La langue française

Accueil > Articles > Le guide complet du participe passé

Le guide complet du participe passé

Depuis plusieurs semaines j'ai remarqué que j'avais beaucoup de difficultés avec l'usage du participe passé. Plusieurs inscrits à la lettre d'information m'ont dit qu'ils avaient notamment des problèmes concernant les accords du participe passé. C'est en effet une difficulté majeure de la langue française. Le Bescherelle désigne même cette règle grammaticale comme "la plus artificielle de la langue française" !

Il est indispensable de maîtriser certaines particularités et règles pour améliorer son français. C'est pourquoi je vous propose un guide complet sur le participe passé, comment le conjuguer et comment l'accorder. Après une lecture attentive, il n'y aura plus de raisons de faire des fautes à ce niveau !

L'accord du participe passé

Avant d'entrer dans le vif du sujet, j'aimerais rappeler ce qu'est le participe passé et donner quelques astuces pour savoir comment l'écrire.

Qu'est-ce que le participe passé ?

Le participe passé est utilisé pour former les temps composés de la voix active ou passive. On l'utilise souvent avec les auxiliaires être et avoir comme dans les exemples suivants :

Il a aimé le film.

Le film est aimé du plus grand nombre.

Le participe passé peut aussi être utilisé sans auxiliaire. Il prend alors la valeur d’un véritable adjectif comme dans l'exemple suivant :

Les choses dites ne valent pas les choses écrites.

Comment conjuguer le participe passé

Les verbes finissant en -er ont leur participe passé en "-é" :

Exemples : mangé, cherché, bougé, crié, parlé, payé...

Les verbes finissant en -ir ont leur participe passé en "-i" :

Exemples : parti, fini, menti, réussi, vieilli, grandi...

Les autres verbes du troisième groupe ont leur participe passé avec des terminaisons diverses. Je reprends ici un tableau récapitulatif de francaisfacile.com :

Tableau Participe Passé

Maintenant que nous avons revu les bases, passons à la source de nos problèmes : les accords du participe passé.

L'accord du participe passé avec les auxiliaires être et avoir

Histoire de l'accord du participe passé

Le problème de l'accord du participe passé remonte au Moyen Âge, comme le signale cet article de Libération :

Les moines copient alors au fil de la plume. Quand ils écrivent, par exemple : «Les pieds que Jésus a lavés», un simple regard vers la gauche permet d’identifier ce que Jésus a lavé. Il a lavé quoi ? Les pieds. Donc le moine accorde. Par contre, quand il écrit : «Jésus a lavé», il s’interroge. Jésus a lavé quoi ? Je ne sais pas, je vais attendre la suite du texte. Le moine poursuit : «Avant la fête de Pâques, sachant que son heure était venue, lorsque le diable avait déjà inspiré au cœur de Judas Iscariote, fils de Simon, le dessein de le livrer, et patati et patata, … les pieds.» A tous les coups, quand le moine est arrivé à «les pieds», il a oublié qu’il avait un participe à accorder, ou il n’a plus la place pour écrire le «s» parce qu’au Moyen Age, les mots sont souvent attachés les uns aux autres. C’est cet oubli qui est à l’origine de la règle des accords avec l’auxiliaire avoir.

Clément Marot
Clément Marot

C'est finalement le poète Clément Marot qui va édicter la règle de l'accord du participe passé avec l'auxiliaire avoir, en s'inspirant de ce qui se faisait en Italie. Il édicte ainsi la règle dans une de ses Epigrammes :

Enfans, oyez une leçon
Nostre langue a ceste façon,
Que le terme qui va devant,
Volontiers régist le suivant.
[…]
L’Italien dont la faconde
Passe les vulgaires du monde,
Son langage a ainsi basty
[…]

Voltaire dira par la suite de Clément Marot qu'il "a ramené deux choses d’Italie : la vérole et l’accord du participe passé. Je pense que c’est le deuxième qui a fait le plus de ravages".

L'accord du participe passé avec l'auxiliaire être

Le participe passé employé avec l'auxiliaire s'accorde en genre et en nombre avec le sujet à la voix active et passive sans distinction. Exemples :

Voix active : À cause de la pluie, toutes les voitures sont mouillées dans la rue.

Voix passive : Les voitures ont été mouillées par l'averse.

Il faut toutefois prendre ses précautions avec les formes pronominales (les verbes prenant un pronom comme se balader, se rendre, se sentir...). Le participe passé d'une forme pronominale, même s'il est employé avec l'auxiliaire être, ne s'accorde pas toujours avec le sujet (voir un peu plus loin les règles correspondantes).

L'accord du participe passé avec l'auxiliaire avoir

Règle 1 : Le participe passé employé avec l'auxiliaire avoir ne s'accorde pas avec le sujet mais avec le COD lorsqu'il est placé avant lui. Exemples :

Ils ont construit une voiture dans le garage (le COD "voiture" est placé derrière le participe passé de construire donc on n'accorde pas)

Ils ont retrouvé la voiture qu'ils avaient construite dans le garage (cette fois-ci "voiture" est placé avant le participe passé, on l'accorde donc)

Règle 2 : lorsque le COD placé avant le participe passé est un pronom personnel (le ou l'), on peut accorder (cette commode, il l'a trouvée chez un brocanteur) mais le participe passé ne s'accorde pas quand le pronom l' équivaut à une proposition :

La course s'est passée comme on l'avait prévu (on n'accorde pas prévu car l' ne renvoie pas uniquement à la course mais aussi à l'idée qu'on s'était faite du déroulé de l'évènement).

Règle 3 : On n'accorde jamais le participe passé lorsque le COD est le pronom en comme dans l'exemple suivant :

Des hommes, elle en a rencontré !

Des femmes, il en a salué toute la journée

Règle 4 : Le participe passé des verbes de mesure comme peser, mesurer, valoir, coûter, durer... ne s'accorde pas avec le complément qui indique combien pèse, vaut, coûte (...) le sujet (c'est un complément de mesure).

Il faut comparer cette dépense aux trois millions d'euros qu'a coûté la réparation du bâtiment.

Cependant, parfois les verbes de mesure peuvent avoir un sens différent et être utilisés non pas avec un complément de mesure mais avec un véritable COD. Dans ce cas on accorde :

Le musicien explique dans le film toutes les difficultés que lui a coûtées la composition de ce morceau.

L'accord du participe passé sans auxiliaire

Il existe des règles précisant l'accord ou non du participe passé dans le cas où l'on n'utilise pas les auxiliaires être ou avoir. Ces règles traitent du participe passé lorsqu'il est suivi d'un verbe à la forme pronominale et lorsqu'il est suivi d'un verbe à l'infinitif

L'accord du participe passé d'une forme pronominale

Tout d'abord il faut distinguer deux grands types de forme pronominale :

Règle 1 : lorsqu'on peut analyser le pronom de la forme pronominale (demandez-vous si on peut savoir ce qu'est "se" dans les verbes comme se soigner) alors on applique la règle du participe passé conjugué avec avoir

Règle 2 : lorsqu'on ne peut pas analyser le pronom de la forme pronominale (ex : se souvenir), on applique la règle du participe passé conjugué avec être

Règle 3 : lorsqu'on peut substituer le verbe pronominal par sa variante sans ajouter "à" alors on accorde le participe passé avec le COD

Exemple : Elle s'est toujours soignée avec des plantes ("s'est" est COD, on peut dire : soigner quelqu'un et non "soigner à quelqu'un").

Règle 4 : lorsque qu'on doit ajouter "à" pour substituer le verbe pronominal par sa variante, alors le participe passé ne s'accorde pas avec le pronom

Exemple : Elles se sont accordé deux mois de vacances (s'accorder devient "accorder à quelqu'un").

Règle 5 : si on ne peut pas analyser le pronom alors le participe passé s'accorde avec le sujet

Exemple : Elle s'est souvenue de leur rencontre.

Exceptions : se rire, se plaire, se déplaire, se complaire.

L'accord du participe passé lorsqu'il est suivi d'un infinitif

Règle 1 : Lorsque le participe passé est suivi d'un infinitif, si le COD n'est pas celui de la forme verbale composée avec le participe passé, mais de l'infinitif seul, alors le participe passé ne s'accorde pas. Deux exemples pour que ce soit plus clair :

La veste qu'il a voulu acheter était trop grande pour lui -> "qu'" est COD de "acheter" et non de "a voulu" donc on n'accorde pas

J'ai téléphoné à Justine et je l'ai remerciée d'avoir pensé à nous -> "l'" représente Justine et est COD de "ai remerciée" donc on accorde le participe passé.

Exception : le participe passé de faire lorsqu'il est suivi d'un infinitif est toujours invariable.

Exemple : Il n'a pas encore reçu les cartes du monde qu'il a fait acheter par le directeur de l'agence de voyage.

La méthode « Wilmet » à la rescousse pour simplifier toutes ces règles

Marc Wilmet
Marc Wilmet

Vous commencez à le comprendre, les règles d'accord du participe passé se multiplient peu à peu et il devient difficile à ce stade d'y voir clair.

Marc Wilmet, un universitaire belge, explique sa méthode dans le Participe passé autrement, pour régler 90% à 95% des cas d'accord de participe passé. La méthode est simple, il faut se poser une question : Qu’est-ce qui (s’) est...?

Je reprends ici l'exemple très bien écrit de langue-fr.net :

Le principe de la « méthode Wilmet » est de se demander, au moment où l’on écrit le participe passé, si l’on a déjà écrit ce qui est [+ participe passé]. Cela fonctionne avec les verbes pronominaux en se demandant ce qui s’est [+ participe passé].

Si je dois accorder (ou pas) le participe passé jeté, la question est :

Ai-je déjà écrit, au moment où je dois écrire le participe, ce qui est jeté ? :

  • J’ai jeté* des fleurs. Au moment même où j’écris jeté, je n’ai pas encore écrit ce qui était jeté (les fleurs) : pas d’accord !
  • Les fleurs que j’ai jetées* étaient fanées. Au moment où j’écris jetées, j’ai déjà écrit ce qui était jeté (les fleurs) : accord !

Conclusion

Nous voilà sauvés grâce à Mr. Wilmet ! Il faut bien entendu s'accrocher pour maîtriser l'ensemble des règles des accords du participe passé mais c'est aussi ça qui fait la richesse de la langue française. En conclusion, je conseille aux plus téméraires la lecture de quelques livres complémentaires que vous pouvez trouver dans cette excellente bibliographie. Vous pouvez commencer par le livre très intéressant de Marc Wilmet : le Participe passé autrement — Protocole d’accord, exercices et corrigés.

Pour finir, j'aimerais mentionner un mouvement de ces dernières années visant à réformer ces règles compliquées de l'accord du participe passé. L'idée est d'ouvrir un "espace de liberté" sur certaines règles pour simplifier l'usage de la langue française. Si cette réforme (qui est loin d'être adoptée) vous intéresse, vous pouvez visiter le site du mouvement pour vous faire votre propre avis.

Sujets :  conjugaison

S'inscrire à notre lettre d'information

Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour recevoir tous les nouveaux articles de lalanguefrancaise.com, gratuitement. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.


Commentaires

Nina H

Merci beaucoup !

Répondre
Yankalbe Olivier

Merci,je vous remercie beaucoup.

Répondre
Galldu

Bonjour,
J’ai une question spécifique sur un accord : en lisant l’article, j’en déduis qu’on devrait dire : « les données que le groupe a produites », mais cela sonne faux. Quelle règle ai-je omis pour comprendre que « produit » reste invariable ?
Merci

Répondre
La langue française

C’est pourtant la bonne forme 😉

Nicolas.

Répondre
PotatoWill

J’apporte une réponse à cette question avec un peu plus de 2 ans de retard. ☺

Vous avez raison de ne pas accorder, car il ne s’agit pas ici de COD, mais de compléments de quantité.
Pour chacun de ces exemples, on ne demande pas « il a pelé quoi ? » ou « elle a cueilli quoi ? », mais « il a pelé combien de pommes ? » et « elle a cueilli combien de cerises ? ».

Répondre
La langue française

Merci pour votre réponse !

Nicolas.

Répondre
Harouna Habibou

Merci bien pour votre aide de nous faire comprendre l’accord du participe passé.

Répondre
Christine Dupouy

Bonjour, j’ai un doute sur l’accord de trouvé dans la phrase suivante :
Ces fraises, je les ai trouvé sucrées.
Faut-il accorder ou non trouvé avec le COD ?
Merci pour votre réponse.

Répondre
Rylci

Eh !!!! Messieurs de l’orthographe…

La langue française propose de raccourcir le mot « Monsieur » par « M. » et non par « Mr » abréviation angliciste du mot « Mister ».

Donc merci de ne pas écrire « Nous voilà sauvés grâce à Mr. Wilmet ! » mais « Nous voilà sauvés grâce à M. Wilmet ! »

A moins qu’en Belgique l’usage ne soit pas le même.

Guet ?

Comme on dit en Alsace ?

Répondre
Djoudley obas

Bonsoir, j’aime cette application

Répondre

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour écrire un commentaire.

Se connecter S'inscrire

Retour au sommaire ➦

Partager