La langue française

Amélanche

Définitions du mot « amélanche »

Trésor de la Langue Française informatisé

AMÉLANCHE, subst. fém.

BOT. Fruit de l'amélanchier.
Rem. Appelé petite poire au Canada (Bél. 1957).
Prononc. − Dernière transcription ds Littré : a-mé-lan-ch'.
Étymol. ET HIST. − 1721 bot. (Trév. : Amelanche. Se prend en Provence pour le fruit de l'Amélanchier). Empr. au prov. mod. amelenco, amelanco (Thomas, Mélanges d'étymologie fr., 1902, p. 14) dep. 1549 (Solerius, Scholiae ... à la suite de Aetii medici tetrabiblos, éd. par Cornarius, Lyon, 1549 ds Rolland, Flore pop., t. 5, p. 129; Mistral t. 1 1879, s.v. amelenco) lui-même prob. issu de gaul. *aball-inca littéralement « petite pomme », formé du gaul. aballo-avallo glosé poma par le Glossaire de Vienne, ves., Dottin, La Langue gauloise, 1920, p. 214 + suff. -inca, -enca, cf. irl. aball, a. gall. aball, bret. aval « pomme » (Schuchardt ds Z. rom. Philol., t. 26, p. 421; Dottin, op. cit., p. 223 et 229); les formes en am- sont dues à un croisement avec le lat. mālum (lat. vulg. mēlum) « pomme » (Schuchardt, loc. cit.; Dauzat Ling. fr. 1946, p. 189). Le rapprochement fait par Thomas, loc. cit., avec les représentants du lat. amygdala « amande » fait difficulté du point de vue sém. Sont directement empruntées au celt. les formes prov. abelanco, aberlenco, ablanco (Mistral t. 1 1879), d'où le fr. avelancque 1591 ds Rolland, op. et loc. cit. L'hyp. d'un étymon melanca « nèfle des Alpes » (REW3, EWFS2), attesté au vies. par le trad. lat. d'Oribase (Bambeck, Lateinisch-Romanische Wortstudien, 1959, p. 39) fait difficulté du fait qu'il ne permet pas de rendre compte des formes du type abelanco. D'ailleurs pour Bambeck, melanca serait lui-même un croisement au niveau du lat. entre *aballinca et malum.
BBG. − Bél. 1957. − Boiss.8. − Dauzat Ling. fr. 1946, pp. 189-190. − Dauzat (A.). Notes étymologiques et lexicologiques. Fr. mod. 1938, t. 6, pp. 22-23.

Wiktionnaire

Nom commun

amélanche \a.me.lɑ̃ʃ\ féminin

  1. Fruit de l’amélanchier.
    • Les amélanches se consomment fraîches, en jus, en confiture et en gelée ou encore séchées. — (Delahaye Thierry, Les petits fruitiers des haies, 93 p., page 77, 2008, Actes Sud, Le nom de l’arbre)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

AMÉLANCHE (a-mé-lan-ch') s. f.
  • Fruit de l'amélanchier.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « amélanche »

De l’occitan amelanca/amalanca, du gaulois *aballinca « petite pomme », diminutif de *abalo (« pomme »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « amélanche »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
amélanche amelɑ̃ʃ

Citations contenant le mot « amélanche »

  • Pourquoi tu dois y aller : Dans cette ferme près de Trois-Rivières, tu peux cueillir fraises et bleuets, et même goûter à des produits faits à partir de l'amélanche, une baie qui a un goût entre le bleuet et la poire. , Où cueillir des fruits au Québec? Voici 6 endroits où te bourrer la fraise cet été - Narcity
  • L’amélanche appelée poire sauvage au Québec est comestible en général, mais plus ou moins digne d’intérêt selon les espèces. L’amélanche fait parfois l’objet d’une production commerciale. Large de 0,8 à 15 mm, elle ressemble à une petite cerise bleutée ou violine pourvue d’un cercle de sépales persistants. Elle est sucrée, plus ou moins juteuse et parfumée avec une saveur rapprochant la myrtille, et elle contient quelques petites graines. L’amélanche est très appréciée aussi des oiseaux.  Elle est riche en oligo-éléments tels que le fer et le cuivre. Si vous préférez des fruits acidulés, il vaut mieux la déguster avant qu’elle ne soit trop foncée. auJardin.info, Amélanchier : planter, cultiver, multiplier
  • La première boisson brassée par les deux dames est la Mistelle de cerise « Le vent du nord ». Le cidre de pomme « Pomme de Velours » et la liqueur de poire « Les belles du Lac » ont suivi. Les autres produits sont la boisson à l’amélanche « Abénaki », l’alcool de camerises « La vallée de Qu’appelle », la Mistelle de prune « Lady Annabelle », la Murmûre d’automne « Vin de mûre », et le pétillant aux mûres et framboises. « Nous avons aussi une chocolaterie et, bien sûr, nous avons toujours les fruits et les légumes frais qui côtoient nos produits transformés incluant le sirop de bouleau et du vinaire de fleurs de ciboulette », précise Bianca Voyer. Journal Informes Affaires, Vergers de Velours, pas de dégustation cet été | Journal Informes Affaires
  • • 185 g d’amélanches fraîches ou congelées (peut être remplacé par des bleuets) La Presse, Le Québec en recettes : saveurs d’ici
  • Connaissez-vous la camerise, l'amélanche ou le kiwi nordique? Certains petits fruits moins connus du public gagnent en popularité. René Cochaux s'est rendu à Compton, où Les délices de Compton en cultivent. Radio-Canada, Virée rurale : camerises et amélanches, les petits fruits de l'heure | Écoutez l'Estrie
  • Patrice Gosselin et Kathy Boudreault ont consacré presque tout leur temps libre estival des 10 dernières années à leur production d’amélanches. Faute de revenus suffisants, le couple a décidé de raser toute sa plantation. Crédit photo: Martin Ménard/Archives TCN La Terre de Chez Nous, Ils abandonnent une production « prometteuse » | La Terre de Chez Nous
  • « L’amélanche est un fruit qui n’est pas difficile à produire et qui a un très fort potentiel », indique la propriétaire du Gourmet Sauvage, Ariane Paré-Le Gal. La confiture qu’elle prépare avec les amélanches sauvages récoltées sur ses terres est son deuxième meilleur vendeur après celle aux bleuets. La jeune femme avoue néanmoins devoir s’approvisionner dans l’Ouest canadien lorsque la production locale vient à manquer. La Terre de Chez Nous, Les petits fruits poursuivent leur progression | La Terre de Chez Nous
  • Idéal pour les petits jardins car il dépasse rarement 5 m de haut, l’amélanchier est admirable en toutes saisons, déployant un port élégant. Il se couvre en avril-mai de mille fleurs de neige, puis suivent, en juin, des petits fruits ravissants et délicieux, les amélanches. Elles ressemblent à des merises noires au goût de raisin sec. Pour les savourer, surveillez-les afin de les cueillir dès le premier jour de maturité… car les merles en sont très friands ! Ajoutez-en à une salade de fruits, goûtez-les en tartes… En été, le feuillage léger de l’amélanchier laisse passer le soleil en douceur, protégeant délicatement les plantes de mi-ombre. Ses couleurs d’automne flamboient, oscillant entre l’orange vif, le roux et le rouge pourpre. La Croix, L’amélanchier, un petit arbre à placer partout
  • Une de mes entreprises québécoises favorites est de passage en ville, au restaurant État-Major ! Ariane Le Gal de Gourmet Sauvage et Chrystel Tremblay, chef de l’État-Major, ont préparé un alléchant menu table d’hôte du midi, ainsi qu’un menu dégustation du soir mettant à l’honneur plusieurs magnifiques produits de la forêt : champignons sauvages, salicorne, cœur de quenouille, baies de sureau, amélanche, boutons de marguerite… Êtes-vous certains de bien connaître notre terroir ? Il est temps de réserver tout de suite, en n’oubliant pas votre carnet de notes ! Nightlife, Montréal en Lumière: 10 activités gourmandes où manger et faire la fête | Nightlife

Traductions du mot « amélanche »

Langue Traduction
Anglais saskatoon berries
Source : Google Translate API

Amélanche

Retour au sommaire ➦

Partager