La langue française

Théosophiste

Phonétique du mot « théosophiste »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
théosophiste teɔsɔfist

Citations contenant le mot « théosophiste »

  • Malgré l’échec Krishnamurti, ceux que René Guenon nommait les “théosophistes“ influencèrent considérablement la spiritualité moderne. L’une des fondatrices du mouvement, Helena Blavatsky, commit plusieurs ouvrages littéraires dénaturant les traditions bouddhistes et hindoues. Tout ce qu’on entend de nos jours sur la réincarnation, la méditation ou les chakras n’a jamais appartenu au yoga ni au bouddhisme traditionnels, mais provient des récents théosophes. Bénéficiant de l’affaiblissement de l’église chrétienne, la pensée New age a substitué aux concepts de bien et de mal ceux de positif et de négatif. Le paradis et l’enfer sont devenus le karma, cette “loi du châtiment ou de la progression“. La conscience universelle reprend le crédo du Saint-Esprit, éternelle entité dominante supervisant le monde. Très éloignée des philosophies orientales dont elle se proclame, la société théosophique provoqua un authentique appauvrissement spirituel. Cette désorientation des esprits profite à la mondialisation et au néolibéralisme, rendant les gens dociles et obéissants, peu enclins à la rébellion et toujours préoccupés par la nécessité de s’améliorer. le mouvement, Spiritualité : méditation moderne et courant New age - le mouvement
  • HELENA BLABATSKI, aventurière de l’Empire du Tsar et partisane d’unir des adeptes de maintes religions va fournir un des matériaux « théosophiques » que parasitent les racialistes germains après sa mort. Les théosophistes seront persécutés de la même façon que les Témoins de Jéhovah  à partir de 1935. Club de Mediapart, LA FABRIQUE DE LA GUERRE – Extrait- | Le Club de Mediapart
  • Les derniers chapitres abordent les versions américaine et indienne de l’hindouisme contemporain. Le premier débute avec la venue de Vivekananda à Chicago (1893) et la mode théosophiste pour les notions et mythes sanskrits revisités, pour finir sur les temples construits aux États-Unis, les « puja virtuelles » et autres purifications par intermédiaires proposées sur la toile aux hindous nés à l’étranger. Après un passage plus ironique sur le processus de réutilisation marchande et « matérialiste » de concepts comme le karma ou de textes comme le kama sutra ou les Tantra (ce qu’elle appelle joliment la « Californication des Tantra »), Doniger n’oublie toutefois pas de répondre aux objections d’hindous conservateurs considérant que toute traduction ou commentaire étrangers sur leur tradition ne peut être qu’une trahison. Comme elle le souligne, les hindous ont eux aussi constamment adapté des concepts et pratiques d’autres traditions, quand ils n’exploitent pas sciemment, de nos jours, les attentes des Occidentaux. Il convient donc plutôt de parler d’échanges pragmatiques bien plus que de trahison. En outre, comme l’ouvrage le montre amplement, des traits aujourd’hui jugés caractéristiques de l’hindouisme, comme le végétarisme ou le caractère censément « sacré » de la vache, sont eux-mêmes historiquement datables et textuellement très relatifs. Malgré le caractère « inclusif » de l’hindouisme, tant célébré comme exemple même de tolérance religieuse et culturelle (ce qui est tout à fait juste pour certaines périodes de l’histoire et moins pour d’autres), le caractère répressif de l’hindouisme nationaliste actuel vis-à-vis des travaux académiques sur ses textes apparaît clairement dans la mise à sac du bureau du directeur du département d’histoire de l’université de Delhi, le 25 février 2008. Ce département avait eu l’outrecuidance de mettre sur le même plan les très nombreuses versions du Râmâyana (à la suite des travaux du spécialiste de littérature A. K. Ramanujan), y compris certaines se montrant irrévérencieuses envers le héros de l’histoire, sa femme (Sita) ou son frère… , Comment l’hindouisme est devenu une religion - La Vie des idées
  • tout à fait guérie. En ce qui concerne les théosophistes, le danger paraît plus AgoraVox, Le mystère de la vie : L'angoisse de l'homme et la réincarnation - AgoraVox le média citoyen
  • Lumière sur le Tibet est un texte écrit par un iconoclaste qui n’hésite pas à démolir le mythe du Tibet, pays sacré de prétendus maîtres bienveillants et protecteurs de l’humanité des fables théosophistes. Jan van Rijckenborgh n’est pas un provocateur en mal de publicité. Il est crédité d’une étonnante faculté de clairvoyance, l’éclairage qu’il apporte sur le Tibet semble sincère. Toutefois, Rijckenborgh a recours à une phraséologie ésotérique qui déconcertera les personnes qui ne se sont pas familiarisées avec ce genre d’écrits. En réalité, Lumière sur le Tibet ne s’adresse pas à un large public, c’est un document interne, dactylographié et ronéocopié (le Ronéo est l’ancêtre de la photocopieuse). AgoraVox, L'Himalaya, le coeur de la prochaine stratégie des Etats-Unis ? - AgoraVox le média citoyen

Traductions du mot « théosophiste »

Langue Traduction
Anglais theosophist
Espagnol teósofo
Italien teosofo
Allemand theosoph
Chinois 神学家
Arabe الثيوصوفي
Portugais teosofista
Russe теософ
Japonais 神智学者
Basque theosophist
Corse teosofistu
Source : Google Translate API

Théosophiste

Retour au sommaire ➦

Partager