La langue française

Androphobe

Sommaire

  • Définitions du mot androphobe
  • Étymologie de « androphobe »
  • Phonétique de « androphobe »
  • Évolution historique de l’usage du mot « androphobe »
  • Citations contenant le mot « androphobe »
  • Traductions du mot « androphobe »
  • Synonymes de « androphobe »

Définitions du mot « androphobe »

Trésor de la Langue Française informatisé

androphobe .(Celui, celle) qui craint ou fuit les hommes. (Ds Ac. Compl. 1842, Littré).

androphobe, adj. et subst.« qui craint ou fuit le sexe masculin » (Littré); attesté ds la plupart des dict. gén.

Trésor de la Langue Française informatisé

androphobe .(Celui, celle) qui craint ou fuit les hommes. (Ds Ac. Compl. 1842, Littré).

androphobe, adj. et subst.« qui craint ou fuit le sexe masculin » (Littré); attesté ds la plupart des dict. gén.

Wiktionnaire

Nom commun

androphobe \ɑ̃.dʁo.fɔb\ masculin et féminin identiques

  1. Celui ou celle qui craint ou fuit les hommes (sexe masculin).

Adjectif

androphobe \ɑ̃.dʁo.fɔb\ masculin et féminin identiques

  1. Qualifie quelqu'un qui craint ou fuit les hommes (sexe masculin).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

ANDROPHOBE (an-dro-fo-b') adj.
  • Terme didactique. Qui craint ou fuit le sexe masculin.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « androphobe »

Ἀνὴρ, homme (voy. ANDR…), et φόϐος, crainte.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « androphobe »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
androphobe ɑ̃drɔfɔb

Évolution historique de l’usage du mot « androphobe »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « androphobe »

  • Pierre-André TAGUIEFF. - On assiste à une manifestation de conformisme idéologique fondée sur des fantasmes imposés et exploités depuis longtemps par la propagande des milieux féministes ralliés à l'utopie abolitionniste. Il s'agit de la frange la plus sectaire, puritaine et vindicative du néo-féminisme, dont les thèmes de propagande ont imprégné l'opinion d'une partie notable de la classe politique. Les néo-féministes ont notamment imposé leur vision négative de l'homme, du mâle humain, en tant que violent, dominateur, exploiteur et violeur potentiel. Si les clients doivent être pénalisés, c'est avant parce qu'ils sont des hommes. Cette vision androphobe ou misandre s'inscrit dans une véritable conception du monde, fondée sur la thèse selon laquelle la «domination masculine» ou le «patriarcat» explique la plupart des malheurs du monde. Elle implique de classer tous les humains en dominants et dominées, coupables (hommes) et victimes (femmes), et ainsi alimente la guerre des sexes. L'alibi des abolitionnistes est la décriminalisation des prostituées, qui passent ainsi du statut de délinquantes à celui de victimes innocentes. Les clients, quant à eux, sont coupables par nature, puisqu'ils sont du sexe dominant et exploiteur. Ils peuvent donc être criminalisés, et assimilés plus ou moins aux proxénètes. Cette vision manichéenne empruntée à un féminisme punitif et androphobe est au principe du projet de loi. Le Figaro.fr, Pénalisation du client : les dérives de l'antisexisme d'État
  • Le sexe n’est plus aussi tranquille que par le passé. Le néo-fémi­nisme adopte souvent un discours androphobe qui présente l’homme comme une bête assoiffée de luxure, dont la femme aurait tout intérêt à se passer ; ce courant de pensée fo­calise ses interventions autour des scan­dales sexuels, dans le sillage d’une mouvance inaugurée outre-Atlan­tique par Susan Brownmiller, quitte à s’abîmer en certains cas dans un puritanisme paradoxal. On voit naître ainsi un véri­table commu­nautarisme fémi­niste, qui ré­pond à la mi­so­gynie per­sistante d’une part de l’opinion masculine, tout en l’en­tre­tenant par réaction. Cette andro­phobie véhicule de surcroît un essen­tialisme particulièrement clivant, qui, quoique le plus souvent implicite, repro­duit sans le vouloir des stéréo­types qu’on croyait en­terrés depuis le déclin de la bour­geoisie protestante de l’ère indus­trielle : les nouvelles militantes ne cherchent pas tant à imposer une meilleure consi­dération envers les femmes dans ce qu’elles peuvent avoir de singulier qu’à trancher de façon mani­chéenne entre une es­sence masculine perni­cieuse, voire presque diabolique, et une essence féminine perpétuelle­ment vic­timisée. Marianne, 8 mars : contre la guerre des sexes, vive la galanterie ! | Marianne
  • Fort de la brutalité des mœurs de certains hommes et des dérives libidineuses de pervers atteints d’hypertrophie de l’ego, le néo-féminisme présente les femmes comme les victimes impuissantes d’un patriarcat persistant. Son fonds de commerce est un discours franchement androphobe destiné à attiser la guerre des sexes. Le Journal de Montréal, Le féminisme contre les femmes | Le Journal de Montréal
  • La vague androphobe contemporaine est le rejeton du néo-féminisme purificateur et d'un humanitarisme hypermoral qui, mis à toutes les sauces, tient lieu de morale dans des sociétés où les élites du pouvoir, de la richesse et de la communication sont souvent dénuées de sens moral (...) Le HuffPost, Sur la misandrie contemporaine: tous coupables, toutes victimes | Le HuffPost
  • ... Est un mauvais indice de toute façon. L'indice a été créé sur des a-priori, il mesurera ce qu'il a été conçu pour : faire croire que les femmes sont victimes au travail. Des statistiques sérieuses et scientifiques, elles, montrent que ce n'est pas vrai, mais seulement quand tous les facteurs sont pris en compte (temps partiel, année d'arrêt pour les enfants, choix professionnels). De plus le favoritisme n'est pas toujours dans le sens où on le croit, mais il est aujourd'hui de bon ton de culpabiliser et punir en place publique les hommes. Mme Schiappa ne défend jamais les hommes que je sache : taux de suicide, décrochage scolaire, peines judiciaires plus élevées, garde des enfants, morts au travail & travail dangereux, morts à la guerre etc. Les dégats se feront sentir dans 1 génération, notre époque sera vue comme une sorte de McCarthysme androphobe. Je plains mes enfants. Le Point, Aurélie Jean – Indices : la force est avec eux ! - Le Point
  • Tous les ans, à la même époque, Françoise et Irène, accompagnées de leurs maris et de leur fille, viennent souhaiter l’anniversaire de leur sœur Lucie qui habite, seule, la vieille demeure familiale dans le fin fond des Charentes. Et comme tous les ans, Lucie, larmoyante, leur sert le grand jeu de sa solitude, de leur abandon et leur indifférence à son égard. Au delà des cadeaux, aussi prévisibles qu’inutiles, Marion, sa gentille nièce, l’a inscrite, à son insu, dans un club de rencontres. Situation pas facile à gérer surtout que Lucie est un tantinet androphobe et qu’elle a une fâcheuse tendance à fuir devant les hommes. Unidivers, Théâtre par les comédiens du soir : Y’a pas de mal à ça vendredi 7 février 2020
  • Bravo au Devoir d’avoir publié cette Tribune sur un sujet important et négligé par le public! Bravo au Dr. Laliberté pour son travail nuancé qui démontre une rare compassion pour la belle amitié entre les chevaux et de pauvres hommes à la vie dure dont personne ne se soucie. Le virulent animalisme qui devient de plus en plus normatif de nos jours est un symptôme d’une société en crise. L’individualisme, la solitude, et l’anomie détruisent les liens de sociabilité et de solidarité entre êtres humains. La projection de l ‘« empathie» détournée sur les animaux démontre une tragique inattention portée à l’humain, et une quête de « vertu » narcissiste dans une culture activiste de plus en plus aggressive et androphobe. Les travaux du Dr Laliberté apportent un nouvel air d’espoir et de sagesse pour équilibrer une culture de plus en plus pathologique. Le Devoir, Pourquoi devrait-on se préoccuper du sort des cochers? | Le Devoir

Traductions du mot « androphobe »

Langue Traduction
Anglais misanthrope
Source : Google Translate API

Synonymes de « androphobe »

Source : synonymes de androphobe sur lebonsynonyme.fr
Partager