La langue française

Surintendant

Sommaire

  • Définitions du mot surintendant
  • Étymologie de « surintendant »
  • Phonétique de « surintendant »
  • Citations contenant le mot « surintendant »
  • Traductions du mot « surintendant »

Définitions du mot surintendant

Trésor de la Langue Française informatisé

SURINTENDANT, subst. masc.

A. −
1. HIST. [Titre de l'administrateur en chef d'un service ou d'un domaine d'activité] Le gouvernement de Louis XIV était donc dans le vrai, à son point de vue, en établissant l'Académie des beaux-arts; car il admettait qu'il y eût une architecture officielle, et la preuve, c'est que tous les projets de bâtiments qui s'élevaient sur la surface du royaume, étaient soumis à l'examen du surintendant Lebrun (Viollet-Le-Duc, Archit., 1872, p. 149).
En partic.
Surintendant général des Bâtiments du roi. [Titre de l'administrateur des palais royaux] La solution pratique du problème est due à Colbert. Dès 1662, le surintendant des bâtiments avait acheté sur les bords de la Bièvre l'hôtel des frères Gobelins, teinturiers en écarlate, et des terrains attenants. Il avait fait construire des bâtiments et réuni des artistes (Viaux, Meuble Fr., 1962, p. 70).
Surintendant général de la Navigation. [Titre, de 1627 à 1669, du grand amiral de la flotte royale] En 1626, Louis XIII, supprimant la charge d'Amiral de France qui existait depuis le XIVesiècle, institua celle de « Grand Maître, Chef et Surintendant général de la Navigation et Commerce de France » qu'il confia à Richelieu (M. Benoist, Pettier, Transp. mar., 1961, p. 150).
Surintendant des Beaux-Arts. [Titre, sous le Second Empire, du ministre chargé des Beaux-Arts] Je l'ai rencontré promenant dans les salons du surintendant des Beaux-Arts l'échine courbe d'un mendiant de places (Goncourt, Journal, 1889, p. 1082).
Surintendant général des Finances. [Titre porté par le responsable suprême des finances du royaume, jusqu'en 1661] (Dict. xixeet xxes.).
2. RELIG., vx. Dans certaines Églises réformées, pasteur qui exerce une autorité de présidence dans une circonscription ecclésiastique. Les rabbins juifs, les ministres protestants, les surintendants des églises luthériennes (Bern. de St-P., Chaum. ind., 1791, p. 69).
B. − Vieilli. Personne chargée de la gestion d'une maison, d'un établissement. La chère Suzanne à nous, chargée de toute la confiance, sera notre surintendant, commandera la domesticité, aura la grande main sur tout (Beaumarchais, Œuvres compl., t. 2, Théâtre, La Mère coupable, Paris, L. Collin, 1809 [1797], I, 4, p. 346).
Prononc. et Orth.: [syʀ ε ̃tɑ ̃dɑ ̃]. Att. ds Ac. dep 1694. Étymol. et Hist. 1. 1556 hist. anc. « chef » surintendant au faict des guerres de l'empire [en parlant d'Aetius] (Deux livres de Paul Aemyle, trad. S. de Monthiers, 4 b d'apr. H. Vaganay ds Rom. Forsch. t. 32, p. 169); 2. a) 1569 surintendant en la justice de la province et gouvernement d'Orléans (G. Hanotaux, Les 1ersintendants de justice ds R. hist. t. 19, 1882, p. 15, note 1); b) 1588, 14 juill. general surintendant et controlleur des deniers communs (ds A. Thierry, Monuments de l'hist. du Tiers États, t. 4, 1870, p. 453); 1606 surintendant des finances du Roy; des bastiments (Nicot). Issu, par substitution du préf. sur-*, de superintendant (fin xives. d'apr. Bl.-W.1-5; 1501 « régisseur » superintendant du Jeu, G. Cohen, Livre de conduite du régisseur, Strasbourg, 1924, p. XXII; v. aussi Id., Hist. de la mise en scène dans le théâtre relig., 2eéd. 1951, p. 164 et 169; 1555, juin superintendant sur le fait et administration des deniers communs, Édit ds Isambert, Rec. gén. des anc. lois fr., t. 13, p. 448) empr. au subst. b. lat. superintendens empl. à propos d'un évêque [traduisant ε ̓ π ι ́ σ κ ο π ο ς] (St Jérôme et St Augustin ds Du Cange). Fréq. abs. littér.: 41.

Trésor de la Langue Française informatisé

SURINTENDANT, subst. masc.

A. −
1. HIST. [Titre de l'administrateur en chef d'un service ou d'un domaine d'activité] Le gouvernement de Louis XIV était donc dans le vrai, à son point de vue, en établissant l'Académie des beaux-arts; car il admettait qu'il y eût une architecture officielle, et la preuve, c'est que tous les projets de bâtiments qui s'élevaient sur la surface du royaume, étaient soumis à l'examen du surintendant Lebrun (Viollet-Le-Duc, Archit., 1872, p. 149).
En partic.
Surintendant général des Bâtiments du roi. [Titre de l'administrateur des palais royaux] La solution pratique du problème est due à Colbert. Dès 1662, le surintendant des bâtiments avait acheté sur les bords de la Bièvre l'hôtel des frères Gobelins, teinturiers en écarlate, et des terrains attenants. Il avait fait construire des bâtiments et réuni des artistes (Viaux, Meuble Fr., 1962, p. 70).
Surintendant général de la Navigation. [Titre, de 1627 à 1669, du grand amiral de la flotte royale] En 1626, Louis XIII, supprimant la charge d'Amiral de France qui existait depuis le XIVesiècle, institua celle de « Grand Maître, Chef et Surintendant général de la Navigation et Commerce de France » qu'il confia à Richelieu (M. Benoist, Pettier, Transp. mar., 1961, p. 150).
Surintendant des Beaux-Arts. [Titre, sous le Second Empire, du ministre chargé des Beaux-Arts] Je l'ai rencontré promenant dans les salons du surintendant des Beaux-Arts l'échine courbe d'un mendiant de places (Goncourt, Journal, 1889, p. 1082).
Surintendant général des Finances. [Titre porté par le responsable suprême des finances du royaume, jusqu'en 1661] (Dict. xixeet xxes.).
2. RELIG., vx. Dans certaines Églises réformées, pasteur qui exerce une autorité de présidence dans une circonscription ecclésiastique. Les rabbins juifs, les ministres protestants, les surintendants des églises luthériennes (Bern. de St-P., Chaum. ind., 1791, p. 69).
B. − Vieilli. Personne chargée de la gestion d'une maison, d'un établissement. La chère Suzanne à nous, chargée de toute la confiance, sera notre surintendant, commandera la domesticité, aura la grande main sur tout (Beaumarchais, Œuvres compl., t. 2, Théâtre, La Mère coupable, Paris, L. Collin, 1809 [1797], I, 4, p. 346).
Prononc. et Orth.: [syʀ ε ̃tɑ ̃dɑ ̃]. Att. ds Ac. dep 1694. Étymol. et Hist. 1. 1556 hist. anc. « chef » surintendant au faict des guerres de l'empire [en parlant d'Aetius] (Deux livres de Paul Aemyle, trad. S. de Monthiers, 4 b d'apr. H. Vaganay ds Rom. Forsch. t. 32, p. 169); 2. a) 1569 surintendant en la justice de la province et gouvernement d'Orléans (G. Hanotaux, Les 1ersintendants de justice ds R. hist. t. 19, 1882, p. 15, note 1); b) 1588, 14 juill. general surintendant et controlleur des deniers communs (ds A. Thierry, Monuments de l'hist. du Tiers États, t. 4, 1870, p. 453); 1606 surintendant des finances du Roy; des bastiments (Nicot). Issu, par substitution du préf. sur-*, de superintendant (fin xives. d'apr. Bl.-W.1-5; 1501 « régisseur » superintendant du Jeu, G. Cohen, Livre de conduite du régisseur, Strasbourg, 1924, p. XXII; v. aussi Id., Hist. de la mise en scène dans le théâtre relig., 2eéd. 1951, p. 164 et 169; 1555, juin superintendant sur le fait et administration des deniers communs, Édit ds Isambert, Rec. gén. des anc. lois fr., t. 13, p. 448) empr. au subst. b. lat. superintendens empl. à propos d'un évêque [traduisant ε ̓ π ι ́ σ κ ο π ο ς] (St Jérôme et St Augustin ds Du Cange). Fréq. abs. littér.: 41.

Wiktionnaire

Nom commun

surintendant \sy.ʁɛ̃.tɑ̃.dɑ̃\ masculin (pour une femme on dit : surintendante)

  1. Celui qui a l’intendance, l’administration de quelque chose au-dessus des autres.
    • Il y a en outre un intendant de la province, un surintendant des lettres, un directeur des finances, un juge criminel et deux intendants : l’un pour les salines, l’autre pour les greniers publics. — (Jean-Jacques Ampère, La Chine et les travaux d’Abel Rémusat, Revue des Deux Mondes, 1832, tome 8)
  2. (En particulier) (Absolument) (Histoire) Celui qui était l’administrateur en chef des finances du roi.
    • Fouquet était surintendant.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SURINTENDANT. n. m.
Celui qui a l'intendance, l'administration de quelque chose au-dessus des autres. Le surintendant des bâtiments du roi. Surintendant des finances ou simplement Surintendant, Celui qui était l'administrateur en chef des finances du roi. Fouquet était surintendant des finances, il était surintendant.

Littré (1872-1877)

SURINTENDANT (su-rin-tan-dan) s. m.
  • 1Celui qui a une surintendance. Aussitôt que le roi m'eut fait l'honneur de me donner la charge de surintendant de ses bâtiments…, Poussin, Lett. (de Noyers à Poussin), 14 janv. 1639. Adoniram, fils d'Abda, était surintendant des tributs, Sacy, Bible, Rois, III, IV, 6. On travaillera à votre petit appartement… je crois que c'est aujourd'hui qu'on commence ; le bon du But est surintendant de cet ouvrage, Sévigné, 12 mai 1680.
  • 2Particulièrement, surintendant des finances, ou, absolument, surintendant, se disait de celui qui, sous l'ancienne monarchie, était administrateur en chef des finances du roi. Il [M. Ménage] ajoute une assez jolie observation, qui est que M. de Lavieuville avait été superintendant et surintendant des finances ; et, quand il les eut la seconde fois, on disait surintendant, Vaugelas, Nouv. Rem. Observ. de M. ***, p. 215, dans POUGENS. La mauvaise fortune de Pertharite m'avait assez dégoûté du théâtre pour m'obliger à faire retraite, et à m'imposer un silence que je garderais encore, si M. le procureur général Fouquet me l'eût permis : comme il n'était pas moins surintendant des belles-lettres que des finances…, Corneille, Examen d'OED. Émeri, surintendant de finances, et, à mon sens, l'esprit le plus corrompu de son siècle, cherchait que des noms pour trouver des édits, Retz, Mém. t. I, liv. II, p. 137. Qu'est-ce autre chose d'être surintendant, chancelier… sinon d'être en une condition où l'on a dès le matin un grand nombre de gens qui viennent de tous côtés… ? Pascal, Pens. IV, 2, édit. HAVET. Il [l'homme riche] est aimé des grands, il est chéri des belles ; Jamais surintendant ne trouva de cruelles, Boileau, Sat. VIII. Le surintendant de Bullion… ayant fait frapper en 1640 les premiers louis qui aient paru en France, Duclos, Consid. sur les mœurs, 4.

HISTORIQUE

XVIe s. Ils estoyent presens sur le lieu quand le peuple devoit elire, afin qu'ils fussent là comme superintendens à ce que rien ne se fist en trouble par la multitude, Calvin, Inst. 867.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

SURINTENDANT, s. m. (Hist. mod.) titre usité en France en divers tems & pour différentes charges dans lesquelles il marque la premiere supériorité.

Surintendant de la navigation & du commerce de France, fut le titre que prit le cardinal de Richelieu, à qui n’auroit pas convenu à cause de son état, celui d’amiral dont la charge avoit toujours été remplie par des militaires du premier ordre.

Surintendant des finances, officier qui avoit le maniment & la direction de toutes les finances ou revenus du roi. Ce titre fut supprimé en 1661, après la disgrace de M. Fouquet. Les fonctions & l’autorité du surintendant ont passé au contrôleur général des finances.

Surintendant des bâtimens de France, il y avoit autrefois des surintendans particuliers pour les principales maisons royales. Mais les surintendans des bâtimens royaux de Paris étant les plus considérables, ils ont eu ensuite le titre de surintendant général des bâtimens, auxquels on a joint le soin des arts & manufactures qui servent à la construction & à l’embelissement des maisons royales, comme l’architecture, la peinture, la sculpture, les tapisseries. M. Colbert qui eut le titre de surintendant des bâtimens du roi, y ajouta l’inspection sur tous les arts & manufactures du royaume. Après la mort de Mansart on substitua au nom de surintendant celui de directeur général des bâtimens du roi, c’est ce qu’on appelle en Angleterre inspecteur des travaux.

Surintendant général des postes & relais de France, est un ministre chargé de l’inspection des postes. Ce titre est encore subsistant.

Surintendant de la maison de la reine, premier officier de la maison de la reine qui en a la principale administration, pour régler les dépenses, payer les officiers, entendre & arrêter les comptes.

Surintendant, (Hist. ecclés.) signifie aussi un supérieur ecclésiastique dans les différentes églises protestantes où l’épiscopat n’est point reçu, & particulierement parmi les luthériens d’Allemagne & les calvinistes de quelques autres pays.

Ce surintendant differe peu d’un évêque quant à l’autorité ; elle est seulement un peu plus restreinte que celle de nos évêques diocésains. Il est le principal pasteur, & a l’inspection sur tous les pasteurs inférieurs de son district ou diocèse. Voyez Evêque & Diocese.

Il y avoit autrefois en Allemagne des surintendans généraux en ce genre qui étoient au-dessus des surintendans ordinaires, comme sont les archevêques parmi les Catholiques ; mais cette dignité ne subsiste plus. Il n’y a que le surintendant de Virtemberg qui prenne la qualité de surintendant général.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « surintendant »

Sur 1, et intendant.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

1556, en faisant référence à un ancien romain ; 1569, pour faire référence au titulaire de la haute fonction. Emprunt du latin médiéval superintendens issu lui-même du latin de basse époque superintendere « veiller sur ». Le latin super a été francisé en sur. La première forme attestée est superintendent et la première forme connue superintendant est découverte en 1625 chez Malherbe[1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « surintendant »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
surintendant syrɛ̃tɑ̃dɑ̃

Citations contenant le mot « surintendant »

  • Jamais surintendant ne trouva de cruelles. Nicolas Boileau dit Boileau-Despréaux, Satires
  • Avec son accent américain à couper au couteau, Juan Gutierrez tente tant bien que mal de « perfectionner son français ». Arrivé en novembre dernier dans les Vosges après quatre années aux Pays-Bas, le surintendant du cimetière américain que Quéquement de Dinozé, veille désormais sur les 5 255 hommes et femmes américains qui ont payé de leur vie lors de la Seconde Guerre mondiale. , Un été en Lorraine | À Dinozé, un cimetière à la gloire des soldats américains
  • SOURCE Bureau du surintendant des institutions financières , Déclaration du surintendant des institutions financières : Reprise de l'élaboration de politiques en collaboration avec le secteur financier
  • Roméo Hébert, le surintendant du chantier, explique que les ouvriers ont trouvé un livret, il y a environ trois semaines, en coupant une pierre de l’ancienne église qu’on voulant intégrer à un mur de la nouvelle église. Radio-Canada.ca, Découverte inattendue d’une capsule temporelle à Bas-Caraquet | Radio-Canada.ca
  • Jean Castex, ou le surintendant de la République. Si les détails du plan de relance censé amortir la crise économique et sociale post-Covid-19 ont constitué le cœur du discours de politique générale du nouveau Premier ministre, la vraie patte sous-jacente à l’ensemble de son intervention est à chercher dans l’insistance mise à tordre le cou à «l’impuissance publique», à l’inefficacité opérationnelle de l’Etat «qui n’a pas su s’adapter» à la France de 2020, à cette «intendance qui depuis longtemps ne suit plus». D’une certaine manière, Jean Castex a été fidèle à sa réputation de commis de l’Etat mâtinée par son CV d’élu local proche du terrain. Le Premier ministre a plus que frôlé la ringardise en parlant de cette «France du bon sens» près de chez vous, célèbre slogan publicitaire d’une banque bien connue du monde rural du milieu des années 70. Pas très moderne, pas forcément rassurant. Mais l’honnêteté oblige à reconnaître que derrière les mots «territoires», «proximité», «décentralisation», se cache une partie de la réponse au malaise français actuel. Avec deux ans de retard, Jean Castex a prononcé mercredi un discours en forme de réponse à la crise des gilets jaunes et à ce sentiment de déclassement et d’éloignement exprimé à partir de novembre 2018. Comme dirait l’autre, puisqu’il y a quelque chose de Jean-Pierre Raffarin chez Jean Castex, la pente à laquelle il s’attaque est raide. Il n’est pas le premier à appeler de ses vœux cette réforme, que dis-je, cette «révolution» de l’Etat. Il ne sera pas le premier à s’y casser les dents. La pente penche aussi à droite, du côté de la ruralité, des départements, des terroirs. En même temps, Jean le matou Castex a pris soin de mettre sur la table deux ou trois annonces en faveur des plus défavorisés ou des banlieues, d’insister sur son souci de relancer le dialogue social. Il a surtout affiché une ambition écologique très dans l’air du temps. Castex dans l’air du temps ? On aimerait y croire. Libération.fr, Patte - Libération
  • Parmi les personnes recrutées pour se joindre au comité consultatif, citons Henry Fortier, surintendant des écoles catholiques d’Orlando, en Floride. News 24, Les écoles catholiques américaines l'enseigneront-elles? - News 24

Traductions du mot « surintendant »

Langue Traduction
Anglais superintendent
Espagnol superintendente
Italien sovrintendente
Allemand superintendent
Chinois 院长
Arabe المشرف
Portugais superintendente
Russe надзиратель
Japonais 監督
Basque superintendentea
Corse superintendente
Source : Google Translate API
Partager