La langue française

Argotier, argotière

Sommaire

  • Définitions du mot argotier, argotière
  • Étymologie de « argotier »
  • Phonétique de « argotier »
  • Évolution historique de l’usage du mot « argotier »
  • Citations contenant le mot « argotier »
  • Traductions du mot « argotier »
  • Synonymes de « argotier »

Définitions du mot « argotier, argotière »

Trésor de la Langue Française informatisé

ARGOTIER, IÈRE, subst.

A.− Vx. Gueux, voleur, mendiant, etc. :
1. Tu es entré dans le royaume d'argot sans être argotier, tu as violé les privilèges de notre ville. Tu dois être puni, à moins que tu ne sois capon, franc-mitou ou rifodé, c'est-à-dire, dans l'argot des honnêtes gens, voleur, mendiant ou vagabond. Es-tu quelque chose comme cela? Hugo, Notre-Dame de Paris,1832, p. 103.
2. Enfin, des bandes d'argotiers, de bohèmes, de mauvais garçons, voleurs de toute espèce... complètent le tableau général que l'auteur a voulu faire... Balzac, Œuvres diverses,t. 1, 1850, p. 442.
Rem. ,,Se disait autrefois de celui, de celle qui hantait la cour des Miracles et autres lieux semblables, où se réunissaient les vagabonds, les gueux, les coquins, etc.`` (Lar. 19eet Nouv. Lar. ill.).
B.− Celui, celle qui connaît et parle l'argot, un argot. Synon. argoteur :
3. Cher Gérard de Nerval, homme des foules, noctambule, argotier, rêveur impénitent, amant neurasthénique des petits théâtres de la capitale (...) secrétaire intime de la reine de Saba, druide et eubage, tendre vagabond de l'Île-de-France, dernier des Valois, enfant de Paris, bouche d'or, ... Cendrars, Bourlinguer,1948, note 9, p. 243.
Rem. 1. Sens attesté ds la plupart des dict. gén. 2. Mentionné seulement sous la forme masc. ds Guérin 1892, Lar. encyclop. et Rob. Suppl. 1970.
C.− Spécialiste de l'argot. Synon. argotiste(cf. Esn. 1966 et Lar. encyclop.) :
4. ... l'étymologie du mot tante (sodomite, tapette, tata) que le maître-argotier Émile Chautard, un simple prote d'imprimerie, donne dans La Vie étrange de l'argot, ce dictionnaire à nul autre pareil du langage secret des malfaiteurs. Cendrars, Bourlinguer,note 71948, note 9, p. 243.
Rem. Emploi signalé uniquement ds Rob. Suppl. 1970.
PRONONC. − Seule transcription ds Land. 1834 et DG : àr-gò-tyé, fém. -tyèr (DG).
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. 1628 « gueux, compagnon de l'argot » (Jargon de l'argot réformé, ds Sain. Sources Arg. t. 1, p. 177 : [Le jargon] Tiré et recueilly des plus fameux argotiers de ce temps); 2. 1808 (Boiste : Argotier. Qui emploie, parle l'argot). Dér. de argot1*; suff. -ier*.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 19.
BBG. − Esn. 1966. − France 1907. − Guiraud (P.). Pier, argot. Cah. lexicol. 1968, t. 12, no1, p. 91. − Larch. Suppl. 1880. − Le Roux 1752. − Mat. Louis-Philippe 1951, p. 279. − Michel 1856.

Wiktionnaire

Nom commun

argotier \aʁ.ɡɔ.tje\ masculin (pour une femme on dit : argotière)

  1. (Vieilli) Locuteur en argot.
    • Au XVIIe siècle, parlant de son époque, Sauval distingue parmi les truands les argotiers ou gueux, les coupeurs de bourse et les voleurs de nuit et de grand chemin. Ce sont des argotiers, pauvres fréquentant les foires et marchés; ils composent le « royaume argotique », et c'est du langage particulier dont ils font usage qu'ils tirent leur nom. — (Serge Jodra, Aspects de la criminalité médiévale, 2004)
    • Si l’on met à part les simples témoignages d’argotiers proprement dits ou de personnes les fréquentant professionnellement (policiers, magistrats), ce qui frappe c’est le caractère relativement tardif des études consacrées aux argots. On sera étonné aussi d’apprendre que les premières études sont œuvres non de linguistes, mais d’hommes de lettres : Charles Nodier, Victor Hugo, Marcel Schwob. — (Jacques Dargaud, Les argots, réunion du 22 janvier 2011, La Lettre de la DLF Champagne-Ardenne, Reims, lettre n° 84 de février 2011)

Nom commun

argotière \aʁ.ɡɔ.tjɛʁ\ féminin (pour homme on dit : argotier)

  1. Locutrice en argot.
    • Voyez un peu ces pages de Satan, cria une argotière en barrant le passage aux deux ravisseurs. Ah ! les autres , sus à moi ! gens de cour enlèvent à votre barbe une fille de la bazoche. — (V.P de La Madelaine , Le justicier du roi, Paris : chez Dumont, 1834, vol.1, page 243)

Nom commun

argotière \aʁ.ɡɔ.tjɛʁ\ féminin (pour homme on dit : argotier)

  1. Locutrice en argot.
    • Voyez un peu ces pages de Satan, cria une argotière en barrant le passage aux deux ravisseurs. Ah ! les autres , sus à moi ! gens de cour enlèvent à votre barbe une fille de la bazoche. — (V.P de La Madelaine , Le justicier du roi, Paris : chez Dumont, 1834, vol.1, page 243)

Nom commun

argotière \aʁ.ɡɔ.tjɛʁ\ féminin (pour homme on dit : argotier)

  1. Locutrice en argot.
    • Voyez un peu ces pages de Satan, cria une argotière en barrant le passage aux deux ravisseurs. Ah ! les autres , sus à moi ! gens de cour enlèvent à votre barbe une fille de la bazoche. — (V.P de La Madelaine , Le justicier du roi, Paris : chez Dumont, 1834, vol.1, page 243)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « argotier »

 Dérivé de argot avec le suffixe -ier.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « argotier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
argotier argɔtie

Évolution historique de l’usage du mot « argotier »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « argotier »

  • Et l’argotier de s’enquérir d’entrée : « Vous n’avez pas été choquée, j’espère ? », à propos de la teneur parfois crue de son dernier ouvrage. , Région Lorraine | Les cases, façon Tontons flingueurs
  • Ebaubi et billevesée sont couramment utilisés. Par contre, dans le langage argotier, il me semble que "dégoiser" c'est dire du mal de quelqu'un, débiter des méchancetés. Il y a aussi "Se dépatouiller", "s'esbaudir" "s'abafointer".. merci pour ces mots oubliés mais finalement pas tant que cela. Le Figaro.fr, Dix mots anciens à utiliser (urgemment) au quotidien
  • «Ce qui me frappe, c'est que les argotiers exploitent absolument tous les moyens pour forger de nouveaux mots, s'enthousiasme le linguiste Alain Rey face à ces surnoms. Ca montre que la morphologie du français est très vivante.» Et le lexicographe d'apporter son expertise sur la formation de ces nouveaux surnoms. «Gégenne ou Boboche, c'est ce qu'on appelle la réduplication, explique-t-il. Ca consiste à prendre une syllabe du mot dont on répète le son. C'est un procédé très fréquent dans la langue enfantine.» leparisien.fr, INTERACTIF. Ile-de-France : votre bled, c’est quoi son blaze ? - Le Parisien
  • Ce fut dans ces conditions qu'il écrivit Voyage au bout de la nuit, qui réalise une merveilleuse synthèse entre le français de tout le monde et la langue populaire dure, grossière : le Voyage qui le créa en tant qu'écrivain et fit de lui, à trente-huit ans, Céline ! Après quoi la brèche était ouverte, la fécondation accomplie. Ses écrits comme ses fréquentations - le peintre Gen Paul, argotier montmartrois de son âge -, son lieu de travail curieusement inchangé malgré le succès furent entièrement sous le signe de la langue voyoute. Céline créa un style, pas une langue. Le reste de l'œuvre, surtout les pamphlets, est le produit de cette liqueur originale que lui seul a su composer - mais je raconterai cela une autre fois? En attendant sa pauvre mère avait raison de s'émouvoir : l'argot l'a conduit au pied de l'échafaud - il s'en est failli d'un cheveu ! Le Figaro.fr, Le style, c'est l'homme
  • Pour ne donner qu'un exemple sur des centaines, on vous dira dans la bonne ville de Sedan qu'en 1870, un général, blessé, fut opéré en catastrophe dans l'arrière-salle d'une brasserie (qui existe toujours), sur un billard. Que c'est de là que vient l'expression bien connue « passer sur le billard », en référence à cette anecdote chirurgicale... C'est faux, naturellement - même si l'anecdote est authentique, ce dont je ne veux pas douter. La locution ne date que de la Première Guerre mondiale ; elle résulte de l'emploi ironique d'une expression faubourienne alors en usage chez les argotiers de Paris dès les années 1890, et qui signifiait (par une gauloiserie trop forte pour être rapportée ici !) : jouir sexuellement. Il s'agit en fait d'une antiphrase des poilus en un temps où les chirurgiens militaires opéraient sans anesthésie : « tu vas monter sur le billard » pour « tu vas jouir »... Mais à Sedan on tient à l'histoire du bistrot-ambulance - tellement que le shérif me mettra en prison si jamais je remets les pieds dans la ville ! Le Figaro.fr, Tout savoir sur les expressions de la langue française

Traductions du mot « argotier »

Langue Traduction
Anglais slang
Espagnol jerga
Italien gergo
Allemand slang
Chinois 俚语
Arabe عامية
Portugais calão
Russe сленг
Japonais スラング
Basque slang
Corse jang
Source : Google Translate API

Synonymes de « argotier »

Source : synonymes de argotier sur lebonsynonyme.fr
Partager