La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « tribule »

Tribule

Variantes Singulier Pluriel
Féminin tribule tribules

Définitions de « tribule »

Wiktionnaire

Nom commun - français

tribule \tʁi.byl\ féminin

  1. (Botanique) Espèce de plante annuelle très velue à tiges rampantes, à feuilles paripennées, à fleurs jaunes, et aux fruits étoilés épineux.
    • Les épines de tribule peuvent crever un pneu de vélo.
    • Depuis les années 1980, on attribue à ses fruits, à tort ou à raison, un effet favorable sur les performances sportives et sur la libido, si bien que l’extrait de tribule est aujourd’hui consommé aussi bien par les athlètes désireux d'améliorer leurs résultats que par les amoureux en quête de prouesses.
  2. Herse portative à trois pointe utilisée par les militaires, et qui ressemble au fruit (cf ut supra).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

TRIBULE (tri-bu-l') s. m.
  • Genre de la famille des zygophyllées, dit autrefois herse, dans lequel on distingue : 1° le tribule terrestre, dit vulgairement herse et rasèle ; 2° le tribule cistoïde, appelé à Cayenne croix de chevalier ; 3° le tribule aquatique ou tribule d'eau, nom vulgaire de la trappe nageante (onagrariées), dite aussi macre ; 4° le nom de tribule aquatique a été donné en outre, par certains auteurs, au potamogéton crispé (naïadées) de Linné ; 5° le tribule sylvestre et le tribule des bois, noms donnés, à tort, à la caucalide grandiflore de Linné ; on ne la trouve pas dans les bois (LEGOARANT).
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

TRIBULE, s. m. tribulus, (Hist. nat. Botan.) genre de plante à fleur en rose, composée de plusieurs pétales disposés en rond ; le pistil sort du calice, & devient dans la suite un fruit en forme de croix ou turbiné, & composé le plus souvent de plusieurs parties faites en forme de chausse-trape, & réunies en maniere de tête qui contiennent des semences ordinairement oblongues, & placées dans de petites loges comme dans une niche. Tournefort, inst. rei herb. Voyez Plante.

Tournefort en établit quatre especes, & nomme la premiere tribulus terrestris, ciceris folio, fructu aculeato, I. R. H. 265. Sa racine est simple, blanche, fibreuse. Elle pousse plusieurs petites tiges, couchées par terre, rondes, noueuses, velues, rougeâtres, divisées en plusieurs rameaux. Ses feuilles sont aîlées ou rangées par paires le long d’une côte, semblables à celles du pois chiche, velues. Ses fleurs sortent des aisselles des feuilles portées sur des pédicules assez longs, composées chacune de cinq pétales ou feuilles jaunes, disposées en rose, avec dix petites étamines dans le milieu. A ces fleurs succedent des fruits durs, armés d’épines longues & aiguës ; ce fruit est composé de quatre ou cinq cellules, dans lesquelles se trouvent renfermées des semences oblongues.

Cette plante croît abondamment dans les pays chauds, en Espagne, en Provence & en Languedoc aux environs de Montpellier ; elle sort de terre sur la fin de Mai, fleurit en Juillet, & graine en Août ; elle est fort incommode aux jardiniers, parce que ses fruits qui tombent dès qu’ils sont mûrs, leur blessent rudement les piés nuds par leurs piquans aiguillons ; cependant sa graine est d’usage : elle passe pour être astringente & bienfaisante dans la diarrhée. (D. J.)

Tribule aquatique, (Botan.) tribulus aquaticus, C. B. J. B. Parkinson, Tournef. &c. C’est la seule espece du genre de plante que Tournefort a caractérisé sous le nom de tribuloïdes, & Ray sous celui de potamogiton.

Cette plante aquatique pousse des tiges longues, grêles, succulentes, garnies par espace de beaucoup de fibres, qui lui servent de racines pour s’attacher ; ces tiges grossissent vers la superficie de l’eau ; elles jettent des feuilles larges presque semblables à celle du peuplier, mais plus courtes, & ayant en quelque maniere la forme rhomboïde, relevées de plusieurs nervures crenelées en leur circonférence, attachées à des queues longues & grosses. Ses fleurs sont petites, blanches, soutenues par un pédicule arrondi, solide, couvert d’un petit duvet ; il leur succede des fruits semblables à des petites châtaignes, mais armés chacun de quatre grosses pointes ou épines dures, de couleur grise, revêtu d’une membrane qui se sépare ; ensuite ce fruit devient noir, presque comme du jais, lisse, poli ; on appelle ce fruit vulgairement châtaigne-d’eau : sa substance est une sorte d’amande formée en cœur, dure, blanche, couverte d’une peau très-fine, & bonne à manger. On en peut faire de la farine qui ressemble à celle de feves, & en paîtrir du pain. Cette plante croît dans les ruisseaux, sur le bord des lacs & des rivieres en Italie & en Allemagne. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « tribule »

Lat. tribulus, plante, grec τρίϐολος, tribule et instrument à trois pointes, de τρὶ, et βόλος, coup.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Siècle à préciser) Du latin tribulus (« objet à trois pointe »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Tribule

Retour au sommaire ➦

Partager