La langue française

Théosophisme

Définitions du mot « théosophisme »

Wiktionnaire

Nom commun

théosophisme \te.o.sɔ.fism\ masculin

  1. Caractère des spéculations théosophiques.
    • L’application de la philosophie à la révélation engendra parmi les musulmans une espèce de théosophisme, le plus détestable de tous les systèmes. — (Diderot, Opinions des anciens philosophes (Sarrasins))
  2. Nom donné par Kant au système des philosophes qui, comme Malebranche, croient voir tout en Dieu.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

THÉOSOPHISME (té-o-so-fi-sm') s. m.
  • 1Caractère des spéculations théosophiques. L'application de la philosophie à la révélation engendra parmi les musulmans une espèce de théosophisme, le plus détestable de tous les systèmes, Diderot, Opin. des anc. philos. (Sarrasins)
  • 2Nom donné par Kant au système des philosophes qui, comme Malebranche, croient voir tout en Dieu.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « théosophisme »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
théosophisme teɔsɔfism

Citations contenant le mot « théosophisme »

  • Tous deux ont une double appartenance culturelle et religieuse : à Londres et en Afrique du Sud, Gandhi découvre d'autres traditions religieuses comme le christianisme, l'islam ou le théosophisme, tout en restant hindou et en découvrant sa propre tradition. Quant à Mandela, il rejoint l’Église méthodiste, où il reçoit le nom de Nelson – son prénom d'origine étant Rolihlahla (« Celui par qui viennent les problèmes », ndlr). Ils sont tous deux formés à l'Occidentale, et cela va créer un... #popup_acces { width: 440px; } Le Monde des Religions, Gandhi et Mandela ou l'indispensable sagesse démocratique - Actualité - Le Monde des Religions
  • Parce que l’homme y est mené, en avançant dans « une forêt de symboles », parce que – à l’écoute de son âme – il avance dans les labyrinthes et les énigmes de sa propre destruction, cette pseudo-spiritualité intervient donc, pour Guénon, dans le monde moderne sous les aspects de la Contre-Initiation. La réappropriation par Crowley du titre de « saint de Satan » (awliyâ esh-Shaytân), un concept élaboré par Ibn Arabi, est un signe que ce modus operandi n’est pas une simple hallucination de la part de Monsieur Guénon mais une détermination humaine réelle. On voit à quel point cela semble fonctionner avec l’histoire du Consul, avec le roman de Malcolm Lowry, mais aussi et surtout avec le monde de la Kabbale. « Comme l’initiation, sous quelques forme qu’elle se présente, est ce qui incarne véritablement l’« esprit » d’une tradition, et aussi ce qui permet la réalisation effective des états « supra-humains », il est évident que c’est à elle que doit s’opposer le plus directement (dans la mesure toutefois où une telle opposition est concevable) ce dont il s’agit ici, et qui tend au contraire, par tous les moyens, à entraîner les hommes vers l’ « infra-humain » ; aussi le terme de « contre-initiation » est-il celui qui convient le mieux pour désigner ce à quoi se rattachent, dans leur ensemble et à des degrés divers (car, comme dans l’initiation encore, il y a forcément là des degrés), les agents humains par lesquels s’accomplit l’action antitradtionnelle. » (Guénon) L’hypothèse de Guénon, héritée tant de la tradition indienne du Kali-Yuga, du soufisme que de la Kabbale, est celle de la fin d’un vaste cycle commencé avec le début connu de l’Histoire – et cette fin se fait, à travers une accélération générale du temps, par une phase de solidification (incarnée par le rationalisme et la matérialisme) puis une deuxième phase de dissolution (théosophisme, spiritisme, psychanalyse). Cette contre-initiation, Guénon l’appelle également « chute dans le bourbier » et l’oppose à la « descente aux Enfers » de l’initiation. « Dans la « descente aux Enfers », l’être épuise définitivement certaines possibilités inférieures pour pouvoir s’élever ensuite aux états supérieurs ; dans la « chute dans le bourbier », les possibilités inférieures s’emparent au contraire de lui, le dominent et finissent par le submerger entièrement. » (Guénon) , La voie la plus humide - La Revue des Ressources
  • Cela explique les critiques très vives d’Alain Daniélou sur les Occidentaux allant en Inde à la recherche de gourous et prétendument convertis à l’hindouisme : « Tout ceux que j’ai connus en Inde, qui y vivaient, ne se sont jamais vraiment intégrés. Ils se déguisaient en Indiens, ils créaient des ashrams, mais ils ne s’intégraient pas dans la société. Il leur manquait l’humilité. Ils ne voulaient pas renoncer à leur façon de penser » Et Daniélou percevait clairement le danger pour la Tradition constitué par l’industrie touristique des ashrams et des gourous pour riches étrangers, en dénonçant : « le faux hindouisme des Indiens anglicisés qui prétendent adapter les doctrines traditionnelles (…) les soit-disant ashrams qui exploitent la crédulité des gens, le théosophisme, Aurobindo, les adeptes de Ramakhrisna, Ramana Maharishi, et bien d’autres. » AgoraVox, Alain Daniélou, la Tradition et l'Hindutva - AgoraVox le média citoyen

Traductions du mot « théosophisme »

Langue Traduction
Anglais theosophism
Espagnol teosofismo
Italien teosofia
Allemand theosophismus
Chinois 神智主义
Arabe الثيوصوفية
Portugais teosofismo
Russe theosophism
Japonais 神智学
Basque teosofikoak
Corse teosofisimu
Source : Google Translate API

Théosophisme

Retour au sommaire ➦

Partager