La langue française

Agnatique

Définitions du mot « agnatique »

Trésor de la Langue Française informatisé

AGNATIQUE, adj.

HIST. DU DR., DR. ROMAIN. Qui appartient, qui est relatif à l'agnation, aux agnats. Famille agnatique, parenté agnatique :
1. De tous les modes d'hérédité, la succession linéaleagnatique, ou de mâle en mâle par ordre de primogéniture, est celui qui est le plus favorable à la perpétuité de la race, et qui préserve le mieux des déchirements intérieurs et du danger d'une domination étrangère. A.-L.-C. Destuit de Tracy, Commentaire sur l'Esprit des lois de Montesquieu,1807, pp. 51-52.
2. ... la famille romaine des origines est nettement patriarcale et agnatique, mais avec deux particularités très remarquables qu'on ne trouve pas ordinairement dans les organisations du même type : 1oLa femme mariée peut rester en dehors de la puissance et de la parenté agnatique de son mari, dans un mariage légitime, dit sine manu. 2oEt d'autre part, les femmes agnates viennent à la succession légitime, à côté des mâles. A.-E. Giffard, Précis de droit romain,Paris, Dalloz, t. 1, 1938, p. 177.
Rem. Autres syntagmes ligne agnatique, lien −.
Prononc. − Dernière transcription ds DG : àg'-nà-tǐk'.
Étymol. ET HIST. − Av. 1735 dr. romain « qui se fait selon la ligne masculine » (A. de Vertot, [Hist. des révolutions romaines, 1719?] ds Trév. 1752 : Le choix que les Rois de Rome faisoient des Sénateurs, prouve que cette dignité ne dépendoit point d'une succession linéale et agnatique; c'est-à-dire, en ligne masculine). Dér. de agnat*; suff. -ique*.
BBG. − Bél. 1957. − Lav. Diffic. 1846.

Wiktionnaire

Adjectif

agnatique \aɡ.na.tik\

  1. (Rare) (Généalogie) Qui appartient aux agnats.
    • (Sociologie) Famille agnatique, famille où la filiation se fait par les mâles, par opposition aux filiations cognatiques.
    • Les statistiques relatives au mariage préférentiel peuvent taire d’éventuels liens cognatiques en mettant seulement en exergue le rapport à la lignée agnatique. — (Yassir Benhima, Safi et son territoire: une ville dans son espace au Maroc, 11e-16e siècle, 2008)
    • Le fait que le nom de famille (patronyme) se transmette par les garçons est une filiation agnatique.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

AGNATIQUE. adj. des deux genres
. Qui appartient aux agnats. Ligne agnatique. Il est peu usité.

Littré (1872-1877)

AGNATIQUE (ag-na-ti-k') adj.
  • Qui appartient aux agnats.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « agnatique »

Composé d’agnat et du suffixe -ique.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Agnat.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « agnatique »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
agnatique anjatik

Évolution historique de l’usage du mot « agnatique »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « agnatique »

  • La primogéniture par préférence masculine à degré égal: l’aîné des garçons du monarque hérite du pouvoir à la mort ou lors de l’abdication du monarque, même s’il a une sœur aînée. Il s’agit toutefois d’une succession de type agnatique, ce qui signifie que les filles ne sont pas exclues de l’ordre de succession, contrairement à la succession de type salique. Si un monarque n’a que des filles, son aînée peut donc lui succéder. rts.ch, Les différents types de succession - rts.ch - La monarchie
  • « Toutes les monarchies du Golfe partagent certaines normes basées sur la consultation et la nécessité de former des coalitions de soutien pour un futur dirigeant. Elles partagent également des règles informelles sur ce qui fait un bon dirigeant et comment résoudre les conflits au sein de la famille », indique Kristin Diwan. « Mais la façon dont cela se déroule varie dans chaque pays en raison des traditions et des Constitutions qui définissent la lignée du cercle dirigeant », précise-t-elle. Parmi les pays du Golfe, seul Bahreïn respecte la loi de primogéniture agnatique, c’est-à-dire que la couronne revient à l’aîné des garçons ou à l’aînée des filles dans le cas où il n’y a pas d’héritiers. Au Koweït, monarchie constitutionnelle, seuls les descendants de l’émir Moubarak al-Sabah peuvent lui succéder selon la loi, mais la règle de la primogéniture ne s’applique pas. Le pouvoir alterne entre les successeurs issus des clans formés par ses deux fils, Salem et Jaber, bien que cet accord n’ait pas toujours été respecté. Le prince héritier doit quant à lui être nommé par l’émir dans le courant de l’année qui suit son accession au trône, et son nom doit ensuite être approuvé par un vote à la majorité des députés lors d’une session extraordinaire. Rompant la tradition, l’émir Sabah al-Ahmad al-Jaber doit avoir pour successeur un membre de son clan issu de l’ancienne génération, le prince héritier Nawaf al-Ahmad al-Jaber, âgé de 82 ans. L'Orient-Le Jour, Dans le Golfe, la nouvelle génération se prépare à la succession - L'Orient-Le Jour
  • Martine Mérou, généalogiste dans un cadre d'exception, dénoue les fils du passé. Découverte dans le documentaire « Gruissan à la voile », diffusé sur « France 3 », le 4 avril dernier, la généalogiste Martine Mérou fait partie des personnages authentiques et attachants qui ont choisi de vivre leur activité en mode de vie devenu presque marginal. Gros plan sur l'étang de l'Ayrolle, l'Île de rêve près des cabanes de pêcheurs, vue imprenable, presque le bout du monde, la maison en bois de Martine porte bien son nom. « C'est la maison que mes grands-parents avaient construite en 1948 et j'y suis venue dès l'âge de 3 ans, en vacances avec mes parents », confie Martine Mérou, qui depuis 2004 s'y est installée à l'année en exerçant sa profession de généalogiste. « Une profession qui a pour objet la recherche de l'origine et de la composition des familles, 2 métiers contraires puisque les personnes vivantes demandent des recherches sur leurs ascendants décédés », explique la détective du passé. Avec une formation de documentaliste et une connaissance en paléographie et histoire locale, Martine travaille en généalogie familiale et ancestrale avec les particuliers ou en généalogie successorale avec les études de notaires et agences immobilières. « Cela demande une obligation de recherche dans le cadre d'une succession, ce qui nécessite une approche sensible, des contacts précis avec des personnes méfiantes, précise Martine. Et aussi dans le cadre de généalogie familiale, en recherche d'identité d'enfants nés sous X ». La généalogiste en phase dans son environnement authentique voyage souvent à la rencontre des aïeux et surfe avec sa clientèle Internet (Anglais, Américains…) sur son site bilingue : monsite.wanadoo.fr/aieulx. « Selon les dossiers, je fais beaucoup de recherches dans les archives d'état civil des tribunaux, dans les Archives départementales et annuaire mondial, à l'aide de photos numériques, de documents afin de produire les pièces authentiques », précise Martine. « C'est un métier passionnant, chaque généalogie est différente avec l'exploration de toutes les branches : agnatique ou maternelle ou cousinade, avec ce que cela implique de légendes et rumeurs » ! Une histoire sans fin à dénouer. ladepeche.fr, Gruissan. Martine Merou, détective du passé - ladepeche.fr
  • Il a fait très beau en ce 8 février 2019. La Kabylie entière était sous l’affectueuse caresse d’un soleil radieux, donnant au Djurdjura l’occasion d’exhiber cet éclatant burnous dont il s’est fièrement revêtu depuis quelques jours déjà. Pour le village Aït Mesbah (commune de Beni Douala), la veille (7 février) est une date particulière dans la mémoire collective. Date qu’il a l’habitude de marquer d’une pierre blanche et pour cause : c’est l’anniversaire du décès de leur fils prodigue Amar Ath Ouwdhe (de son nom agnatique). Cette année, il s’agit du cinquante-neuvième. Avec une journée de retard, vendredi oblige, le village s’est donc attaché avec autant de passion que de retenue à honorer la mémoire de cet immense révolutionnaire. Ami de son fils Mohamed, j’ai eu l’honneur d’être convié avec quelques amis et parents à la cérémonie commémorative. Elle fut à plus d’un titre aussi mémorable qu’instructive. Puissent ces quelques lignes donner envie au lecteur de chercher à connaître ce que fut Imache Amar, car l’histoire officielle n’a eu de cesse de l’ostraciser. À peine sortis de Tizi Ouzou, à quelques encablures, la route menant à Beni Douala nous donne l’impression de s’ouvrir sur le ciel. Dès le piémont, la verdoyance alentour, la rudesse de la pente, la sinuosité du tracé sonnent comme une invitation à se défaire de ses oripeaux, de ses sombres pensées ; à être en cohérence avec la nature et avec soi-même quel que soit le prix à payer. C’est cela la rançon de la montagne, dit-on. On roule depuis quelques minutes que voilà le virage de Thala Bouinan. Lieu de sinistre mémoire pour avoir été le lieu de l’assassinat de Matoub Lounès. Il est là, témoin inamovible d’une façon d’être ce qu’on est, comme pour le rappeler à ceux qui en doutent. Tout au long du trajet, ce n’est qu’harmonie et murmure de la nature. Du nouveau : nulle trace de plastique, canettes de bière, détritus et autres incommodités. Le concours du village le plus propre a fait des émules. En traversant Tihgzert, un groupe de jeunes volontaires, pelles et pioches en œuvre, en donne la confirmation. Dieu seul sait ce dont les jeunes sont capables quand on leur donne l’occasion de se prendre en charge. Plus loin, c’est Beni Douala, toujours aussi grouillante et instable sur sa crête. En la traversant, je n’ai pu m’empêcher de jeter un œil sur le lieu de l’ancienne SAS. L’image du sinistre capitaine Oudinot me revint l’esprit et m’escorta jusqu’à la sortie de la ville. À notre arrivée au village d’Imache Amar, le même état de propreté accueille le visiteur. Combien en serait-il fier s’il était encore de ce monde, lui qui a consacré toute sa vie à lutter pour que toute l’Afrique du Nord en vienne à se débarrasser de l’ordre colonial et accéder au statut d’entité indépendante, au même titre que toutes les communautés humaines civilisées. C’était, faut-il le rappeler, tout le programme de l’Étoile Nord-Africaine dont il a été membre fondateur en 1926 et qu’il n’a cessé de défendre jusqu’à ce qu’il se sépare de son compagnon Messali auquel il reprochait, entre autres, son penchant pour le zaïmisme, sa vision d’une Algérie exclusivement arabo-islamique et surtout le programme du PPA (le nouveau parti que Messali venait de créer avec un programme en retrait par rapport à celui de l’ENA sur la question de l’indépendance de l’Algérie). Imache le démocrate a fait le choix de la conscience et a préféré quitter un mouvement dont il ne partageait plus ni le discours ni la méthode. C’était en 1937. La Seconde Guerre mondiale lui sera fatale, il fut déporté en Allemagne d’où il reviendra grandement diminué. Il rentre définitivement au pays pour fonder un foyer à l’âge de 52 ans. Lorsque la guerre de libération nationale fut déclenchée, il était si diminué physiquement qu’il ne pouvait que prodiguer quelques bons conseils aux responsables maquisards qui venaient le solliciter. Il meurt de maladie et dans le dénuement le 7 février 1960, laissant une veuve et cinq enfants en bas âge.  Mohamed Imache, le fils aîné d’Amar, nous attendait à l’entrée du village. Direction le cimetière du village. Il grouillait de monde. Certains venaient de se recueillir près du monument dédié à la mémoire des martyrs d’Aït Mesbah et c’est maintenant autour de la tombe d’Imache que le cheikh du village expliquait, versets du saint Coran à l’appui, ce qu’a été le combat d’Imache Amar. Après la Fatiha, rendez-vous est pris à l’école primaire du village qui s’est parée pour la circonstance de ses plus beaux atours. Les jeunes du village, de l’association Imache-Amar, se démènent dans tous les sens. Une grande salle, des dizaines de chaises ordonnées, tables pour les “officiels” : président d’APC, vice-président, chef de daïra et d’autres dont l’auteur de ces lignes. Deux heures durant, les micros n’ont pas chômé et les interventions furent pertinentes. Les principaux thèmes – histoire, démocratie, identité, nationalisme, colonialisme, indépendance – qui ont été au centre des préoccupations et du combat d’Imache Amar ont été soulevés, même si cela n’a pas toujours été de façon structurée. Les jeunes organisateurs avaient l’œil à tout. Beaucoup de femmes étaient présentes et dont le charme rehaussa cet instant de grâce. C’est même une jeune officiante qui a conduit de main de “maîtresse” l’ordonnancement des débats. Pour clore, les succulents beignets de la collation scellèrent une cérémonie que l’on se fera un plaisir de revivre l’année prochaine. Ce que nous a donné à voir le village Aït Mesbah l’espace d’une journée commémorative ne peut laisser indifférent. Comparé au marasme apathique ambiant et l’anomie qui nous guette, il laisse une lueur d’espoir qui pourra éclairer le sombre dédale dans lequel l’Algérie s’est fourvoyée et duquel il faudra bien sortir un jour ou l’autre par autre chose que des barques de fortune. S’il est vrai qu’une hirondelle ne fait pas le printemps, il est tout aussi vrai que l’arrivée de la première est le prélude à celle de toute la nuée. Ce qu’il faut aussi retenir est qu’en plus de ce qu’il a fait et de ses positions progressistes, c’est le personnage Imache lui-même qui est à l’origine de cette lueur. Imache n’est ni un chanteur, ni un footballeur, ni un acteur de cinéma. C’est une personnalité historique, modeste et honnête, dont la rectitude, les vertus et les qualités morales ont été reconnues par ses contemporains, y compris ses adversaires politiques les plus acharnés. Le fait qu’elles le soient aussi par les jeunes d’aujourd’hui montre que le pays recèle un potentiel réceptif qui sait distinguer le bon grain de l’ivraie. Un potentiel qui ne demande qu’à éclater de toute sa généreuse disponibilité et son génie créateur pour peu que ses élites lui montrent la voie. Pour cela, des hommes comme Imache Amar se doivent d’être “déterrés” : l’Algérie en a grandement besoin. http://www.liberte-algerie.com/, Une virée à Aït Mesbah en hommage à Imache Amar: Toute l'actualité sur liberte-algerie.com

Traductions du mot « agnatique »

Langue Traduction
Anglais agnatic
Espagnol agnático
Italien agnatizio
Allemand agnatisch
Chinois 永生的
Arabe عديم
Portugais agnático
Russe родственный по мужской линии
Japonais アナガティック
Basque biak filipe ederraren
Corse agnatiche
Source : Google Translate API

Synonymes de « agnatique »

Source : synonymes de agnatique sur lebonsynonyme.fr

Agnatique

Retour au sommaire ➦

Partager