. à titre hist. (xviiies.). Homon. calembour. Étymol. et Hist. 1. 1525 calama (A. Fabre, Le Voyage et navigation faict par les Espaignolz és Isles de Mollucques [...] de Antoine Pigaphetta [trad. de l'ital.], F 72 rovods Arv., p. 125); 1540 calampat (J. Balarin de Raconis, Les Voyages de Ludovico di Varthema, [id.], pp. 235-236, ibid., p. 128); 2. 1575 calambuc, -ut (F. de Belleforest, La Cosmographie universelle, II, c. 1705, ibid.); 1628 calambouc (B. Figuier, Les Voyages advantureux de Fernand Mendez Pinto [trad. du port.], p. 177, ibid., p. 131); 1642 calambou (Lettre à M. Esprit du 17 juin ds Les Œuvres de M. de Voiture, Paris, 1665, ibid., p. 132); 1679 calambour (M. Tavernier, Suite des Voyages, p. 33, ibid.); 3. 1588 calambac (L. de La Porte, Hist. du grand Royaume de la Chine, trad. de l'esp. du R. P. Ivan Gonçalés de Mendoce, fo300 vo, en marge, ibid., p. 131); 4. 1604 calamba (F. Martin de Vitré, Descr. du prem. voy. faict aux Indes Or. par les François en 1603, p. 99 ds König, p. 46). Toutes ces formes remontent au malais kalambac « id. » par l'intermédiaire du port. (Bl.-W.5; Dauzat 1973; FEW t. 20, p. 98; König, pp. 45-46) : sous 1 deux formes éphémères représentant des adaptations de l'ital. calambà, lui-même empr. au port.; 2 est empr. à la forme port. calambuco (dep. 1540, F. Pinto ds Dalg., s.v. calamba), la forme actuelle la plus usuelle calambour s'expliquant, d'apr. Arv., p. 133, par le fait que le r final ne se prononçant presque jamais au xviies., on a pu transcrire ainsi la forme calambou; 3 est empr. à la forme port. calambac (dep. 1569, sous la forme calambach, G. da Cruz d'apr. Dalg.); 4 est empr. à la forme port. calamba(a) (dep. 1540, F. Pinto, ibid.). Fréq. abs. littér. : 2. Bbg. Arv. 1963, pp. 124-134.

Wiktionnaire

Nom commun

calambour \ka.lɑ̃.buʁ\ masculin

  1. (Botanique) Arbre indo-malais dont le bois est utilisé pour la marqueterie et l’ébénisterie (Aquilaria malaccensis Lam.).
    • Coffret en bois de calambour.
    • Du calembour ? N’en mit-il pas jusque dans l’ébénisterie ? — (La Revue, Volume 63, 1906)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CALAMBOUR. n. m.
Sorte d'aloès des Indes employé pour la marqueterie et l'ébénisterie. Coffret en bois de calambour.

Étymologie de « calambour »

(1679)[1] Du malais kalambaq, par l'intermédiaire du portugais[1] ; le mot a connu diverses formes : calamba, calembou, calambar, calambac, calampart
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « calambour »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
calambour kalambur

Évolution historique de l’usage du mot « calambour »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « calambour »

  • Eh oui, le calambour c’est la vie. Dans ma famille on le pratique depuis de nombreuses générations, et en toutes occasions. Aucun risque d’attraper le syndrome de la page blanche, je suis immunisé. Après m’être plié en 4 pour ma commune au sens propre comme au figuré lors des vœux aux habitants, je suis déjà à la recherche de mon costume pour le premier Carnaval de la commune prévu cet hiver. J’ai bien pensé à me mettre en habit de pompier, mais ce serait trop facile. Récemment j’avais bien aimé porter la charlotte pendant une visite de la centrale nucléaire d’Avoine, ça m’allait bien au teint. Quelqu’un m’a bien proposé le gilet jaune, mais c’est réservé aux poses de premières pierres sur les chantiers. 37 degrés, [Dans la tête de…] Alexandre Chas, le magicien - 37 degrés
  • Georges Clemenceau demeure bien sûr le personnage le plus emblématique de la période. Son calambour à propos de la mort de Félix Faure, dans les conditions que l’on sait, est resté dans les mémoires : « Il se voulait César, il aura fini Pompée ». , Anthologie de la répartie - Les 1000 meilleures répliques de l’Histoire - Herodote.net
  • «Mais le principe était la transgression ludique et éphémère, c’était pour faire des coups. Aujourd’hui on retrouve les mêmes méthodes, le calambour, la loufoquerie, le dévoiement, mais ce qui est nouveau, c’est qu’on suit vraiment l’actualité, il y a une application à l’actualité quotidienne», juge l’historien des médias. , Les sites parodiques comme le Gorafi sont-ils si inoffensifs?
  • La guerre est déclarée ! La guerre raciste et féministe contre le mâle et le blanc! Attendons nous à des joutes oratoires "sanglantes" et "ciblées"! Je ne précise pas ! Mais pensez y vous pauvres hommes qui ne pensiez pas à mal En plaisantant avec votre collègue de bureau, la copine de votre épouse, la caissière du super marché, la fliquette (non ! Surtout pas la fliquette mon Dieu ! Elles sont imperméable à l'humour celles là) La plaisanterie avec une Meuf, c'est fini mon gars ! NI NI NA ! Si vous voulez rigoler, et bien repassez vous un vieux calambour de Coluche, Michel Leeb, Le Luron, Desproges, Popek, Fernand Raynaud, Jean Yanne et tous les autres à qui je demande de me pardonner de ne pas citer, ils sont trop nombreux mais si bons et ils m'ont apporté de si merveilleux moments "a une autre époque bien sur" Allez ! Ressaisissons nous ! Bonne journée à tous ! "Mes Amis" L'Obs, "Délit d'outrage sexiste" : le casse-tête de la verbalisation
  • J’aime cet esprit hérité de 68. Reste à trouver un surnom à la keufmobile digne d’un calambour de Coluche le concours est ouvert. Automobile Propre, La police d'Evry teste la voiture électrique télescopique
  • En 1931 les Marx Brothers, dirigés par Norma McLeod, sont les protagonistes de leur premier « vrai film hollywoodien » avec un budget adéquat. Ce n’est plus un film adapté de leur show à Broadway mais une œuvre avec un scénario original dont l’intrigue est divisée en deux parties : la première sur un paquebot transatlantique ralliant New York, la seconde à terre s’achevant dans une grange… Plus encore que dans leurs deux premiers opus, les frères laissent aller leur imagination débridée qui se solde par un ton burlesque totalement absurde et un torpillage constant de la narration. Outre les mimiques et gesticulations qui caractérisent les quatre frères ainsi que deux séquences privilégiées où Harpo et Chico nous offrent un petit concert désopilant sur leurs instruments respectifs (harpe et piano), cette comédie loufoque menée tambour battant est prétexte à de savoureux calambours et de jeux de mots, surtout de la part de Groucho et de Chico, hélas difficilement traduisibles : seuls les anglophones experts pourront apprécier la subtilité vertigineuse des dialogues (inutile de dire que la VF est une ineptie). Néanmoins les spectateurs français seront plus sensibles, dans la scène du passage de l’immigration, à l’imitation de l’accent franchouillard de Maurice Chevalier (alors une star outre-Atlantique) par les frères ayant « trouvés » son passeport, Harpo faisant une interprétation en play-back à l’aide d’un disque du chanteur ! Tout le film baigne dans ce comique si particulier des Marx Brothers, qui selon les sensibilités rebute ou fascine, champions du délire visuel et du non-sens. Avec cette comédie, leur art comique surréaliste est désormais parfaitement maitrisé : un vrai régal ! , Coffret Marx Brothers : indispensable (en Blu-ray et DVD) - ON mag

Traductions du mot « calambour »

Langue Traduction
Anglais calambour
Espagnol calambour
Italien calambour
Allemand calambour
Chinois 卡拉姆
Arabe كالامبور
Portugais calambour
Russe calambour
Japonais キャランバー
Basque calambour
Corse calambour
Source : Google Translate API

Synonymes de « calambour »

Source : synonymes de calambour sur lebonsynonyme.fr
Partager