La langue française

Traductif

Définitions du mot « traductif »

Wiktionnaire

Adjectif

traductif

  1. (Néologisme) Qui a la faculté, le pouvoir de traduire.
    • Pour la littérature, c’est indiscutable, puisqu’elle est l’instrument traductif et transmissif de l’esprit humain lui-même. — (William Bürger, Salons de W. Bürger de 1861 à 1868, tome II, page 176)
  2. (Néologisme) Qui a pour objet la traduction, relatif à la traduction.
    • ...nous souhaitons poursuivre notre analyse en nous arrêtant sur quelques-unes des spécificités du surtitrage en tant que résultat du processus traductif. — (Bruno Péran, « Éléments d’analyse de la stratégie de traduction mise en œuvre dans le surtitrage », Traduire, no 223, 2010, p. 66-77.)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

TRADUCTIF (tra-du-ktif, kti-v') adj.
  • Néologisme. Qui a la faculté, le pouvoir de traduire. Pour la littérature, c'est indiscutable, puisqu'elle est l'instrument traductif et transmissif de l'esprit humain lui-même, Bürger, Salons de 1861 à 1868, t. II, p. 176.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « traductif »

→ voir traduction
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Voy. TRADUCTION.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « traductif »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
traductif tradyktif

Citations contenant le mot « traductif »

  • La traduction humaine de la poésie présente donc une certaine labilité : la traduction varie d’un traducteur (et d’un projet) à l’autre, et est de toute façon moins l’équivalent de l’original que sa suggestion. Dans ce contexte, la traduction automatique ne saurait-elle pas réintroduire une forme d’objectivité dans le processus traductif ? The Conversation, Comment travaille un traducteur de poésie ?
  • Au croisement de divers domaines disciplinaires des sciences humaines et sociales, les études traductologiques révèlent un intérêt croissant pour la condition des traducteurs en tant que «maîtres cachés de notre culture» (Blanchot 1971: 71), trop longtemps relégués aux marges de l’invisibilité (Venuti 1995, 2013) d’une activité considérée, depuis des siècles, comme ancillaire par rapport à l’écriture de départ et à la circulation des savoirs et des cultures (Berman 1984). Comme l’a observé Jean-Yves Masson dans le discours inaugural du Premier Congrès Mondial de Traductologie, qui a eu lieu en 2017 à Paris, la forte tradition de dévalorisation de l’activité des traducteurs a longtemps nié la dimension énonciative, créative, sociale et idéologique de l’acte traductif comme pratique discursive, même par rapport à sa fonction à l’intérieur des systèmes culturels (Bourdieu 1971, Toury 1981, Hermans 1999, Sapiro 2012). Tout en réaffirmant l’importance fondamentale de l’histoire des traductions (Ballard 2013, Chevrel, Masson 2015) et des traducteurs comme médiateurs culturels (Bassnett 2011), le colloque vise à ouvrir un espace de réflexion sur la parole des traducteurs en tant que trace et présence de leur pratique théorique en acte (Meschonnic 1999) et de leur discours comme pratique sociale par rapport à tous les agents du processus traductif. La voix du traducteur (Hermans 1996, 2014) résonne non seulement à l’intérieur du texte traduit, mais aussi dans les espaces paratextuels construits souvent grâce à l’interaction constante entre éditeur et traducteur, qui contribuent à offrir aux lecteurs une traduction au sens le plus large et le plus profond du terme (Elefante 2012). Le colloque sera centré en particulier sur la présence discursive du traducteur dans les catégories spatiales que Gérard Genette (1987) définit comme paratexte: le péritexte (notes à la traduction, notes de bas de page, préfaces, postfaces, quatrièmes de couverture) et l’épitexte, où le traducteur prend la parole en dehors de l’espace du volume. Comme le suggèrent la réflexion sur les poétiques des archives et l’examen approfondi que la revue Palimpsestes a consacré en 2018 aux paratextes traductifs dans le domaine francophone et anglophone (Stephens, Génin 2018), ces espaces textuels, réservés aux traducteurs, peuvent remplir plusieurs fonctions (Sardin 2007). Ils dévoilent la dimension psychologique de l’acte traductif; les stratégies traductives et le discours méta-traductif; la problématique des intraduisibles; les relations avec le monde éditorial; les perspectives de génétique textuelle; les aspects culturels et idéologiques d’une éthique de la traduction; le pouvoir subversif de la traduction dans le domaine postcolonial (Bassnett, Trivedi 1999) et féministe (Simon 1996, von Flotow 1997); le dialogue intertextuel dans la communauté des traducteurs (Bonnefoy 2000), même par rapport aux retraductions; la complexité du plurilinguisme; l’importance du lecteur dans la réception des textes traduits et les aspects manipulateurs dans la transmission du savoir. En devenant un lieu d’intersection et de rencontre entre le traducteur, l’auteur, l’éditeur et le lecteur, l’apparat paratextuel transforme le texte traduit en une œuvre ouverte capable de rendre manifestes les liens cachés entre les sujets impliqués, le monde éditorial, les systèmes culturels et les éventuels conflits idéologiques le plus souvent passés sous silence (Spivak 1993, Guillaume 2016). Sans prétention d’exhaustivité, les propositions de contribution sur les traces de la présence paratextuelle du traducteur d’œuvres de nature littéraire, scientifique, pragmatique et de l’ensemble des sciences humaines et sociales pourront concerner les axes suivants: , Colloque: "Le traducteur dévoilé: cartographie d’une voix" (Calabre)
  • Les chercheurs d’autres disciplines sont invités, par ailleurs, à envisager la manière dont la présence et la dynamique de la traduction peuvent affecter leur propre rapport à l’archive. La traductologie peut-elle offrir à d’autres champs de la recherche des outils permettant d’interroger leur perception historique ou théorique de l’archive ? Le tournant traductif peut-il enrichir l’approche archivistique au-delà du champ de la traductologie ? , Archives de Traduction (revue Meta : Journal des Traducteurs)
  • Consacrées aux diverses questions de traduction comme au processus traductif lui-même – que ce soit dans une perspective linguistique, stylistique, génétique ou culturelle –, les multiples facettes du discours du traducteur représentent l’objet central que ces études se proposent d’explorer. Le traducteur, surtout s’il est lui-même écrivain, est souvent aussi traductologue en ce qu’il accompagne son travail d’une dimension réflexive et critique. Miroir de l’acte traductif reflétant l’ethos du traducteur et son art poétique, le discours traductologique peut alors investir trois niveaux différents de la création : l’avant-texte, l’intratexte et le paratexte. , Au miroir des langues: la traduction réflexive/ In the Mirror of Languages: On reflexive Translation
  • Le traducteur, défini comme auteur, médiateur, passeur, importateur (Wilfert-Portal, 2002), est à la fois lecteur et écrivain, situé et conditionné par son horizon traductif (Berman, 1995). Traduisant moins une langue qu’une œuvre, il est doté d’une subjectivité, qu’il engage dans ses choix traductifs et dans son approche critique au texte. Écrivant pour des lecteurs autres que le public primaire de l’œuvre, inséré dans un contexte déterminé, il offre à son public une première lecture critique-interprétative des œuvres étrangères, en orientant la réception. En même temps, la réception par la presse et par la critique universitaire peut conditionner les choix des traducteurs et des éditeurs, en imposant une lecture déterminée des œuvres étrangères. , Traduction, réception, transferts (Paris Sorbonne)
  • L’un des principaux enjeux de cette journée d’étude sera de définir relativement, quoique dans une perspective scientifique, les traits définitoires et les enjeux des textes et des traductions plurilingues. De même, y a-t-il équivalence entre les cultures pour que la traduction soit considérée comme un exercice objectif ? Est-il pratique de réfléchir sur les rapports entre les cultures telles qu’elles sont l’objet d’une activité traductive ? Que disent les  manuels de traduction, depuis la naissance moderne de la traductologie, de la culture et de ses implications dans le processus traductif ? , Journée d'étude: La traduction du culturel: approches et pratiques (FPN, Nador)
  • L’œuvre hermétique et inclassable de Saint-John Perse (1887-1975), poète, diplomate et lauréat du Prix Nobel en 1960, a toujours exercé sur ses pairs une véritable fascination. T. S. Eliot, Giuseppe Ungaretti et Rainer Maria Rilke se sont ainsi inspirés de l’éclatante nouveauté de ses poèmes et de leur univers imaginaire, et ont transposé l’œuvre persienne dans leur langue maternelle – expérience qu’ont partagée des traducteurs éminents tels que Walter Benjamin, Hugh Chisholm et Wallace Fowlie. Tout en dévoilant le parcours intéressant du processus traductif, les manuscrits de ces traductions révèlent une entreprise longtemps restée secrète : l’autotraduction de Saint-John Perse, qui, à travers sa collaboration aux traductions anglaises de son œuvre, réécrit de nombreux passages de ses poèmes dans une autre langue. Cette création seconde reflète, autant qu’elle la redouble, la genèse de l’œuvre originale, comme le dévoilent les manuscrits des traductions anglaises des poèmes Anabase (1924), Vents (1946) et Amers (1957), abondamment annotés par le poète. Mieux encore : les choix traductifs de Saint-John Perse font émerger les points forts de son art poétique, tandis que ses variantes et suggestions nous livrent une précieuse clé herméneutique pour éclairer les passages obscurs de son œuvre. Enfin, les enquêtes génétiques menées dans divers fonds d’archives nous permettent de reconstituer l’histoire captivante de ces traductions, au gré des manuscrits voyageant de continent en continent. , Conf. d'Esa Hartmann, "Pour une approche génétique du processus traductif : le cas de Saint-John Perse" (Strasbourg)

Traductions du mot « traductif »

Langue Traduction
Anglais translating
Espagnol traductorio
Italien traduzione
Allemand übersetzen
Chinois 翻译
Arabe جار الترجمة
Portugais traduzindo
Russe идет перевод
Japonais 翻訳する
Basque itzulpenaren
Corse traduzzione
Source : Google Translate API

Synonymes de « traductif »

Source : synonymes de traductif sur lebonsynonyme.fr

Traductif

Retour au sommaire ➦

Partager