Trépaner : définition de trépaner


Trépaner : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

TRÉPANER, verbe trans.

CHIR. Effectuer une trépanation.
A. − Trépaner qqn (un malade, un patient).Malebranche était idiot jusqu'à l'âge de dix-sept ans. Une chute le blesse à la tête, on le trépane, il devient un homme de génie. Descartes trépané fût devenu peut-être un idiot (Vigny, Journal poète, 1842, p. 1186).Vous connaissez Tobie Shaw, le colonel des Écossais Gris? Je le trépanais avant-hier. J'avais la moitié de son crâne dans ma main quand la nouvelle nous arriva qu'il était nommé général (Tharaud, Dingley, 1906, p. 104).
B. − Trépaner qqc. (principalement un os ou la boîte crânienne).Avec l'autorisation de ses parents et du préfet de police, le crâne fut trépané dans la région de la blessure, et une petite quantité de la matière cérébrale fut aspirée, puis inoculée par la méthode de la trépanation à deux lapins (Pasteurds Travaux, 1886, p. 408).
Prononc. et Orth.: [tʀepane], (il) trépane [-pan]. Ac. 1694, 1718: trepaner; dep. 1740: tré-. Étymol. et Hist. 1. Ca 1370 chir. (Gui de Chauliac, Chir., ms. Montpellier d'apr. Sigurs, p. 50); 2. 1676 techn. (Félibien, p. 310). Dér. de trépan*; dés. -er.
DÉR.
Trépanation, subst. fém.,chir. Opération qui consiste à pratiquer une ouverture dans un os et principalement dans la boîte crânienne afin d'agir sur le cerveau. Pratiquer une trépanation; subir plusieurs trépanations. Les Mélanésiens et les Péruviens (...)réussissaient mieux cette délicate opération, appelée trépanation, que les chirurgiens européens du XVIIIesiècle (Lowie, Anthropol. cult., trad. par E. Métraux, 1936, p. 362).Lorsque la trépanation est faite, on repère sur un trocart, une longueur de 5 centimètres, à partir de sa pointe, et on enfonce l'instrument au centre du trou de trépanation (Brion, Jurispr. vétér., 1943, p. 240). [tʀepanasjɔ ̃]. Att. ds Ac. 1935. 1reattest. ca 1490 (Chirurg. de Lanfranc, B. N. 1323, fo26a ds Gdf. Compl.); de trépaner, suff. -(a)tion*.

Trépaner : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

TRÉPANER, verbe trans.

CHIR. Effectuer une trépanation.
A. − Trépaner qqn (un malade, un patient).Malebranche était idiot jusqu'à l'âge de dix-sept ans. Une chute le blesse à la tête, on le trépane, il devient un homme de génie. Descartes trépané fût devenu peut-être un idiot (Vigny, Journal poète, 1842, p. 1186).Vous connaissez Tobie Shaw, le colonel des Écossais Gris? Je le trépanais avant-hier. J'avais la moitié de son crâne dans ma main quand la nouvelle nous arriva qu'il était nommé général (Tharaud, Dingley, 1906, p. 104).
B. − Trépaner qqc. (principalement un os ou la boîte crânienne).Avec l'autorisation de ses parents et du préfet de police, le crâne fut trépané dans la région de la blessure, et une petite quantité de la matière cérébrale fut aspirée, puis inoculée par la méthode de la trépanation à deux lapins (Pasteurds Travaux, 1886, p. 408).
Prononc. et Orth.: [tʀepane], (il) trépane [-pan]. Ac. 1694, 1718: trepaner; dep. 1740: tré-. Étymol. et Hist. 1. Ca 1370 chir. (Gui de Chauliac, Chir., ms. Montpellier d'apr. Sigurs, p. 50); 2. 1676 techn. (Félibien, p. 310). Dér. de trépan*; dés. -er.
DÉR.
Trépanation, subst. fém.,chir. Opération qui consiste à pratiquer une ouverture dans un os et principalement dans la boîte crânienne afin d'agir sur le cerveau. Pratiquer une trépanation; subir plusieurs trépanations. Les Mélanésiens et les Péruviens (...)réussissaient mieux cette délicate opération, appelée trépanation, que les chirurgiens européens du XVIIIesiècle (Lowie, Anthropol. cult., trad. par E. Métraux, 1936, p. 362).Lorsque la trépanation est faite, on repère sur un trocart, une longueur de 5 centimètres, à partir de sa pointe, et on enfonce l'instrument au centre du trou de trépanation (Brion, Jurispr. vétér., 1943, p. 240). [tʀepanasjɔ ̃]. Att. ds Ac. 1935. 1reattest. ca 1490 (Chirurg. de Lanfranc, B. N. 1323, fo26a ds Gdf. Compl.); de trépaner, suff. -(a)tion*.

Trépaner : définition du Wiktionnaire

Verbe

trépaner \tʁe.pa.ne\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Chirurgie) Faire l’opération du trépan à quelqu’un.
    • On l’a trépané.
    • Les hommes ne se séparent de rien sans regret, et même les lieux, les choses et les gens qui les rendirent le plus malheureux, ils ne les abandonnent point sans douleur.
      C’est ainsi qu’en 1912, je ne vous quittai pas sans amertume, lointain Auteuil, quartier charmant de mes grandes tristesses. Je n’y devais revenir qu’en l’an 1916 pour être trépané à la Villa Molière.
      — (Guillaume Apollinaire, Le Flâneur des deux rives, Éditions de la Sirène, 1918, pages 5-20)
  2. (Chirurgie) Faire l’opération du trépan à quelque chose.
    • Le crâne a été trépané.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Trépaner : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TRÉPANER. v. tr.
T. de Chirurgie. Faire l'opération du trépan à quelqu'un. On l'a trépané.

Trépaner : définition du Littré (1872-1877)

TRÉPANER (tré-pa-né) v. a.
  • 1 Terme de chirurgie. Faire la trépanation. La belle chose que ce serait, si on avait trépané cette grosse tête, Guez de Balzac, le Barbon. Le marquis de Nesle eut un coup de mousquet dans la tête, dont on allait le trépaner, Pellisson, Lett. hist. t. III, p. 382.

    Par extension. Trépaner une côte, la perforer, pour donner issue à un liquide contenu dans la cavité de la plèvre.

  • 2Trépaner une mine, en percer la galerie au moyen du trépan.

HISTORIQUE

XVIe s. On perce les os en trepanant le test, ou les costes… et les os noirs pourris et vermoulus, Paré, Introd. 3.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Trépaner : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

TRÉPANER, terme de Chirurgie, pratiquer l’opération du trépan ; c’est faire une ouverture au crâne pour relever des pieces d’os qui piquent ou qui compriment la dure-mere ou le cerveau, ou pour donner issue aux matieres épanchées sous le crâne, ou pour enlever des pieces d’os cariés.

Cette opération se pratique ordinairement à la suite des plaies ou des coups à la tête. Il faut voir ce que nous avons dit à l’article des plaies de tête, au mot Plaie. Nous parlerons simplement ici de la maniere de faire l’opération : nous traiterons ensuite des cas douteux pour l’opération du trépan ; & nous exposerons les raisons qui peuvent en pareils cas déterminer à pratiquer ou à éviter cette opération.

Lorsque l’opération du trépan est indiquée, & qu’on a découvert le lieu où il la faut faire, par les incisions convenables, de la façon dont nous l’avons dit à l’article des plaies de tête ; il faut mettre le malade dans une situation commode ; sa tête doit être stable, & pour ainsi dire inébranlable pendant l’opération ; & l’endroit du crâne que l’on doit ouvrir, doit, autant que cela est possible, être le lieu le plus élevé, afin que la couronne y pose perpendiculairement. Pour satisfaire à toutes ces vues, on éloigne le lit du mur, pour que les aides puissent se placer commodément & contenir fermement la tête du malade, sous l’oreiller duquel on place un plat d’étain ou une planche.

Les instrumens seront rangés sur un plat, & l’appareil qu’on doit appliquer après l’opération, doit être rangé sur un autre, de façon que les pieces se présentent dans l’ordre qu’elles doivent être employées.

Tout étant ainsi bien disposé, le chirurgien prend la couronne montée de sa pyramide, voyez Trépan couronné ; & il la pose perpendiculairement sur l’endroit du crâne qu’il veut percer. Les dents de la couronne doivent anticiper un peu sur la fracture, pourvu que les pieces d’os soient solides ; il tourne ensuite deux ou trois fois, en appuyant suffisamment, la pyramide sur le crâne pour y faire une impression qui serve de guide au perforatif. Voyez Trépan perforatif.

Le chirurgien prend alors l’arbre du trépan monté du perforatif : on tient ces deux instrumens joints ensemble, comme une plume à écrire ; on pose ensuite la pointe du perforatif dans la marque que la pyramide de la couronne a gravée sur le crâne ; on fait avec le pouce & le doigt indicateur de la main gauche un cerceau qu’on pose horisontalement sur la pomme de l’arbre du trépan ; on met le menton dans ce cerceau ; on prend avec les trois premiers doigts de la main droite le milieu de l’arbre pour tourner de droite à gauche & faire un trou au crâne, capable de loger la pyramide de la couronne. Voyez cette attitude, fig. 1. Pl. XVII.

Avant de relever le perforatif, il faut avoir l’attention de donner un demi-tour de gauche à droite sans appuyer avec le menton ; & de porter les doigts qui étoient appuyés sur la paumette de l’arbre, auprès du crâne, pour prendre l’instrument & l’ôter perpendiculairement du trou où il est engagé.

L’aide qui est chargé des instrumens, démonte le perforatif ; & met à sa place une couronne, pendant que l’opérateur ôte avec un petit linge ou une fausse tente, la sciûre que le perforatif a produite. Le chirurgien reçoit l’arbre sur lequel on a monté la couronne ; il porte la pyramide dans le trou fait par le perforatif ; il se met dans la même situation où il étoit en se servant de ce premier instrument ; & tournant de droite à gauche, il scie l’os circulairement. Si la couronne ne pose pas perpendiculairement, la circonférence de l’os n’est pas coupée également de tous les côtés : le chirurgien doit s’en appercevoir, parce qu’il s’éleve plus de sciûre d’un côté que de l’autre ; dans ce cas, il panche son instrument du côté où il y en a le moins, & il passe un peu plus légerement sur le côté opposé.

Quand le chemin de la couronne est bien frayé, on ôte le trépan, en donnant le demi-tour, & en portant la main droite à la base de la couronne, comme nous l’avons dit en parlant du perforatif. Pendant qu’un aide démonte la pyramide & nettoie les dents de la couronne avec une petite brosse de crin, le chirurgien opérateur porte un petit stilet plat & mousse dans l’impression faite par la couronne, & il ôte la sciûre avec une fausse tente : il reprend ensuite la couronne ; il continue de scier jusqu’à ce que la piece d’os soit vacillante, & qu’elle puisse être enlevée avec la feuille de myrthe. On a la précaution de relever plusieurs fois la couronne pour la nettoyer, & on examine à chaque fois si l’on scie l’os également : mais il faut avoir beaucoup d’égards à l’épaisseur des os ; & quand on a passé le diploé, on doit aller avec prudence pour ne pas enfoncer l’os sur la dure mere. On s’apperçoit qu’on a scié le diploé, à la résistance qui augmente & à la sciûre blanche que la table interne fournit après celle du diploé qui est rouge.

Toutes les fois que l’on sent de la difficulté & de la résistance à la couronne en tournant l’arbre du trépan, c’est une marque que les petites dents de la couronne s’enfoncent trop ; pour lors on donne un demi-tour de gauche à droite ; & on recommence de nouveau, mais un peu plus légerement.

Quand la piece d’os est enlevée, il faut emporter les inégalités de la circonférence interne du trou, par lesquelles la dure-mere pourroit être blessée dans ses battemens : on se sert à cet effet du couteau lenticulaire. Voyez Couteau lenticulaire.

Quand il y a du sang épanché sur la dure-mere, on recommande, pour en procurer la sortie, de faire faire une grande inspiration au malade, & de lui pincer le nez. Cette méthode n’est pas toujours praticable ; un malade, dans un assoupissement léthargique, n’est pas dans le cas de se prêter à ce qu’on se propose ; d’ailleurs les trépans doivent, autant que faire se peut, être pratiqués aux parties déclives, desorte que les fluides épanchés sortent facilement ; & lorsque cela n’est pas possible, l’expérience a fait voir qu’on étoit obligé d’avoir recours aux injections & aux contre-ouvertures. Voyez Contre-ouverture & injection.

Lorsque le trépan a été appliqué à l’occasion des pieces d’os qui comprimoient la dure-mere ou qui perçoient les membranes & pénétroient dans le cerveau, il faut relever ces parties avec l’élévatoire. Voyez Elévatoire.

Le pansement de l’opération consiste dans l’application d’une petite piece de linge de la grandeur du trou. (Voyez Syndon) ; de la charpie, des compresses & un bandage convenable. Voyez Couvre-chef.

La matiere dont nous traitons, pourroit donner lieu à des dissertations aussi étendues qu’importantes : on peut consulter à ce sujet les differens traités de Chirurgie, & particulierement le premier volume de l’académie royale de Chirurgie, où l’on trouve plusieurs mémoires, dans lesquels M. Quesnay détermine par des observations très-intéressantes les cas où il faut multiplier les trépans ; les remedes qui conviennent le mieux pour la cure des plaies du cerveau ; les moyens dont on se sert pour hâter l’exfoliation des os du crâne ou pour l’éviter, &c. Nous allons rapporter, d’après le mémoire du trépan dans les cas douteux, les raisons qui peuvent en pareils cas déterminer à recourir au trépan, ou à éviter cette opération.

De tous les signes qui peuvent déterminer à trépaner, il n’y en a point de plus décisifs que les fractures & les enfoncemens du crâne. Cependant il y a des exemples de blessés qui ont guéri dans quelques-uns de ces cas, sans avoir été trépanés. Mais ces observations ne doivent point en imposer ; on doit se défier de toute observation où l’on ne rapporte que le succès, sans parler des indications qui peuvent y conduire : ces observations nous instruisent peu par la pratique, sur-tout quand elles sont contredites par d’autres qui l’emportent infiniment sur elles. Les observateurs éclairés ont remarqué qu’on ne pouvoit se dispenser de l’operation du trépan dans le cas de fracture, que lorsque les pieces des os fracturés étoient assez écartées l’une de l’autre, pour permettre la sortie du sang qui auroit pu s’épancher sur la dure-mere. Il y a des cas où l’écartement d’une suture voisine de la fracture, a dispensé de l’opération du trépan ; mais ces cas méritent une attention singuliere ; car l’épanchement peut se faire des deux côtés de la suture ; & alors l’évacuation ne peut ordinairement se faire que d’un côté, à cause que la dure-mere peut encore rester adhérente vers le bord d’un des os écartés, & retenir le sang qui seroit épanché sous la portion de l’os à laquelle la dure-mere seroit restée attachée. Il faudra donc appliquer le trépan de ce côté malgré l’écartement de la suture. Toute cette doctrine est appuyée sur des observations dont on sent toute la conséquence, & dont il résulte qu’on peut dans certains cas, s’écarter des regles les plus invariables de l’art, mais qu’on ne doit le faire qu’avec beaucoup de connoissance & de circonspection.

Il est un autre cas bien plus embarrassant, même pour les plus grands maîtres ; ce sont les coups à la tête sans lésion apparente aux os, souvent même sans plaie ni contusion aux chairs ni à la peau, lesquels sont suivis d’épanchement sous le crâne, & qui d’autres fois n’en causent point, quoiqu’ils soient accompagnés de circonstances ou d’accidens qui donnent lieu d’en soupçonner. Les accidens qui arrivent dans les blessures de la tête où il n’y a point de fractures, déterminent, lorsqu’ils sont graves, plusieurs praticiens à trépaner. D’autres se contentent de combattre ces accidens par les saignées & les autres remedes qui peuvent servir à les dissiper. Les uns & les autres réussissent souvent ; mais ils se trompent souvent aussi. M. Quesnay, par l’usage qu’il a sçu faire des différentes observations communiquées à l’académie, découvre, dans les succès même, les circonstances ou les particularités qui peuvent aider à distinguer les cas où l’on peut se déterminer le plus surement qu’il est possible sur le parti qu’on doit prendre. La distinction des accidens en primitifs & en consécutifs, fait le principal fondement des dogmes que l’on pose sur cette matiere. Voyez Commotion. Les accidens consécutifs prescrivent l’opération du trépan ; & ceux qui arrivent beaucoup de tems après le coup, sont les plus pressans pour l’opération. Il faut surtout faire attention que les accidens consécutifs ne dépendent pas de l’inflammation du péricrâne, comme nous l’avons dit en parlant des plaies de tête.

Il y a un troisieme cas où l’application du trépan est douteuse. Il arrive quelquefois qu’après des coups à la tête, il reste à l’endroit de la blessure, quoiqu’elle soit guérie, une douleur fixe, qui au-lieu de diminuer avec le tems, augmente de-plus-en-plus malgré tous les topiques auxquels on peut avoir recours ; ce qui a plusieurs fois obligé d’y faire des incisions pour découvrir l’os. Les uns ont pris le parti de le ruginer ; les autres d’en attendre l’exfoliation ; d’autres enfin ont jugé d’en venir à l’opération du trépan.

M. Quesnay rapporte des observations où l’on voit que ces moyens ont diversement réussi, selon les différens cas. Quoiqu’on soit arrivé à la même fin par différens procédés, on ne doit pas y avoir recours indifféremment : ces observations laissent entrevoir que l’opération du trépan ne doit avoir lieu, que quand on soupçonne que l’os est altéré presque dans toute son épaisseur, ou lorsque quelques accidens font croire que la cause du mal est sous le crâne, comme seroit une carie à la face interne des os dont il y a des exemples ; ou enfin, lorsqu’ayant jugé à propos d’attendre l’exfoliation, elle n’a pas fait cesser les accidens. Mais quand la douleur paroît extérieure, qu’elle augmente lorsqu’on presse sur l’endroit où elle se fait sentir, on doit tout espérer de l’exfoliation, sur-tout si après avoir découvert l’os, on n’y apperçoit qu’une légere altération ou une carie superficielle. Il faut, pour s’en assurer, avoir recours à la rugine : son usage peut d’ailleurs avoir ici d’autres avantages, comme d’accélérer beaucoup l’exfoliation, de faire cesser la douleur avant que l’exfoliation soit arrivée ; mais ce dernier effet dépend surtout de bien découvrir toute la surface de l’os, qui est altérée, afin que cette altération ne communique plus à aucun endroit avec le péricrâne. (Y)

Trépan, (Fortification.) instrument dont les mineurs se servent pour donner de l’air à une galerie de mine, lorsque l’air n’y circule pas assez pour qu’on puisse y tenir une chandelle allumée. Ils ont pour cet effet une espece de foret avec lequel ils percent le ciel de la galerie, & à mesure que cet instrument avance dans les terres, ils l’alongent par le moyen de plusieurs antes, dont les extrémités sont faites en vis & en écrou pour s’ajuster bout à bout. Par cette opération les mineurs disent avoir trépané la mine, ou donné un coup de trépan. (Q)

Trépan, s. m. (Outil de Sculpteur & de Marbrier.) outil qui sert à forer & percer les marbres & les pierres dures. On s’en sert aussi quelquefois pour le bois. Il est du nombre des principaux outils de l’art des sculpteurs, & du métier des marbriers.

Il y a trois sortes de trépans, l’un qui est le plus simple, c’est un vrai vilebrequin, mais avec une meche plus longue & plus acérée ; le second trépan se nomme trépan à archet ; il est semblable au foret à archet des serruriers, & a comme lui sa boîte, son archet & sa palette, il est seulement plus fort, & ses meches de plusieurs figures : enfin le troisieme trépan, sans rien ajouter pour le spécifier, est celui que l’on appelle simplement trépan. Il est le plus composé des trois, & le plus en usage en sculpture. Les parties de ce trépan sont la tige que l’on appelle aussi le fust, la traverse, la corde de cette traverse, un plomb, une virole & une meche. La tige est de bois, & a à l’une de ses extrémités une virole qui sert à y attacher & y affermir la meche qu’on peut changer, suivant qu’on en a besoin, y en mettre de plus ou de moins fortes, de rondes, de quarrées, de pointues, &c. à l’autre extrémité du fust, est un trou par où passe la corde que la traverse a attachée à ses deux bouts. Cette traverse est elle-même enfilée du fust par un trou qu’elle a au-milieu ; au dessous de la traverse, & un peu au-dessus de la virole, est le plomb qui est de figure sphérique, & qui est joint, & posé horisontalement au pié du fust. C’est la corde en s’entortillant autour du fust, qui donne le mouvement au trépan plus promt, ou plus long, suivant qu’on leve ou qu’on abaisse la traverse où elle est attachée avec plus ou moins de vîtesse. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « trépaner »

Étymologie de trépaner - Littré

Trépan.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de trépaner - Wiktionnaire

De trépan avec le suffixe -er.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « trépaner »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
trépaner trepane play_arrow

Conjugaison du verbe « trépaner »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe trépaner

Citations contenant le mot « trépaner »

  • C'était sans compter sur la force de caractère de cette incroyable jument. Quelques semaines après l'accident, ULKA DES CHAMPS doit subir une intervention délicate. Le choc fut tel que des morceaux d'os se sont brisés au niveau du chanfrein et encombrent ses sinus. « Il a fallu la trépaner. Ma femme, qui est vétérinaire, a effectué l'intervention. Elle a fait deux trous au niveau des sinus et avec de l'eau, a enlevé les bouts d'os qui restaient. Cette intervention était nécessaire, sinon elle aurait eu des problèmes respiratoires toute sa vie.» Ensuite, ULKA DES CHAMPS va se reposer et panser ses blessures, au calme, dans un champ. «J'espérais simplement qu'elle s'en sorte afin de la voir poulinière un jour. Après sa période de repos, elle était magnifique, bien ronde et pommelée. Bien loin de la jument que j'ai laissée partir quelques semaines plus tôt, qui avait perdu environ 80 kilos. Dans son paddock, elle était heureuse. Elle se montrait très souple dans ses mouvements.» L'idée de reprendre la compétition traverse donc l'esprit de Gilles Curens. leparisien.fr, TROT. Ulka des Champs, une miraculée au départ du Prix de Cornulier - Le Parisien
  • «On sait que la science médicale était avancée aux époques anciennes,» raconte le directeur d'études. «Par exemple, le corpus hippocratique (recueil de livres de médecine écrits attribué à Hippocrate, V siècle av J.-C. - NDLR) précise déjà que pour des problèmes neuromoteurs survenant d'un côté du corps après un traumatisme crânien, il faut trépaner en urgence du côté inverse de la localisation de la paralysie.» Non seulement la médecine avait déjà atteint un degré très élevé dans la connaissance du cerveau, mais au vu du taux incroyablement élevé de survie, ils devaient aussi avoir conscience de la nécessité d'appliquer un traitement postopératoire anti-infectieux et cicatrisant, probablement à base de plantes, quand bien même ils ne connaissaient pas encore l'existence des virus et des bactéries. Le Figaro.fr, Les impressionnantes chirurgies crâniennes de l'empire Inca
  • Se faire trépaner sans anesthésie et se retrouver le cerveau à l'air dans un milieu qui n'avait rien de stérile... ça fait froid dans le dos ! Le Point, VIDÉO. Les incroyables trésors de l'histoire. Le crâne trépané de 4 000 ans du musée de l'Homme - Le Point

Traductions du mot « trépaner »

Langue Traduction
Corse trepanning
Basque fresatzeak
Japonais トレパニング
Russe трепанацию
Portugais trepanning
Arabe تدرب
Chinois 敲击
Allemand trepanieren
Italien trapanazione
Espagnol trepanning
Anglais trepanning
Source : Google Translate API

Synonymes de « trépaner »

Source : synonymes de trépaner sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires