La langue française

Aulique

Sommaire

  • Définitions du mot aulique
  • Étymologie de « aulique »
  • Phonétique de « aulique »
  • Évolution historique de l’usage du mot « aulique »
  • Citations contenant le mot « aulique »
  • Traductions du mot « aulique »
  • Synonymes de « aulique »

Définitions du mot aulique

Trésor de la Langue Française informatisé

AULIQUE1, adj.

A.− Vx, rare. Qui a rapport, qui appartient à la Cour, à l'entourage d'un souverain :
1. Deux jours après sa venue, (...) elle [Jeanne] fut menée au roi. (...) Elle avait déjà franchi le fossé, et le roi n'était pas encore décidé à la recevoir. Plusieurs de ses familiers, et non des moindres, lui conseillaient de se défier d'une femme inconnue qui formait peut-être de mauvais desseins. D'autres lui représentèrent, au contraire, que cette pastoure lui était annoncée par lettres, envoyée de la part de Robert de Baudricourt, (...). Le roi, sur ces représentations, consentit à l'accueillir. La grande salle regorgeait de monde; (...) elle présentait cet aspect de halle, de cohue, familier aux courtisans. C'était le soir; cinquante torches brûlaient sous les solives peintes; hommes mûrs enjuponnés et fourrés, jeunes gentilshommes glabres, (...) seigneurs tout armés, au nombre de trois cents, se pressaient, selon la coutume aulique, poussaient, arrondissaient les coudes, et l'huissier donnait de la verge sur les têtes. A. France, Vie de Jeanne d'Arc,1908, p. 193.
Littér., poét. Qui a les caractères de ce qui appartient à la cour d'un souverain. Jardin aulique, splendeurs auliques :
2. ... mille détails lui revenaient de ces allées de tilleuls si tranquilles, de ces sentiers où il courait dans la guipure noire que dessinait sur le sol l'ombre tombée des branches. Il conservait de ces jardins qui lui paraissaient devenir plus grands à mesure qu'il avançait en âge un souvenir un peu confus où tremblait l'image embrouillée d'un vieux parc aulique et d'un verger de presbytère, situé au nord, resté, même quand le soleil l'échauffait, un peu humide. Huysmans, En route,t. 1, 1895, p. 35.
B.− HIST. (Empire germanique). S'est appliqué plus spécialement à certaines institutions de l'Empire ou de ses États. Chambre aulique, cour aulique :
3. Ces chiffres allemands manquent de certitude. Selon que cela semble momentanément utile, les chancelleries auliques enflent ou désenflent le désastre. Hugo, Histoire d'un crime,1877, p. 322.
Conseil aulique. Cour supérieure de l'Empire germanique du xvieau xixesiècle, à laquelle tous les sujets de l'Empire pouvaient en appeler en dernier ressort.
Rem. Attesté ds la plupart des dict. gén. du xixeet du xxesiècle.
Conseil du prince dans certains États allemands.
Rem. Attesté ds Ac. 1798-1878, Littré, Guérin 1892, Rob.
a) Conseiller aulique. Membre d'un Conseil aulique :
4. ... je descendis à Vérone à Casa-Lorenzi : il n'y avait encore presque personne d'arrivé. Peu à peu la ville se remplit, on vit paraître successivement l'empereur, l'impératrice d'Autriche et leur suite; le prince de Metternich accompagné des conseillers auliques Gentz, du chevalier de Floret, de quatre barons, d'un comte, d'un concipiste aulique et de deux officiaux; ... Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe,t. 3, 1848, p. 133.
b) [À partir de la 1remoitié du xixes.] Chacun des Conseils supérieurs de l'ordre administratif, judiciaire, militaire ou politique. Conseil, commission aulique :
5. Cependant la discorde était dans l'état-major du général autrichien. Mack, fidèle au plan de campagne dressé par le Conseil aulique, persistait à attendre dans ses retranchements l'arrivée de l'armée russe de Kutusof. G. Sand, Histoire de ma vie,t. 2, 1855, p. 125.
PRONONC. : [olik].
STAT. − Fréq. abs. littér. : 23.
BBG. − Bach.-Dez. 1882. − Bouillet 1859. − Pissot 1803. − Pol. 1868. − St-Edme t. 2 1825.

AULIQUE2, subst. fém.

Autrefois, thèse de théologie soutenue pour l'obtention du grade de docteur.
Rem. Attesté ds la plupart des dict. gén. du xixes. ainsi que ds DG, Lar. encyclop., Quillet 1965 et Mots rares 1965.
ÉTYMOL. ET HIST. A.− Adj. a) 1546 « qui appartient à la cour » (Rabelais, 1. III, ch. XLVI ds Gdf. Compl. : Plus me plaist le son de la rusticque cornemuse que les fredonnements des lutz, rebecz et violons aulicques); 1722 « id. » (Huetiana, p. 91 ds Littré : Sa vie militaire et aulique [du duc de Montausier]), rare; b) 1710 instit. all. (Rich. : Aulique. Se dit en parlant d'une certaine Cour supérieure qui a une Jurisdiction universelle & en dernier ressort, sur tous les sujets de l'Empire pour tous les procès qui y sont intentez). B.− Subst. 1710 théol. (Rich. : Aulique. C'est un acte que soutient un jeune Téologien dans la grand Sale de l'Archevêché de Paris et auquel préside celui qui doit prendre le bonnet de Docteur...). Empr. au lat. aulicus, adj. (lui-même empr. au gr. α υ ̓ λ ι κ ο ́ ς) « qui appartient à la cour » (Suétone, Nero, 45 ds TLL s.v., 1462, 17).
BBG. − Bach.-Dez. 1882. − Mots rares 1965.

Wiktionnaire

Adjectif

aulique \o.lik\ masculin et féminin identiques

  1. (Histoire) Relatif à une cour, une aula.
    • En 1642, le duc de Saxe-Weimar l’appela [Nicolas Zapf] à sa cour, et l’y fixa en lui donnant avec le titre de conseiller ecclésiastique de sa maison celui de prédicateur aulique, auquel bientôt il joignit ceux de surintendant, d’assesseur du consistoire général, et de pasteur des églises de Saint-Pierre et de Saint-Paul. — (Joseph-François Michaud, Louis Gabriel Michaud, Biographie universelle, ancienne et moderne, tome 52, 1828)
    • Ce dernier [Jean Dorat] en a bien besoin car, après avoir rejeté le carcan aulique, il est à la limite de l’indigence. — (Jean-Claude Polet, Patrimoine littéraire européen, tome 7, page 599, 1995)

Nom commun

aulique \o.lik\ féminin

  1. (Vieilli) Soutenance pour devenir docteur en théologie, débutant par une harangue du chancelier de Notre-Dame.
    • Olympia, en effet, ressemble beaucoup à une jeune fille : elle lève et baisse les yeux ; un mouvement de montre palpite à son côté à la place du cœur ; elle peut répondre à quelques questions modérées sur la température ; placée devant un piano, elle exécute sa sonate comme une aulique ; […] — (Coppélia (1870), le ballet de Saint-Léon vu par Théophile Gautier, www.forum-dansomanie.net)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

AULIQUE. adj. des deux genres
. Il se disait autrefois, en Allemagne, d'un Tribunal qui avait une juridiction universelle et en dernier ressort sur tous les membres et sujets de l'Empire germanique. Conseil aulique. Voyez CONSEIL.

Littré (1872-1877)

AULIQUE (ô-li-k') s. f.
  • Acte que soutenait un jeune théologien ; il commençait par une harangue du chancelier de Notre-Dame, qui, à la fin de la harangue, donnait le bonnet au nouveau docteur. Puis celui-ci disputait le premier sur le sujet que le soutenant possédait le mieux, et, après lui le chancelier, le grand maître de l'acte et les autres docteurs qui voulaient argumenter.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

AULIQUE, adj. (Hist. mod.) dénomination de certains officiers de l’empereur qui composent une cour supérieure, un conseil dont la jurisdiction s’étend à tout en dernier ressort sur tous les sujets de l’empire, dans les procès dont il connoît. Voyez Empereur, Empire. Nous disons : conseil, cour, chambre, conseiller, aulique, &c.

Le conseil aulique est établi par l’empereur, il en nomme les officiers ; mais l’électeur de Mayence a droit de visite. Il est composé d’un président catholique, d’un vice-chancelier présenté par cet électeur, & de dix-huit assesseurs ou conseillers, dont neuf sont protestans, & neuf sont catholiques. Voyez Assesseur.

Ils sont partagés en deux tribunaux : les gens de qualité occupent l’un, & ceux de robe l’autre ; ils tiennent leurs assemblées en présence de l’empereur, d’où leur vient le nom de Justitium imperatoris, justice où tribunal de l’empereur, comme celui du conseil aulique, de ce qu’il suit la cour de l’empereur, aula, & que sa résidence est toûjours dans le lieu que l’empereur habite. Cette cour & la chambre impériale de Spire, sont assez dans l’usage de se contrarier, à cause de la prévention qui a lieu entr’elles, & que nulle cause ne peut s’évoquer de l’une à l’autre. Voyez Chambre impériale. L’empereur ne peut empêcher, ni suspendre les décisions d’aucune de ces cours, ni évoquer à son tribunal une cause dont elles ont une fois pris connoissance, à moins que les états de l’empire n’en soient d’avis. Il est néanmoins des cas où ce conseil s’abstient de prononcer définitivement sans la participation de l’empereur, & dans ces cas on prononce fiat votum ad Cæsarem, que le rapport s’en fasse à César, c’est-à-dire, à l’empereur en son conseil.

Le conseil aulique n’a été originairement institué que pour connoître des différends entre les sujets des empereurs. On y a depuis porté les contestations des sujets de l’empire, & il s’est attribué sur la chambre impériale de Spire ou de Wetzlar, une espece de droit de prévention, qui ne se souffre pourtant que dans les procès des particuliers : les princes n’ont pas encore reconnu cette jurisdiction. Mais sous les empereurs Léopold, Joseph, & Charles VI. le conseil aulique a fait plusieurs entreprises contraires aux libertés Germaniques, comme de confisquer les duchés de Mantoue & de Guastalle, de mettre au ban de l’empire les électeurs de Baviere & de Cologne.

Le conseil aulique cesse aussi-tôt que l’empereur meurt, s’il n’est continué par ordre exprès des vicaires de l’empire, au nom desquels il rend alors ses jugemens, & se sert de leur sceau. Heiss. hist. de l’empire. (G)

Aulique, (Théolog.) nom qu’on donne à l’acte ou à la these que soûtient un jeune théologien, dans quelques universités, & particulierement dans celle de Paris, le jour qu’un licentié en Théologie reçoit le bonnet de docteur ; & à laquelle préside ce même licentié, immédiatement après la réception du bonnet.

On nomme ainsi cet acte du mot aula, salle, parce qu’il se passe dans une salle de l’université, & à Paris dans une salle de l’archevêché. Voyez Université, Degré, Docteur, &c. (G)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « aulique »

(Adjectif) Du latin aulicus (« princier, de cour »).
(Nom) De aula (« salle »), parce que cet acte se faisait dans la grande salle de l’archevêché de Paris.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Aula, salle, parce que cet acte se faisait dans la grande salle de l'archevêché de Paris.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « aulique »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
aulique olik

Évolution historique de l’usage du mot « aulique »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « aulique »

  • Peu importe si les participants ont trébuché sur « aulique », « onychophage » ou « idyllique », ces pièges de la langue de Molière, sans lesquels la dictée ne serait pas ce qu'elle est. Tous ont apprécié de s'installer dans cette immense Galerie des Batailles, de 120 m de long et 13 de large, où les immenses tableaux couvrent quatorze siècles de l'histoire de France, de Clovis en 496 à Napoléon Ier en 1809. leparisien.fr, Dictée pour tous à Versailles : «Le château est un lieu de rencontres» - Le Parisien
  • L’historiographie, bien que riche concernant la sphère aulique, peine généralement à traiter ensemble la cour et le mariage (avec ses marges) car elle se focalise essentiellement sur l’un ou l’autre de ces deux points. En outre, les travaux étudient généralement le mariage en tant qu’acte de naissance d’une alliance, mais n’explorent pas les aspects concrets de la vie conjugale (échanges entre les époux, contraintes imposées par la vie de cour ou au contraire atout représenté par le couple pour accéder aux honneurs du système de cour…). C’est pourquoi le présent colloque se propose de combler cette lacune. Pour tenter d’articuler les questionnements propres aux deux sujets et y apporter un éclairage nouveau, plusieurs approches seront mobilisées : l’histoire de la famille, l’anthropologie historique, l’économie, mais aussi l’étude des réseaux, du couple et des rapports de pouvoir. Le milieu curial sera alors considéré comme un observatoire de la vie conjugale, de ses contraintes et de ses marges. , Conjugalités et extraconjugalités à la cour de France. Moyen Âge-XIXe s. (Paris)
  • Il y a au Louvre une salle immense que nul ne visite jamais. Elle abrite sur ses murs une imposante suite de douze tapisseries, tissées à Bruxelles dans les années 1530. Chacune d'elles représente un mois de l'année, avec la vénerie correspondante. Il s'agit des «Chasses de Charles-Quint», réalisées sur des cartons de Bernard van Orley. La chasse était alors considérée comme le sport princier par excellence. Quant aux tentures, faites de laine, de soie et de fils de métal, elles formaient le sommet de l'art de Cour (dites «art aulique» pour faire plus distingué). Il fallait des années et des sommes colossales pour espérer prendre livraisons de ces pièces, commandées en général dans les Flandres. Elles suivaient les déplacements du roi (ou des principaux seigneurs), à une époque où ceux-ci demeuraient encore nomades, allant sans cesse d'un château à l'autre. Bilan, Bozar présente à Bruxelles Bernard van Orley, l'oublié de la Renaissance flamande - Bilan
  • S’il y a un roman pour lequel il vaudrait la peine d’apprendre l’italien, c’est bien celui-ci : un des chefs-d'œuvre incontestés de la littérature italienne. Probablement savoir lire et savourer l’idiome de la botte ne suffirait pas ni à la compréhension ni à la jouissance complète de l’œuvre, car le lecteur devrait avoir la maîtrise, ou du moins l’intuition, du dialecte molisain, de celui de Rome Urbis, de celui des campagnes et des « Castelli » de Rome, de celui de Naples et de tant d’autres. Le plurilinguisme employé dans le roman, mélange d’italien à plusieurs niveaux (aulique, familier, bureaucratique, néo-logistique etc.) et de dialectes, qui se suivent et s'entremêlent parfois dans la même phrase, est fonctionnel à la représentation de la réalité complexe de la société italienne pré-moderne. , Carlo Emilio Gadda, L’affreuse Embrouille de Via Merulana | Italieaparis.net
  • 3) Réception aulique et princièrePrésidence : Christiane MERVAUD14h00 : Frank STÜCKEMANN (Soest) : La réception de Voltaire dans les salons de la Westphalie.14h30 : Anthony MCKENNA (Université Jean-Monnet, Saint-Étienne) : La Lettre sur Locke à la cour princière de Rheinsberg.15h00 : Edward LANGILLE (St. Francis Xavier University, Antigonish, Canada) : « L’Avis de l’éditeur » précédant la « Réponse aux vers précédents » (c’est-à-dire les « Vers aux Roi de Prusse ») est-il de Voltaire ?15h30 : Pause café. , Journées Voltaire 2019. La vision et la réception de Voltaire et de ses séjours dans l’espace allemand au sein des réseaux de communication germanophones XVIIIe- XIXes. (Amiens & Paris)

Traductions du mot « aulique »

Langue Traduction
Anglais aulic
Espagnol áulico
Italien aulico
Allemand aulic
Chinois 铝质的
Arabe اوليك
Portugais aulico
Russe придворной
Japonais アウリック
Basque aulic
Corse aulicu
Source : Google Translate API

Synonymes de « aulique »

Source : synonymes de aulique sur lebonsynonyme.fr
Partager