La langue française

Baryonique

Sommaire

  • Définitions du mot baryonique
  • Étymologie de « baryonique »
  • Phonétique de « baryonique »
  • Évolution historique de l’usage du mot « baryonique »
  • Citations contenant le mot « baryonique »
  • Traductions du mot « baryonique »
  • Synonymes de « baryonique »

Définitions du mot baryonique

Wiktionnaire

Adjectif

baryonique \ba.ʁjɔ.nik\ masculin et féminin identiques

  1. (Physique) Relatif aux baryons, composé de baryons.
    • Les scientifiques ont écarté la matière «baryonique», autrement dit celle qui compose tout ce que nous voyons, sentons, mesurons, du plus petit atome à la plus grande étoile. — (Nathaniel Herzberg, La matière noire résiste au détecteur le plus sensible au monde sur letemps.ch, Le Temps. Mis en ligne le 22 mai 2017, consulté le 8 juin 2017)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « baryonique »

Composé de baryon et du suffixe -ique.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « baryonique »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
baryonique barjɔ̃ik

Évolution historique de l’usage du mot « baryonique »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « baryonique »

  • Si elle existe, la matière noire ne peut pas être constituée des mêmes éléments que la matière baryonique (connue), elle est donc nécessairement faite de matière non-baryonique. La théorie la plus admise, comme nous le précise Raphaël Granier de Cassagnac, est que la matière noire se compose de particules élémentaires. Qui plus est, elles doivent « nécessairement interagir très faiblement [avec la matière baryonique], sans quoi nous les aurions déjà détectées ». Numerama, Comprendre la matière noire en 5 grandes questions
  • La découverte d'une galaxie à disque massive en rotation seulement 1,5 milliard d'années après le Big Bang, confirme la nécessité du changement de paradigme amorcé il y a 10 ans environ, concernant la formation et la croissance des galaxies. Il faudrait bien faire intervenir des courants de matière baryonique froids canalisés par des filaments de matière noire. Futura, Des disques galactiques massifs existaient déjà tôt après le Big Bang
  • Le proton porte également une charge électrique mais pas seulement, il est caractérisé par une charge dite « baryonique », qui elle aussi devrait être conservée dans le cas d’une potentielle désintégration. Mais le proton est le plus léger des baryons. Il ne peut pas se désintégrer faute de produit de désintégration. Les protons, comme les électrons, ne disparaissent jamais et ainsi la quantité de matière dans l’Univers se conserve. Un proton peut donc subsister sur des temps cosmologiques et les spécimens de protons aujourd’hui présents proviennent en droite ligne du Big Bang. The Conversation, La matière est-elle immortelle ?
  • Ce que nous voyons dans le ciel avec nos yeux mais aussi, jusqu’à présent, avec nos instruments d’observation les plus sophistiqués, pourrait n’être que « la partie visible de l’iceberg » de la « densité d’énergie totale » de l’Univers observable, dit autrement, de la totalité des composants de l’Univers observable, matière et énergie comprises. La matière commune dite « baryonique » ne constituerait en effet selon le « modèle standard de la cosmologie », que quelques 4,9 % de cette « densité », dont les 100% comprendraient, outre la totalité de cette matière baryonique, la totalité des photons, la totalité des neutrinos, ainsi que la « matière noire » et l’« énergie sombre » (les neutrinos pouvant cependant faire partie de la matière noire). Les deux derniers composants constitueraient l’essentiel de cette même densité (26,8% pour le premier et 68,3% pour le second)…mais ils restent hypothétiques. La réalité nous force à constater leurs effets gravitationnels sans pouvoir les observer directement et il est très frustrant de constater l’invraisemblance intuitive que le premier, la matière noire, exprime alors que nous avons fait des progrès énormes en astronomie ces dernières décennies. Le second, l’énergie sombre, tout aussi mystérieuse mais qui est de toute façon moins « visible » (elle se manifeste dans le temps et dans les vitesses de récession exprimées sur les spectres des émissions électromagnétiques) et qui est une sorte d’antigravité, constitue une autre énigme qui ne sera traitée qu’accessoirement dans cet article…même si, peut-être, elle est intrinsèquement liée à la matière noire autant qu’à la matière baryonique. Exploration spatiale, L’énigme de la matière noire – Exploration spatiale
  • Pour rendre leur simulation encore plus réaliste avec Mond, les trois astrophysiciens ont inclus les effets de la matière baryonique, c'est-à-dire ceux du rayonnement des étoiles sur le gaz qui permet leur formation ainsi que le souffle des explosions de supernovae. On sait que ces processus peuvent conduire à des résultats substantiellement différents sur la formation des galaxies comme le prouve le paradigme des courants froids. Futura, Matière noire : pour la première fois on forme des galaxies, sans elle et avec Mond
  • Tout ce que nous pouvons détecter dans l’Univers est composé de particules baryoniques : vous, les étoiles, les planètes, les nébuleuses, le plasma et même les trous noirs. La quantité totale de matière baryonique – également connue sous le nom de matière normale ou ordinaire – dans l’Univers peut être estimée sur la base de l’analyse du fond diffus cosmologique, un rayonnement fossile émis environ 380 000 ans après le Big Bang. L’analyse de ce rayonnement nous dit qu’il devrait y avoir dans l’Univers une certaine quantité de matière « ordinaire ». Or, jusqu’à présent, il nous manquait de cette dernière. Sciencepost, On a retrouvé la matière manquante de l'Univers
  • Énergie sombre, matière noire et matière ordinaire, voilà en résumé les constituants de l’Univers. Les deux premiers sont de nature inconnue et pourtant, d’après une foule d’observations cosmologiques, ils représentent 95 % du contenu de l’Univers. C'est déjà assez embarrassant, mais c’était sans compter sur le fait que près de la moitié des 5 % restants – la matière ordinaire, composée d’atomes, dite baryonique – manquait aussi à l’appel ! Grâce à de nouvelles observations, Fabrizio Nicastro, de l’observatoire astronomique de Rome, et ses collègues, ont confirmé certains indices qui laissent penser que la matière ordinaire manquante se cache… exactement là où on pensait la trouver, dans le milieu intergalactique. Pourlascience.fr, La matière intergalactique enfin retrouvée | Pour la Science

Traductions du mot « baryonique »

Langue Traduction
Anglais baryonic
Espagnol bariónico
Italien barionica
Source : Google Translate API

Synonymes de « baryonique »

Source : synonymes de baryonique sur lebonsynonyme.fr
Partager