La langue française

Trotskard

Définitions du mot « trotskard »

Wiktionnaire

Adjectif

trotskard

  1. Variante de trotskiste.

Nom commun

trotskard masculin

  1. Variante de trotskiste.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « trotskard »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
trotskard trɔtskar

Citations contenant le mot « trotskard »

  • «Romain n’est pas l’homme de ma vie. Faut pas déconner : c’est un trotskard ! » rigole Cohn-Bendit. « Il était l’idiot utile de la bourgeoisie », rétorque Goupil. Schématisons : en 1968, Dany est le leader des étudiants et Romain celui des lycéens, mais les divergences idéologiques entre l’anarchiste libertaire et le trotskiste sont alors indépassables. Et, très vite, leurs chemins se séparent : l’un, expulsé, quitte la France et « fait sa vie avec les Verts allemands », rappelle l’autre devenu, lui, cinéaste. Mais l’ombre de « Dany le rouge » veille. Vers 1981, Romain l’appelle : « J’étais perdu, je pensais aux erreurs du passé, on s’est retrouvés au Louvre, mais nous n’étions pas encore amis. »Il leur faudra attendre 1991. « Il avait alors fait un long chemin », s’amuse Cohn-Bendit. , L'amitié en politique  - Romain Goupil-Daniel Cohn-Bendit, enfin soixante- huitards !
  • Un ami de Mélenchon dit, et il n’est pas le seul : « Quand on a été trotskard, on le reste toute sa vie ». L’énoncé est vrai, comme des énarques, car le trotskisme est une école au sens propre du terme. Dans les groupuscules de fanatiques dévoués au message de Léon l’Implacable, la formation est essentielle. On doit, pour devenir un vrai trotskiste, lire beaucoup d’idéologie et d’histoire, connaître son Marx et son Lénine sur le bout des doigts, savoir organiser une réunion publique, écrire un tract, recruter, espionner les partis ennemis, faire courir des rumeurs, menacer, désinformer, faire basculer une majorité lors d’un vote étudiant, déclencher une grève, négocier, prendre la parole à une tribune, créer SOS racisme à la demande de Mitterrand dans le but de favoriser le FN, voire même lancer des cocktails Molotov ou séquestrer un patron. Toutes choses que Tocqueville ne savait pas faire. Le trotskiste est un spécialiste de l’organisation révolutionnaire et du passage à l’acte. Il est dévoué, méthodique, consciencieux. Et s’il sait se montrer explosif devant les caméras de télévision, il sait également être discret, furtif, transparent, en attendant la prochaine occasion d’exploser. Contrepoints, Bienvenue sur le champ de bataille | Contrepoints
  • Vous rigolez, j’allais à Nanterre mais pas pour ça…Moi aussi. Je suis retourné à Nanterre, mais autrement. Maintenant je discute avec le Président de l’université, je fais une chaire sur la défense, une chaire du Grand siècle, un boulot trotskardTechnikart, « AU BOUT DE L'AMBITION ? LE CIMETIÈRE » - Technikart
  • Comme les héros de Kerouac, Goupil et Cohn-Bendit ne savent pas ce qu’ils cherchent lorsqu’ils se décident à prendre la route. Pas de promesse. Rien d’écrit à l’avance. Ils voient et apprennent sur le tas. En résulte une forme qui peut décontenancer. Pas de prémâché. Puisqu’il n’a plus vingt ans, puisque Goupil n’est plus «trotskard» comme le dit son complice, le documentaire ne suit aucun fil rouge. Libre ! Pas toujours simple à suivre. De la télé exigeante, qui pour une fois ne souffre pas de l’excès de coupures et de montage. A Saint-Nazaire, Dany retrouve un ouvrier des chantiers navals rencontré en 1968. Il a la mine rieuse, se rappelle – sans vraiment se l’avouer – du bon vieux temps. En bon juif allemand, c’est-à-dire en figure réactivée du juif errant, le rouquin qui fit jadis frémir la France gaulliste observe le port et les docks à l’organisation bouleversée. Il ne les comprend pas immédiatement. Moins d’hommes s’affairent ici. Il y a des machines partout. Ce qui n’empêche pas les corps de souffrir encore. Certains sont encore cassés, broyés, au sens propre comme au figuré. Sans être exhaustive, La Traversée n’élude pas non plus la France dite « des quartiers ». Et puisque l’Islam trouble tant certains de nos citoyens, Goupil pose sa caméra dans une mosquée, interroge une jeune femme voilée, raconte deux Islam. L’Islam compatible avec la République et celui qui désire ardemment sa chute. Une scène forte suit. On y observe, bouche-bée, un éducateur toulousain du quartier des Izards expliquer son projet éducatif. C’est ici, dans son petit club de football, que jouait jadis Mohamed Merah… Reste, pour finir, le clou du spectacle : une rencontre irréelle avec le Président Macron. La scène se déroule dans un café, à Francfort. Pas de côté. Cohn-Bendit et Goupil s’y écharpent gentiment sur la question de savoir comment il faut mettre en scène la rencontre à venir avec le nouveau Président de la République. Faut-il aller tourner à l’Élysée, au risque de se faire enfumer ? Pourra-t-on vraiment poser toutes les questions, même celles qui fâchent ? Et puis la caméra dézoome. Comme dans un songe, Emmanuel Macron apparaît. Il se trouve assis entre les deux documentaristes s’engueulant presque. S’amuse. Propose sa solution : se retrouver dans la plus pure tradition intellectuelle, à la table d’un café pour débattre. Scène puissante car éminemment philosophique. Scène intéressante car le jeune Macron, en bonapartiste accompli, y dévoile sans fard sa vision très personnelle du pouvoir. Scène mémorable, enfin, car elle s’achève sur des images de la route de Calais. S’y concentrent des migrants auxquels on n’apporte peu de réponse, si ce n’est, trop souvent, l’aveugle répression. La force du propos documentaire réside alors en ce qui est dit mais surtout en ce qui est montré. A l’écran, les images de murs de protection finissent par recouvrir la voix du Président. Chaque jour, aux abords de de cette même route, des migrants traités comme des sous-hommes tentent leur traversée. Nettement moins rieuse, aussi dangereuse qu’incertaine, celle-ci doit les mener jusqu’en Angleterre… Cohn-Bendit et Goupil ne se sont pas démontés. Cette réalité française là, ils ont aussi voulu la montrer. La Règle du Jeu, Laurent David Samama, Cohn-Bendit et Goupil : on the road again ! - La Règle du Jeu - Littérature, Philosophie, Politique, Arts
  • Le Front de gauche, je trouvais que c’était ce que la gauche avait inventé de mieux depuis des années. Mais, depuis, les insoumis se sont soumis au Líder máxímo Mélenchon, et je ne supporte pas ça. Du coup, je me retrouve nulle part. Si, peut-être Ensemble, un petit groupe du Front de gauche composé entre autres de gens sortis du NPA, qui fait un superboulot de réflexion. Moi, je suis un ancien trotskard, j’ai milité il y a longtemps à la LCR, je me situe dans une sorte de triangle des Bermudes politique : PCF, NPA, écolos de gauche… Libération.fr, Hervé Le Corre : «La Commune, c’est le romanesque à chaque coin de rue» - Culture / Next

Traductions du mot « trotskard »

Langue Traduction
Anglais trotskard
Espagnol trotskard
Italien trotskard
Allemand trotzkard
Chinois 托特卡德
Arabe تروتسكارد
Portugais trotskard
Russe trotskard
Japonais トロツカルド
Basque trotskard
Corse trotskard
Source : Google Translate API

Trotskard

Retour au sommaire ➦

Partager