La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « basoche »

Basoche

Définitions de « basoche »

Trésor de la Langue Française informatisé

BASOCHE, subst. fém.

A.− HIST., DR. Ancienne association hiérarchisée des clercs de procureurs du Parlement de Paris et de certaines villes de province, ayant de nombreux privilèges, dont une juridiction particulière. Il y avait un roi, un chancelier de la basoche (Ac.1835-1932) :
1. Après le royaume des argotiers, venait l'empire de Galilée. (...) Enfin venait la basoche, avec ses mais couronnés de fleurs, ses robes noires, ... Hugo, Notre-Dame de Paris,1832, p. 81.
SYNT. Basoche de la Chambre des comptes ou Haut et souverain empire de Galilée. Ancienne communauté des clercs de procureurs de la Chambre des comptes (attesté dans Lar. 19e, Lar. encyclop., Quillet 1965). Basoche du Châtelet ou Communauté des clercs du Châtelet. Ancien corps des clercs de procureurs du Châtelet (attesté dans Besch. 1845, Lar. 19e, Lar. encyclop., Quillet 1965).
B.− P. ext., fam. ou péj.
1. Ensemble des hommes de loi, de justice :
2. Le juriste fait prime [à San-Francisco]. On s'arrache tout ce qui de près ou de loin touche à la basoche. Cendrars, L'Or,1925, p. 202.
2. Ensemble de traits particuliers à cette catégorie de personnes :
3. Avec moins de basoche, son ton serait d'un joli dandysme, mais, la jeunesse et la fleur du succès fanées, (...), on ne lui verra plus que des manières d'entremetteur. Barrès, Leurs figures,1901, p. 280.
Rem. On rencontre dans la docum. le néol. basochard, adj. masc., fam. ou péj. (E. Estaunié, Les Choses voient, 1913, p. 10; suff. -ard*). Relatif au corps des hommes de loi. Tiers [État] parlementaire ou basochard (Id., ibid.).
Prononc. ET ORTH. : [bazɔ ʃ]. Barbeau-Rodhe 1930 donne également la possibilité d'une prononc. avec [ɑ ˑ] post. mi-long. Lar. 19e, Nouv. Lar. ill. et Lar. 20eenregistrent parallèlement basoche et bazoche.
Étymol. ET HIST. − [1144 basocham, forme latinisée, en topon. (Eure-et-Loir); d'autres ex. au xiies. dans Dauzat-Rost. Lieux 1963]; début xiiies. « basilique » (Pean Gatineau, St Martin, éd. W. Söderhjelm, 7676 dans T.-L. : Une autre iglise refonderent Au mur, ou le cors saint porterent, Qu'il ont la Besoiche apelee. Iqui fut jadis grant et lee La sale Valentinïen), hapax d'auteur; sens demeuré dans les topon. de même forme (Gdf.); 2. xves. « communauté des clercs du Parlement de Paris » (d'apr. le dér. basochien* attesté en 1480); 1519 (Jean Bouchet, Épitaphe de Pierre Blanchet dans Recueil de Farces, Soties et Moralités, Préface, p. 7, éd. P.L. Jacob, 1882 : Luy, jeune estant, il suyvoit le Palais Et composoit souvent rondeaux et laiz; Faisoit jouer sur eschaffaulx Bazoche, Et y jouoit par grant art sans reproche); 1611 basoche (Cotgr.); 1878 p. ext. (Ac. : Il se dit aussi familièrement des gens de justice et de palais. Il appartient à la basoche. Les habitudes de la basoche). Du lat. basilica (basilique*) « édifice public couvert où se rendait la justice (et dont certaines parties pouvaient servir de marché couvert) », « église ou chapelle chrétienne », avec évolution phonét. partic. : on attendrait *baseuche (cf. La Bazeuge Haute-Vienne). Le topon. est partic. attesté dans le Centre et la partie ouest de la lang. d'oïl jusque dans l'Aisne. Le sens du topon. se rattache soit au sens d'église ou de monument érigé en mémoire d'un martyr, bien attesté en lat. chrét. et médiév. (Nierm. s.v.), soit dans des cas partic. à celui de marché couvert; s'il est probable que le subst., en tant que nom commun, est de même orig., son cheminement est obscur; s'agit-il d'une reviviscence sav. du sens de « tribunal » qu'avait le mot en lat. class., ou de l'ext. aux clercs d'une cour de justice d'un terme appliqué à l'ensemble des ecclésiastiques attachés à une église?
STAT. − Fréq. abs. littér. : 46.
BBG. − Pamart (P.). La Parole est d'argent, mais le silence est d'or. Vie Lang. 1971, p. 140. − Pope 1961 [1952], § 352, 502. − Rog. 1965, p. 106.

Wiktionnaire

Nom commun - ancien français

basoche \Prononciation ?\ féminin

  1. Basilique.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  2. Église.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  3. Palais.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)

Nom commun - français

basoche \ba.zɔʃ\ féminin

  1. (Histoire) Communauté des clercs de procureurs au parlement, à Paris et dans les provinces de l’ancienne France.
    • C'est à Paris que la civilisation a germé, […], que se sont fondées la hanse pour les marchands, imitée en Allemagne, et la basoche pour les clercs, imitée en Angleterre, […]. — (Victor Hugo, Paris, 1867, chapitre 2, § 3, Nouvelle édition augmentée, Arvensa Éditions, 2014, page 16)
    • C’était leur jour, leur fête des fous, leur saturnale, l’orgie annuelle de la basoche et de l’école. — (Victor Hugo, Notre-Dame de Paris, 1831)
  2. (Vieilli) (Familier) (Collectivement) Les gens de justice et du palais.
    • Il appartient à la basoche.
    • Deux jeunes gens, assis devant la table, étaient en train de manger paisiblement le déjeuner de pain et de fromage traditionnel en tous les pays de basoche. — (Jules Verne, Les Cinq Cents Millions de la Bégum, Hetzel, 1879, chapitre IV)
    • Les Maugouverts de paroisse, la veine pantagruélique, les abbayes majeures (enfants de la ville ou basoche), le langage « courtoisien » et l’expression poétique séant à leurs jeux amoureux. — (Jacques Rossiaud, « Lyon, 1500-1562, Essai d’anthropologie culturelle », dans Lyon Renaissance : Arts et humanisme, ouvrage collectif dirigé par Ludmila Virassamynaïken, Paris, Somogy,‎ 2015, 360 pages ISBN 978-2-7572-0991-2, page 32)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BASOCHE. n. f.
Communauté des clercs de procureurs au Parlement, à Paris et dans les provinces de l'ancienne France. Il y avait un roi, un chancelier de la Basoche. Le royaume de la Basoche. La Basoche du Parlement de Paris. La plantation du mai était une des fêtes de la Basoche. On dit encore familièrement des Gens de justice et de Palais : Il appartient à la basoche. Les habitudes de la basoche.

Littré (1872-1877)

BASOCHE (ba-zo-ch') s. f.
  • 1Nom d'une cour de justice, établie fort anciennement entre les clercs du parlement de Paris, pour juger les différends qui s'élevaient entre eux.
  • 2L'ensemble des avoués et des clercs, leurs habitudes.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

BASOCHE, s. f. (Jurisprud.) est la communauté des clercs du Parlement de Paris, laquelle tient une espece de jurisdiction, où se jugent les différends qui peuvent naître entre eux. Ils s’y exercent aussi à plaider des causes sur des questions difficiles ou singulieres. La basoche a entre autres officiers un chancelier & un thrésorier de la basoche ; il y avoit même autrefois un roi de la basoche. (H)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « basoche »

Basilica, basilique, lieu où se tenaient les tribunaux. Ce qui prouve indubitablement cette étymologie, c'est que les lieux qui se nomment bazoche, bazoge, bazoque, s'appelaient en latin basilica : à Tours, l'église Saint-Martin de la basoche, en latin Sancti Martini basilica (Supplément aux chroniques de Touraine, p. 20). Basilica, avec l'accent sur si, et l'i bref dans li, a donné nécessairement, dans le vieux français, basilque, prononcé baseuque, basoque, basoche, etc.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin basilica (« basilique, édifice public couvert où se rendait la justice », « église ou chapelle chrétienne »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « basoche »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
basoche bazɔʃ

Évolution historique de l’usage du mot « basoche »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « basoche »

  • Gromaire est né à Noyelles-sur-Sambre, dans le nord de la France. Sa mère meurt des suites de son accouchement. Il est élevé par sa grand-mère, peintre amatrice, et sa tante, poètesse, dans une grande maison, ancienne dépendance de l’abbaye de Maroilles, qui revient souvent dans ses tableaux. Puis il rejoint à Paris son père, qui enseigne l’allemand au lycée Buffon. Celui-ci l’oriente vers le droit. A la basoche, il préfère la palette. Cela dure deux ou trois ans tout au plus, avant que ne sonne l’heure de la conscription : en 1913, Gromaire commence son service militaire près de Lille. Lorsque la première guerre mondiale éclate, il est déjà sous l’uniforme, et les circonstances l’obligeront à le garder six ans. Le Monde.fr, Exposition : la fascinante exubérance de Marcel Gromaire à Roubaix
  • Au nom de l’association qu’il dirige, le Magistrat présente ses sympathies aux proches de Fritz Gerald Cérisier, aux membres de la basoche et à la famille du défunt. Selon lui, l’insécurité a pris une dimension inacceptable auquelle l’État doit pencher afin de trouver une solution. Constant Haïti, Assassinat de Fritz Gérald Cérisier, substitut Commissaire du Gouvernement de Port-au-Prince

Traductions du mot « basoche »

Langue Traduction
Anglais la basoche
Source : Google Translate API

Synonymes de « basoche »

Source : synonymes de basoche sur lebonsynonyme.fr

Basoche

Retour au sommaire ➦

Partager