La langue française

Abécher

Sommaire

  • Définitions du mot abécher
  • Étymologie de « abécher »
  • Phonétique de « abécher »
  • Traductions du mot « abécher »

Définitions du mot abécher

Trésor de la Langue Française informatisé

ABECQUER, ABÉQUER; ABÉCHER, ABICHER, verbe trans.

A.− [En parlant de l'oiseau ,,adulte``] Donner la becquée à un oiseau trop jeune pour prendre lui-même sa nourriture.
FAUCONN. ,,Abécher l'oiseau, c'est en fauconnerie, lui donner une partie [seulement] de son pât ordinaire, afin de l'exciter à voler peu après. On dit : il faut abecquer le lanier.`` (Baudr. Chasses 1834).
P. ext., fam. Porter la nourriture à la bouche de qqn. :
Resté seul avec sœur Céline, il retrouva sa gravité. Il réclama son potage et se laissa abecquer sans souffler mot. Puis, lorsqu'ils eurent dit ensemble la prière du soir, il lui fit éteindre le plafonnier. R. Martin du Gard, Les Thibault,La Sorellina, 1928, p. 1155.
Arg. Abecquer. Nourrir qqn.
Au fig. Abecquer. ,,Attirer, mettre en goût.`` (Mots rares 1965).
B.− Forme pronom. S'abecquer. ,,Se donner mutuellement la becquée.`` (Besch. 1845).
C.− Abécher, abicher, région. (cf. sup. fauconn.).,,Abécher (...) dont les auteurs et les grammairiens ont fait abecquer, donner la becquée. Nous avons conservé, nous, le mot primitif, et nous disons : l'oiseau abèche ses petits, leur porte la béchée.`` (H. Coulabin, Dict. du bon pays de Rennes-en-Bretagne, 1891).
Rem. Seules les formes en -qu- sont attestées à l'époque mod.; abécher est ou région. ou techn. (dans le lang. de ce qui subsiste de fauconn.).
Prononc. ET ORTH. − 1. Forme phon. : [abεke], j'abecque [ʒabεk]. 2. Dér. et composés : abecquage, abecquement, abecquer, abecqueuse, embecquer. Cf. bec. 3. Forme graph. − R. Thimonnier ds Principes d'une réforme rationnelle de l'orth., 1968, p. 18 propose, à la place de la graph. cq qu'il juge abusive, la graph. qu (abéquer), qu étant substitué à ,,c dur`` ,,chaque fois qu'un mot terminé par c (banc, parc, truc, public, turc) est complété par un suffixe ou une désinence commençant par e ou i. Ex. Banquette (de banc), parquer (de parc), truqueur (de truc) publique et turque (fém. de public et turc). On écrit abusivement grecque (fém. de grec), sacquer (dér. de sac), becquée, becqueter, abecquer (dér. de bec)``. 4. Hist. − a) abecquer apparaît sous sa forme graph. actuelle au xves. (cf. ex. Gdf. abecquant) et comme vedette de dict. à partir de l'Ac. 1798, à côté de abéquer, mais il n'est empl. comme vedette unique qu'à partir de Ac. 1878. b) En a. et m. fr., on trouve pour les mots de la série morphol. les var. graph. suiv... abékier (xiiies., cf. étymol.), abechié, abéché (xiiieet xives., cf. étymol.), abeschié (cf. ex. Gdf.), abbecher au xvies. avec redoublement de b (cf. Nicot 1606), abecquant (xves., cf. ex. sup.), abequer (cf. Cotgr. 1611 et ex. Gdf.). Ces oppos. relèvent de la phonét. dial. selon que k + a aboutit à -que- ou à -che-. Pour les permutations entre les graph. qu, k, c et cq du xiiieau xves., cf. Beaul. t. 1, 1927, p. 178 et 188, entre k et ch, cf. Pope 1961, § 1209. Pour la permutation entre ces différentes graph. au xvieet xviies., cf. Thurot Prononc. t. 2, 1883, p. 211 : ,,Bechee, « becu ou bequu ou bechu », « becher ou bequer » R. Estienne; « bechée ou bequée » Nicot; becquée Tabourot; bechée Lanoue; abbecher, bechée, becquée Oudin.`` c) Le témoignage décisif est celui de Ménage (1650) : ,,à Paris on dit plus communément becquée, et béchée dans les provinces``, confirmé par Ac. 1694 : ,,Béchée : on dit plus ordinairement becquée``, ce qui signifie ou bien que la forme « picarde » l'a emporté à Paris ou que le mot a été refait sur bec. d) La forme ab(b)écher apparaît comme vedette de dict. de Nicot 1606 à Fur. et Trév. 1752. Abequer, qui sert simplement de vedette de renvoi ds Cotgr. 1611, devient vedette unique ds Rich. 1680. Mais Encyclop. 1751 et Trév. 1771 citent en vedettes conjointement abécher et abbecquer. Abécher figure encore ds Ac. Compl. 1842 et ds Besch. 1845 qui le signale comme vieilli au profit de abecquer. Littré Suppl. sur la foi de 2 ex. (D'Aubigné et Racan) le considère comme appartenant au passé. e) Lar. encyclop. et Lar. 3 réservent une entrée à abécher en tant que var. dial. de abecquer et le dit empl. comme terme de fauconn. Abicher est attesté en fr. région. (ang. ds Verr.-On.). En ce qui concerne la prononc. les dict. de Fer., 1768 à DG (à l'exception de Littré qui note [ε] ouvert) transcrivent [e] fermé pour la 2esyllabe. Ex. Gattel 1841 : a − b é − k é.
Étymol. − 1. xiiies. emploi fig. trans. abekier « affriander, allécher (qqn) » (Jeh. Petit, Li honeurs et li vertus des dames ds Louis Becker, La femme au Moy. Age, 97 d'apr. Quem. : Abekiés de regards de douce vue); ca 1240 id. abechié part. passé adjectivé « id. » (De Renart et de Piaut d'oue, Richel. 837, fol. 78a ds Gdf. : Clers, je te voi si alechié, Si ardant et si abechié, Que bien me sambles hors du sens); 2. 1354-76 abecher « donner la becquée à un oiseau » terme d'oiseleur (Le livre du roi Modus et de la reyne Racio, Des faulcons et autres oyseaux de proye, c. II ds Gdf. : Et quant il aura aprins, si l'abeche souvent devant les gens, et ne lui donne que deux ou trois beches de chair à la fois); 1837 abéquer arg., transposé à l'homme (Vidocq, Vocab. ds Sain. Sources Arg., II, 109 : abéquer : nourrir un enfant ou quelqu'un gratuitement). Dér. de bec*; préf. a-* et suff. -er*. Dér. de bec*; préf. a-* et suff. -er*. HIST. − Stab. du terme, en ce sens que, apparu au xiiies. (cf. étymol.) il est encore attesté ds Lar. encyclop.; mais il semble avoir toujours été peu usité du fait, sans doute, de la spécificité de ses signif. de caractère soit techn. soit arg. 1. Le sens propre (cf. sém.), est régulièrement mentionné dep. l'orig. S'est peut-être dit ensuite dans la lang. des pêcheurs qui l'emploient pour les poissons (cf. abecquement, abéchement, ex.). 2. L'emploi p. ext. (cf. sém.) apparaît ds Cotgr. 1611 pour connaître ensuite une éclipse, et on ne le retrouve attesté ds les dict. gén. qu'à partir de Littré. Peu usité, on note un emploi isolé au xxes. (cf. ex. 1). 3. L'emploi fig. (cf. sém.), le 1erà être attesté (cf. étymol.) n'est mentionné qu'à de grands intervalles de temps : Gdf., Besch. 1845 et Mots rares 1965. 4. La forme pronom. qui est donnée ds Gdf. avec le sens de « se nourrir », ne réapparaît ensuite que ds Besch. 1845, et avec le sens « se donner mutuellement la becquée » (cf. sém.). 5. Noter p. anal. un emploi arg. (cf. sém.) d'apparition assez récente (cf. étymol. in fine).
STAT. − Fréq. abs. litt. : 1.
BBG. − Baudr. Chasses 1834. − Baudr. Pêches 1827. − Mots rares 1965.

Wiktionnaire

Verbe

abécher \a.bɛ.ʃe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Donner la becquée à un jeune oiseau qui ne peut manger lui-même.
  2. (Chasse) Donner à l'oiseau de chasse une portion de nourriture pour le tenir en appétit.

Verbe

abécher \Prononciation ?\

  1. Donner la becquée, abécher.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « abécher »

De l’ancien français abéchier, abeschier, abecker, abequer[1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

De l’ancien français abéchier, abeschier, abecker, abequer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

De l’ancien français abéchier, abeschier, abecker, abequer[1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « abécher »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
abécher abeʃe

Traductions du mot « abécher »

Langue Traduction
Anglais abeak
Espagnol un pico
Italien un becco
Allemand ein schnabel
Chinois 鸟嘴
Arabe أبق
Portugais um bico
Russe клюв
Japonais くちばし
Basque abeak
Corse abeak
Source : Google Translate API
Partager