La langue française

Barège

Sommaire

  • Définitions du mot barège
  • Étymologie de « barège »
  • Phonétique de « barège »
  • Évolution historique de l’usage du mot « barège »
  • Traductions du mot « barège »

Définitions du mot barège

Trésor de la Langue Française informatisé

BARÈGE, subst. masc.

A.− CHIM. Sel extrait par évaporation des eaux de Barèges ou bien obtenu artificiellement et servant à la préparation de bains sulfureux :
1. ... des gens (...) mangeaient (...) dans une atmosphère de graisse tiède, compliquée d'une écœurante odeur de barèges, due au voisinage des bains. A. France, Le Chat maigre,1879, p. 164.
Rem. N'est attesté comme nom commun que dans Guérin 1892 et Lar. mén. 1926 dans l'expr. bain de barèges (s.v. bain). Duval 1959 signale les expr. bain de Barèges et sel de Barèges.
P. méton., création d'aut. Liquide dont la couleur rappelle celle des bains de barèges :
2. ... Céline le mena chez un marchand de vins et là, épaulés contre des lauriers en caisse, ils se regardèrent d'un air assez embarrassé, tout en tournant avec une cuiller de fer battu le barège de leur absinthe. Huysmans, Les Sœurs Vatard,1879, p. 178.
B.− TEXT., vx
1. Sorte d'étoffe de laine légère et non croisée, primitivement fabriquée à Barèges, servant à faire des châles, des écharpes, des robes, etc. :
3. Toute sa toilette avait on ne sait quoi de chantant et de flambant. Elle avait une robe de barège mauve, de petits souliers-cothurnes mordorés... Hugo, Les Misérables,t. 1, 1862, p. 161.
2. P. méton. Vêtement fait de cette étoffe :
4. Comme pour en donner la preuve, elle s'était levée avec une ondulation harmonieuse de toute sa personne, elle vint jeter ce mot dans un sourire ingénu à l'oreille du jeune homme. Il sentit passer, tout proche, le parfum tiède de la gorge délicatement moulée sous le barège entr'ouvert. De Vogüé, Les Morts qui parlent,1899, p. 178.
Rem. Attest. unique dans notre documentation.
Prononc. et Orth. : [barε:ʒ]. Ac. 1835 et, à sa suite, Lar. 19eet Littré écrivent barége. Ac. 1878 écrit barège. Étymol. et Hist. 1. 1829 text. (Boiste); 2. 1879 chim., supra ex. 1. De Barèges, nom d'une ville du département des Hautes-Pyrénées. Fréq. abs. littér. : 20.

Wiktionnaire

Nom commun

barège \ba.ʁɛʒ\ masculin

  1. (Textile) Sorte d’étoffe de laine, légère et non croisée.
    • Pendant longtemps on teignit les fils destinés à la confection du barège avant de les employer. L’introduction des barèges écrus pour l’impression, contribua beaucoup à faire prendre un nouvel essor à l’article gaze. — (Jean Bezon, Dictionnaire général des tissus anciens et modernes, vol. 7, F. Savy, Paris, 1863, p. 348)
    • Mes robes de satin, de soie et de barège
      Ont l’aspect de brouillards, de tourbillons de neige.
      — (André Lemoyne, La Veuve, Le Parnasse contemporain I, 1866, p. 110)
    • De sorte que si, avant ces visites chez Elstir, avant d’avoir vu une marine de lui où une jeune femme, en robe de barège ou de linon, dans un yacht arborant le drapeau américain, mit le « double » spirituel d’une robe de linon blanc et d’un drapeau dans mon imagination, qui aussitôt couva un désir insatiable de voir sur-le-champ des robes de linon blanc et des drapeaux près de la mer, comme si cela ne m’était jamais arrivé jusque-là, je m’étais toujours efforcé, devant la mer, d’expulser du champ de ma vision, aussi bien que les baigneurs du premier plan, les yachts aux voiles trop blanches comme un costume de plage, tout ce qui m’empêchait de me persuader que je contemplais le flot immémorial qui déroulait déjà sa même vie mystérieuse avant l’apparition de l’espèce humaine, et jusqu’aux jours radieux qui me semblaient revêtir de l’aspect banal de l’universel été de cette côte de brumes et de tempêtes, y marquer un simple temps d’arrêt, l’équivalent de ce qu’on appelle en musique une mesure pour rien ; maintenant c’était le mauvais temps qui me paraissait devenir quelque accident funeste, ne pouvant plus trouver de place dans le monde de la beauté ; je désirais vivement aller retrouver dans la réalité ce qui m’exaltait si fort et j’espérais que le temps serait assez favorable pour voir du haut de la falaise les mêmes ombres bleues que dans le tableau d’Elstir. — (Marcel Proust, À l’ombre des jeunes filles en fleurs, in À la recherche du temps perdu, t. II, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1988, p. 255)
  2. (Pharmacie) (Vieilli) Sulfure de potassium (K2S).
    • Un des produits qui donnent les meilleurs résultats est le Pentasulfure [sic] de potassium ou Barège des pharmaciens. — (Bulletin mensuel de la Société centrale d’agriculture, d’horticulture et d’acclimatation de Nice et des Alpes-Maritimes , vol. 45-46, 1905, p. 204)
    • […] l’acteur, depuis quelque temps, recueillait d’assez sales tuyaux, sentait souffler à son oreille une brise fraîche, de mauvais augure, flotter autour de lui une atmosphère fâcheuse, fleurant le ratage et le four comme une salle de bains le barège. — (Georges Courteline, Les Linottes, chap. XI, 1912)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BARÈGE. n. m.
Sorte d'étoffe de laine, légère et non croisée.

Étymologie de « barège »

(Date à préciser) De Barèges.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « barège »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
barège barɛʒ

Évolution historique de l’usage du mot « barège »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Traductions du mot « barège »

Langue Traduction
Anglais barège
Espagnol barège
Italien barège
Allemand barège
Chinois è
Arabe بارج
Portugais barège
Russe barège
Japonais バレージュ
Basque barège
Corse barège
Source : Google Translate API
Partager