La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « aunée »

Aunée

Définitions de « aunée »

Trésor de la Langue Française informatisé

AUNÉE1, subst. fém.

L'étendue d'une aune. Une aunée de drap.
Rem. On dit ordinairement aune (Littré, Guérin 1892).
PRONONC. : [one].
ÉTYMOL. ET HIST. − 2emoitié xiiies. ausnee « la longueur d'une aune » (Gaufrey, éd. F. Guessard et P. Chabaille 91, ds T.-L. : Parmi outre le cors est l'ensengne passee Que de l'autre partie en parut une ausnee), attest. isolée, repris ds Besch. 1845 aunée. Dér. de aune*; suff. -ée*.
BBG. − Esn. 1966. − Michel 1856.

AUNÉE2, subst. fém.

BOT. Plante médicinale de la famille des composées, dont la racine contient des alcaloïdes. Essence, poudre, teinture, tisane d'aunée :
L'aunée jouit de propriétés médicales prononcées : c'est un tonique, un excitant... Dorvault, L'Officine,1844, p. 57.
PRONONC. ET ORTH. − 1. Forme phon. − Cf. aunée1. 2. Homon. et homogr. : aunée1. 3. Forme graph. − Rob. écrit aunée. Cf. aussi Lar. encyclop. qui enregistre également la forme aulnée comme vedette de renvoi à aunée. Quillet 1965 donne parallèlement aulnée ou aunée. 4. Hist. − Ac. 1798 (et les éd. de 1835 et 1878) ainsi que Littré, Guérin 1892, DG et Pt Lar. 1906 enregistrent la forme aunée. Parmi ces dict., Ac. 1835, 1878, Littré, Guérin 1892 et DG consacrent à aulnée une vedette de renvoi à aunée. Noter que Ac. 1835 et 1878 signalent de plus, s.v. aunée : ,,Quelques-uns écrivent aulnée.`` Besch. 1845, Lar. 19eet Nouv. Lar. ill. admettent aunée ou aulnée. Pour ce mot, cf. aussi aulne1. La graph. aulnée, due à une fausse étymol., est anc. (cf. étymol. et hist.); Ac. 1932 ne la mentionne plus, ce qui équivaut à une condamnation.
ÉTYMOL. ET HIST. − xiiies. elnee « sorte de plante, inula helenium » (Medicinaire liegeois, cité par A. Goose ds Fr. mod., t. 21, p. 222 : All' enfleure et a la dolour del poumont, prens les fuelhes de l'aloesne et del rue et del ysope et le semence del ortie et les racines d'elnee et del fenoil et le centoine et miel avec, et done boire sovent); 1547 aulnée « id. » (G. Guéroult, Hist. des Plantes, 172 d'apr. Delboulle, Notes lexicol., ms. déposé à la Sorbonne : La racine de l'aulnée est grandement utile); 1621 aunée « id. » (E. Binet, Merv. de nat., p. 387 ds Gdf. Compl. : L'aunee embellit la personne, entretient la peau du visage et tout le cuir du corps). Dér. de l'a.fr. [norm.] eaune (ca 1300, Recettes médicales en fr., publ. par P. Meyer ds Romania, t. 37, p. 362 : Por gratele, pernez eaune, roberge, marsainte et entrerus de noir prunier), agn. aune (ca 1350, Recettes en vers, publ. par P. Meyer, ibid., t. 32, p. 100 : Lovache et aune), lui-même empr. au b. lat. helena, elena, elna (ves., Ps. Apul. 96, 11 ds TLL s.v. helenium, 2593, 17; v. aussi, ibid., 2593, 1 à 30 et s.v. inula, 239, 17 à 37, ainsi que André Bot., s.v. helenium et inula), résultat du croisement du lat. inula « aunée » (Pline, Nat., 19, 62 ds TLL s.v., 239, 44) avec le lat. helenium « id. » (Celse, 5, 11 ds TLL s.v., 2593, 20) lui-même transcr. du gr. ε ̔ λ ε ́ ν ι ο ν (Dioscoride, 1, 28 ds Bailly); le lat. inula est prob. lui-même un empr. pop. au gr. ε ̔ λ ε ́ ν ι ο ν avec chang. de l en n par métathèse et substitution de suff. (Ern.-Meillet s.v. inula).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 1.
BBG. − Alex. 1768. − Bouillet 1859. − Duval 1959. − Lar. méd. 1970. − Littré-Robin 1865. − Méd. Biol. t. 1 1970. − Nysten 1824. − Privat-Foc. 1870.

Wiktionnaire

Nom commun 2 - français

aunée \o.ne\ féminin

  1. (Vieilli) Étendue d'une aune.
    • Une aunée de drap.

Nom commun 1 - français

aunée \o.ne\ féminin

  1. (Botanique) Nom d'une espèce d’inule, plante de la famille des astéracées (ou composées), dont la racine, aromatique et amère, est employée en médecine comme stomachique (Inula helenium L.). → voir inule
    • L’Aunée ou aulnée, aunée officinale, aunée commune, Inula helenium (L.), est une plante herbacée, vivace, de la syngénésie-polygamie superflue, de la famille des synanthérées. Elle a, tant en latin qu’en français, une synonymie des plus variées ; on la voit, dans les auteurs, désignée sous les noms d’Helenium vulgare (Bauh.) ; Helenium (Dod.) ; Aster Helenium ; Aster officinalis ; Aster omnium maximus Helenium dictus (Tourn.) ; Helenium campana ; Enula campana ; Corvisartia helenium (Mérat.). En français, elle porte les noms vulgaires d’Aillaume, Aromate germanique, Énule campagne, Inule aunée, Inule héléniaire, Hélénine, Lionne, Œil-de-Cheval, Laser ou Panacée de Chiron. — (A. Martin-Lauzer, « Matière médicale : Aunée commune. — Inula Helenium », Revue de thérapeutique médico-chirurgicale, volume 6, numéro 23, 1er décembre 1858, p. 630–633)
    • Bien sûr, il n’attendait pas un miracle de cette longue feuille rugueuse couverte d’un duvet blanchâtre, mais il eut soudain une envie désespérée de chercher, dans cette prairie aux couleurs chatoyantes et aux odeurs capiteuses, les plantes médicinales dont le nom lui revenait à la mémoire : l’aconit, la belladone, l’ergot de seigle, la stramoine, la jusquiame, le colchique, la digitale, l’adonis, le sénevé, le raisin d’ours, la gentiane, le muguet, la saponaire, la prêle, la potentille, la quintefeuille, le tussilage, le millepertuis, le genévrier, la mille-feuille, l’orchidée, l’aunée, le mélilot et la myrtille. — (Branimir Šćepanović‎, La Bouche pleine de terre, 1975 ; traduit du serbo-croate par Jean Descat, 1975. Éditions du Rocher, 2008, p. 77-78)
    • Originaire d’Asie, bien implantée en Europe et ce depuis des siècles (les Romains la citaient comme condiment et médicament), l’aunée est de la famille des inules. — (« L’Aunée officinale : un traitement anticancer « intelligent » », plantes-et-sante.fr, 16 juillet 2014)
    • Avec une saveur amère et assez âcre, la racine de l’aunée dégage une forte odeur. — (« L’Aulnée ou aunée pour nettoyer les voies respiratoires », agroneo.com, février 2017)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

AUNÉE. n. f.
T. de Botanique. Plante de la famille des Composées, dont la racine, aromatique et amère, est employée en Médecine comme stomachique.

Littré (1872-1877)

AUNÉE (ô-née) s. f.
  • Plante médicinale dont la racine est aromatique et amère (inula helenium, L.).
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

AUNÉE, s. f. plante qui doit être rapportée au genre appellé astre. Voyez Astre, pour les caracteres : voici les propriétés.

* L’helenium vulgare, ou aunée, a la racine acre, amere, un peu gluante, aromatique : elle rougit très-peu le papier bleu, & sent l’iris quand elle est seche ; elle donne dans l’analyse des liqueurs acides, beaucoup d’huile, tant soit peu urineuse, point de sel volatil concret ; on en tire des feuilles, d’où il s’ensuit qu’elle agit par un sel volatil huileux dont le sel ammoniac n’est pas tout-à-fait décomposé, mais est fort chargé de soufre. La racine est stomacale, pectorale, diurétique, & provoque les mois. On l’employe en tisane, dans les bouillons & dans les aposemes ; pour l’asthme, pour la vieille toux, la colique de Poitou, l’hydropisie & la cachexie ; on confit au sucre les racines ; on les fait bouillir dans le moût ou la biere nouvelle. Le vin d’aunée fortifie l’estomac, guérit la jaunisse, fait passer les urines & garentit du mauvais air. L’extrait de cette racine a les mêmes vertus : appliquée extérieurement elle est résolutive & bonne pour les maladies de la peau : on en fait l’onguent enulatum, & le vin d’aunée.

Aunée (onguent d’) Prenez racine d’aunée, demi-livre ; vis-argent, terébenthine claire, huile d’absynthe, de chaque quatre onces ; axonge de porc, deux livres : faites-en un onguent selon l’art.

On prendra la racine sechée ; on la pulvérisera & on la mêlera dans le mortier avec les autres ingrédiens.

On vante cet onguent pour les maladies de la peau ; on y fait quelquefois entrer le mercure.

Aunée (vin d’) prenez racine d’aunée seche & grossierement concassée, une once ; vin blanc, deux livres : faites-les infuser pendant quelques jours en les agitant de tems à autres : gardez ce vin sur son marc pour l’usage. C’est un bon stomachique ; il pousse par les urines, provoque les regles ; il est antiscorbutique ; il peut prévenir les indigestions, les coliques d’estomac & les fievres intermittentes.

La dose est d’un verre ou de six onces à jeun le matin, repétée de tems en tems, ou une ou deux fois le mois. (N)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « aunée »

Du latin fictif, helenata, de helenium, nom latin de la plante, d'après Scheler ; de l'aune, d'après Bescherelle. Inula paraît être une corruption d'ἐλένιον.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Nom 1) (Date à préciser) Croisement du latin inula (« aunée ») et du latin elenium (« aunée ») que l’on retrouve dans le nom scientifique Inula helenium, selon l’Encyclopédie des symboles, ce nom viendrait du fait qu’Hélène aurait eu une branche d’aunée dans la main lorsqu’elle fut enlevée par Pâris.
(Nom 2) De aune, ancienne unité de longueur, avec le suffixe -ée.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « aunée »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
aunée one

Évolution historique de l’usage du mot « aunée »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « aunée »

  • Venez découvrir la grande aunée sur le site naturel de Moulin Rouge. Animation proposée par l'écomusée de la Vallée de l'Aigre. Radio Intensité, LA FERTÉ-VILLENEUIL - Sortie botanique, à la rencontre de la grande aunée | Radio Intensité
  • La grande aunée est utilisée par les Amérindiens depuis plusieurs années pour se débarrasser du mucus en excès qui gêne les fonctions pulmonaires. Elle est connue comme agent antibactérien naturel pour les poumons, aidant à réduire l’infection particulièrement pour les gens qui sont sujets à des infections pulmonaires, comme la bronchite. Les praticiens herboristes recommandent souvent une cuillerée à café de plante par tasse d’eau bouillante, à boire trois fois par jour pendant deux ou trois semaines. La grande aunée est également disponible en teinture pour plus de facilité. Libre Opinion Guinée, 9 plantes qui nettoient vos poumons et vous aident à respirer | Libre Opinion Guinée
  • Le médecin grec Dioscoride préconisait déjà la racine d’aunée pour calmer la toux tout en tonifiant l’organisme. Depuis, différentes recherches ont démontré son action anti-infectieuse. Tonique et antitussive, l’aunée entre très naturellement dans la composition de ce vin destiné à soulager les voies respiratoires en difficulté. Pour le préparer : ConsoGlobe, Il y a du virus dans l'air ? Comptez avec quelques alliés !
  • Fils d'agriculteurs à "Cublaise", il utilise 2 hectares autour de sa maison pour faire pousser du cassis, du hêtre, de la mélisse, de la grande aunée, de la rhodiole, de la menthe poivrée, de la bardane, du pissenlit, de l'angélique, du millepertuis. Ces plantes sont cultivées pour leurs racines, leurs feuilles ou leurs bourgeons et rassemblées au sein de la coopérative PAM Ardèche, installée à Vals-les-Bains. Ces plantes certifiées en agriculture biologique sont vendues à des laboratoires qui les transforment pour les utiliser dans la cosmétique, le pharmaceutique et le bien-être. , Saint-Maurice-de-Lignon : Loïc Peyrard cultive des plantes aromatiques médicinales - La Commère 43
  • En salade, soupe ou tisane, différentes feuilles ou fleurs comestibles ont été trouvés ou abordées dans le jardin d’enfants : le laiteron, le chénopode bon henri, le sureau, l’épilobe, la menthe, la calament, le pissenlit, le crépi, l’achillée millefeuille, l’alchémille, le trèfle, les plantains, les bourses à pasteurs, la mauve, le rumex, la tanaisie, le bouillon blanc, le crucifère, la renouée bistorte, la consoude, la pourcelle, l’armoise, la pensée sauvage ou violette, le trèfle, l’oxalis, la bourrache, le myosotis, le coquelicot, le millepertuis, l’inule grande aunée, l’angélique, la bruyère, la reine des prés, l’aubépine… mais aussi le frêne appelé « arbre des centenaires », le bouleau (dont on extrait le sirop)… , Lalouvesc : ils ont appris à cuisiner avec ce qu'offre la nature - La Commère 43

Traductions du mot « aunée »

Langue Traduction
Anglais elecampane
Espagnol elecampane
Italien elecampane
Allemand elecampane
Chinois 依坎烷
Arabe الراسن
Portugais elecampane
Russe девясил
Japonais エレカンパン
Basque elecampane
Corse elecampane
Source : Google Translate API

Synonymes de « aunée »

Source : synonymes de aunée sur lebonsynonyme.fr

Aunée

Retour au sommaire ➦

Partager