La langue française

Abée

Définitions du mot « abée »

Trésor de la Langue Française informatisé

ABÉE, subst. fém.

TECHNOL. (Moulins à eau).
1. Ouverture pour le passage de l'eau qui fait mouvoir un moulin.
2. Canal de décharge pour l'écoulement de l'eau quand un moulin ne tourne pas.
Prononc. − 1. Forme phon. : [abe]. 2. Homon. : cf. abbé.
Étymol. ET HIST. − [1444 « écluse, vanne » (Arch. nat. JJ 176, pièce 142 ds Gdf. : Icellui Henriet ala sur la chaussee dudit estang pour lever l'une des ebees ou vannes du moulin)]; 1531 « ouverture par où s'écoule l'eau quand les moulins ne moulent pas » (Cout. de Montargis, X, 8, Cout. gén. III, 844 ds Gdf. Compl. : On ne peut empescher les rivieres courans perpetuellement que les moulins ne moulent, ou qu'ils n'ayent une abbee ou lanciere ouverte pour donner cours a l'eave; sauf es moulins qui ne peuvent autrement mouldre sans escluses). Stab. sém. de ce terme mentionné par les lexicogr., mais peu usité dans la lang. commune. Sens 1 attesté ds Encyclop. 1751, Ac. 1762, 1778, 1798. Besch. 1845 ajoute le sens 2. Les 2 sens sont repris par Littré (avec une moindre assurance pour le sens 2), Lar. 19e, DG, Lar. 20e, Lar. encyclop., Quillet. Rob. et Pt Rob. ne conservent que le sens 1. Forme agglutinée de la bee, part. passé fém. substantivé de a. fr. baër « ouvrir » au sens propre (< lat. batare « être ouvert », voir bayer) cf. a. fr. baëe, subst. fém. « ouverture », sens propre dep. début xiies., m. fr. bee « ouverture (d'une fenêtre) » dep. xives. ds T.-L. (Nyrop, I, 490, 1o; Fouché Phonét., p. 588; Thomas, Mél. étymol. fr., 9). [Forme ebée : part. passé fém. substantivé de esbaer « ouvrir », sens propre, dep. xiies., de même orig. que baër − ou substitution par le préf. e(s)-, de l'initiale de abée prise pour un préf. : cf. alternance abai « aboi » / esbai; abaiier « aboyer » / ébaier, ds T.-L.]. L'hyp. rattachant le fr. abée au prov. bezo « canal de moulin », Nigra ds Arch. glottologico Ital., XV, 295-302, fait difficulté du point de vue phonét., car il devrait lui correspondre une forme fr. diphtonguée en -ié-, (comme c'est le cas pour fr. bief), Meyer-Lübke, ds Z. rom. Philol., XXVII, 364-374.
BBG. − Barb.-Card. 1963. − Baudr. Pêches 1827. − Blanche 1857. − Gay. 1967. − Jossier 1881. − Mots rares 1965.

Wiktionnaire

Nom commun

abée \a.be\ féminin

  1. Ouverture par laquelle l’eau d’un bief tombe sur la roue d’un moulin et qu’on ferme avec des pales quand le moulin n’est pas en mouvement. On dit aussi bée.
    • Un moulin avec des bras de géant, pour rien, car cette abée que je traverse va céder, le moulin va tourner follement jusqu’au bout. — (Roland Oberson, Premières Lettres à Δenise. 1953 – 1954, 2004)

Nom commun

abée \abe\ ou \abej\ féminin (graphie ABCD)

  1. (Christianisme) Abbaye.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ABÉE. n. f.
Ouverture par laquelle l'eau d'un bief tombe sur la roue d'un moulin et qu'on ferme avec des pales quand le moulin n'est pas en mouvement. On dit aussi BÉE.

Littré (1872-1877)

ABÉE (a-bée) s. f.
  • Ouverture par laquelle coule l'eau qui fait aller un moulin. On l'a aussi définie ouverture par où l'eau a son cours quand les moulins ne tournent pas.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ABÉE, s. f. Ville du détroit Messenien que Xercès brûla, & qui avoit été bâtie par Abas fils de Lyncée.

Abée, s. f. ouverture pratiquée à la baie d’un moulin, par laquelle l’eau tombe sur la grande roue & fait moudre. Cette ouverture s’ouvre & se ferme avec des pales ou lamoirs.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « abée »

De l'ancien français bée, aujourd'hui baie, ouverture. Voir béer[1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du latin abbatia.
À rapprocher du poitevin-saintongeais abàie.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

À et bée, ouverture, aujourd'hui baie (voy. ce mot). On a prétendu, ce qui est possible, que abée est une corruption, une méprise, qui de la bée a fait l'abée, d'où abée. Abée se trouve dans LAURIÈRE, Dict. du droit.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « abée »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
abée abe

Évolution historique de l’usage du mot « abée »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « abée »

  • Celui la on ne vas pas le pleurer , ce n’est pas l’abée Pierre ni sœur Térésa , une vie a parasiter en surfant sur le fric des contribuables ..... AgoraVox, Patrick Devedjian, le sarkozyste déçu - AgoraVox le média citoyen
  • Macron serait un clone de l’abée Pierre on s’en serait déjà rendu compte .... AgoraVox, #Coronavirus : le régime Macron privilégie les profits de la classe capitaliste à la protection de la santé de tous. #covid19 - AgoraVox le média citoyen

Traductions du mot « abée »

Langue Traduction
Anglais abee
Espagnol abee
Italien un&#39;ape
Allemand eine biene
Chinois 一只蜜蜂
Arabe نحلة
Portugais uma abelha
Russe пчела
Japonais
Basque abee
Corse vai
Source : Google Translate API

Synonymes de « abée »

Source : synonymes de abée sur lebonsynonyme.fr

Abée

Retour au sommaire ➦

Partager