La langue française

Albédo

Sommaire

  • Définitions du mot albédo
  • Étymologie de « albédo »
  • Phonétique de « albédo »
  • Évolution historique de l’usage du mot « albédo »
  • Citations contenant le mot « albédo »
  • Traductions du mot « albédo »
  • Synonymes de « albédo »

Définitions du mot albédo

Trésor de la Langue Française informatisé

ALBEDO, subst. masc.

A.− ASTRON. ,,Quotient du flux renvoyé par la planète dans toutes les directions au flux de lumière solaire qu'elle intercepte.`` (E. Schatzman, Astrophysique, 1963, p. 142) :
1. Le pouvoir réflecteur de l'ensemble de la Lune (albedo) est très faible, 0,073 dans le visible, 0,051 dans le bleu : la Lune est jaunâtre. E. Schatzman, Encyclopédie française,Le Ciel et la terre, 1956.
2. La photométrie permit à G. P. Bond, en 1860, puis à Zollner à partir de 1865, d'effectuer les premières mesures de l'albedo des planètes, ou fraction de la lumière reçue que la surface renvoie; les valeurs qui furent obtenues, pour Mars, Vénus et Jupiter, étaient en moyenne surestimées d'un tiers. Hist. générale des sciences,t. 3, vol. 1, 1961, p. 154.
B.− PHYS., p. anal. (Énergie lumineuse). Rapport entre la quantité de lumière que reçoit un corps et celle qu'il réfléchit ou diffuse :
3. L'albedo des revêtements du sol est très varié : celui de la neige est très élevé, de l'ordre de 80 %, assez variable suivant le degré d'agglomération et de glaciation de la surface; les parties enneigées des régions polaires et des montagnes n'absorbent ainsi qu'une faible partie de la radiation qu'elles reçoivent. La Terre,1959, p. 403 (encyclopédie de la Pléiade).
Rem. Plais.-Caill. 1958 précise que ,,l'albédo varie avec la couverture du sol et son état d'humidité; elle conditionne l'évaporation``.
PHYS. ATOMIQUE. ,,Rapport du nombre de neutrons réfléchis par un réflecteur au nombre de neutrons entrant dans ce réflecteur.`` (Charles 1960) :
4. L'albedo d'un réflecteur est la probabilité qu'a un neutron de revenir (pour une surface déterminée). Électron.1963-64.
Prononc. ET ORTH. − 1. Forme phon. : [albedo]. 2. Dér. : albedomètre. − Rem. Var. orth. avec et sans accent aigu, dans cet ordre pour la fréq.
Étymol. ET HIST. − 1907 phys. (Nouv. Lar. ill. Suppl., s.v. albedo, ds Fr. mod. t. 36, no4, p. 326 : indice de réflection). Empr. au lat. albedo (attesté dep. Apulée, Apol., 50, au sens de « substance blanche », cont. méd.), au sens de « blancheur » (Saint Augustin, Serm. ed. Mai, 161, 4 ds TLL s.v., 1488, 69 : sicut albedo fundamentum colorum est).
BBG. − Charles 1960. − Delc. t. 1 1926. − Électron. 1963-64. − Galiana Astronaut. 1963. − Guilb. Astronaut. 1967. − Mots rares 1965. − Muller 1966. − Musset-Lloret 1964. − Nucl. 1964. − Piéron 1963. − Plais.-Caill. 1958. − Uv.-Chapman 1956.

Wiktionnaire

Nom commun

albédo \al.be.do\ masculin

  1. (Astrophysique) Grandeur caractérisant la proportion d’énergie lumineuse réfléchie ou diffusée par un corps éclairé.
    • L’albédo moyen terrestre est de 0,3 toutes surfaces confondues.
    • L’albédo planétaire dépend à la fois de l’albédo des surfaces et de la présence de nuages. — (Philippe Bougeault, Robert Sadourny, Dynamique de l’atmosphère et de l’océan, 2001)
  2. (Botanique) Mésocarpe de couleur blanche des agrumes.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « albédo »

Du latin albedo (« blancheur »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « albédo »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
albédo albedɔ

Évolution historique de l’usage du mot « albédo »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « albédo »

  • Sur les continents, la végétation permet d'avoir un taux d'évaporation proportionnelle à la chaleur en prenant l'eau dans les sols et les arbres régulent très bien le climat parce qu'ils ont un système racinaire profond donc une plus grande réserve d'eau ! Il faut savoir aussi  que la végétation diminue l'albédo des sols donc diminue aussi l'effet de serre la journée ! , L'effet PARASOL de l'atmosphère - Médiaterre
  • Le réchauffement de la planète ne se manifeste pas de la même manière dans toutes les régions, précisent-ils. La température augmente plus vite dans les régions polaires en raison des courants océaniques, qui transportent la chaleur vers les pôles, et la fonte de la cryosphère. La neige et la glace reflètent en effet une partie du rayonnement solaire : lorsqu’elles fondent, leur pouvoir réfléchissant (l’albédo) diminue, ce qui augmente la température de la planète. « Cela signifie que les anomalies de température ne sont pas inattendues dans la région, explique l’équipe scientifique du C3S. Ce qui l’est, c’est la durée durant laquelle ces températures plus hautes que la moyenne ont persisté. » Reporterre, le quotidien de l'écologie, La Sibérie fait face à une canicule sans précédent
  • La glace a un albédo d’environ 60 %, et la neige d’environ 90 %. En fondant, la banquise modifie cet albédo. La fonte des glaces a pour conséquence de découvrir l’océan, plus sombre, qui absorbe davantage les rayons du soleil, avec un albédo de seulement 5 à 10 %. L’eau se réchauffe, contribuant à réchauffer l’atmosphère et accentuant la fonte des glaces : c’est un cercle vicieux. , 2019, deuxième année la plus chaude en Arctique
  • Le pouvoir réfléchissant de cette surface est connu sous le nom d’« albédo ». Comme l’explique le CNRS, « cette variable […] exprime la part de rayonnement solaire qui va être renvoyée vers l’atmosphère et la surface terrestre vers l’espace et qui ne servira pas à chauffer la planète ». Numerama, Climat : pourquoi les pôles se réchauffent-ils plus vite que le reste de la planète ?
  • Les mesures satellitaires montrent sans ambiguïté une nette baisse de l’albédo dans le secteur arctique (60°N-90°N). Elle se chiffre de -1,2 à -1,5 % par décennie entre mars et septembre sur la période s’étendant de 1982 à 2014. Néanmoins, dans cette tendance, la part relative de la neige, de la glace ou des dépôts de carbone noir qui les assombrissent est mal connue. Sciencepost, Réchauffement de l'Arctique : la contribution des dépôts de suie a été largement surestimée
  • Bien qu’invisibles à l’œil nu, les particules de carbone noir affectent l’albédo, c’est-à-dire la capacité de la neige à réfléchir la lumière solaire. De la même façon qu’une voiture de couleur foncée se réchauffe plus vite sous la lumière directe du soleil qu’une voiture de couleur claire, les glaciers recouverts de carbone noir absorbent plus de chaleur et fondent plus rapidement que les autres. The Conversation, Les feux en Amazonie accélèrent la fonte des glaciers des Andes
  • Exemple:  La chaleur augmente le taux d'humidité dans l'air et favorise la formation de nuages. La formation de nuages réduit la température ce qui limite à son tour la formation de nouveaux nuages. La cause (chaleur) a pour conséquence de diminuer la température par albédo. La conséquence limite donc la cause. >> , Théorie de l'emballement climatique - quels sont les risques? - 14-aout-2019.html
  • “Le réchauffement des zones arctiques est deux fois plus rapide que le réchauffement global à cause de rétroactions positives”, énonce Christophe Cassou. Il y a de nombreuses explications, mais la plus importante, c’est l’effet d’albédo. “La neige ou la glace réfléchit le rayonnement solaire présent 24/24 en cette saison et joue un rôle d’isolant.. Si elle disparaît, le rayonnement est absorbé par la terre ou l’océan qui se réchauffe”, détaille le chercheur. Si l’océan est plus chaud, la glace fond plus, donc l’océan se réchauffe, donc la glace fond plus, etc. Le HuffPost, La fonte précoce des glaces de l'Arctique, l'exemple parfait du cercle vicieux climatique qui nous attend | Le HuffPost
  • André Brahic l'explique: l'albédo est une unité de mesure donnant le pouvoir réfléchissant d’une surface. À 0%, l’objet est parfaitement noir et ne réfléchit rien. À 100%, il réfléchit toute la lumière reçue. Un objet est considéré comme blanc au-delà de 80%. Notre planète, la Terre, affiche un albédo moyen de 35%. , France - Monde | Insolite : la Lune n'est ni blanche, ni beige, ni rousse, mais...
  • « Selon nos calculs, l’effet est cinq fois moins important que ne le concluait l’étude de juillet », affirme Julie Aleman, biologiste de l’Université de Montréal et de l’Université A & M du Texas, qui fait partie des 46 signataires de l’une des six critiques. Grosso modo, quatre lacunes de l’étude de juillet sont soulignées : elle sous-estime la quantité de carbone déjà présente dans les sites où il y aurait de la reforestation ; elle envisage de transformer en forêts des écosystèmes précieux comme des savanes ou des tourbières ; elle ne tient pas compte de la présence de villes et de villages qu’on ne peut transformer en forêts ; elle ne tient pas compte de l’« effet albédo », soit la capacité de la neige à réfléchir les rayons du soleil, qui est perdue si des arbres remplacent des prairies dans les latitudes nordiques. La Presse, Planter des milliards d’arbres aurait peu d’effet sur le réchauffement climatique
  • Des changements de l’albédo des eaux glaciaires auraient de graves conséquences sur le cycle annuel de glaciation et de fonte des océans. Afin de tester notre hypothèse, nous avons mis en place une étude de microcosmes à la Sea-ice Environmental Research Facilityde l'université du Manitoba, une piscine extérieure dans laquelle nous pouvons cultiver de la glace à partir d’eau de mer. The Conversation, Les microplastiques pourraient affecter la formation et la fonte des glaces de l’Arctique
  • Les pôles, et en particulier le pôle Nord, sont particulièrement sensibles au réchauffement climatique. En effet, la hausse des températures entraîne une fonte des glaces. Or, la glace, par sa couleur blanche, a la capacité de refléter les rayons du soleil. C'est ce qui s'appelle l'albédo. Lorsque la glace laisse place à de la terre, ces zones plus sombres captent davantage la chaleur. Et donc entraînent davantage de réchauffement. Les Echos, En Arctique, des incendies sans précédent libèrent des tonnes de CO2 | Les Echos
  • ALBÉDO. C'est la part de rayonnement solaire réfléchi par la surface terrestre par rapport au rayonnement incident (on l'appelle aussi coefficient de réflexion). Il s'exprime généralement en pourcentage. Plus le rayonnement absorbé est important, moins il est réfléchi et plus la surface chauffe. Ainsi, nos routes ou un vêtement noir ont un albédo faible : ils absorbent une grosse partie des rayons du soleil et se réchauffent fortement. En revanche, tout ce qui est blanc possède un albédo élevé car réfléchit mieux les rayons du soleil. Sciences et Avenir, Peut-on diminuer le réchauffement climatique avec des bâtiments blancs ? - Sciences et Avenir
  • Dans les régions froides où le sol est recouvert de neige, l'effet albédo est donc fort. Sauf en présence d'une forêt. Dans ce cas, la quantité de rayons de soleil absorbée par les feuilles est beaucoup plus forte qu'en l'absence d'arbre. Ainsi, des chercheurs ont estimé que la présence des arbres qui séquestrent le carbone et participent au refroidissement du climat était équivalent à leur absence, compensée par un effet albédo plus important. Futura, Réchauffement climatique : l'albédo compense la déforestation
  • Qu’est-ce qu’un albédo ? Les rayons du Soleil procurent à tout corps qui les reçoivent une certaine quantité d’énergie. On désigne par albédo la part qui est réfléchie, contre la part absorbée. Un corps clair a un albédo fort car très réfléchissant. C’est le cas de la neige. Un corps sombre est peu réfléchissant et a donc un albédo faible. Numerama, Climat : avant même l'été, l’Arctique atteint un pic de chaleur exceptionnel
  • Dans un récent article publié dans le Marine Pollution Bulletin, nous nous sommes demandés si et comment les microplastiques pénètrent la structure même de la glace et si, de ce fait, ils pourraient avoir un effet sur l’absorption du rayonnement solaire incident. Ceci affecterait l’albédo de la glace océanique - c’est à dire la manière dont la glace reflète l’énergie solaire - l’une des propriétés clé qui permet de réguler l’échange de chaleur entre l’océan et l’atmosphère. Le Soleil, Le plastique, ce fléau dans l'Arctique | Environnement | Actualités | Le Soleil - Québec
  • Alors, existe-t-il une estimation de l’apport d’énergie, et de l’augmentation de la température terrestre, générée par la réduction de l’albédo d’une surface enneigée qui s’assombrit, et, en parallèle, existe-t- il une estimation de la quantité de carbone piégée par la même surface recouverte de végétation ? , Avec le changement climatique, la côte de l'Antarctique sera bientôt verte
  • Les changements d'albédo, liés à la fonte des glaces sont beaucoup étudiés. En revanche, ce qui l'est moins, c'est l'accroissement de la quantité d'énergie reçue par l'océan, et son impact. L'énergie solaire étant la principale source énergétique nécessaire à la photosynthèse, le phytoplancton devrait pouvoir se développer dans un océan Arctique recevant plus de rayons solaires. En 2012, durant une grande campagne, les chercheurs de l'Alfred Wegener Institute (AWI) ont pour la première fois réussi à mesurer la transmission de la lumière à travers la banquise arctique, sur une large zone. Futura, Quel est l’impact énergétique des flaques sur la banquise ?
  • Dans plusieurs villes américaines, les autorités ont notamment décidé de jouer sur le pouvoir réfléchissant des revêtements, c’est-à-dire l’albédo. Les matériaux utilisés dans le revêtement des sols ont en effet des propriétés optiques et thermiques favorisant la rétention de la chaleur par le tissu urbain. Le Monde.fr, Canicule : comment les villes s’adaptent-elles à la montée des températures ?
  • Ou albédo. Vous n’allez pas me croire, mais ce mot est aussi bizarre qu’il est ennuyeux. Oui, l’albedo n’est ni plus ni moins que le pouvoir réfléchissant d’une surface. Plus précisément, c’est la fraction de l’énergie solaire qui est réfléchie vers l’espace. La valeur de l’albedo se situe entre 0 et 1 et vous l’aurez compris, plus une surface est réfléchissante, plus l’albédo est élevé. Pour la neige fraiche, par exemple, l’albedo est de 0,87, signifiant que 87% de l’énergie solaire est réfléchie. Cela explique donc les basses températures des régions polaires. La lave, quant a elle, n’a un albedo que de 0,04. La neige, la glace, les nuages et même les aérosols sont les éléments qui contribuent le plus à l’albedo? Culture générale, Le mot du mercredi : Albedo - Culture générale
  • Christian Messier note que la plantation de conifères en région nordique, comme au Québec, n'a au mieux aucun effet sur le climat, et au pire un effet négatif en raison de l’albédo très faible associé à ce type d’arbres. Radio-Canada, Compensation d’émissions carbone : il faut planter des feuillus, pas des conifères | Moteur de recherche
  • Les surfaces végétales sont les seules à évacuer la chaleur, entretenir le cycle de l’eau, baisser l’albédo des sols, stocker de l’énergie solaire sous forme de biomasse, protéger et nourrir la biodiversité. GoodPlanet mag', Les forêts tropicales pourraient relâcher du carbone avec le réchauffement climatique - GoodPlanet mag'
  • Ce phénomène fait craindre aux scientifiques une accélération de la fonte des glaciers concernés. En effet, ces brumes sont susceptibles de modifier l'albédo des glaces, c'est-à-dire leur capacité à renvoyer l'énergie solaire. Une coloration plus sombre amoindrit la réfraction des glaces blanches, ce qui augmente également la température moyenne. Voici pourquoi l'ancienne Première ministre néo-zélandaise, Helen Clark, écrit que le dépôt de cendres australiennes sur les glaciers risquait "d'accélérer leur réchauffement". Franceinfo, Glaciers bruns, faune décimée... Cinq conséquences des incendies qui ravagent l'Australie
  • L'albédo des satellites de Starlink, c’est-à-dire le pouvoir réfléchissant de leur surface, a surpris tout le monde. A commencer par Elon Musk qui s'en est ému sur Twitter et a promis que ses équipes se pencheraient sur le problème.   01net, Comment les satellites d’Elon Musk sont devenus le cauchemar des astronomes
  • Pour comprendre ce paradoxe, penchons-nous un instant sur la grandeur physique nommée albédo, qui quantifie la proportion de lumière réfléchie par une surface. Identique à celui du charbon, l’albédo moyen de la Lune avoisine 8 %, contre plus de 35 % pour la Terre ou de nombreux sables. Quant aux peintures noires, seules les plus mates ont une valeur inférieure à 10 %. Recouverte de peinture peu ou prou satinée, la Lune "brillerait" donc davantage. En 1968, depuis le module de commande de la mission Apollo 8, l’astronaute Jim Lowell déclara : "La Lune est essentiellement grise. Aucune couleur." Mais avec des yeux artificiels, changement de décor : le sol lunaire se fait multicolore ! À l’aide d’un programme de traitement d’images, les chercheurs en dressent en effet de belles cartes irisées. "Ce n’est pas seulement pour faire joli, souligne Stéphane Le Mouélic, ingénieur de recherche au Laboratoire de planétologie et de géodynamique de Nantes. Cela permet aussi de visualiser la distribution de certains minéraux dans le sol, car tout minéral absorbe une partie de la lumière à des longueurs d’onde qui lui sont spécifiques. Nous pouvons donc mieux connaître la géologie et l’histoire de la Lune." Sciences et Avenir, De quelle couleur est la Lune ? - Sciences et Avenir
  • Tout d’abord, analysons ce qui se produit lorsque le sol est dénué de toute neige. Par une belle journée d’hiver, les rayons du Soleil atteignent le sol. Celui-ci absorbe une certaine quantité d’énergie, de chaleur. Cette dernière est ensuite relâchée dans l’air, ce qui aide le mercure à augmenter légèrement. Plus la surface est sombre, plus la chaleur emmagasinée est élevée. C'est ce qu'on appelle « l'albédo ». , MétéoMédia - La neige au sol influence la température au mercure
  • "cette situation prématurée pourrait entraîner encore plus de perdition de glace à cause de l'effet Albédo", certes, mais pas seulement. Si les jours froids viennent un peu plus tard et les jours chauds un peu plus tôt, cela impacte aussi la masse de glace à rester stable. Or, si celle-ci reste considérable pour l'instant, le principe d'inertie thermique dit que moins il y a de masse, plus la calotte de glace restante est vulnérable au chaud. Au dela de l'albédo, cela peur avoir des conséquence sur la salinité de l'eau, les courants océaniques importants (liés à la température et à la salinité), le bîome qui existe sous la glace à certains endroits (notemment des moules, mais également la possibilité de formes de vies non connues dans des biomes isolés à l'interieur de poches liquides dans la glace, voir même des bactéries prisonnières de a glace et en état de retrouver leur activité vitale), la situation joue sur un grand nombre de facteurs très difficiles à prévoir et intéragissants parfois les uns avec les autres. Il est urgent d'arrêter le vrai problème: la lutte de pouvoir responssable de la surexploitation des ressources (qui s'inscrit presque en continuité de la guerre froide d'ailleurs) et les modalités économiques et de transport actuelles. Des solutions existent comme le dirigeable hybride ou le kyte-sail à l'avant des tankers pour diminuer la consommation de carburant donc l'émission de gaz à effet de serre, ou diminuer l'élevage dans le cas du méthane. Ce qui manque sérieusement c'est la volonté de les appliquer, qui ne vient à bout pour l'instant des inerties d'intérêts privés divers qui les bloquent: lobbies, politiques, hommes d'affaires, aiment trop la conservation de leur lutte de pouvoir. Si on parviens à débloquer ça, alors les gestes individuels resterons nécessaires, mais en l'absence de mettre fin à ces luttes de pouvoir, les gestes individuels seront noyés par les structures construites délibérément par les "chefs" de quelque nature actuelle que ce soit. Je pense qu'il faudrait redéfinir le "chef" comme etant "responsable" de "représenter" et non "dirigeant" ayant le "pouvoir". Sans la restructuration de la représentation sociale du chef, la lutte de pouvoir qui nécessite la surexploitation des ressources (car le pouvoir c'est de bloquer l'accès aux ressources et le moyen d'en bloquer l'accès c'est de les surexploiter) risque fortement de rester jusqu'à ce qu'il soit trop tard. , Le Groenland a perdu plus de 2 milliards de tonnes de glace en un jour
  • La deuxième dimension du modèle de réchauffement climatique est l’Albédo terrestre qui dépend à la fois du flux de rayonnement solaire incident et de celui terrestre réfléchi, et intègre ainsi aussi bien le changement des structures de surface (activité humaine) que la végétation ou  le couvert biologique de façon générale.  L’albédo fait intervenir donc trois types d’activité : l’activité humaine, l’activité solaire et l’activité terrestre naturelle (courtes et longues périodes). OujdaCity, Lettre (6) Deuxième dimension du Réchauffement Climatique : L’Albédo - OujdaCity
  • La comparaison avec la Terre est aisée. Si une zone couverte de neige fond, sa réflectivité, donc son albédo, diminue en proportion. Ainsi, si la glace qui recouvre l'océan Arctique réfléchit 85% du rayonnement solaire, l'eau n'en renvoie plus que 15%. Le reste est absorbé et contribue à réchauffer l'océan, ce qui accélère le processus, etc. Le même phénomène est observé sur Mars, à partir d'autres éléments: les tempêtes soulèvent la poussière qui se dépose sur les calottes en les assombrissant. Leur l'albédo diminue, ce qui entraîne une absorption plus importante du rayonnement solaire. La température du sol augmente encore, la fonte de la glace s'accélère, et ainsi de suite. Futura, Mars : son atmosphère se réchauffe aussi !
  • La banquise arctique a une influence climatique. En cause ? Principalement son fort albédo, pourcentage de lumière qu’elle réfléchit par rapport à celle qu’elle reçoit, comparé à celui d’une couche fine de glace et celui d’un océan libre de glace. En effet, si la glace épaisse avec neige a un albédo de 90 %, celui d’une faible couche de glace est de 50 % et celui d’un océan non recouvert de glace d’environ 6 %. Avec un albédo très supérieur, la banquise réfléchit la lumière et limite donc son réchauffement. En formant une couche de « protection », elle limite aussi les échanges de chaleur entre l’atmosphère et l’océan. Mais en fondant, les échanges augmentent et l’albédo de la surface diminue. Cela a pour effet d’augmenter la température localement. On dit que le recul de la glace de mer a une rétroaction positive sur le réchauffement climatique, c’est-à-dire qu’elle l’amplifie. Natura Sciences, L’Arctique fond, fond, fond et bouleverse le climat
  • Les techniques de géo-ingénierie solaire consistent à augmenter le pouvoir réfléchissant – i.e. l’albédo – du système climatique. Et ce faisant, induire un effet refroidissant qui compenserait le réchauffement dû à l’accumulation de gaz à effet de serre (GES) dans l’atmosphère. La plus connue d’entre elles vise à injecter des composés soufrés dans la stratosphère. Un peu à l’image de ce que font naturellement les grosses éruptions volcaniques. Sciencepost, Géo-ingénierie solaire : entre utilité et danger, une question de dosage ?
  • Le soleil devient plus efficace pour réchauffer l’air. C’est la fin de l’effet albédo de la neige (50 à 90% des rayons retournés en l’air). , MétéoMédia - Bonne nouvelle : les adieux du printemps, c'est pour bientôt
  • Les relevés mettent en évidence des changements dans les motifs de la distribution des nuages qui correspondent à ceux prédits par les simulations climatiques. Les couloirs atmosphériques dans lesquels se déplacent les tempêtes se retirent vers les pôles, tandis que les zones arides subtropicales, dépourvues de nuages pluvieux, s’étendent et que le sommet de la couche nuageuse est de plus en plus haut. Par ailleurs, la quantité de nuages et l’albédo ont augmenté au nord-ouest de l’Océan Indien et sur une ligne nord-ouest/sud-est dans le sud de l’Océan Pacifique. Pourlascience.fr, Le réchauffement climatique modifie les nuages | Pour la Science
  • Enfin, l’albédo du petit corps planétaire est compris entre 4 et 10%, ce qui en fait l’un des objets les plus sombres du système solaire avec l’astéroïde (101955) Bennu et la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko. Encore une énigme... Air et Cosmos, L’astéroïde Ryugu éclairé à la lanterne
  • Les fumées ont un autre effet réchauffant. En effet, les suies et les aérosols retombent au sol, parfois à très grande distance de l’Australie. Récemment, on a observé des dépôts de suie brunâtre sur les glaciers de Nouvelle-Zélande, et il y en aurait jusque dans l’Antarctique. Or, la neige et la glace souillée de la sorte voient leur albédo [pouvoir réfléchissant d’une surface] diminuer(7), de sorte que leur fonte s’accélère. , Mégafeux en Australie: un «tipping point» climatique, en live | A l'encontre
  • Les surfaces végétales sont les seules à évacuer la chaleur, entretenir le cycle de l'eau, baisser l'albédo des sols, stocker de l'énergie solaire sous forme de biomasse, protéger et nourrir la biodiversité. , Le climat se dérègle quand le taux d'évaporation diminue sur les continents - Médiaterre
  • Par exemple, un de ces processus est la rétroaction albédo. L’albédo fait référence à la capacité d’une surface à réfléchir l’énergie du soleil. Comme exemple de la vie quotidienne, on sait par expérience que l’asphalte devient particulièrement chaud en été ; cela est dû au fait qu’il réfléchit peu l’énergie du soleil. Pour lutter contre le phénomène d’îlots de chaleur urbains dans certaines villes, on construit des toits réfléchissants. The Conversation, Expédition MOSAiC: mieux comprendre la crise climatique grâce à l'Arctique
  • Le second axe de recherche concerne les "techniques de modification de l'albédo". L'albédo, c'est la capacité d'une planète a refléter la lumière (donc la chaleur) du soleil, renvoyant une partie de l'énergie vers l'espace. Utile, donc, en cas de réchauffement trop important de l'atmosphère. Pour y parvenir, on pourrait, par exemple, injecter certains aérosols dans la stratosphère, formant des "nuages artificiels" renvoyant une partie de la chaleur dans l'espace. L'Obs, Des nuages artificiels pour sauver la Terre du réchauffement climatique ?
  • Pourquoi ? La réduction de l’albédo. Les glaciers, blancs, reflètent fortement la lumière du soleil et donc absorbent peu sa chaleur, c’est l’effet d'albédo. Or, les fumées des feux de forêts sont composées de petits éléments sombres, une forme de suie, appelée «carbone noir». Quand ceux-ci se déposent, Libération.fr, Brûler l'Amazonie accélère la fonte des glaciers andins - Libération
  • Les auteurs de l’étude proposent un mécanisme essentiellement biophysique reposant sur l’équilibre entre l’albédo (la réflectivité) des surfaces et sur l’évapotranspiration 1 de la végétation. Les terrains découverts ont généralement un albédo plus fort que les forêts et absorbent moins les radiations solaires de courte longueur d’onde durant la journée donc se réchauffent moins ; par contre l’évapotranspiration y est plus faible et conduit à une moindre perte de chaleur latente. L’importance relative de ces deux phénomènes dépendrait de la latitude et, pour les forêts boréales, l’effet albédo serait renforcé. Par exemple, une forte corrélation est trouvée entre la fréquence des chutes de neige et la différence d’albédo terrain découvert/forêt. Afis Science - Association française pour l’information scientifique, Forêt tropicale, forêt boréale : un impact opposé sur le climat - Afis Science - Association française pour l’information scientifique
  • L’algue des neiges est particulièrement adaptée au froid ; on ne la rencontre qu’à haute altitude et latitude. Alors qu’elle est en dormance durant tout l’hiver boréal, elle se réveille le printemps venu : l’eau de la fonte des glaces et l’ensoleillement stimulent son développement. De l’Alaska à la Finlande, en passant par le Groenland, le pigment rouge du « sang des glaciers » assombrit la neige et diminue ainsi son albédo. Or, pour la même raison qui vous fait préférer les vêtements blancs aux foncés durant l’été, plus une surface est sombre, plus elle absorbe de lumière, et par là, de chaleur. Pourlascience.fr, Les algues rouges accélèrent la fonte des glaces en Arctique | Pour la Science
  • La théorie est connue : ces particules renverraient une partie de la lumière du soleil dans l’espace, augmentant l’albédo planétaire. L’effet direct serait de refroidir temporairement la planète. En utilisant un modèle informatique dernier cri (HiFLOR), les chercheurs ont examiné les effets de cette technique si elle était utilisée pour réduire de moitié la hausse de la température mondiale due au réchauffement climatique. Techniques de l'Ingénieur, La géo-ingénierie pour refroidir la planète bientôt testée ? | Techniques de l'Ingénieur
  • Tout comme la banquise arctique, la calotte groenlandaise influence le climat par son albédo, pourcentage de lumière qu’elle réfléchit par rapport à celle qu’elle reçoit. L’albédo varie en fonction de l’épaisseur de neige, de son tassement, de la taille des grains de neige, mais aussi avec la quantité d’impuretés qu’elle contient. Autrement dit, l’albédo de la calotte dépend de la « blancheur » de la neige qui la recouvre. Malheureusement, l’étude menée par des chercheurs de Météo-France et du CNRS montre que la neige recouvrant la calotte groenlandaise au printemps est moins « blanche » depuis 2009. Natura Sciences, Le Groenland se réchauffe et s’assombrit
  • Ce n’est pas tout. Du fait principalement de la priorité donnée aux conifères sur les feuillus, qui réfléchissent une part plus importante du rayonnement solaire et qui, perdant leurs feuilles en hiver, accroissent le pouvoir réfléchissant (albédo) des sols enneigés découverts, la température des basses couches de l’atmosphère a grimpé de 0,12 degré Celsius durant l’été, la variation n’étant pas significative le reste de l’année. Un pouvoir réchauffant qui, même s’il n’est pas considérable, signifie que les peuplements sylvestres n’ont pas l’effet rafraîchissant escompté. Le Monde.fr, Les forêts d’Europe ne tempèrent pas le réchauffement climatique
  • Les estimations actuelles de la masse et de l’étendue de la biosphère terrestre de l’Antarctique sont biaisées : la télédétection par satellite prend en considération les sols exposés, mais exclut le plus souvent les algues des neiges (leur profil spectral ne permet par d’utiliser les outils classiques de détection). D’autres analyses, adaptées à ces végétaux sur neige, ont été réalisées, mais principalement dans l’hémisphère nord ; elles ont permis d’évaluer l’impact des algues sur l’albédo et sur le taux de fonte des glaces. Trust My Science, Réchauffement climatique : 1300 tonnes d’algues vertes sur les neiges de l’Antarctique
  • Plusieurs études ont montré que le réchauffement global a entraîné au cours des dernières décennies une augmentation de la végétation dans l’Arctique. Or, cet accroissement du couvert végétal a eu pour effet de diminuer l’albédo, c’est-à-dire le pouvoir réfléchissant de la surface de la Terre, et de ce fait, la quantité de rayonnement solaire reçu à la surface de la Terre qui est réfléchie par celle-ci vers l’espace. Une diminution de l’albédo a eu pour conséquence d’augmenter l’absorption de ce même rayonnement par la surface de la Terre et de produire un réchauffement régional, lequel a favorisé la croissance des arbustes. Le Devoir, Les rennes de l’Arctique contribuent à freiner le réchauffement | Le Devoir

Traductions du mot « albédo »

Langue Traduction
Anglais albedo
Espagnol albedo
Italien albedo
Portugais albedo
Source : Google Translate API

Synonymes de « albédo »

Source : synonymes de albédo sur lebonsynonyme.fr
Partager