La langue française

Antirévisionniste

Définitions du mot « antirévisionniste »

Wiktionnaire

Adjectif

antirévisionniste \ɑ̃.ti.ʁe.vi.zjɔ.nist\ masculin et féminin identiques

  1. Opposé au révisionnisme.
    • Dans un entretien accordé à l’Institute of Historical Review, principal organisme révisionniste du monde, Faurisson déclare que « [...] la loi antirévisionniste de 1990 est une loi judéo-socialo-communiste». — (« Affaire Dieudonné : la loi Gayssot, un outil mal employé », L’Humanité.fr, 9 janvier 2014)
    • Le Tessin avec trois députés contre trois, et Appenzell (Rhodes extérieures) avec un député révisionniste et un antirévisionniste, se neutralisent. — (« Nouvelles étrangères », Journal officiel de la République française, numéro 302, 1er novembre 1872, page 6671)

Nom commun

antirévisionniste \ɑ̃.ti.ʁe.vi.zjɔ.nist\ masculin et féminin identiques

  1. Opposant, opposante au révisionnisme.
    • Méline démissionne, remplacé le 28 juin par Henri Brisson qui nomme le général Cavaignac, un antirévisionniste notoire, au ministère de la Guerre. — (Christian Bouyer, 12 Lettres qui ont changé l’Histoire, 2011)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « antirévisionniste »

(fin xixe) Composé de anti- et révisionniste.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « antirévisionniste »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
antirévisionniste ɑ̃tirevisjɔnist

Évolution historique de l’usage du mot « antirévisionniste »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « antirévisionniste »

  • L’humoriste a d’ailleurs eu plusieurs fois affaire avec cette loi. Dans les prétoires, mais aussi en dehors. En 2010, au nom de la «liberté d’expression», il avait signé une pétition contre elle. À l’occasion de ses vingt ans, une brochette de représentants de l’extrême droite (de François Brigneau, ex de Minute, au créateur du concept de «préférence nationale», Jean-Yves Le Gallou, en passant par le négationniste ami de Dieudonné, Robert Faurisson) avaient ainsi demandé son abrogation. Détail intéressant: ce dernier désignait parfois la loi Gayssot sous le nom de «loi Fabius-Gayssot». Dans un entretien accordé à l’Institute of Historical Review, principal organisme révisionniste du monde, Faurisson déclare que «nous l’appelons parfois “loi Gayssot”, ce qui est le nom d’un communiste, mais parfois nous l’appelons aussi “loi Fabius-Gayssot”. Fabius est un juif très riche, il est socialiste mais extrêmement riche. Donc, la loi antirévisionniste de 1990 est une loi judéo-socialo-communiste». Des propos qui tombent sous le coup de la loi… mais que Dieudonné n’a jamais condamnés. L'Humanité, Affaire Dieudonné: la loi Gayssot, un outil mal employé | L'Humanité
  • Le pays, peu atteint jusque là par le mouvement de déstalinisation déclenché par Khrouchtchev en 1956, au contraire de la Pologne et de la Hongrie, était entré en ébullition depuis peu. Le Parti communiste tchécoslovaque (PCT) jouissait encore d’un soutien au sein de larges couches des travailleurs et ne s’était donc pas vu contraint par la pression populaire de modifier ses pratiques et sa direction staliniennes. Quelques prisonniers politiques avaient certes été libérés, mais les timides tentatives de débat lancées par les intellectuels en 1956 avaient vite été réprimées. Tirant les leçons de la Pologne et de la Hongrie, Novotny, le principal dirigeant du PCT, avait renforcé la discipline du parti et la « lutte antirévisionniste ». Ce durcissement préventif allait, à terme, accentuer le mécontentement, en premier lieu de l’intelligentsia, qui voyait une profonde contradiction entre la politique de « coexistence pacifique et d’ouverture » prônée alors par l’URSS, de même qu’avec la nouvelle dénonciation du stalinisme lancée par Khrouchtchev au XXIIe congrès du PCUS, en octobre 1961. L’équipe de Novotny, le dirigeant du PCT, faisait figure d’anachronisme. À la direction même du parti, des voix se faisaient entendre pour réclamer des réformes comme il y en avait eu en Hongrie ou en Pologne. À la fin de l’année 67, le congrès des écrivains tchécoslovaques s’en prit au régime sans que les contestataires ne soient immédiatement arrêtés. C’était un signe de faiblesse du régime, encourageant pour l’opposition.  , Tchécoslovaquie 1968 : le printemps de Prague | NPA
  • Elle est donc une cible privilégiée des négationnistes. « La clause antirévisionniste va à l’encontre de l’évolution des mœurs. Elle rétablit clairement la censure », tentait de la discréditer Robert Faurisson dès sa promulgation. Depuis, elle ne cesse d’être prise à partie par les groupuscules d’extrême droite qui pullulent sur le Net, au prétexte fallacieux d’une prétendue remise en cause de la liberté d’expression. « Depuis la loi Gayssot, la France a sombré dans un abîme de liberté d’expression à géométrie variable », peut-on notamment lire sur le site Égalité et réconciliation, fondé par Alain Soral. L'Humanité, Offensive contre la loi Gayssot | L'Humanité

Traductions du mot « antirévisionniste »

Langue Traduction
Anglais antirevisionist
Espagnol antirevisionista
Italien antirevisionista
Source : Google Translate API

Synonymes de « antirévisionniste »

Source : synonymes de antirévisionniste sur lebonsynonyme.fr

Antirévisionniste

Retour au sommaire ➦

Partager