La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « alyte accoucheur »

Alyte accoucheur

Définitions de « alyte accoucheur »

Wiktionnaire

Locution nominale - français

alyte accoucheur \a.li.t‿a.ku.ʃœʁ\ masculin

  1. (Zoologie) Synonyme de crapaud accoucheur (espèce d’animal).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « alyte accoucheur »

(Siècle à préciser) De alyte et accoucheur.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « alyte accoucheur »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
alyte accoucheur alit akuʃœr

Citations contenant le mot « alyte accoucheur »

  • L’alyte accoucheur est un petit crapaud. La particularité du mâle est d’entortiller les œufs produits par la femelle autour de ses pattes arrière pendant la ponte. Il les garde jusqu’à l’éclosion, en les humidifiant régulièrement dans un plan d’eau. Cet amphibien est identifiable grâce à sa peau pustuleuse, son iris doré vermiculé de noir et sa pupille verticale. SudOuest.fr, Connaissez-vous l’alyte accoucheur ?
  • Quand ce ne sont pas les papillons, les chauves-souris ou les oiseaux, ce sont les batraciens que guette l’association de protection de la nature, Natagora. Cette fois, en effet, c’est de la raréfaction de l’Alyte accoucheur (Alytes obstetricans) qu’elle s’inquiète. Considéré comme rare dans la plupart des régions qu’il occupe, ce petit amphibien, qui crèche au Sud-ouest de l’Europe, semble se faire trop discret, voire rare dans nos campagnes wallonnes où il a élu domicile. La Libre.be, Avez-vous vu ou entendu des crapauds accoucheurs? Si oui, signalez-les! - La Libre
  • Il avait quitté les lieux depuis le début des années 1990. L'alyte accoucheur, une espèce de crapaud bien intrigante. En effet, au moment de la reproduction, le mâle porte les chapelets d'oeufs fécondés sur ses pâtes arrières. Cet amphibien revient s'épanouir autour de la réserve naturelle du bassin de la Bièvre, un havre de paix niché entre Verrières-le-Buisson (Essonne) et Antony (Hauts-de-Seine). L'alyte sera l'une des vedettes d'une exposition dédiée aux amphibiens d'Ile-de-France, actuellement en pleine migration (lire ci-contre), présentée aujourd'hui* au domaine départemental de Chamarande. Elle sera suivie d'une conférence sur « le sexe la nuit chez les amphibiens ». Deux alytes ont été découverts autour du bassin de la Bièvre en 2015. « Il n'est pas si commun dans la région », se réjouit Jean-Pierre Lair, chargé d'étude au Centre ornithologique régional d'Ile-de-France, en charge de la gestion des lieux et qui vient tout juste de révéler ce retour dans sa dernière lettre d'informations. En Essonne, une colonie d'une centaine d'individus a été identifiée dans les environs de Puiselet-le-Marais. « Il est très discret. La journée, il se cache. Il peut creuser un terrier », explique le naturaliste. La présence du crapaud accoucheur résonne comme une excellente nouvelle pour l'écosystème du bassin de la Bièvre. « Nous avons mis en place une fauche tardive des prairies. Car l'alyte aime la présence d'eau mais surtout des zones boisées ou minérales où il peut s'abriter », détaille Jean-Pierre Lair. A part quelques grenouilles, qui ne peuvent se passer de barboter, la plupart des amphibiens passent en effet leur temps sur terre. « Nous recréons des mares en Essonne pour la reproduction », avance un agent du conservatoire départemental des espaces naturels sensibles. C'est le moment d'aller observer les amphibiens qui se regroupent autour des points d'eau à la recherche de l'amour. L'idéal, c'est de s'y rendre à la tombée de la nuit, armé d'une lampe, de patience et de discrétion. Les plus chanceux pourront apercevoir le pélodyte ponctué, dit crapaud persillé, dans les environs de La Ferté-Alais. Attention, les amphibiens sont protégés par la loi. Il est interdit de les capturer ou de prélever les oeufs et les têtards. * Exposition au domaine de Chamarande, salle Roland-Pierre, de 14 heures à 17 heures, suivie d'une conférence de 17 heures à 19 h 30. leparisien.fr, Le crapaud accoucheur signe son retour - Le Parisien
  • Dans une forme d’autogestion non théorisée, ils et elles ont construit leurs cabanes, ont creusé des mares et ont planté des arbres. Les jardinièr·e·s sans terre ont trouvé où poser leurs outils et s’enraciner. Dans ce fouillis de jardins et de nature, les habitant·e·s des hautes barres d’immeuble promènent leur chien. Les chauves-souris nichent au creux des vieux arbres fruitiers. Les nuits chaudes d’été, on peut entendre la courtilière commune qui stridule, accompagnée par les grillons, sous fond de clochette du crapaud alyte accoucheur et de «ouh» de hibou moyen-duc. Le jour, les oiseaux – serin cini, chardonneret élégant, bruant zizi, mésanges, milan royal… – tiennent la vedette et accompagnent les jardinièr·e·s et promeneur·ses. Dans cet espa… Libération, Pour que vivent les jardins populaires des Vaîtes à Besançon! – Libération

Alyte accoucheur

Retour au sommaire ➦

Partager