La langue française

Bataillonnaire

Définitions du mot « bataillonnaire »

Trésor de la Langue Française informatisé

BATAILLONNAIRE, subst. masc.

Arg. des casernes. Soldat des bataillons disciplinaires d'Afrique :
1. Cela [une sonnerie de clairons] lui rappelait une époque lointaine − en dépit de son mépris de bataillonnaire pour des biffins − ... F. Carco, L'Équipe,1919, p. 24.
2. C'est pendant la guerre, à l'arrière. Une cinquantaine de bataillonnaires enfermés dans une grande salle, où le jour pénètre par une petite fenêtre grillée. Malraux, Les Conquérants,1928, p. 142.
1reattest. 1919 (supra ex. 1); dér. de bataillon*, suff. -aire*. Fréq. abs. littér. : 1.

Wiktionnaire

Nom commun

bataillonnaire \ba.ta.jɔ.nɛʁ\ masculin

  1. (Militaire) (France) Soldat des Bataillons d'infanterie légère d'Afrique
    • Un autre bataillonnaire disait : « Moi, avec ma citation j’suis réhabilité de droit... Je m’en retournerai au Kef et là j’demanderai à passer aux "réguliers". » — (Pierre Mac Orlan, Les Poissons morts, Payot & Cie, Paris, 1917)
    • Son regard jaune flamba et tout à coup, pour éclipser son camarade dont les trois ans de bataillonnaire n'étaient plus rien auprès de cet état de service, il annonça : […]. — (Francis Carco, Images cachées, Éditions Albin Michel, Paris, 1928)
    • Cette image devient caractéristique du bataillonnaire, et s'imprime durablement dans les mentalités. A la veille de la Grande Guerre, les Bat' d'Af' étaient en pleine mutation. De corps d'épreuve, ils étaient en passe de devenir une institution. — (Jean-Claude Vimont, Jeunes, déviances et identités, XVIIIe-XXe siècles, Publications des Universités de Rouen et du Havre - Cahier du GRHis n° 15, 2005, page 98)

Adjectif

bataillonnaire \ba.ta.jɔ.nɛʁ\ masculin et féminin identiques

  1. (Militaire) Qui est de l’ordre du bataillon.
    • La structure bataillonnaire est expérimentée, à partir du 1er septembre 1990, au camp de Mourmelon, par le 4e régiment de dragons et le 503e régiment de chars de combat. — (Jérôme de Lespinois, L’armée de terre française : 1981-1996, L'Harmattan, 2001, page 745)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « bataillonnaire »

De bataillon, avec le suffixe -aire. Le nom apparaît dans les textes utilisant l’argot militaire pendant la Première guerre mondiale.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « bataillonnaire »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
bataillonnaire batajɔnɛr

Évolution historique de l’usage du mot « bataillonnaire »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « bataillonnaire »

  • La structure bataillonnaire étant révolue pour l’ALAT (aviation légère de l’armée de terre), lors de cette cérémonie du mardi 26 juin, en présence du chef de corps Éric Meunier, le bataillon a été dissous. , Edition Verdun | Dissolution du BHRA au 3e  RHC
  • À partir de la reprise de la guerre civile en 1990, le mouvement commença à lancer avec succès des assauts de grande ampleur contre les bases de l’armée. Le 10 juillet 1990, après avoir massé des milliers de militants, le LTTE attaqua la base d’Elephant Pass, mais se heurta à la farouche résistance de sa garnison, ainsi qu’à une opération de secours de grand style lancée par l’armée. Après une bataille acharnée qui dura plusieurs semaines, les militants finirent par battre en retraite et se disperser, non sans avoir infligé et subi de très lourdes pertes. Peu après, le mouvement restructura son appareil militaire en standardisant ses unités de combat, constituant ainsi des sections, pelotons et compagnies, qui restaient cependant placés sous le contrôle opérationnel des commandants de zone et de région. L’étape suivante fut franchie avec l’activation de la Charles Anthony Padaippirivu (unité Charles Anthony) le 10 avril 1991. Sa structure était bataillonnaire et son effectif, de 1 500 hommes. Une autre unité équivalente, la Jeyanthan Padaippirivu, vit le jour le 4 mai 1993. , Évolutions organisationnelles et tactiques terrestres du LTTE. Un exemple d’hybridation – Areion24.news
  • Mais surtout de tout remettre en scène pour coller du mieux qui soit avec la tragique réalité du terrain. On refait donc comme il y a presque un siècle de façon chronologique cette bataille et ses diverses approches. De nombreux témoignages nourrissent ce récit, plusieurs étant l'œuvre de Tarn-et-Garonnais comme l'aspirant André Mittelhauser, le sergent du 20e de ligne Maurice Brunet ou le médecin bataillonnaire Gaston Prunet (affecté au 11e RI). La densité des textes, la rigueur intellectuelle qui anime Laurent Ségalant ressortent au fil des pages de ce document historique. Qui offre une analyse chirurgicale sans concession d'une tragédie humaine. Dont les morts par milliers sont à tout jamais gravés dans le marbre des monuments aux morts communaux ou paroissiaux du Midi. A titre indicatif le 11e RI de Montauban perdit au cours de cette journée 1 000 soldats et officiers, l'autre régiment basé dans le chef-lieu du Tarn-et-Garonne le 20e RI décomptant 1 500 soldats et officiers fauchés sur cette terre des Ardennes belges. Un régiment basé à Cahors le 7e RI qui comptait beaucoup de Tarn-et-Garonnais dans ses effectifs perdit lui 557 soldats et 14 officiers tués en moins de trois heures. Tout de ce jour tragique est abordé dans cet opus dense et qui a vocation à demeurer un document historique. Un siècle après même si le sacrifice immense des régiments du sud-ouest reste une immense tragédie, un carnage humain incommensurable, l'immense travail de Laurent Ségalant tente d'expliquer pourquoi on est allé «Mourir à Bertrix». ladepeche.fr, Montauban. Nos soldats sont morts par centaines à Bertrix - ladepeche.fr
  • La bataille majeure commença dans le flanc gauche de la Tawakalna, face à la 18e brigade mécanisée. Le 26 février 1991 à 1530, le 2e escadron du 2e régiment de cavalerie US arriva à proximité du secteur de combat principal de la Tawakalna et détruisit 3 chars T-72. Quelques instants plus tard, il heurta de front un point d'appui bataillonnaire de la 18e mécanisée irakienne. Ces points d'appui se composaient de véhicules enterrés, de soldats en position, de barbelés, de panneaux de mines et de zones de feu préparées. Dans la plupart des cas, les unités irakiennes occupaient de bons emplacements, mais n'avaient pas aménagé leurs positions autant que nécessaire. Dans ce qui appelé plus tard la bataille de 73 Easting, le 2e escadron mena l'assaut. Ce fut une bataille courte et violente : les véhicules irakiens explosaient sous l'impact des obus de 120 mm, alors des sections d'exploration US suivant les chars M1 protégeaient ceux-ci contre l'infanterie irakienne. Lorsque le 2e escadron parvint à l'arrière du point d'appui, les Irakiens déclenchèrent une contre-attaque courageuse mais inefficace. En 23 minutes, une compagnie de l'escadron US détruisit à elle seule la moitié du bataillon irakien. , Guerre du Golfe : le dernier combat de la division Tawakalna

Images d'illustration du mot « bataillonnaire »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « bataillonnaire »

Langue Traduction
Anglais battalion
Espagnol batallón
Italien battaglione
Allemand bataillon
Chinois
Arabe كتيبة
Portugais batalhão
Russe батальон
Japonais 大隊
Basque batailoi
Corse batalion
Source : Google Translate API

Synonymes de « bataillonnaire »

Source : synonymes de bataillonnaire sur lebonsynonyme.fr

Bataillonnaire

Retour au sommaire ➦

Partager