La langue française

Tuthie

Définitions du mot « tuthie »

Trésor de la Langue Française informatisé

TUT(H)IE,(TUTIE, TUTHIE) subst. fém.

CHIM., vx. Oxyde de zinc résultant de la calcination de certains minerais et entrant dans la préparation de certains collyres. Onguent de tutie. Les vapeurs de zinc (...) se condensent sous forme d'une poussière grise, connue sous le nom de gris de zinc ou de tuthie (Wurtz, Dict. chim., t. 3, 1878, p. 775).
Prononc. et Orth.: [tyti]. Ac. dep. 1694: tutie; Lar. Lang. fr., Rob. 1985: tuthie ou tutie. Prop. Catach-Golf. Orth. Lexicogr. 1971, p. 222: tutie. Étymol. et Hist. 1256 tutie (Aldebrandin de Sienne, Régime du corps, éd. L. Landouzy et R. Pépin, p. 91 [var. ms. C, fin xiiies.]); 1432 tuthie (Bauldet Herenc, Doctrinal de la seconde rhétorique ds E. Langlois, Rec. d'arts de seconde rhét., p. 121: tuthie, que on use en appotecharerie). Empr. à l'ar.tūtiyā' « tutie, zinc, oxyde de zinc », prob. lui-même empr. à une lang. de l'Inde: cf. skr. tuttha « vitriol bleu (sulfate de cuivre), utilisé comme collyre » (d'apr. M. Monier-Williams Sanskrit-English Dict.).

Wiktionnaire

Nom commun

tuthie \ty.ti\ féminin

  1. (Désuet) (Pharmacie) Oxyde de zinc entrant dans la préparation de certains collyres.
    • Le trochisque de tuthie était un des remèdes de la pharmacopée maritime occidentale.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Encyclopédie, 1re édition (1751)

TUTHIE, s. f. (Mat. médic. des anc.) cadmia fornacum ; Dioscoride & Pline, surtout le premier, se sont fort étendus sur la tuthie, & s’accordent ensemble à la définir un récrément de métaux qui s’attache aux parois & à la voute des fourneaux, où l’on fond le métal ; ils regardent l’un & l’autre la cadmie comme un remede astringent, propre à déterger les ulceres sanieux, à les dessécher & à les cicatriser. Mais ils différent dans l’énumération des especes de cadmie. Pline dit que la cadmie botryitis rouge, étoit la meilleure de toutes les cadmies. Dioscoride ne fait aucune mention de cadmie rouge, & nomme une cadmie bleue dont Pline ne dit mot, comme la plus excellente de toutes. Il se peut bien néanmoins que la cadmie rouge de Pline, & la bleue de Dioscoride soient une seule & même substance. Les Grecs avoient coutume de nommer tout ce qui étoit bleu du mot cyanizusa, c’est-à-dire, ressemblant au cyanus (bluët des prés) en couleur ; ce mot κυανίζουσα, un peu mal écrit, pourroit être celui que Pline ou son secrétaire aura trouvé dans quelques auteur grec ou dans Dioscoride, & φοινίσσουσα pour κυανίζουσα, il a traduit rouge, au lieu de bleu. Comme nous avons plusieurs inexactitudes de cette espece dans Pline, à l’égard des drogues mentionnés dans les autres naturalistes grecs, il me semble qu’il vaut encore mieux concilier ainsi son récit de la cadmie, que de supposer qu’il en connoissoit une espece particuliere, dont aucun autre écrivain n’a parlé. (D. J.)

Tuthie, s. f. (Préparat. métallurg.) tuthia vulgaris, offic. cadmia fornacum, Agricol. C’est une crasse de la pierre calaminaire fondue avec le cuivre, au lieu que la cadmie des anciens ne venoit que du cuivre seulement. Ainsi la tuthie des boutiques est la pierre calaminaire, qui dans la fusion du cuivre se sublime à la partie supérieure du fourneau, où elle s’attache à des piques de fer, & forme une croute dure compacte, que l’on fait tomber en morceaux, semblables à des morceaux d’écorces d’arbres, sonores, polis intérieurement, d’une couleur tirant sur le jaune, parsemés extérieurement de beaucoup de petits grains, & de couleur de cendre, qui tire un peu vers le bleu.

Cette tuthie dont nous nous servons, est peut-être la même que celle des Arabes, puisque Serapion décrit une sorte de tuthie qui se fait & qui se ramasse dans des fourneaux, dans lesquels on jaunit le cuivre. Peut-être aussi que par le mot de tuthie, ils entendent la pierre calaminaire elle même ; tout cela n’est pas trop clair dans leurs livres.

On place la tuthie parmi les plus excellens remedes ophtalmiques ; car elle déterge, & desseche sans mordre. C’est pourquoi on la prescrit heureusement dans les ulceres de la cornée & des paupieres, dans la demangeaison des yeux, dans les ophthalmies invétérées, & pour guérir les yeux larmoyans.

On emploie rarement la tuthie sans être préparée. On la prépare en la mettant au feu, en l’éteignant trois ou quatre fois dans de l’eau rose, & en la pulvérisant sur le marbre, selon l’art. On en fait une collyre avec de l’eau-rose ; ce collyre est beaucoup meilleur que d’employer cette drogue dans les onguens qu’on nomme ophthalmiques. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « tuthie »

(1256) tutie, de l’arabe توتياء, tūtiyāʾ (« oxyde de zinc ») et, plus avant, du sanscrit तुत्था, tuttha (« vitriol bleu, sulfate de cuivre »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « tuthie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
tuthie tyti

Traductions du mot « tuthie »

Langue Traduction
Anglais tuthie
Espagnol tuthie
Italien tuthie
Allemand tuthie
Chinois 图西
Arabe صدق
Portugais tuthie
Russe tuthie
Japonais tuthie
Basque tuthie
Corse tutela
Source : Google Translate API

Tuthie

Retour au sommaire ➦

Partager