Les 40 règles de base de l’orthographe française

Les 4à règles de base de l'orthographe française

L’orthographe fait souvent peur, même aux plus doués d’entre nous… Maîtriser les bases orthographiques est donc essentiel pour être plus confiant et améliorer son français. Je reprends ici les 40 règles de base de l’orthographe française à partir du fascicule « Parcours sans faute » de Monsieur L. Massarenti en l’actualisant et en le complétant. Si vous appliquez ces règles, vous éviterez de faire 85 à 90 % des fautes couramment rencontrées.

N’hésitez pas à parcourir les règles qui vous intéressent à travers le sommaire. Si vous voulez en savoir plus sur l’orthographe, je vous conseille les livres suivants :

1# Accord des adjectifs

L’adjectif s’accorde toujours avec le nom qu’il qualifie ou qu’il détermine.

Qualifier : Donner une qualité ou un défaut. Ex : Bon / mauvais, propre / sale.

Déterminer : Préciser le sens. Ex : Le premier livre.

Exemple : Une grande femme. Qui est grand? La femme (féminin).

Particularité 1 : En général seul l’adjectif composé s’accorde. Ex : Des enfants bien-aimés. Des relations franco-chinoises.

Particularité 2 : S’il y a un adjectif de couleur alors l’accord se fait normalement (ex: Une chemise bleue). S’il y a deux adjectifs dont un de couleur alors il n’y a pas d’accord (ex: Des blousons bleu foncé). Si on qualifie avec un nom alors il n’y a pas d’accord (ex: Des chemises moutarde, Des cravates olive).

Particularité 3 : L’usage de « demi » est particulier. Une demi-heure mais une heure et demie. 3 fois et demie (jamais de pluriel).

 

2# Accord du participe passé

Règle 1 : Le participe passé employé sans auxiliaire s’accorde comme un adjectif

Exemple : Une lettre bien présentée.

Exception : vu, excepté, ci-joint.

Règle 2 : Le participe passé ne s’accorde que s’il est placé après le nom

Exemple : Ci-joint, les documents que vous avez réclamés. Qu’est-ce qui est réclamé? Les documents (présent avant).

Règle 3 : Le participe passé des verbes mono-pronominaux (verbes qui ne peuvent être précédés de me, te se…), conjugué avec l’auxiliaire ETRE, s’accorde avec le sujet.

Exemple : Ils sont partis très tard.

Exception : étant donné (ex: Etant donné leur situation, ils ont vendu leurs actions).

Règle 4 : Le participe passé des verbes bi-pronominaux (pouvant être précédés de me, te, se…) s’accorde avec le sujet lorsqu’il n’y a pas d’objet direct.

Exemple : Ils se sont enfuis.

Particularité 1 : le participe passé reste invariable avec le verbe « se rendre compte de » (ex: Elle s’est rendu compte de son erreur).

Particularité 2 : Le participe passé des verbes bi-pronominaux, dont le deuxième pronom de conjugaison correspond à un complément introduit par ‘à’, est invariable (plaire à, succéder à, sourire à…). Ex: Ils se sont plu à récolter des signaturesLes années se sont succédé.

Règle 5 : Le participe passé des verbes bi-pronominaux s’accorde avec l’objet direct si celui-ci est placé avant.

Exemple : Les mains qu’ils se sont lavées.

Règle 6 : Le participe passé des verbes bi-pronominaux reste invariable si l’objet direct est placé après.

Exemple : Ils se sont lavé les mains.

Règle 7 : Le participe passé conjugué avec l’auxiliaire avoir ne s’accorde jamais avec le sujet.

Exemple : Elle a bien travaillé.

Règle 8 : Le participe passé conjugué avec l’auxiliaire avoir s’accorde avec l’objet direct si celui-ci est placé avant.

Exemple : Les acomptes qu’il a versés.

Exception :  il y a eu, il a fallu, il a fait (impersonnel). Ex: Tous les efforts qu’il a fallu.

Règle 9 : Le participe passé conjugué avec l’auxiliaire avoir reste invariable si l’objet direct est placé après.

Exemple : J’ai dactylographié tous les rapports.

 

3# Accord des verbes

Les verbes s’accordent avec leur sujet

Pour trouver le sujet vous pouvez poser les questions suivantes : Qui est-ce qui? ou Qu’est-ce qui? avec le verbe.

Exemple : Le gendarme sourit. Qui est-ce qui sourit? Le gendarme. Tu lis le journal. Qui est-ce qui lit? Tu.

Astuce 1 : attention aux doubles sujets. Ex : Moi et mon père partirons. Sujet est moi et mon père donc « nous ».

Astuce 2 : Après je , toujours « e » ou « s ». Ex : je résume, je lis, je vois. Cas particuliers : je peux, je vaux, je veux.

Astuce 3 : Après tu , toujours « s ». Ex : Tu vois, tu lis, tu résumes. Cas particuliers : tu peux, tu vaux, tu veux.

Astuce 4 : Après il , jamais « s ». Ex : Il perd, il finit, il mange. Les verbes qui se terminent par « a » à la 3ème personne du singulier du passé simple et du futur ne prennent jamais « t » comme terminaison.

 

4# c / ç / cu et g / ge / gu

c se prononce tantôt /s/ tantôt /k/

Exemples du son /s/ : la cerise, le cinema, le cycliste

Pour conserver le son doux /s/ devant a, o, u il faut utiliser ç : il lança, le garçon, tu aperçus.

Exemples du son /k/ : caravane, la campagne, le conte.

 

g se prononce tantôt /j/ tantôt /g/

Exemples du son /j/ : le genou, le givre, la gymnastique.

Exemples du son /g/ : la gare, le goût, guttural.

Pour conserver le son dur /g/ devant  e ou i il faut rajouter « u » : un guignol, le guide, la guêpe.

 

5# e et é / è

Règle 1 : Si le e est suivi d’une consonne dans une même syllabe, pas d’accent.

Exemple : espace, dessert, dessin.

Règle 2 : Quand le e est seul et suivi d’une syllabe sonore il faut utiliser é.

Exemple : appétit, médecin, étage.

Règle 3 : Quand le e est seul et suivi d’une syllabe muette il faut utiliser è.

Exemple :  une pièce, une flèche.

Règle 4 : avant x il n’y a jamais d’accent

Exemple : examen, exact, excellent.

6# notre, le nôtre / votre, le vôtre

Règle : après un article (le, la, les, au, du, etc…), on place un circonflexe sur le ô. Dans les autres cas on écrit o.

Exemples : Cette entreprise? C’est la nôtre. Il faut y mettre un peu du vôtre. Notre tante va arriver.

 

7# Certains mots prennent toujours -s à la fin

Substantifs et adjectifs

Brebis, concours, corps, cours (d’eau ou leçon), décès, discours, fois, frais, jus, lilas, mois, parcours, pardessus, pays, plusieurs, poids, pois, printemps, progrès, puits, repas, secours, souris, succès, talus, temps, univers, velours.

Adverbes

Ailleurs, alors, d’ailleurs, après, dedans, dehors, dessous, dessus, longtemps, moins, néanmoins, parfois, puis, quelquefois, toujours, volontiers.

Prépositions

Envers, vers.

Conjonctions

Dès que, tandis que.

 

8# tout / tous / toute / toutes

Règle 1 : « Tout » devant un nom est un déterminant. Il s’accorde avec le nom en genre et en nombre.

Exemple : Tout enfant portera un manteau (chaque enfant). Tous les enfants porteront un manteau.

Règle 2 : Devant un verbe, le pronom « tout » varie et peut devenir toute(s) au féminin et « tous » au masculin pluriel

Exemple : Ne t’inquiète pas pour les bagages, tout suit (sens collectif). Ne t’inquiète pas pour les bagages, tous suivent (tous les bagages). Ne t’inquiète pas pour les valises, toutes suivent (toutes les valises).

Règle 3 : Devant un adjectif féminin qui commence par une consonne ou un ‘h’ aspiré l’adverbe « tout » se met au féminin et prend le même nombre que l’adjectif. Devant une voyelle il reste invariable.

Exemple : Elle est tout émue (mais elle est toute contente). Elles sont tout émues (mais elles sont toutes contentes).

Règle 4 : « Tout » devant un adjectif masculin est invariable

Exemple : Ils sont tout émus (mais ils sont tout contents).

 

9# vingt / cent / mille

Règle 1 : Si vingt et cent sont multipliés, ils prennent s, mais s’ils sont suivis d’un autre nombre, ils restent invariables.

Exemple : quatre-vingts, deux cents MAIS quatre-vingt-trois, deux cent trente-deux

Règle 2 : Mille est toujours invariable

Exemple : trois mille hommes, trois mille deux cents hommes.

Règle 3 : Milliers et millions s’accordent

Exemple : trois milliers, un million, quatre millions, trois millions.

Règle 4 : Lorsqu’on parle d’une place ou d’une numéro de page, on ne met pas de « s »

Exemple : je suis à la place quatre-vingt.

10# a / à et / est on / ont son / sont

Quand on peut conjuguer il faut utiliser a / est / ont / sont et sinon utiliser les autres

Exemples a / est / ont / sont : Il a répondu. il avait répondu. Il est tombé. il était tombé. Ils ont bien ri. ils avaient bien ri. Ils sont sages. ils étaient sages.

Exemples à / et / on / son : Du pain et du lait. Du pain « était » du lait (impossible). C’est à prendre ou à laisser. « avait » (impossible). On se voit quand ? « avait » se voit quand ? (impossible). Il appelle son chien. Il appelle « avait » chien (impossible).

 

11# ce / se c’est / s’est 

Règle 1 : Si je peux conjuguer (je me / je m’, tu te / tu t’, il se / il s’) : j’écris se / s’

Exemples : Jean se lave (Je me lave, tu te laves !). L’oiseau s’est envolé (Je me suis envolé… ). Il s’est coupé. Ils se sont coupés. Il s’est assis. Ils se sont assis.

Règle 2 : Si je ne peux pas conjuguer, j’écris ce / c’

Exemples : C’est lui. Ce sont eux. Ce chat. Ces chats.

 

12# ces / ses

Règle 1 : Je mets la phrase au singulier. Si je peux remplacer par son ou sa, j’écris ses. Si je peux remplacer par ce, cet, cette, j’écris ces.

Exemples : Ces enfants sont sages. (Je les montre !) (Cet enfant est sage). Ses enfants sont sages. (Ce sont les siens à elle !)(Son enfant est sage). Ces chèvres vont s’abreuver. (Je les montre !)(Cette chèvre va s’abreuver). Ses chèvres vont s’abreuver. (Les chèvres du chevrier) (Sa chèvre va s’abreuver)

Règle 2 : attention aux nuances. Ses affirme la possession alors que ces permet de désigner

Exemples : Tu devrais prendre ces assiettes. (Celles qui sont sur la table et que je montre.). Tu devrais prendre ses assiettes. (Celles de ta voisine.)

 

13# la l’a / l’as là

Règle 1 : Différenciez : la + temps simple ; l’a + temps composé

Exemples la + temps simples : Il la mange. Il la boit. Nous la mangeons. Nous la buvons.

Exemples l’a + temps composé : Il l’a mangée. Ils l’ont mangée. Tu l’as bue. Nous l’avons bue. Elle l’a vu. Elles l’ont vu

Règle 2 : on utilise là quand on peut remplacer là par ici.

Exemples : Reste là ! Reste ici ! « Madame n’est pas là ! » (Madame n’est pas ici !). « Passe par là ! » (Passe par ici !). Elle est restée plantée là (ici).

14# leur / leurs

Règle 1 : Je mets au singulier et, si je peux remplacer par lui, leur est un pronom invariable.

Exemples leur invariable (suivi d’un verbe) : Je leur donne à manger. Je lui donne à manger. Il le leur dit. Il le lui dit.

Exemples leur au singulier (suivi d’un nom) : Leur ami va arriver.

Règle 2 : leur n’a pas de féminin

Exemple : Leur maison a brûlé.

Règle 3 : si on ne peut pas remplacer par lui leur s’accorde

Exemples leurs au pluriel (suivi d’un nom) : Leurs amis vont arriver. (impossible de dire « Lui amis vont arriver » ! donc accord). Leurs affaires vont bien. (impossible de dire « Lui affaires vont bien » ! donc accord)

Règle 4 : leurs précédé de les s’accorde.

Exemple : Ils ont reconnu les leurs.

 

15# ma / m’a / m’as mon / m’ont ta / t’a ton / t’ont

Règle 1 : Différenciez en fonction d’un nom ou d’un temps composé.

ma + nom ; m’a + temps composé

mon + nom ; m’ont + temps composé

ta + nom ; t’a + temps composé

ton + nom ; t’ont + temps composé

sa + nom ; ça = cela.

Exemples : Ma vue baisse. Il m’a aperçue. Tu m’as parlé. Mon livre est déchiré. Ils m’ont donné un livre déchiré.

Règle 2 : Attention aux « écrans » : pourtant et rien

Exemples : Ta tante t’a pourtant dit de ne pas y aller. Ils ne t’ont rien dit : ton vélo, le voici !

 

16# mets / met m’es / m’est mes / mais

Règle 1 : Pour savoir s’il faut conjuguer (verbes) il faut mettre au pluriel.

Exemples : Tu m’es cher. (Au pluriel: tu nous es… ). Cela m’est bien utile. (Au pluriel: Cela nous est utile.). Cela m’est arrivé hier. (Au pluriel : Cela nous est arrivé hier.). Je mets la table. Il met les bouchées doubles. (Au pluriel: nous mettons… ils mettent…)

Règle 2 : mais et mets peuvent être des noms

Exemples : En avril, n’ôte pas un fil; en mai fait ce qu’il te plaît. (nom = le mois). Ce mets est délicieux. (nom = le repas).

Règle 3 : Mes est un adjectif possessif (mettre au singulier).

Exemples : Mes doigts sont tachés d’encre. (Mon doigt est taché d’encre.). Mes affaires ne sont pas florissantes. (Mon affaire n’est pas florissante.)

Règle 4 : Mais exprime l’opposition entre deux adjectifs ou deux idées.

Exemples : Il est petit mais habile. Cette veste est belle mais chère.

 

17# on / on n’

Règle 1 : Pour distinguer on de on n’ , il suffit de mettre le verbe à une autre personne pour voir s’il est à la forme négative ou positive.

Exemples on : On entend du bruit (nous entendons du bruit). On entend mal (nous entendons mal) On entend bien (nous entendons bien). On allume le feu (nous allumons le feu).

Exemples on n’ : On n’entend pas (nous n’entendons pas). On n’entend guère (nous n’entendons guère). On n’entend plus (nous n’entendons plus). On n’allume jamais (ils n’allument jamais).

 

18# ou / où

Règle 1 : Si je peux remplacer par « ou bien », j’écris ou ; sinon, j’écris .

Exemples ou : C’est toi ou lui (C’est toi ou bien lui). Une pomme ou une poire (Une pomme ou bien une poire).

Exemples  : Où vas-tu ? Ou bien vas-tu ? (impossible). Où veux-tu en venir ? Ou bien veux-tu en venir ? (impossible). La source où buvaient les troupeaux est tarie. La source ou bien buvaient… (impossible).

19# peu peux / peut

Règle 1 : J’écris peu quand ce mot signifie « pas beaucoup ». Autrement, c’est le verbe pouvoir : peux, peut

Exemples peu : J’ai peu d’argent en poche. Il est très peu bavard.

Exemples verbe pouvoir : Tu peux venir avec moi. Je peux t’aider. Il peut t’aider ?

 

20# quand / quant / qu’en

Règle 1 : on utilise toujours quand, sauf devant à, au, aux (quant)

Exemples quand : Quand serez-vous à Genève ? Quand je pars en Italie, j’emporte des lires.

Exemples quant : Quant à toi, tu ne perds rien pour attendre. Quant aux lettres écrites, elles seront classées. Quant au corbeau de la fable, il fut bien attrapé.

Règle 2 : Qu’en est suivi d’un verbe et le en signifie « de cela »

Exemples : Qu’en penses-tu ? Qu’en est-il de ta récente demande ? Il faut se moquer du qu’en-dira-t-on.

 

21# quel / quelle quels / quelles qu’elle / qu’elles

Règle 1 : Quel, quels, quelle, quelles sont accompagnés d’un nom.

Exemples : Quel train prends-tu ? Quelle règle difficile ! Quels beaux discours avons-nous entendus ! Quelles idées lui mets-tu dans la tête ?

Règle 2 : qu’elle et qu’elles sont suivis d’un verbe.

Exemples : Il ne faut plus qu’elle sorte seule. Je me rends bien compte qu’elles feront ce qu’elles veulent.

 

22# sens / sent s’en sans cent sang sens  | tends / tend t’en tant

s’en et t’en : doubles pronoms qui peuvent indiquer un lieu ou un objet (on peut les reconnaître en conjuguant).

sens ou sent : verbe sentir.

tends ou tend : verbe tendre.

sans : signifie « pas de ».

sang est un nom.

cent = 100.

sens est un nom (donner de sens à sa vie).

tant : signifie autant, pareillement, tellement.

 

23# si s’y -ci / ci- scie

Règle 1 : Lorsqu’on peut conjuguer : s’y. Autrement toujours si, sauf quand on peut désigner quelqu’un ou quelque chose : -ci + la note si de la gamme : do – si – la – sol…

Exemple si : Si je peux… Tu es si grand !

Exemple s’y : il s’y rend. Je m’y rends !

Exemple –ci : celui-ci, ci-dessous. Comme ci, comme ça.

Règle 2 : la scie est un nom (objet pour couper du bois) et il existe le verbe scier.

Exemples : La scie du charpentier (l’objet). Je scie une poutre (le verbe).

 

24# ap / app-

Règle 1 : J’écris toujours app-

Exemples : Appartenir, appeler, apprendre, etc…

Exceptions : Apaiser, apathique, apercevoir, apéritif, s’apitoyer, aplanir, aplatir, apostropher.

 

25# mb / mm / mp

Règle 1 : Devant les lettres b, m, p, j’emploie m (et non n).

Exemples : Le temps, l’ensemble, emmener…

Exceptions : Bonbon, bonbonne, bonbonnière, néanmoins, embonpoint

 

26#  s / ss / z / x

Règle 1 : le son /s/ prend toujours 2 consonnes (soit ss , soit s combiné avec une autre consonne). Le son /z/ prend toujours 1 consonne.

Exemple son /s/ : Assez penser pinson triste

Exemple son /z/ : Oser causer cuisine hésiter

Exceptions : gaz gazon horizon douze bizarre dizaine

 

27# Pluriel général des noms et des adjectifs (-s, -x, -z)

Règle 1 : en général, on forme le pluriel des noms et des adjectifs en ajoutant s ; s’ils sont déjà terminés par -s, -x ou -z , ils ne changent pas au pluriel.

Exemples : Un classeur, des classeurs. Un livre, des livres. Un tapis, des tapis. Une noix, des noix.

Pluriels particuliers : Un aïeul, des aïeux. Un ciel, des cieux. Un oeil, des yeux.

 

28# Pluriel des noms en -ail

Règle 1 : Ils prennent s au pluriel.

Exemples : Un rail, des rails. Le détail, les détails.

Exceptions : Un bail, des baux. Un corail, des coraux. Un émail, des émaux. Un soupirail, des soupiraux. Un travail, des travaux. Un vantail, des vantaux. Un vitrail, des vitraux.

 

29# Pluriel des noms et des adjectifs en -al

Règle 1 : Ils forment leur pluriel en -aux .

Exemples : Un cheval de labour, des chevaux de labour. Le journal de midi, des journaux de midi. Un ordre spécial, des ordres spéciaux. Un lever matinal, des levers matinaux.

Exceptions : Un bal, des bals. Bancal : des tabourets bancals. Un carnaval, des carnavals. Fatal : des événements fatals. Un chacal, des chacals glacial : des vents glacials. Un festival, des festivals natal : les pays natals. Un récital, des récitals naval : des chantiers navals. Un régal, des régals.

 

30# Pluriel des noms en -au / -eau / -eu

Règle 1 : Ils prennent x au pluriel.

Exemples : Un étau, des étaux. Un bureau, des bureaux. Un enjeu, des enjeux. Un vœu, des vœux.

Exceptions : un bleu, des bleus. Un pneu, des pneus.

 

31# Pluriel des noms en -ou

Règle 1 : Ils prennent s au pluriel.

Exemples : Un clou, des clous. Un trou, des trous.

Exceptions : Un bijou, des bijoux. Un caillou, des cailloux. Un chou, des choux. Un genou, des genoux. Un hibou, des hiboux. Un joujou, des joujoux. Un pou, des poux.

 

32# Féminin des adjectifs en -et

Règle 1 : Les adjectifs terminés par -et forment leur féminin en -ette

Exemples : Un directeur muet, une assemblée muette, un calcul net, une entrée nette, mon frère cadet, ma soeur cadette.

Exceptions : Un plaisir complet, une joie complète, un garçon discret, une fille discrète, un plan concret, une idée concrète, un ouvrier inquiet, une aide inquiète, un code secret, une sortie secrète.

 

33# Féminin des adjectifs en -ot

Règle 1 : les adjectifs terminés par -ot forment leur féminin en -otte

Exemples : Un air vieillot, une maison vieillotte, un garçon pâlot une fillette pâlotte.

Exceptions : Un discours idiot, une phrase idiote, un soldat manchot, une fille manchote, un moine dévot, une femme dévote.

 

34# Noms et adjectifs terminés par -el / -èle / -elle / -èle / -êle

Exemples de noms masculins en –el : Un manuel, un duel, un miel, un pluriel, un ciel, un appel, etc.

Exceptions : Un polichinelle, un rebelle, un vermicelle, un violoncelle.

Exemples de noms en –èle : Un fidèle, un modèle, un zèle, une clientèle, un parallèle (géographie), une parallèle (géométrie), etc.

Exemples de noms féminins en –elle : Une pelle, une sauterelle, une sentinelle, une selle, etc.

Exception : La grêle.

Exemples d’adjectifs se terminant par –èle : Fidèle, modèle, parallèle, etc.

Deux adjectifs se terminent par –êle : Frêle, grêle.

 

35# Noms terminés par -eur

Règle 1 : Ils s’écrivent presque tous –eur.

Exemples : Un malheur, la peur, une fleur, le coeur, etc.

Exceptions : La demeure. Une heure. Le beurre. Le babeurre (petit lait). Un leurre (attrape, tromperie). Un heurt.

 

36# Noms terminés par -euil / -ueil

Exemples de noms terminés par –euil : un écureuil, le seuil, le deuil, le treuil.

Règle 1 : après un g ou un c, -euil se transforme en –ueil

Exemples : l’orgueil, le cercueil, un écueil, l’accueil.

 

37# Noms terminés par le son /o/

Exemples de nom s’écrivant -eau : Un bateau, un château, un râteau, l’eau, l’anneau, le bouleau etc.

Exemples de noms terminés par -yau : Le boyau, le joyau, le noyau, le tuyau.

Exemples de noms terminés par -o : Bobo concerto halo loto studio cacao duo lavabo numéro trio casino écho lasso piano zero.

Exemples de noms terminés par -ot : Abricot chariot haricot maillot pot cachot escargot hublot matelot rabot cahot falot idiot mot abot cageot flot îlot paletot sanglot canot goulot javelot paquebot sot tricot trot.

Autres exemples : Étau badaud artichaut chaux galop préau crapaud saut taux dos réchaud repos

 

38# Noms terminés par -oir / -oire

Règle 1 : les noms masculins se terminent souvent par -oir.

Exemples : un comptoir, un manoir, un trottoir.

Règle 2 : Les noms féminins se terminent toujours par -oire.

Exemples : une poire, une armoire, la mémoire.

Exceptions pour certains noms masculins : un accessoire, un auditoire, un déboire, un interrogatoire, un laboratoire, un ivoire, un observatoire, un réfectoire, un répertoire, un territoire.

Règle 3 : Les noms masculins dérivés d’un verbe se terminent par -oir

Exemples : Un arrosoir, un bougeoir, un mouchoir. (arroser) (bouger) (moucher)

 

39# Terminaison des participes passés et des adjectifs

Règle 1 : on trouve la terminaison d’un participe passé ou d’un adjectif masculin singulier en le mettant au féminin.

Exemples : vert – verte ; grand – grande ; lu – lue ; pris – prise ; écrit – écrite ; vu – vue.

Exceptions : turc – turque ; grec – grecque ; laïc – laïque ; public – publique ; bénin – bénigne ; malin – maligne ; favori – favorite ; dissous – dissoute.

 

40# Verbes terminés par -é / -er / -ez ; -i / -is / -it ; -u / -us / -ut

Règle 1 : -i ou -u c’est le participe passé précédé de l’auxiliaire

Exemples : j’ai nourri, j’ai vu.

Règle 2 : -is ou -us c’est je ou tu sans auxiliaire.

Exemples : je nourris, tu vis, je reçus, tu ris.

Règle 3 : -it ou -ut c’est il sans auxiliaire.

Exemples : il nourrit, il vit, il reçut, il rit.

Règle 4 : Quand je peux remplacer par vendu j’écris:

Exemple : Il a mangé (Il a vendu).

Règle 5 : Quand je peux remplacer par vendre j’écris –er.

Exemple : il laissa tomber (Il laissa vendre).

Règle 6 : Quand je peux remplacer par vendez j’écris –ez.

Exemple : Vous dansez (Vous vendez).

questionnaire-regles-de-base-de-lorthographe-en-français

226 commentaires sur “Les 40 règles de base de l’orthographe française

    • Bonjour Federico,
      Merci pour votre message. Effectivement je vais retirer le « ê » car il n’y a pas vraiment de règle correspondante.

      Juste pour rappel :

      – En règle générale l’accent circonflexe se place sur les voyelles : â, ê, î, ô, û sauf sur le y
      – Il se place sur le o des possessifs : le nôtre, le vôtre, les nôtres, les vôtres
      – Avec les adjectifs comme : blême, âpre, bête
      -Avec les noms comme : jeûne (nourriture), mais déjeune (sans accent), âne, bâti, crâne, château, envoûtement, impôt, moût
      -Sur les i des verbes en -aître et en oître lorsque ce i est suivi d’un t : paraître, naître, connaître, croître
      – Dans la conjugaison l’accent circonflexe se met aux deux premières personnes du pluriel au passé simple : nous écrivîmes, vous écrivîtes , nous envoyâmes, vous envoyâtes
      – À la 3e personne du singulier du subjonctif imparfait : qu’il vît, qu’il voulût, qu’il dût
      -L’accent circonflexe se met sur certains mots pour les distinguer: La châsse (grand coffret) la chasse (au gibier)
      -Sur le a du suffixe âtre: noirâtre, grisâtre, (sauf psychiatre, pédiatre)
      -Dans certains mots dérivés, l’accent circonflexe disparaît: la croûte mais croustillant, hôpital mais hospitalisé, diplôme mais diplomatique

      (source francaisfacile.com)

        • Il suffit de le sélectionner puis Ctrl C (= copie).
          Puis Ctrl V pour le coller là ou vou voulez.
          B à v.

      • Oui, mais il est bon de spécifier que l’accent circonflexe dans le mots comme fête, hôpital, fenêtre etc ..est là pour rappeler le s de l’ancien français qui a été supprimé, feste, hôspital etc..

      • l’explication concernant vu, ci-joint, étant donné … est manquante : en voici une approche analytique plus précise. Cordialement
        Cas des participes attendu, compris, non-compris, y compris, étant donné, excepté, ôté, ouï, passé, supposé, vu.

        >> Placés devant un nom ou un pronom ils restent invariables.
        Tout le village a été ravagé par l’eau excepté les quelques maisons au sommet de la colline.
        Révisez tous les dossiers, y compris ceux du mois passé.

        >> Placés après un nom ou un pronom ils s’accordent en genre et en nombre.
        Tout le village a été détruit, ces quelques maisons exceptées.
        Révisez toutes les leçons, celles du trimestre précédent comprises.

        Remarque :
        Dans le cas de passé, mis à part et étant donné, l’accord est accepté.
        Étant données les difficultés éprouvées, nous saurons être conciliants.

        > Cas des expressions ci-annexé, ci-joint, ci-inclus

        Les expressions ci-annexé, ci-joint, ci-inclus sont invariables dans les deux cas suivants :
        >> au commencement d’une phrase.
        Ci-joint les factures manquantes.

        >> à l’intérieur d’une phrase, quand le nom auquel elles se rapportent suit immédiatement, sans déterminant.
        Veuillez trouver ci-inclus copies des factures manquantes.

        Dans tous les autres cas, elles s’accordent en genre et en nombre.
        Veuillez trouver ci-jointes les copies des factures.

      • Bonjour,
        j’ai une question concernant la partie ci dessous
        « Particularité 2 : S’il y a un adjectif de couleur alors l’accord se fait normalement (ex: Une chemise bleue). S’il y a deux adjectifs dont un de couleur alors il n’y a pas d’accord (ex: Des blousons bleu foncé). Si on qualifie avec un nom alors il n’y a pas d’accord (ex: Des chemises moutarde, Des cravates olive). »

        je ne comprends pas la différence entre le premier exemple avec une chemise bleue dans le l’accord se fait normalement même si on met la phrase au pluriel et le dernier exemple « des chemises moutarde.

        pouvez-vous m’en dire plus SVP

        Gafoure

        • moutarde et olive sont des noms désignant des objets. Il faut comprendre « de la couleur de la moutarde », « de la couleur de l’olive ». Par exemple, des chemises champagne, des pantalons orange, des yeux marron. Mais, bien sûr, il y a des exceptions : des noms désignant une chose mais qui sont aussi devenus des adjectifs, comme « rose ».

      • M. Le Roux, il peut ne pas avoir de règle correspondante à cet accent, mais en présentant « Juste pour rappel », vous créez une correspondance (des correspondances, c’est selon!) tout à fait appropriée (s).

      • Avec plaisir, n’hésitez pas à me dire si vous souhaitez avoir des précisions sur d’autres règles d’orthographe du français.

        Nicolas.

    • Merci Sami pour votre commentaire. En espérant vous revoir bientôt sur le blog pour les prochains articles.

    • Bonjour Jackie,
      Effectivement j’ai préféré découper en 40 grandes règles pour que ça reste clair. Et puis il ne faut pas trop décourager les lecteurs 😉
      Mais n’hésitez pas à revenir de temps en temps et à lire les règles qui vous intéressent le plus.

          • Je pense qu’il y a une erreur dans cette réponse. L’impératif ne prend pas de « s » lorsqu’il s’agit d’un verbe du 1er groupe (se terminant par « er ». Exception : le verbe « aller » n’est pas un verbe du 1er groupe, mais on écrit quand même « va ».

          • Il faut ajouter « Vas-y ! » pour Jacques ci-dessous, dont le commentaire n’a pas de bouton Répondre.

          • Pour ce qui est de l’impératif, j’ai toujours pensé que le verbe
            – prend s lorsqu’il est utilisé seul (sans sujet ni complément) : vas, viens pars, manges, …..
            – prend s également lorsque la phrase est composée du verbe et d’un complément (vas-y, goûtes-en, penses-y, choisis-en un, parles m’en,…)

            Le s disparaît lorsque la phrase comprend également un sujet (va-t-en, occupe-t-en, … (où t est le sujet tu).
            Bien évidemment, ces distinction ne sont valables que pour la seconde personne du singulier; pour ce qui est du pluriel, le z est toujours présent

    • Merci pour votre commentaire. Passez une bonne journée et profitez-en pour exercer vos compétences en français 😉

  1. Bonjour Nicolas . Merci pour cet article … A titre personnel, , j’avoue beaucoup de lacunes sur le plan de la grammaire et de l’orthographe car je n’ai jamais appris les règles qui les régissent … Alors , dans le cadre de « mieux vaut tard que jamais, votre article va donc m’être d’une grande utilité et je vais le potasser sérieusement 😉 …

    Juste une question car j’ai un doute à ce sujet … Est-ce que dans:

     » Le participe passé des verbes mono-pronominaux (verbes qui ne peuvent être précédés de me, te se…), conjugué avec l’auxiliaire ETRE, s’accorde avec le sujet.  »

    on pourrait également sans faute d’orthographe écrire « conjugués » en accordant avec « les verbes mono-pronominaux » …

    cordi@lement
    alain l.

    • Bonjour Alain,
      Merci beaucoup pour votre message. Dans ce cas, c’est le participe passé qui est conjugué donc le verbe conjuguer ne prend pas de -s. Si c’était les verbes qui étaient conjugués, alors conjugué aurait pris un -s.
      À bientôt,
      Nicolas.

  2. Bon pense-bête. Cependant la règle sur les adjectifs de couleurs me semble incomplète. Il y a des subtilités et exceptions que vous devriez préciser.

    • Merci, peut-être vouliez-vous dire « bonne continuation »? La continuité signifie quelque chose de continu, qui dure. Bonne continuation permet de souhaiter à une personne le meilleur pour la suite.

  3. ya t’il un article pour les participes passés.
    Parce que j’avoue que l’on a beau m’expliquer cela ne rentre pas.
    J’ai encore du mal avec ça alors en attendant je remplace la phrase par une autre où il n’y en a pas. 😉

    • Bonjour lio,
      Plusieurs personnes m’ont demandé des précisions sur les participes passés. Je vais donc essayer de faire un article sur ce sujet prochainement 😉

    • Bonjour Tounsi,
      Merci pour votre question qui soulève un point parfois difficile. Dans votre exemple il faut écrire « les idées que j’ai eues ».
      « Que » est un pronom relatif dont l’antécédent est « les idées » (féminin pluriel). « Que » est COD de « j’ai eu » et est antéposé donc il faut accorder au féminin pluriel.

      Une technique simple est de repérer le pronom relatif « que » et de se demander « qu’est-ce que j’ai eu? » -> les idées (placé avant) = accord au féminin pluriel.

  4. Je crois que la règle pour l’absence d’accentuation du « e », c’est que le « e » soit suivi de 2 consonnes (et non d’une seule). Ex: étoile.

    Cordialement

    • Bonjour John,
      Merci pour cette précision très utile. Je complète en disant que il y a l’absence d’accentuation du « e » quand il est suivi de 2 consonnes qui ne représentent pas un son unique (ch , gn par exemple).
      Exemple : belle, terre, messe…
      Contre-exemple : sèche, règne, échafaud…

      • En fait l’absence d’accent a lieu quand « e » est suivi d’une CONSONNE DOUBLE. La même donc… C’est donc la présence de la coNsonne double qui accentue le « e ».Ex: Nous appelons (« e ») – Ils appellent (« ê »). Essence. Belle. Essence. Messe. Tresse. ,…

      • Tenant compte des commentaires, j’ai ainsi reformulé le 5# e et é / è:
        Règle 1 : Si le e est suivi d’une consonne double, pas d’accent.
        Exemple : dessert, dessin, belle, terre, messe, tresse, essence, appelle-moi,….
        Règle 2 : Quand le e est seul et suivi d’une syllabe sonore il faut utiliser é.
        Exemple : appétit, médecin, étage, échafaud.
        Règle 3 : Quand le e est seul et suivi d’une syllabe muette il faut utiliser è.
        Exemple : une pièce, une flèche, une espèce, sèche, règne.
        Règle 4 : avant un s ou un x il n’y a jamais d’accent.
        Exemple : espace, escrime, espoir, espèce, examen, exact, excellent.
        Mais pour appeler, amener ou le 2e e de médecin, aucun ne suit la règle 2…

  5. Merci monsieur.
    Il est vraiment indispensable pour nous les etrangers de faire de temps en temps une revision des connaissances apprises au fil des annees.( je m’excuse des accents).
    Bon travail e merci encore.

    • Ravi de pouvoir aider. N’hésitez pas à vous inscrire à la newsletter pour être tenu au courant des prochains articles 😉

  6. Merci bien pour ce rappel des règles qui régissent notre langue.

    Je suis professeur de français en Ecosse et je me demandais si vous me donneriez la permission d’utiliser vos règles pour expliquer certaines règles de grammaire à mes élèves?

    Merci

    Morgane

    • Bonjour Morgane,
      Bien sûr que vous pouvez réutiliser ces règles pour vos élèves, avec plaisir ! N’hésitez pas non plus à leur donner l’adresse du blog, ils auront certainement l’occasion de progresser et de s’exercer au fil des prochains articles.
      A bientôt,
      Nicolas.

    • Avez-vous comme élève Merlin ?… Votre prénom est très beau… J’ai connu une étudiante dont le prénom était POMELINE (il faut le faire ! Sa mère était à court (et non, cours, courre, …) d’idée… Le plaisir d’une langue, c’est de pouvoir s’amuser, rire d’elle et rire avec elle tout en demeurant très sérieux pour l’apprendre… Merci à tous les non francophones qui nous font l’honneur d’apprendre notre belle langue et de surmonter ses étranges et parfois comiques exceptions qui ne sont pas étrangères à son charme. Mais il ne faut pas exagérer la difficulté du français, comme certains contempteurs sont trop prompts à le faire, pour lui opposer la prétendue facilité du ‘pidgin english’ (on peut aussi se faire comprendre en français avec 800 mots…) Je puis témoigner que le français est une langue facile comparée à l’allemand (avec ses 3 genres et ses déclinaisns) et au russe (avec son alphabet et ses 8 cas…)

  7. Bonjour , et un grand merci , un petit rappel des règles lointaines oubliées !!!!! Bonne journée .

    Jean Noel .

  8. Je vous remercie pour ce guide très très pratique.

    Sur la 5: e et é / è
    C’est écrit:
    Règle 1 : Si le e est suivi d’une consonne, pas d’accent.
    Exemple : espace, dessert, dessin.
    Ne serait-ce pas plutôt ceci: Si le e est suivi d’une double consonne?
    Si c’est le cas, y a-t-il des exceptions? exemple: écrit, le e prend un accent.
    Je vous remercie

    • Bonjour,
      Il y a l’absence d’accentuation du « e » quand il est suivi de 2 consonnes qui ne représentent pas un son unique (ch , gn par exemple).
      Exemple : belle, terre, messe…
      Contre-exemple : sèche, règne, échafaud…

      Nicolas.

      • . Merci pour votre travail, ils est certes à compléter mais assez complet, richeI et utile.
        Il y a l’absence d’accentuation du « e » quand « e » est suivi d’une consonne double, la même consonne donc… Voir les conjugaisons des verbes APPELER, jETER, par exemple, où l’utilisation d’un seul ou de deux « L » est une belle illustration de ce cas. Merci…

  9. Merci pour tout ce travail. Il peut constituer un excellent outil de révision pour toute personne soucieuse d’écrire correctement notre belle langue.

    • Lorsque l’on commet une erreur et que l’on désire se faire pardonner en l’admettant, on écrit : « Au temps pour moi » et non « Autant pour moi ».
      On emploie « Autant » s’il est question d’une chose ou d’une quantité identique et non d’une erreur.
      Ex: Nicolas a autant de billes que lui.
      (source espacefrancais.com)

  10. Bonjour,

    J’aimerais savoir, si j’écris le nombre 200,30 dollars en lettre dois-je mettre un s à deux cents parce qu’il est suivi de dollars et non de trente (deux cents dollars et trente cents)

    Merci pour ses règles elles me seront très utiles.

    • Bonjour Suzanne,
      Selon moi il faut effectivement mettre un -s car il n’est pas directement suivi de trente.

      Nicolas.

  11. Bonjour,

    Ce qui me pose toujours problème : tout ce qui se termine par « ant », « ent ». J’ai dû être absente le jour de la leçon…Merci

  12. Bonjour,

    Merci pour cette article.
    Un commentaire/ suggestions : je n’ai pas trouvé la différence d’emploi du simple ou double « s » très explicit,ni les exemples choisis.

  13. C’est un excellent travail, très utile même s’il reste à compléter. Entre autres choses, il faudrait noter que l’accord du participe passé ne se fait pas quand ce dernier est suivi d’un infinitif, même chose quand le pronom « en », placé avant l’auxiliaire avoir, est complément direct : « des pommes, j’en ai eu » et non « des pommes j’en ai eues ».

  14. Merci de ce beau travail et du moment agréable que je viens de passer en le lisant attentivement: je me suis aussi rafraîchi la mémoire, soit dit en toute franchise – et sur ce point j’ai dû constater que c’est précisément de mémoire – les règles oubliées – que j’écris, sans souci conscient des règles: comme la plupart d’entre nous. Un seul point me chagrinerait si vous ne me l’accordiez pas: je tiens au pluriel « aulx » pour ail, et au temps pour les dictionnaires qui défendent le vilain « des ails ». Loin d’être une tournure locale, ce pluriel qui devrait trouver place dans les exceptions aux règles d’accord en -ail, est du beau français. Il est ancien, mais non pas archaïque…

    PS: l’expression « au temps » est à l’origine un commandement militaire pour le maniement d’armes: par exemple, sur un maniement en trois temps, un échec vaut l’ordre: au temps! c’est à dire retour au début.
    « Au temps pour moi » impliquerait donc, en bon rhétoricien, que l’on se reprenne… en repartant du début!

  15. Très bon travail et ingénieux de le proposer. Le sceau du savoir pour le sot sans savoir. Les deux « sô » se rapprochent ! (merde je suis embêté là).

  16. Ouff,,,Les règles de grammaires sont loin pour moi, jamais je ne composerai comme vous le faites si bien, mais un charme de vous lire et d’apprendre davantage. Mon fils commencera sa 3iemme années en septembre et et je vais répondre encore à ses questions existentielles du français,,,,Ah ben, ça c’est des exceptions, c est comme ça 😉 merci de m’enrichir. Guylaine, une fière ex- Franco Ontarienne! heureuse au Québec 😉

    • Merci de votre commentaire Guylaine. J’espère que ces règles d’orthographe seront utiles à votre fils pour sa troisième année d’étude.

      Nicolas.

  17. Merci beaucoup de m’avoir fait comprendre les adjectifs de couleur pour la première fois de ma vie. Ce serait gentil de nous faire aussi comprendre l’utilisation de « leur » versus « son ». J’aurais pensé que l’on devrait écrire « Chacun….son » et « Plusieurs … leur » (Chacun a son livre/ plusieurs ont leur livre) mais j’entends si souvent « chacun … leur ») que je me pose des questions.

    Merci d’aider une pauvre Anglophone.

  18. aArticle intéressant mais pourquoi opter pour « home » plutôt qu’accueil et pourquoi newsletter et non pas lettre infos ou infolettre?

    • Bonjour,
      Merci pour votre commentaire extrêmement pertinent. Je viens de modifier ces anglicismes et je vais traquer les autres dans le code du site pour les traduire en français.
      Nicolas.

  19. Et vous croyez vraiment qu’énoncer bêtement 40 règles totalement indigestes de cette manière peut vraiment aider à améliorer l’orthographe ? Vous rêvez !!!

    L’école a essayé pendant des décennies de cette manière (beaucoup d’instits continuent même encore aujourd’hui), sans aucun succès.
    Si ça marchait, ça se saurait !

    Personne ne peut apprendre toutes ces règles par cœur, bêtement, et même si certains y parvenaient il y a encore un monde avant qu’ils arrivent à les appliquer correctement.

    Ce qui marche maintenant :
    – Transmettre la passion de la lecture/écriture depuis le plus jeune âge. Parce que c’est en lisant et en écrivant avec plaisir qu’on s’améliore.
    – Accepter que des gamins de 10 ans ne sachent pas trouver le COD dans une phrase : ils n’ont absolument pas la maturité pour ça, c’est totalement inutile à leur niveau (il y a d’autres moyens pour accorder les participes passés), et ça les détourne de l’essentiel : le plaisir de lire.
    – Utiliser des « trucs » simples pour éviter les erreurs les plus courantes : remplacer « a » par « avait », remplacer « et » par « et puis », utiliser « prendre » ou « mordre » pour accorder le participe passé, et…
    Et s’entraîner un peu tous les jours à utiliser ces trucs, de manière à ce qu’ils deviennent instinctifs et automatiques.

    • Personne n’a demandé de faire quoi que ce soit « bêtement » comme vous le dites. Mais faire passer tous les autres pour « bêtes » ce n’est pas très intelligent non plus. Dans la quête de la connaissance il n’y a jamais de méthode globale absolue. Ces règles énoncées ont pour simple but de définir un cadre et des axes pour se perfectionner sur des points précis. Et c’est toujours utile, sans être absolu, je ne crois pas que l’auteur l’ait même sous-entendu…

  20. Très agréable à lire.
    Pour les non belges, je rappelle le monument qu’est « Le bon usage » de Maurice GREVISSE et de son gendre André GOOSSE.

  21. Merci beaucoup pour cet aide. Il va m’aider d’améliorer mon français. Je suis en mon première année d’apprendre la langue française.

  22. Concernant la règle #9: Tous les numéraux formant un nombre complexe sont liés par un trait d’union. C’est donc « deux-cents », « trois-mille-deux-cents hommes » etc.

  23. Je ne comprends toujours pas l’emploi de « e ». Pourquoi pas médécin.cérise Et pourquoi général sécretaire. Merci pour de plus amples explications.

  24. Je ne comprend toujours pas l’emploi de « e ». Pourquoi pas médécin cérise déviner. Pourquoi général. Merci de me fournir de plus amples infos

  25. bonjour , je vous remercie pour le partage et merci de m’envoyai d’autre afin de faire profité les adhérents et moi même cordialement Kamel

  26. Bonjour,

    Pourriez-vous me dire comment accorder l’adjectif quand il suit « avoir l’air » ? Par ex. elle a l’air intelligent ou intelligente ? elle a l’air gros ou grosse ? etc.

    Je vous en remercie d’avance.

    Sandra de Lorenzi

    • Accord de l’adjectif après la locution « avoir l’air »
      Si avoir l’air est un synonyme de sembler, paraître, (verbes d’état) l’adjectif attribut s’accorde en genre et en nombre avec le sujet :
      Elle avait l’air ennuyée. (Jules Romains)
      Si le mot air conserve le sens d’attitude, d’apparence, c’est avec lui que s’accorde l’adjectif : Les unes avaient l’air sombre et rechigné, les autres un air folâtre et malin (C. Baudelaire) sources : Grammaire du français classique et moderne Wagner Pinchon Hachette – 1962

  27. Est-il possible de changer le titre de cet (excellent travail) en :

    « Les quarante raisons de détester la langue française » ou « La langue française : pourquoi faire simplement compliqué quand on peut faire complètement délirant » ou bien encore « De l’impérative nécessité de la prédominance des exceptions sur la règle en général mais surtout en particuliers et réciproquement » ?

    • Bonjour Denis,
      Je comprends votre irritation face aux exceptions mais c’est aussi cela qui fait la richesse de la langue française 😉

      Bonne journée,
      Nicolas.

  28. Très beau florilège, et très utile. Mais, je l’avoue, un peu austère à mon goût… Je préfère faire apprendre de façon plus ludique, et c’est pour cela que j’ai mis l’orthographe… en chansons (et en fables) ! L’orthographe en rap, en rock, en salsa, en valse, en rumba, etc… ça se mémorise en rythme ! Vous voulez tester/chanter ? Voir la chaine YouTube des « Orthochansons » et des « Fables Orthographiques » https://www.youtube.com/channel/UCT-VNY_4ymOOyBXN0fp2L3A

  29. Bonjour
    Concernant l’accord des participes passés, règle 4: « les années se sont succédé »
    quelque chose m’échappe encore car le sujet, féminin pluriel, est placé devant le verbe; ce verbe est lui même composé de l’auxiliaire être + participe passé qui s’accorde;
    j’aurais écrit « les années se sont succédées »…
    merci de votre réponse

    • Bonjour Michelle,
      Il faut vous demander la question suivante : « Qu’est-ce qui s’est succédé? » Ce sont les années qui sont placées avant « succédé » donc on n’accorde pas.

      Pour plus de précisions vous pouvez lire mon guide complet du participe passé.

      Nicolas.

      • Bonjour

        Justement si elles sont placés avant elles s’accordent non ?? Ça me semble bizarre.

        Les voitures se sont succédées donc idem pour les années ?

        Merci

  30. Merci Nicolas pour votre générosité à contribuer à l’apprentissage de la langue française. beaucoup de courage. que Dieu vous bénisse.

  31. Juste pour dire qu’il s’agit d’une bonne synthèse. Cependant, il faut juste enlever le «s» dans le mot mai du 16# règle 2.

  32. Ma  » recette » pour appliquer la règle des accords ( si le complément d’objet …… )
    …Ma logique est simple : Si je ne connais pas « l’objet’ je ne peux pas pratiquer un accord
    ex: j’ai mangé .. ( Quoi ? je ne le sais pas encore ) des pommes

    si l’objet est cité auparavant..
    ex: les pommes ( je connais l’objet ) que j’ai mangées …..

    Etes vous d’accord avec cette « règle d’orthographe improvisée ??

  33. Monsieur Le Roux,
    J’ai eu tout un plaisir a lire sur Facebook le bienveillant partage a vos lecteurs autour de votre rubrique « Les 40 règles de base de l’orthographe » reproduction

  34. Bonjour,
    j’ai une question concernant la partie ci dessous
    « Particularité 2 : S’il y a un adjectif de couleur alors l’accord se fait normalement (ex: Une chemise bleue). S’il y a deux adjectifs dont un de couleur alors il n’y a pas d’accord (ex: Des blousons bleu foncé). Si on qualifie avec un nom alors il n’y a pas d’accord (ex: Des chemises moutarde, Des cravates olive). »

    je ne comprends pas la différence entre le premier exemple avec une chemise bleue dans lequel l’accord se fait normalement même si on met la phrase au pluriel et le dernier exemple « des chemises moutarde » qui ne s’accorde pas.

    pouvez-vous m’en dire plus SVP

    Gafoure

    • Bonjour Gafouré, la différence est que « moutarde » est un substantif utilisé comme adjectif, comme « orange », « olive », « miel », « pervenche »… Mais il y a – bien sûr – des exceptions « marron » qui était dans le même cas est devenu avec l’usage un adjectif et s’accorde.

    • Bonjour,
      Si vous utilisez un nom pour qualifier quelque chose, alors ce nom s’accorde pas. « Moutarde » est un nom, comme « olive » donc il ne s’accorde pas.
      Cette règle d’orthographe est assez subtile, j’espère que vous comprenez mieux.

      Nicolas.

    • Bonjour,
      Je compte bientôt faire un livre numérique pour retrouver les meilleurs articles du blog.
      Pour être tenu au courant, vous pouvez vous inscrire à la lettre d’information.

      Nicolas.

  35. Bonjour et merci pour ce vade-mecum !
    J’ai noté une chose qui m’a interpelée #8 règle 4 : « Ils sont tout émus (mais ils sont tout contents) »
    Ne vouliez-vous pas plutôt écrire « tous contents » ?
    Idem l’exemple précédent concernant le féminin.
    C’est juste un petit détail qui n’enlève rien à la qualité de votre travail !

  36. Bravo!
    Pouvez-vous donner la règle pour les mots qui doivent toujours prendre un S, comme félicitations et salutations.
    Merci.

  37. Article intéressant, mais je dois avouer que je ne suis pas toujours d’accord. Par exemple pour l’accord sujet verbe, il me semble plus simple de dire que la finale pour « je » fait partie du mot « sexi » (satanée conjugaison du passé simple), pour « tu » du mot « sexe » (hé oui, l’impératif présent) et pour « il » du mot « cadet » (ce coquin de verbe vaincre).

    • Bonjour Christophe,
      Merci de partager cette méthode qui va parfaitement avec l’ambiance de l’été 😉
      Nicolas.

    • en vérité, pour le « tu », on se réfère au mot « saxe », pour inclure l’impératif de verbes se terminant en « a »

  38. C’est bien gentil tout ça, le problème est que :
    – Il est impossible ou presque de se rappeler de 40 règles par coeur.
    – Même si on y parvient, il y a un monde entre connaître les règles et savoir les appliquer.
    – Même si on arrive à se souvenir des règles et à les appliquer, ce n’est en rien la garantie de pouvoir faire des phrases compréhensibles, faciles et agréables à lire.

    En réalité 3 règles suffisent, car si elles sont respectées depuis la petite enfance, elles permettent de remplacer très avantageusement les 40 précédentes :

    **********************************************
    1 – Le goût de la lecture, tes parents et professeurs te transmettront avec amour.

    2 – Des milliers de livres tu liras avec passion.

    3 – Des milliers de textes tu écriras avec intelligence.
    **********************************************

    • Bonjour Pascal,
      Je suis tout à fait d’accord avec vous, la lecture et l’écrture sont les clés de la réussite.
      En revanche, il est parfois utile de se rappeler de ces règles de base lorsque nous avons un doute sur un cas particulier 😉
      Nicolas.

  39. je suis vraiment ému en lisant vos commentaires qui ne cherchent à pousser les rédacteurs de cet éminent document de sentir émerveiller et qui permettra à la nouvelle génération de bien se former en vu d’être mieux outillée ! Merci à tous ceux qui ont participé de près ou de loin à l’élaboration de document…

    A bientôt..!
    Soumah Mohamed Fodé

  40. Dans 2# Accord du participe passé, règle 4, Particularité 2 : Le participe passé des verbes bi-pronominaux, dont le deuxième pronom de conjugaison correspond à un complément introduit par ‘à’, est invariable (plaire à, succéder à, sourire à…). Ex: Ils se sont plu à récolter des signatures. Les années se sont succédé.

    => je ne comprends pas pourquoi « succédé » ne s’accorde pas.

    • Bonjour,
      C’est une exception, pour tous les verbes bi-pronominaux (quand vous pouvez rajouter « à » : plaire à, succéder à, sourire à…) on n’accorde pas.

      J’espère que vous comprenez maintenant cette règle d’orthographe 😉
      Nicolas.

      • Je ne comprends pas pourquoi. Cela n’a aucune logique. Ce sont les années qui se sont succédé(es).
        En tout cas merci pour tout ce travail!

  41. je ne sais pas si les commentateurs l’on souligné mais concernant le participe passé : on peut ajouter
    -Les sommes qu’ont couté ces objets (pas d’accord)
    -Les efforts qu’ont coutés leurs réussites(il y a accord)
    L’accord se fait selon que le verbe couter soit au sens propre ou au sens figuré.Et je crois que c’est valable pour le verbe valoir. NB mon clavier manque d’accent circonflexe!

  42. La règle « si le e est suivi d’une consonne, pas d’accent » semble erronée ou incomplète. Exemples : déshériter, désopilant, détruire…
    Peut-être vouliez vous dire « si le e prononcé /ɛ/ est suivi d’une consonne, pas d’accent » ?

  43. je veux remircier tout les membre de groupe et je veux aprendre à parler couramment le francais ce pour ce la j’ai besoin de vous pour m’aider

  44. Rappel, il faut mettre une espace avant les signes ? ou ! ou ;

    Par exemple pour « Qu’est-ce qui? »
    il faut écrire :
    « Qu’est-ce qui ? »

    (En typographie, espace est féminin)

  45. Merci pour ce travail, je vais recommander cette page à mes élèves de BTS qui en ont, malheureusement, bien besoin !

    Juste une petite remarque, il semble que le dernier « accord » ait perdu son « r » dans le règle #1.

  46. Règle 2 : Quand le e est seul et suivi d’une syllabe sonore il faut utiliser é.
    Exemple : appétit, médecin, étage.
    Mais dans le mot « médecin » la syllabe n’est pas sonore…
    Pourquoi il n’est pas classifié comme exception?

  47. Si on écrit « ex. » à la place de « exemple », il faut mettre un point, comme avec « etc. » – ce qui n’a pas été fait ici.

  48. merci pour vos offertes je suis débutant en la langue français mon domine d’étude est lionne de la langue français que vous proposer à moi pour apprendre la langue français.
    merci pour vous

  49. Le téléchargement des 40 règles en pdf ne fonctionne pas. Tous ce que j’ai obtenu, c’est de m’être abonnée à la newsletter. Que dois-je faire pour recevoir le pdf?

  50. Magnifique précisions pour cette langue vraiment complexe.A ce sujet, j’émets le souhait que de telles initiatives de nous ramener à l’ordre dans le parler et l’écrit continuent de votre part.

  51. Bonjour Nicolas Le Roux, je vous souhaite d’abord joyeuse fête de Noël, je voudrais savoir qui est Fondateur de ce site utile, quelle est sa qualité professionnelle, un linguiste?
    Merci d’avance de votre réponse.
    Bonne journée.

    Mitat DEMIR
    Professeur de français retraité,
    Traducteur assermenté près la Cour et les Notaires

    GSM :+90 533 662 44 20
    e-mail : mitatdemir@hotmail.com ; mitatdemir@gmail.com
    http://www.skype.com : MİTAT DEMİR

    • Bonjour,
      Je suis seulement étudiant et intéressé par la langue française. J’ai démarré ce blog alors que je souhaitais reprendre les bases du français. Je ne suis donc pas du tout un professionnel, ni linguiste.

      Bonne journée,
      Nicolas.

  52. J’ai une question à propos de  » quel(s), quelle(s) et qu’elle (s) , que dois-je mettre si je poses de telles questions:
    1-) …………. sont les robes qui doivent être lavées ?
    2-) ………… sont vos avis ?

    Merci de me répondre .

    • Bonjour,
      1) Quelles sont les robes car les robes sont au féminin pluriel.
      2) Quels sont vos avis car « avis » est au masculin pluriel.

      Bonne journée,
      Nicolas.

  53. j,ai un exercice en français qui me demande :

    Comment fait tu pour orthographier correctement les mot « chaleureux » et « toiture » ?

    Quelqu’un pourrais m’aider s’il vous plait ?

  54. Bonjour merci pour ces 40 règles de base
    Pouvez vous m’indiquer pourquoi certains mots prennent-ils toujours un S à la fin? Merci

  55. Bonjour j’ai un doute je ne sais si ma question a été envoyée ,je la reformule donc
    Pouvez-vous m’indiquer pourquoi certains mots prennent toujours un S à la fin ?
    Merci pour ces 40 règles de base de la langue française que je viens de découvrir .

    • Bonjour,
      Il n’y a pas de règle spécifique pour les mots qui prennent toujours un s à lq fin. Il faut juste les connaître malheureusement…

      Nicolas.

  56. Règle #26 ne dit rien a propos du « x ».

    J’imagine que c’est pour les exceptions comme « six » et « dix »

  57. Bonjour, vous avez fait une faute dans la règle 10 : « Il appelle son chien. Il appelle « avait » chien (impossible) ».
    « Il appelle chien (impossible) » serait plus juste, non ?!?

  58. jai des inquiétudes par rapport a l’accord du participe passé
    1- leur maison a brûlé pourquoi brûlé ne s’accorde pas svp.
    2-les salades que Rémi a arrosées ont bien poussé.
    je veux des éxplications pourquoi poussé ne s’accorde pas merci

  59. On dit : madame le procureur , le gouverneur , le questeur , l’ambassadeur , le ministre ou bien on dit madame la procureure , la gouverneure , la questeure , l ambassadrice , la ministre . Qui dit mieux ?

  60. merci tout simplement.la prochaine fois,j`aimerais que vous souligner les articles,les adjectifs, les verbes et les pronons dans les phrases.

  61. Bien merci suis totalement contant de cette maniere de synthetiser les 40 regles, Nous En Rd Congo, à l’ecole primaire dans nos villages on nous apprenait à retenir l’orthographe d’un mot ou d’un nom sans en connaitre les regles et meme à l’ecole secondaire… c;est au fil du temps qu’on decouvre exactement qu’il y a bcp des regles en francais,,,, c’et tout un ocean des regles et des exception, Merci Nicolas

  62. Ex: Ils se sont plu à récolter des signatures. Les années se sont succédé. vous pouvez m ‘expliquer s’il vous plait pourquoi on a pas mis un « ées » pour « succédé » ?

  63. Un grand bravo pour ces leçons de la part d’une grande amoureuse de l’orthographe et de la grammaire !!! S’il vous plaît, pouvez-vous corriger deux fautes que j’ai relevées :
    16# Règle 2 … en mai, fais ce qu’il te plaît. (fais)
    22# sens … donner du sens à sa vie. (du)
    Merci d’avance et encore bravo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *