La langue française

Sureau

Sommaire

  • Définitions du mot sureau
  • Étymologie de « sureau »
  • Phonétique de « sureau »
  • Citations contenant le mot « sureau »
  • Vidéos relatives au mot « sureau »
  • Traductions du mot « sureau »

Définitions du mot « sureau »

Trésor de la Langue Française informatisé

SUREAU, subst. masc.

Arbuste au bois léger, à la moelle tendre et abondante, donnant des fleurs blanchâtres très odorantes en grappes et des baies d'un noir violacé ou d'un rouge très vif. Bosquet de sureaux; branche, baie de sureau. Les sureaux abondaient dans l'île, vers l'embouchure du Creek-Rouge, et les colons employaient déjà en guise de café les baies de ces arbrisseaux (...). Ainsi donc, cette moelle de sureau, c'est-à-dire la cellulose, il suffisait de la récolter (Verne, Île myst., 1874, p. 282).Je ne passerai même plus devant la porte, au-dessus de laquelle un sureau laisse pendre les raquettes blanches de ses fleurs (Coppée, Bonne souffr., 1898, p. 65).V. sarbacane A ex. de Moselly.
BOT. Plante dicotylédone de la famille des Caprifoliacées dont il existe plusieurs variétés réparties dans toutes les zones tempérées ou chaudes du globe. Sureau rouge; sureau du Canada. Les arbrisseaux sont aussi très-nombreux: on y voit le petit saule, le laurier de plusieurs espèces, le sureau nain, le sureau vénéneux (Baudry des Loz., Voy. Louisiane, 1802, p. 172).
PHARM. Partie de cette plante servant à diverses préparations, en particulier des sudorifiques, des anti-inflammatoires locaux, des anti-rhumatismaux, des purgatifs. Tisane, thé, infusion, sirop de sureau; rob de sureau; miel de baies de sureau; huile de fleurs de sureau. J'ai voulu prendre de l'eau de sureau chaude, pour transpirer (Stendhal, Corresp., t. 3, 1831, p. 44).Vous allez me dire: « Une médecine coûte deux ou trois francs! » Se purger avec du sureau, gratté comme une carotte qu'on met dans la soupe (Goncourt, Journal, 1862, p. 1131).
CUIS. Le sureau est aussi entré dans l'art culinaire: ses baies fournissent de la confiture et sont distillées en eau-de-vie fine, les fleurs, cuites en pâte à friture, donnent des gâteaux et beignets (Encyclop. de l'Alsace,Strasbourg, Éd. Publitotal, t. 12, 1986, p. 7204).Vin de sureau. Les fleurs et les fruits [du sureau] servent à confectionner des boissons fermentées; le vin de sureau est un vieux remède contre la toux (O. Polunin, Arbres et arbustes d'Europe, Paris, Delachaux et Niestlé, 1983, p. 195).Vinaigre de sureau. Vinaigre préparé avec une infusion de fleurs de sureau. Synon. surard (infra rem.).On usait alors d'une grande variété de vinaigres: vinaigres doux, vinaigres de sureau, de moutarde, vinaigres de santé qu'Olivier de Serres aromatisait de fleurs d'églantier (Gdes heures cuis. fr.,Éluard-Valette, 1964, p. 254).
REM.
Surard, adj. et subst. masc.,cuis. Vinaigre surard, p. ell., surard. (Vinaigre) préparé avec des fleurs de sureau que l'on fait infuser pour le parfumer. (Dict. xixeet xxes.).
Prononc. et Orth.: [syʀo]. Att. ds Ac. dep. 1694. Gattel 1841 a une forme suzeau. Étymol. et Hist. 1360 suraut (Ordonn. des Rois de France, t. 3, p. 417); [1527 sureau (d'apr. Bl.-W.5, s. réf.)] 1530 sureau (Palsgr., p. 193b: alder tree sureau). Dér., au moyen du suff. -eau*, de l'a. fr. seür « sureau » (1174-78, Étienne de Fougères, Manières, éd. R. A. Lodge, 312), lui-même dér., au moyen d'une finale -r d'orig. obsc., de l'a. fr. seü « sureau » (1176, Chrétien de Troyes, Cligès, éd. A. Micha, 4725), issu du lat. sabucus, var. de sambucus « sureau » (v. FEW t. 11, p. 8). Fréq. abs. littér.: 137. Bbg. Joret (Ch.). Gloss. des noms de plantes. Romania. 1889, t. 18, p. 581. − Keller (H. E.). Notes d'étymol. gallo-rom. et rom. R. Ling. rom. 1962, t. 26, pp. 146-155. − Stefen (M.). Vox rom. 1954/55, t. 14, p. 206.

Trésor de la Langue Française informatisé

SUREAU, subst. masc.

Arbuste au bois léger, à la moelle tendre et abondante, donnant des fleurs blanchâtres très odorantes en grappes et des baies d'un noir violacé ou d'un rouge très vif. Bosquet de sureaux; branche, baie de sureau. Les sureaux abondaient dans l'île, vers l'embouchure du Creek-Rouge, et les colons employaient déjà en guise de café les baies de ces arbrisseaux (...). Ainsi donc, cette moelle de sureau, c'est-à-dire la cellulose, il suffisait de la récolter (Verne, Île myst., 1874, p. 282).Je ne passerai même plus devant la porte, au-dessus de laquelle un sureau laisse pendre les raquettes blanches de ses fleurs (Coppée, Bonne souffr., 1898, p. 65).V. sarbacane A ex. de Moselly.
BOT. Plante dicotylédone de la famille des Caprifoliacées dont il existe plusieurs variétés réparties dans toutes les zones tempérées ou chaudes du globe. Sureau rouge; sureau du Canada. Les arbrisseaux sont aussi très-nombreux: on y voit le petit saule, le laurier de plusieurs espèces, le sureau nain, le sureau vénéneux (Baudry des Loz., Voy. Louisiane, 1802, p. 172).
PHARM. Partie de cette plante servant à diverses préparations, en particulier des sudorifiques, des anti-inflammatoires locaux, des anti-rhumatismaux, des purgatifs. Tisane, thé, infusion, sirop de sureau; rob de sureau; miel de baies de sureau; huile de fleurs de sureau. J'ai voulu prendre de l'eau de sureau chaude, pour transpirer (Stendhal, Corresp., t. 3, 1831, p. 44).Vous allez me dire: « Une médecine coûte deux ou trois francs! » Se purger avec du sureau, gratté comme une carotte qu'on met dans la soupe (Goncourt, Journal, 1862, p. 1131).
CUIS. Le sureau est aussi entré dans l'art culinaire: ses baies fournissent de la confiture et sont distillées en eau-de-vie fine, les fleurs, cuites en pâte à friture, donnent des gâteaux et beignets (Encyclop. de l'Alsace,Strasbourg, Éd. Publitotal, t. 12, 1986, p. 7204).Vin de sureau. Les fleurs et les fruits [du sureau] servent à confectionner des boissons fermentées; le vin de sureau est un vieux remède contre la toux (O. Polunin, Arbres et arbustes d'Europe, Paris, Delachaux et Niestlé, 1983, p. 195).Vinaigre de sureau. Vinaigre préparé avec une infusion de fleurs de sureau. Synon. surard (infra rem.).On usait alors d'une grande variété de vinaigres: vinaigres doux, vinaigres de sureau, de moutarde, vinaigres de santé qu'Olivier de Serres aromatisait de fleurs d'églantier (Gdes heures cuis. fr.,Éluard-Valette, 1964, p. 254).
REM.
Surard, adj. et subst. masc.,cuis. Vinaigre surard, p. ell., surard. (Vinaigre) préparé avec des fleurs de sureau que l'on fait infuser pour le parfumer. (Dict. xixeet xxes.).
Prononc. et Orth.: [syʀo]. Att. ds Ac. dep. 1694. Gattel 1841 a une forme suzeau. Étymol. et Hist. 1360 suraut (Ordonn. des Rois de France, t. 3, p. 417); [1527 sureau (d'apr. Bl.-W.5, s. réf.)] 1530 sureau (Palsgr., p. 193b: alder tree sureau). Dér., au moyen du suff. -eau*, de l'a. fr. seür « sureau » (1174-78, Étienne de Fougères, Manières, éd. R. A. Lodge, 312), lui-même dér., au moyen d'une finale -r d'orig. obsc., de l'a. fr. seü « sureau » (1176, Chrétien de Troyes, Cligès, éd. A. Micha, 4725), issu du lat. sabucus, var. de sambucus « sureau » (v. FEW t. 11, p. 8). Fréq. abs. littér.: 137. Bbg. Joret (Ch.). Gloss. des noms de plantes. Romania. 1889, t. 18, p. 581. − Keller (H. E.). Notes d'étymol. gallo-rom. et rom. R. Ling. rom. 1962, t. 26, pp. 146-155. − Stefen (M.). Vox rom. 1954/55, t. 14, p. 206.

Wiktionnaire

Nom commun

sureau \sy.ʁo\ masculin

  1. Arbuste ou herbacée de la famille des chèvrefeuilles, dont les branches sont remplies d’une moelle tendre et abondante et qui produit des fleurs blanches d’une odeur particulière et forte, auxquelles succèdent des fruits (baies) noirâtres, bleus ou rouges selon les espèces.
    • […] je me retirai doucement, et j’allai me réfugier derrière une haie de sureau dont le feuillage me déroba complètement à tous les regards. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • Ainsi, parmi les plantes ligneuses, le sureau et la plupart des chèvres-feuilles sont toujours les premières qui feuillent ; parmi les plantes vivaces, le safran et la tulipe. — (Louis-Auguste Clavel de Saint-Geniez, Traité de botanique, t. 1, Paris, Louis Vivès, 1855, p. 84)
    • Nous rencontrons dans la banlieue de pauvres jardinets où les indigènes cultivent quelques légumes, et qu'ils ornent de saules , de sureaux et de groseilliers ; […]. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, page 35)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SUREAU. n. m.
Arbre de la famille des Chèvrefeuilles, dont les branches sont remplies d'une moelle tendre et abondante et qui produit des fleurs blanches d'une odeur particulière et forte, auxquelles succèdent des fruits rouges-noirâtres. On emploie en pharmacie les fleurs et les feuilles de sureau.

Littré (1872-1877)

SUREAU (su-rô) s. m.
  • Genre de plantes, la plupart arbustives, qui appartient à la famille des caprifoliacées, où l'espèce appelée ordinairement sureau est le sambucus nigra, L.

    Sureau d'eau ou aquatique, viorne obier.

HISTORIQUE

XIVe s. Suraut, Du Cange, sambussus.

XVIe s. Prenez huile de suzeau, en laquelle ferez infuser des fourmis, Paré, XVIII, 43. Le sureau, pour sa grosse moële, s'enracine très facilement de branche, De Serres, 561. La racine du petit sureau, en latin ebulus [hièble], De Serres, 952. Le suzeau, Rabelais, IV, 62.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

SUREAU, s. m. (Hist. nat. Bot.) sambucus, genre de plante à fleur monopétale, en forme de roue, & profondement découpée ; le milieu de cette fleur est percé par la pointe du calice, comme par un clou : le calice devient dans la suite une baie pleine de suc, qui renferme des semences oblongues. Tournefort, inst. rei herb. Voyez Plante.

Tournefort établit sous ce genre de plante 7 especes de sureau, & met à leur tête le sureau commun à fruit noir, sambucus fructu in umbellâ nigro, I. R. H. 606. en anglois, the common elder Wilth black berries.

C’est tantôt un arbre de moyenne hauteur qui répand ses rameaux au large ; tantôt un arbrisseau dont les branches sont longues, rondes, remplies de beaucoup de moëlle blanche, ayant le bois peu épais, vertes d’abord, & puis grisâtres ; son tronc est couvert d’une écorce rude, crevassée & cendrée ; sur cette écorce extérieure il s’en trouve une seconde qui est verte, & d’usage en médecine ; son bois est assez solide, jaunâtre, mais facile à couper ; ses rameaux sont garnis de nœuds par intervalles ; ses feuilles sont attachées cinq ou six le long d’une côte, comme celles du noyer ; mais plus petites, dentelées en leurs bords, & d’une odeur forte.

Ses fleurs naissent aux sommités des branches en ombelles ou parasols, amples, larges, formées en bassinets ou rosettes en cinq quartiers, blanches, petites, fort odorantes avec cinq étamines à sommets arrondies. Après que les fleurs sont tombées, il leur succede des baies grosses comme celles du génévrier, rondes, vertes d’abord, noires dans leur maturité, pleines d’un suc rouge foncé ; elles contiennent ordinairement dans une seule loge trois semences menues, convexes d’un côté, & de l’autre anguleuses. Ses baies s’appellent dans les boutiques, grana actes.

Cet arbre croît presque par-tout, dans les haies, dans les fosses des villes, dans les vallées, aux lieux ombrageux & humides ; il pousse de très-bonne heure, & fleurit en Mai & Juin : ses baies sont mûres en automne. Si on le cultive dans les jardins, il forme un arbre assez gros, élevé, & de longue vie. Il est rare en Italie, & dans les pays chauds, parce qu’il aime les terres grasses. (D. J.)

Sureau, (Mat. méd.) ou grand sureau ; l’usage du sureau est très-ancien dans la médecine ; on y emploie son écorce moyenne, ses feuilles, ses fleurs & ses baies, qui sont connues dans la pharmacie sous le nom de grana actes. Les anciens ont employé la décoction des feuilles & des tendrons de sureau, aussi bien que la décoction des racines dans le vin pour vuider les eaux des hydropiques par les selles & par les urines. Les fleurs fraîches sont aussi laxatives, mais l’écorce moyenne est celle des parties du sureau, qui est regardée comme possédant la vertu purgative au plus haut degré. Aussi n’est-ce que cette partie que les modernes emploient à titre de purgatifs. Ils en donnent la décoction, le suc ou l’extrait. Ces remedes sont véritablement hydragogues, & ils agissent assez communement par haut & par bas, font ordinairement assez bien dans les hydropisies, & agissent sans violence & sans accident.

La dose du suc est d’une once ; celle de l’écorce, employée à l’infusion de demi-once ; & celle de l’extrait depuis demi-gros jusqu’à un gros. Les remedes analogues tirés du petit sureau ou yeble, sont beaucoup plus forts. Voyez Yeble.

Les fleurs seches de sureau qu’on n’emploie gueres que dans cet état, passent pour diaphorétiques & pour carminatives. On les fait entrer quelquefois à ce dernier titre dans les lavemens. Ses fleurs sont un remede assez peu usité & assez foible. Leur principal usage est diétetique. On en prépare par infusion pour l’usage de la table un vinaigre appellé communément vinaigre surat, qui est fort agréable, & qui vraissemblablement n’emprunte aucune autre qualité, soit bonne, soit mauvaise, de l’infusion de ces fleurs ; quoique quelques pharmacologistes n’aient pas manqué de dire qu’il étoit moins contraire à l’estomac & plus sain que le vinaigre pur & commun ; & que quelques personnes trouvent peut-être avec plus de fondement que ce vinaigre à une odeur nauséeuse, & portant à la tête.

L’eau distillée des fleurs de sureau est regardée comme céphalique, cordiale, diaphorétique, &c. mais elle est si foible, chargée d’un parfum si leger, qu’on ne peut guere compter sur un pareil remede.

On prépare avec le suc des baies de sureau & la farine de seigle des rotules ou trochisques qu’on fait cuire au four, & qui sont connus dans les pharmacies sous le nom de trochisci granorum actes, qui sont recommandés pour les dissenteries, à la dose de deux gros jusqu’à demi-once ; c’est un remede peu usité & peu éprouvé.

On prépare aussi avec le même suc & une quantité convenable de sucre (demi-livre, par exemple, sur une livre de suc), un rob qui est plus usité que le remede précédent contre la même maladie. Ce rob est mis aussi au rang des bons diurétiques & des sudorifiques legers.

Les usages extérieurs du sureau sont les suivans : ses feuilles, qu’on a fait échauffer & ressuer sur le feu, étant appliquées sur les enflures, sur les plaies, sur les vieux ulceres, & sur les brûlures, sont regardées comme produisant de très-bons effets. Ces feuilles sont aussi un ingrédient très-efficace des vins aromatiques.

L’écorce moyenne pilée passe aussi pour un excellent remede contre la brûlure. On en compose encore contre ce mal plusieurs onguens, qui sont tous, sans en excepter celui de Mathiole, des remedes assez mal-entendus, ou au-moins à la vertu desquels l’écorce de sureau ne contribue en rien.

On prépare avec les fleurs de sureau une huile par infusion, qui est adoucissante comme huile d’olive, & peut-être un peu résolutive. On fait aussi imbiber ces fleurs dans de l’eau, dans du vin, ou dans l’eau distillée des mêmes fleurs, & on les applique sur les érésipeles, les dartres, &c. à titre de remedes anodins, adoucissans, légerement résolutifs. On peut assurer qu’il est au-moins assez innocent.

Les fleurs de sureau entrent dans l’eau vulnéraire & le baume tranquille ; les feuilles dans l’onguent martiatum, & l’onguent pour la brûlure ; les baies dans l’eau hystérique ; l’écorce dans l’onguent pour la brûlure. (b)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « sureau »

(1174) seü ou seür en ancien français ; (1360) suraut en moyen français et devient sureau à la Renaissance avec adjonction du suffixe -eau.
Du latin sambucus (« sureau ») avec ajout épenthétique obscur d’un \ʁ\; le latin provient lui-même du grec ancien σαμβύκη, sambukê désignant une sambuque, flûte fabriquée avec une tige évidée de sureau.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Le lat. est sambucus, donnant le prov. sambuc, le portug. sabugo et l'ital. sambuco. Mais à côté est sabucus, qui a donné régulièrement l'ancien français seü. Les patois y concordent : Berry, seû, seue, suis, suyau ; wallon, sawe, sawon, sahon ; namur. seusse ; picard, séu ; poitou, seu ; génev. saü, saiu ; vaudois, suau, sahu, sau ; Franche-Comté, saivu, seu ; normand et Maine, seur. Comment les patois ont-ils de seu fait seur, par l'addition d'une r, on ne le sait ; mais le fait est là. De seur il a été facile de passer au diminutif sureau ; on y a passé dès le XIVe siècle. Quant à la forme suzeau du XVIe siècle, elle est due au vice de prononciation qui, chez les Parisiens, au XVe et au XVIe siècles, changeait l'r en z (voy. CHAISE)

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « sureau »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
sureau syro

Citations contenant le mot « sureau »

  • Le résumé de l’analyse du marché Extrait de sureau par Reports Insights est une étude approfondie des tendances actuelles conduisant à cette tendance verticale dans diverses régions. La recherche résume les détails importants liés à la part de marché, la taille du marché, les applications, les statistiques et les ventes. En outre, cette étude met l’accent sur une analyse approfondie de la concurrence sur les perspectives du marché, en particulier sur les stratégies de croissance revendiquées par les experts du marché. Instant Interview, Dernière étude sur le marché Extrait de sureau jusqu’en 2026 | Profil des meilleurs acteurs mondiaux comme – Extrait de sureau Concurrence sur le marché des principaux fabricants comme suit: , Xian Longze Biotechnology, – Instant Interview
  • Depuis la préhistoire les plantes accompagnent les hommes dans leurs activités quotidiennes. Arbuste des lisières à la porte des habitats humains, le sureau a de multiples facettes. Nourricier, médicinal, utilitaire, artiste, il était autrefois lié aux forces protectrices, ou maléfiques, de la nature. auJardin.info, Histoires de sureau
  • Depuis la préhistoire les plantes accompagnent les hommes dans leurs activités quotidiennes. Alimentaires, médicinales, mais aussi dans des rôles méconnus, ou oubliés, musiciennes, sifflets d'un jour, flûtes, appeaux, crécerelles, mirlitons, tambourins. Instruments de nos jardins, allons cueillir sureau, frêne et pissenlit pour siffloter des airs anciens. auJardin.info, Plantes musiciennes, les sifflets
  • Quel article passionnant ! Tout près de mon habitation, il y a une « Voie verte », poumon vert de l’agglomération troyenne (Aube) et le sureau noir, Sambucus nigra, s’est installé en abondance ! J’ai utilisé ses magnifiques corymbes de fleurs parfumées pour fabriquer de la limonade, un apéritif, du sirop, et j’ai fait sécher quelques corymbes pour agrémenter les tisanes de l’hiver. Je trouve un peu plus difficile d’utiliser les grains mûrs à l’automne, je les laisse aux oiseaux. Le livre de de Bernard Bertrand est effectivement une merveille d’informations à tous points de vue. Merci pour ce bel article ! Tela Botanica, Le chant du sureau noir – Tela Botanica
  • La boisson aux fleurs de sureau est une boisson produite à l’aide de fleurs de sureau, une fleur européenne. La fleur de sureau est une fleur de sureau d’une plante européenne, ayant des capacités aromatisantes qui favorisent son utilisation dans l’industrie alimentaire et des boissons et l’industrie pharmaceutique. Les boissons aux fleurs de sureau sont populaires en Europe occidentale et différents types de boissons aux fleurs de sureau comprennent le thé, les sodas et les boissons gazeuses. Parmi ces boissons, les boissons gazeuses sont disponibles en plusieurs variétés et sont facilement consommées par la jeune génération des régions. L’une des principales raisons du succès des boissons aux fleurs de sureau est l’essence délicate offerte par les boissons. Instant Interview, Boisson aux fleurs de sureau Marché: aperçu complet de la croissance en 2020-2026, y compris les principaux acteurs clés -Ashbolt Farm, FRÏSA BEVERAGES, TEISSEIRE – Instant Interview

Vidéos relatives au mot « sureau »

Traductions du mot « sureau »

Langue Traduction
Anglais elderberry
Espagnol saúco
Italien sambuco
Allemand holunder
Chinois 接骨木浆果
Arabe البلسان نبات
Portugais sabugueiro
Russe ягода бузины
Japonais ニワトコ
Basque elderberry
Corse saraniu
Source : Google Translate API
Partager