La langue française

Azyme

Sommaire

  • Définitions du mot azyme
  • Étymologie de « azyme »
  • Phonétique de « azyme »
  • Évolution historique de l’usage du mot « azyme »
  • Citations contenant le mot « azyme »
  • Traductions du mot « azyme »
  • Synonymes de « azyme »

Définitions du mot « azyme »

Trésor de la Langue Française informatisé

AZYME, adj. et subst.

I.− Adjectif
A.− Qui est sans levain, non fermenté :
1. Toutes pratiques supprimées à Genève, sous prétexte que dans le désert du Jourdain Saint Jean le Précurseur ne baptisait point en cuve, et qu'à Jérusalem Jésus n'avait rompu du pain azyme à ses disciples mais au contraire du pain levé... J. et J. Tharaud, La Chronique des frères ennemis,1929, p. 212.
Spécialement
1. Pain azyme. Pain que les juifs mangent au temps de leur Pâque en commémoration de celui que mangèrent leurs ancêtres à la sortie d'Égypte :
2. Beaucoup d'israélites consomment encore à Pâque des pains azymes, qui ne se soumettent plus aux règles du « caschrout » (pureté rituelle). Weill, Le Judaïsme,1931, p. 160.
2. Pain azyme ou pain à chanter.
a) Pain en feuilles minces dont on fait les hosties :
3. Saint Philippe de Néri, sainte Angèle, sainte Marguerite de Cortone, reconnaissaient un goût spécial au pain azyme, alors qu'après la consécration, il n'était plus du froment, mais la chair même du Christ. Huysmans, En route,t. 2, 1895, p. 149.
b) PHARM. Pain en feuilles minces servant à envelopper certaines préparations pharmaceutiques pour en faciliter l'absorption. Synon. vieilli ou moins usité oublie.
Rem. Attesté ds Lar. 19e, Guérin 1892, Nouv. Lar. ill., ainsi que ds la plupart des dict. gén. du xxesiècle.
B.− P. ext. Qui est sans goût :
4. Malheureusement, à la longue, les abonnés reconnaissent ce genre [du critique thuriféraire], et ne lisent plus ces tartines azymes. Balzac, Œuvres diverses,t. 3, 1850, p. 580.
Au fig. [En parlant d'une pers., au physique et au moral] Qui est pur, sans corruption :
5. À mon air enjoué, mon rire sur la lèvre, Vous me croyez heureux, doux, azyme et sans fièvre, Vivant, au jour le jour, sans nulle ambition, Ignorant le remords, vierge d'affliction; ... P. Borel, Rhapsodies,Épilogue, misère, 1831, p. 193.
II.− Emploi subst.
A.− P. ell.
1. Pain azyme (cf. supra A 1, 2 a) :
6. Peut-être le paskh ou fête de printemps, caractérisée par l'usage des azymes, commençait-il à poindre. Renan, Hist. du peuple d'Israël,t. 1, 1887, p. 56.
2. Les Azymes, fête des Azymes. La Pâque des juifs.
Rem. Attesté ds la plupart des dict. gén. du xixes. ainsi que ds Rob., Lar. encyclop. et Quillet 1965.
B.− Au fig. ,,Sans levain, − consacré; substance choisie`` (Plowert 1888) :
7. − Moi, il me semble qu'une seule chose compte : c'est de toujours chercher la vérité. − Non, dit Raoul, tu ne te contentes pas de la chercher, tu veux aussi la dire. − Pas seulement la dire. La crier... − Tu sacrifies tout à un beau discours. − Pourquoi pas? dis-je, abattu. Saint Paul dit : « Prenez les azymes de la pureté et de la vérité. » Abellio, Heureux les pacifiques,1946, p. 172.
PRONONC. ET ORTH. : [azim]. À l'exception de Ac. 1798, qui écrit azime, tous les dict. consultés écrivent azyme, avec azime comme vedette de renvoi.
ÉTYMOL. ET HIST. − xiiies. subst. azime « pain sans levain » (Bib. hist. Maz. 312, fo32b ds Gdf. Compl. : Vous mengeres .VII. jours les azimes); 1495 adj. id. « sans levain » (Ibid. : Pains azimes); xives. feste des azimes « fêtes que les Israélites célèbrent chaque année en souvenir de la sortie d'Égypte » (J. de Vignay, Mir. hist., III, 47, éd. 1531 d'apr. Delboulle ds R. Hist. litt. Fr., t. 4, p. 131 : Le jour ensuyvant commençoit la feste des azimes); azyme dep. Fur. 1690. Empr. au lat. chrét. azymus « azyme » adj. (Itala, Exod., 29, 2 ds TLL s.v., 1645, 65); subst. (Itala, Exod., 12, 18, ibid., 1645, 75); « fête des azymes » (Itala, Exod., 23, 15, ibid., 1646, 30); le lat. est lui-même empr. au gr. α ́ ζ υ μ ο ς « sans levain » (Septante, Gen. 19, 3 ds Bailly); v. Cabrol, Leclercq, Dict. d'archéologie chrét. et de liturg.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 24.
BBG. − Ac. Gastr. 1962. − Archéol. chrét. 1924. − Bach.-Dez. 1882. − Bible 1912. − Bouillet 1859. − Chesn. 1857. − Dheilly 1964. − Duval 1959. − Encyclop. méthod. Mécan. t. 1 1782. − Foi t. 1 1968. − Lar. méd. 1970. − Lasnet 1970. − Littré-Robin 1865. − Marcel 1938. − Mont. 1967. − Mots rares 1965. − Nysten 1814. − Pézard (A.). Cinq verbes rom. d'Italie. Romania. 1958, t. 79, p. 101, 104, 106. − Plowert 1968 [1888]. − Rheims 1969.

Wiktionnaire

Adjectif

azyme \a.zim\ masculin et féminin identiques

  1. (Boulangerie) Qui est sans levain.
    • Pain azyme, pain sans levain que les Juifs mangent lors de la Pâque. Il se dit aussi du pain en feuilles minces dont on fait les hosties et de l’enveloppe de certaines préparations pharmaceutiques.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

AZYME (a-zi-m') adj.
  • Terme de l'Ecriture. Pains azymes, pains sans levain que les Juifs mangent dans le temps de leur pâque.

    Dans l'église catholique, l'hostie est un pain azyme. Constantinople était divisée pour savoir s'il fallait se servir ou non de pain azyme, Voltaire, Mœurs, 91.

    S. m. plur. La fête des azymes.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

AZYME, adj. (Théolog.) ἄζυμος, qui n’a pas fermenté ou qui est sans levain. Ce nom originairement Grec est formé d’α privatif, & de ζύμη, ferment ou levain. Le mot azyme est fort usité dans les disputes entre l’église Greque & l’église Latine, sur la nature du pain, qui fait une partie de la matiere du sacrement de l’Eucharistie avant la consécration. La derniere soûtient que ce pain doit être azyme, c’est-à-dire sans levain, comme le pain dont les Juifs se servoient dans la célébration de leur pâque, Jesus-Christ n’en ayant pas employé d’autre pour l’institution de l’Eucharistie qu’il établit dans la derniere cene, après avoir fait la pâque avec ses disciples à la maniere & selon le rit des Juifs. Les Grecs au contraire défendent leur opinion avec force, & se fondent sur la tradition & l’usage constant de leur église. Il est indubitable qu’ils en donnerent de bonnes preuves lorsqu’il s’agit de leur réunion au concile de Florence, puisqu’on y décida que chaque église suivroit sur cette matiere l’usage dont elle étoit en possession.

Aussi ce point n’avoit-il pas d’abord été un prétexte de la rupture & du schisme des Grecs : il y avoit déjà plus de 200 ans que Photius s’étoit séparé de l’église Romaine, lorsque le patriarche Michel Cerularius, dans l’onzieme siecle, excommunia les Latins, parce que dans le sacrifice ils se servoient de pain azyme.

S. Thomas, in IV. sent. dist. ij. quæst. II. art. 2. quæstiuncul. iij. rapporte que dans les premiers siecles de l’église on n’usa que de pain azyme dans l’Eucharistie jusqu’au tems des Ebionites, qui soûtinrent que toutes les observances de la loi de Moyse étoient encore en vigueur malgré la venue de Jesus-Christ ; que pour ne leur laisser aucun prétexte, l’une & l’autre église userent du pain levé ; que la Greque resta en possession de cet usage, mais que la Latine reprit celui du pain sans levain.

Le P. Sirmond, loin de convenir de ce fait, montre dans une dissertation particuliere sur ce sujet, que les Latins ont usé de pain levé dans le sacrifice jusqu’au xe. siecle : on a du moins des monumens qui le prouvent jusqu’au VII. siecle. Et d’ailleurs le cardinal Bona, Liturg. ch. xxiij. page 185. rejette l’autorité de S. Thomas sur ce point de critique. Il paroît cependant qu’avant le tems de Photius, c’est-à-dire avant l’an 866, l’église Romaine consacroit avec du pain azyme ; & que c’étoit dans tout l’Occident l’usage le plus universel : car Alcuin qui mourut en 794, écrivant contre quelques personnes qui mêloient du sel au pain destiné à être consacré, dit nettement : Panis qui in Christi corpus consecratur, absque fermento ullius alterius infectionis debet esse mundissimus. Et Raban Maur son disciple, dans son I. livre de l’Institution des clercs, ch. xxxj. dit, Panem infermentatum… in sacramento corporis Christi… sanctificari oportet ; ce qui ne s’accorde pas exactement avec la prétention du P. Sirmond. (G)

L’azyme, ainsi que le biscuit de mer, est, au sentiment de Galien, fort mal-sain. Tout le monde sait qu’en mêlant de la fleur de farine avec de l’eau, il se forme une pâte ténace & visqueuse : il arrive la même chose au biscuit de mer, lorsqu’il vient à se ramollir dans l’estomac, à moins que la faculté digestive ne soit extrèmement forte. La fermentation détruit cette viscosité, & rend les végétaux farineux plus aisés à digérer, mais en même tems plus sujets à s’aigrir. C’est pourquoi le pain sans levain ne convient qu’à ceux dont l’estomac est rempli d’acides. Aux autres il pese sur l’estomac, & ne fait qu’incommoder sans procurer aucun avantage ; car le chyle qui en résulte est visqueux, épais, gluant, & chargé d’impuretés. (N)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « azyme »

Du latin azymus (« sans levain »), du grec ancien ἄζυμος, ázumos (« sans levain »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Azymus ; du grec ἄζυμος, de ἀ privatif et de ζύμη, ferment, levain, de ζέω, bouillir.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « azyme »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
azyme azim

Évolution historique de l’usage du mot « azyme »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « azyme »

  • Le pain azyme – également appelé mazzoth – est un « pain de misère », selon la tradition juive. En grec, « azyme » signifie « sans levain ». En effet, les Hébreux ayant dû fuir l’Égypte à la hâte, n’avaient pas eu le temps de faire lever leur pain. Ce pain modeste leur rappelle les malheurs de leur peuple et il est également un symbole d’humilité car Dieu les a sauvés et rendus libres alors qu’il étaient dans la détresse. Le pain azyme rappelle l’urgence à se laisser sauver. Aleteia : un regard chrétien sur l’actualité, la spiritualité et le lifestyle, Et si vous fêtiez le Jeudi saint en préparant vous-même du pain azyme ?
  • Jésus a célébré la première Cène lors d'un repas pascal qui commémorait la sortie d'Egypte. Traditionnellement, plusieurs aliments étaient consommés et tout un déroulement était respecté. Les Evangiles ne nous donnent pas tous les détails. Ce qu'on sait : Jésus a utilisé du pain azyme (non levé) et plusieurs coupes de vin dont la dernière représentait la nouvelle alliance en son sang. A l'époque, certains vins, relevés de diverses épices, étaient dilués avant d'être consommés. TopChretien, Doit-on servir la Cène avec du vin dans une coupe commune et du pain azyme ? de La question taboue - Message texte - TopMessages — TopChrétien
  • Cette petite sphère à base de pain azyme, tout droit venue de la cuisine juive ashkénaze, est un peu la boulette de l’espoir. Servie dans un bouillon de poulet, de préférence fait maison, la Matzo Ball (version US) ou Kneidelach (version yiddish-européenne) est l’une des guest-stars de la table de Pessah, la pâque juive célébrant la sortie d’Égypte. Un confinement d’une autre époque ? Nul besoin d’être croyant, et encore moins pratiquant, pour se lancer dans la confection de ce sympathique dumpling, casher ou pas. Et de s’inviter dans le grand débat des spécialistes : le préférez-vous dense ou aérien?  Vanity Fair, La recette des matzo balls, les boulettes de l'espoir en période de confinement
  • Isabelle Heumann-Buchert, DG de l'entreprise SA Paul-Heumann (Soultz-sous-Forêts) qui fabrique du pain azyme, raconte le parcours qui l'a amené à reprendre l'entreprise familiale. , Elle voulait être actrice mais son parcours l'a amené à être chef d'entreprise.
  • https://7detable.com/article/roman/une-hostie-pour-l-aperitif-ou-les-vertus-du-pain-azyme/332 , Une hostie pour l'apéritif, ou les vertus du pain azyme - 7detable.com
  • Ce dimanche 19 janvier, plus de 300 Messins d’origine polonaise sont venus célébrer Oplatek, au centre socioculturel de Vallières. « Cette fête porte le nom du pain azyme que l’on s’échange le 24 décembre au soir. Avant de dîner, chacun partage un morceau de ce pain, demande pardon aux membres de sa famille et leur pardonne. Et tout repart à zéro. C’est la tradition », assure Katarzyna. Une tradition tellement ancrée que cette année, elle a envoyé son pain par La Poste à sa famille installée en Pologne, « parce que je ne pouvais pas y aller ». , Edition Metz et agglomération | Les Polonais de Metz partagent l'Oplatek

Traductions du mot « azyme »

Langue Traduction
Anglais unleavened
Espagnol ázimo
Italien azzimo
Allemand ungesäuert
Chinois 无酵
Arabe الفطير
Portugais ázimo
Russe пресный
Japonais 種なし
Basque legamigabeko
Corse non levato
Source : Google Translate API

Synonymes de « azyme »

Source : synonymes de azyme sur lebonsynonyme.fr
Partager