La langue française

Anthropomorphisation

Définitions du mot « anthropomorphisation »

Wiktionnaire

Nom commun

anthropomorphisation \ɑ̃.tʁɔ.pɔ.mɔʁ.fi.za.sjɔ̃\ féminin

  1. Action d’anthropomorphiser.
    • Si, comme nous le croyons, la thèse du rire réflexe de la Société est une sorte de mythologie qui suppose l’anthropomorphisation de cette entité qu’est la Société, le point de départ de Bergson est mauvais et vicie toutes ses analyses. — (Lucien Fabre, Le Rire et les rieurs, Gallimard, Paris, 1929, page 91)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « anthropomorphisation »

 Dérivé de anthropomorphe avec le suffixe -isme.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « anthropomorphisation »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
anthropomorphisation ɑ̃trɔpɔmɔrfisasjɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « anthropomorphisation »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « anthropomorphisation »

  • Le psychiatre Serge Tisseron met en garde contre l’« anthropomorphisation des robots », devenus à la fois confidents et esclaves. Le Monde.fr, « Donner un petit nom à son assistant vocal, c’est déjà être sur une pente glissante »
  • Jusque là, rien de particulier, c’est la démarche habituelle en la matière. Du côté de l’anthropologie musulmane, c’est même une marque de la singulière dignité de l’homme, que de recevoir de Dieu, la capacité de nommer. Or, on ne sait pas par quelle “prouesse”, ce virus est en train de subir ce que j’appelle une “anthropomorphisation péjorative.” Mizane info, Que cache l'anthropomorphisation péjorative du Covid-19 ? - Mizane info
  • Dans plusieurs dizaines d’années, le développement des technologies ferait que nous aurions chez nous un humanoïde à notre service, ou un assistant virtuel omnipotent capable de contrôler toute l’électronique qui équipe notre maison. Il se reconnaitrait avec le nom que nous lui aurions donné. Lorsque le robot se trouverait sur notre chemin, est-ce qu’on le pousserait (sans violence), ou est-ce que l’on devrait lui demander de s’écarter ? C’est une situation parmi des centaines d’autres qui placerait ou non l’anthropomorphisation des robots comme un pan de notre vie sociale. Siècle Digital, Anthropomorphisation des robots : du service au lien affectif ?
  • La pratique de lutilisation danimaux pour le divertissement est une tradition de longue date dans de nombreuses cultures. le sport et le divertissement sont des animaux de course, combat, chasse et spectacles danimaux. Cependant, laugmentation anthropomorphisation des animaux a sensibilisé les gens à travers le monde pour traiter les animaux avec plus dattention et de préoccupation. Autres que les organisations bien connues des droits des animaux PETA et une protectrice des animaux de la Société. Ces dernières années, il y a eu des organisations qui travaillent spécifiquement pour sensibiliser les gens à lutilisation des animaux pour le sport et le divertissement. , Jeu RSS Marché 2020 Taille de lindustrie mondiale, la croissance, les segments, les revenus, la taille du marché et la croissance, les fabricants et 2023 Rapport de recherche Prévisions – JustFamous
  • Alaska, 1925. Une épidémie de diphtérie menace les enfants de la ville de Nome. Des sérums sont disponibles à plusieurs centaines de kilomètres de là mais une violente tempête empêche toute expédition par les airs. Le conducteur de traîneau Leonhard Seppala se porte volontaire pour aller les chercher avec son attelage, mené par son chien Togo… Sur le papier, TOGO avait tout pour n’être qu’un film « inspiré de faits réels » de plus, une reconstitution factice d’un pan plus ou moins connu de l’Histoire. Mais cette production Disney destinée à sa plateforme de SVOD a l’intelligence de ne pas faire du « 1925 Serum Run », exploit mythique aux États-Unis, le cœur véritable de son récit. Il en serait même presque le point faible, tant sa mise en images se révèle approximative, entre des fonds verts ratés, des CGI baveuses et une spectacularisation bancale. TOGO, plus globalement, ne brille pas par la mise en scène d’Ericson Core (à la fois réalisateur et chef opérateur), plutôt impersonnelle. Non, le cœur de TOGO ne réside pas dans l’héroïque exploit accompli par Seppala et son chien mais bien dans la relation qui unit l’homme et son épouse Constance à leur animal. Construit sur des allers-retours permanents entre plusieurs temporalités – la course contre la montre pour récupérer le sérum et la jeunesse de Togo, puis son apprentissage –, le récit, même en dépit d’un certain didactisme, se révèle d’une grande patience. Il bâtit soigneusement l’amitié, puis l’amour, qui unit le chien à ses maîtres – les prestations sans faille, humaines et dénuées de mièvrerie de Willem Dafoe et Julianne Nicholson y sont cruciales. Refusant l’anthropomorphisation de son héros canin, Ericson Core fait un choix courageux : celui de laisser le spectateur comprendre, par l’observation et le ressenti, les émotions riches et complexes de ce chien né malade et fragile, mais doté d’une rare pugnacité. TOGO renoue par moments avec un cinéma d’aventure familial typique de la maison Disney d’antan et… finit par crever le cœur. À une demi-heure du générique, le récit met un point final au « 1925 Serum Run » et, plutôt que de se conclure sur ce triomphe, préfère débrayer et revenir à l’essentiel : Togo, Leonhard et Constance. Le film retranscrit alors avec justesse un lien magique, inexplicable : aucun maître digne de ce nom n’est préparé à perdre son chien ; aucun chien, même dans la douleur, n’est prêt à laisser son maître partir sans lui. Une décharge émotionnelle – bien aidée par la musique de Max Richter – qui permet à TOGO d’être bien plus que ce produit calibré et sans saveur qu’il aurait pu être. Cinemateaser.com, TOGO : chronique - cinemateaser
  • Kulbu a presque des allures ludiques, avec ses airs de petit fantôme à roulettes. Il n’est pas exclu que sa double couleur joue sur l’instinct d’anthropomorphisation visuelle. Tout comme deux points contigus, à l’horizontale, éveillent presque immédiatement l’idée d’un regard, une masse allongée surmontée d’une section distincte évoque souvent une tête. Tabouret passe-partout et de belle facture, Kulbu tire profit du savoir-faire de l’entreprise Sokoa. Établissement fondé en 1971 au Pays Basque, Sokoa compte aujourd’hui plusieurs milliers d’employés sur son site de production à Hendaye. Pour une entreprise ne cessant d’œuvrer à ancrer sa fabrication dans une démarche toujours plus durable. Une volonté qui entre en résonance avec celle du designer Bruno Houssin, attaché à valoriser le durable. Et dès la conception, Bruno Houssin pense ainsi l’objet dans le temps — potentiel de recyclabilité inclus. Un souci qui lui fait privilégier, comme il le dit lui-même, « les réalisations mono-matière ». Paris Art, Design: Kulbu (Bruno Houssin x Sokoa) - Incubateur French Design 2019

Traductions du mot « anthropomorphisation »

Langue Traduction
Anglais anthropomorphization
Source : Google Translate API

Synonymes de « anthropomorphisation »

Source : synonymes de anthropomorphisation sur lebonsynonyme.fr

Anthropomorphisation

Retour au sommaire ➦

Partager