La langue française

Cadène, cadenne

Définitions du mot « cadène, cadenne »

Trésor de la Langue Française informatisé

CADÈNE, CADENNE, subst. fém.

A.− Vx. Chaîne de fer à laquelle on attachait les forçats. Être à la cadène, mettre à la cadène (Ac.1798-1878).
P. méton. Ensemble de forçats enchaînés.
Grande cadenne. ,,Nom donné aux bandes de forçats que l'on conduisait de Paris à Toulon ou à Brest et que l'on appelait aussi la chaîne`` (France 1907) :
1. ... voleurs, dont les pères ont jadis fait partie de la Grande Cadenne qui allait de Paris à Toulon ou à Brest. A. Delvau, Dict. de la lang. verte,1866, p. 54.
B.− MAR. Chaîne de fer à longues mailles servant à rider les haubans contre le bordage d'un navire :
2. Nous étions en présence d'un navire, dont les haubans coupés pendaient encore à leurs cadènes. Verne, Vingt mille lieues sous les mers,1870, p. 184.
PRONONC. : [kadεn].
ÉTYMOL. ET HIST. I.− Catène début xives. « chaîne (de prisonnier) » (Aimé, Yst. de li Norm. [trad. écrite en Italie], I, 24 dans Gdf. Compl.); 1546 (Rabelais, Tiers Livre, éd. Marty-Laveaux, Œuvres, t. 2, chap. 25, p. 124 : [mat de] cathène « fou à lier »). II.− Cadène 1540 « chaîne de forçat » (Amadis, V, 5 dans Hug.); 1678 mar. cadene de Haubans (Guillet, Les Arts de l'homme d'épée, p. 75). I catène. Étant donnée l'orig. ital. de la trad. de l'Ystoire de li Norm., la première occurrence de cat(h)ène est empr. à l'ital. catena, graphie anc. cadena (Bl.-W.5) attesté dans Batt., au sens de « chaîne » dep. le xiiie-début xives. (Iacopone); cf. le syntagme in catene « lié, enchaîné » attesté au xiiies. (Chiaro Davanzati) d'où le sens de « emprisonné » et celui de « prison » ce dernier attesté av. 1529 (Castiglione). L'ital. est issu du lat. catena « chaîne ». Étant donné que ce texte ne se répandit pas en France, catene bien attesté au xvies. jusqu'à Rabelais, est prob. un nouvel empr. à l'ital. (Vidos, p. 308); cf. avec Rabelais l'ital. pazzo da catena, synon. matto da catena également dans Batt. II prob. empr. à l'ital. du Nord cadena, génois cadenna « peine à laquelle sont condamnés les soldats délinquants, ainsi nommée parce que les condamnés à la même peine sont enchaînés comme les galériens »; vénitien cadèna (Vidos, p. 308; v. aussi Wind, p. 65); à l'appui de cette hyp. l'empr. à l'ital. de catene et le sentiment des contemporains qui considèrent le mot comme ital. : Est., Nouv. Lang. fr. italianisé dans DG : Ces messieurs les courtisans trouvent plus beau « attacher à la cadène » que « attacher à la chaîne ». L'hyp. d'un empr. au prov. cadena (FEW t. 2, 1, p. 502a; Bl.-W.5; Dauzat 1973) fin xiiies. (Breviari d'amor dans Rayn.) st moins probable.
STAT. − Fréq. abs. littér. Cadène : 3.
BBG. − Kohlm. 1901, p. 34. − Hope 1971, p. 171. − Sain. Arg. 1972 [1907], p. 237, 310. − Tracc. 1907, pp. 119-120. − Wind 1928, passim.

Wiktionnaire

Nom commun

cadène \ka.dɛn\ féminin

  1. (Marine) (Depuis 1678) Pièce généralement métallique solidaire du pont du navire ou de la coque, sur laquelle sont frappés les câbles tenant le mât.
    • Les points d’ancrage des barres de flèche ou la fixation des cadènes ont pu parfois être faibles sur certains bateaux. — (Gilles Barbanson, ‎Jean Besson, Bien naviguer et mieux connaître son voilier, 2004)
  2. (Histoire) Chaîne des forçats.
    • Ceci étant fait, on apporta uns chaîne luisante en acier nickelé, que l’on fit passer dans les anneaux de toutes les menottes avant de la cadenasser à chaque extrémité de notre double file. Nous constituions désormais une cadène. — (Jack London, « Le Trimard », traduction de Marc Chénetier, in Romans, récits et nouvelles, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », vol. II, 2016, p. 77)
  3. Petite planchette de bois sur laquelle les pêcheurs enroulent leurs lignes.
  4. Nom donné à certains tapis orientaux
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

CADÈNE (ka-dè-n') s. f.
  • Chaîne de fer à laquelle on attachait les forçats.

    Vieux.

HISTORIQUE

XVIe s. Les mareschaux de camp qui trainent cette cadene [bande de captifs] sont Ragot et du Halde qui a pour estaffier l'heritier de Piene, D'Aubigné, Faen. IV, 20. Les chrestiens perdirent dix huict mille hommes, que morts, que mis à la cadenne, D'Aubigné, Hist. I, 118. Chacun admiroit de la voir mener à sa cadene [gouverner à son gré] de si grands princes, D'Aubigné, ib. II, 122. … Qu'il seroit mis à la cathene en danger d'y user le reste de ses jours, Carloix, I, 4. Comme un forçat, infiniment faché D'estre longtemps en cadene attaché, Mille moyens de s'evader desire, Am. Jamyn, Poésies, p. 104, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « cadène »

Provenç. cadena, du latin catena (voy. CHAÎNE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

De l’italien catena (« chaîne ») qui donna catène au XIVe siècle puis cadène, ou de l’occitan cadena (« chaîne »)[1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « cadène »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
cadène kadɛn

Évolution historique de l’usage du mot « cadène »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « cadène »

  • S'agit-il de "l'artiste" PBC "publicité bernard cadenne ? " racheté par la DDM ? ladepeche.fr, Un des pires ronds-points de France est à Cugnaux : «Une œuvre d'art, on aime ou pas» - ladepeche.fr

Traductions du mot « cadène »

Langue Traduction
Anglais cadène
Source : Google Translate API

Synonymes de « cadène »

Source : synonymes de cadène sur lebonsynonyme.fr

Cadène

Retour au sommaire ➦

Partager