La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « supin »

Supin

Variantes Singulier Pluriel
Masculin supin supins

Définitions de « supin »

Trésor de la Langue Française informatisé

SUPIN, subst. masc.

GRAMM. Forme nominale du verbe latin qui peut jouer le rôle d'infinitif et dont le radical sert à la formation d'autres temps (part. passé en -us) dans la conjugaison latine. Les supins et gérondifs sont donc autant des cas de l'infinitif que du participe; et ces participes eux-mêmes pris substantivement, sont de vrais tems de l'infinitif (Destutt de Tr., Idéol. 2, 1803, p. 251).Il y a vingt ans environ qu'au sortir du lycée Henri IV tu t'es mis à m'expliquer, un soir, sur la place du Panthéon, que les mots français qui provenaient d'un verbe latin étaient formés, en général, du supin, et non pas de l'infinitif ou de l'indicatif, comme un vain peuple pourrait croire (Duhamel, Combat ombres, 1939, p. 53).
Prononc. et Orth.: [sypε ̃]. Att. ds Ac. dep. 1718. Étymol. et Hist. Ca 1245 (Henri d'Andeli, Bat. Sept Arts ds Œuvres, éd. A. Héron, p. 57, 387). Empr. au b. lat. gramm.supinum « id. » (ives. ds Gaff.) subst. au neutre de l'adj. class. supinus « tourné vers le haut, penché en arrière », peut-être parce que l'image contenue dans supinum est analogue à celle qui est dans declino, v. décliner3, cf. Ern.-Meillet. Cf. en a. m. fr. la forme pop. sovin, fin xies. judéo-fr. « couché sur le dos » (Raschi, Gl., éd. A. Darmesteter et D. S. Blondheim, t. 1, p. 133, no970), ca 1170 (Chrétien de Troyes, Erec, éd. M. Roques, 4698) − xves. [date ms.] B. de Lonc Borc, Cyrurgie Albug., ms. de Salis, fo109d ds Gdf., déjà adverbialement ca 1140 (Pèlerinage de Charlemagne, éd. G. Favati, 389) et la forme empr. supin aux sens propre et fig. xvie-xviies. ds Hug. Fréq. abs. littér.: 14.

Wiktionnaire

Nom commun - français

supin \sy.pɛ̃\ masculin

  1. (Grammaire) Infinitif latin qui est aussi un nom verbal[2].
    • Le supin y [en latin] a toujours été employé comme un nom, parce que ce n’est en effet qu’une forme particuliere de l’infinitif. — (L’Encyclopédie, « Participe »)
    • Or, voilà justement ce qui distingue le supin des verbes : amare (aimer) exprime l’action ; amari (être aimé) exprime la passion ; amatum (aimé) exprime l’acte. — (L’Encyclopédie, « Supin »)
    • Le supin est une catégorie grammaticale intermédiaire entre le nom et le verbe, définie soit comme une « forme nominale » ou « d’origine nominale » du verbe, soit comme l’une des formes « infinitives » du verbe, au même titre que l’infinitif, le participe ou le transgressif. — (Wikipédia, « Supin »)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SUPIN. n. m.
T. de Grammaire latine. L'un des temps primitifs du verbe latin.

Littré (1872-1877)

SUPIN (su-pin) s. m.
  • Terme de grammaire latine. Partie de l'infinitif latin qui sert à former plusieurs temps, et qui n'est au fond qu'un nom verbal.

    Supin actif, forme nominative ou accusative.

    Supin passif, forme ablative.

HISTORIQUE

XIIIe s. Et supins et imperatifs, Bat. des sept arts.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

SUPIN, s. m. terme de Grammaire. Le mot latin supinus signifie proprement couché sur le dos ; c’est l’état d’une personne qui ne fait rien, qui ne se mêle de rien. Sur quel fondement a-t-on donné ce nom à certaines formes de verbes latins, comme amatum, monitum, rectum, auditum, &c ? Sans entrer dans une discussion inutile des différentes opinions des grammairiens anciens & modernes sur cette quesstion, je vais proposer la mienne, qui n’aura peut-être pas plus de solidité, mais qui me paroît du moins plus vraissemblable.

Les verbes appellés neutres par le commun des grammairiens, comme sum, existo, fio, sto, &c. Diomedes dit, au rapport de Vossius, (Anal. III. 2.) que le nom de supins leur fut donné par les anciens, quod nempè velut otiosa resupinaque dormiant, nec actionem, nec passionem significantia. Si les anciens ont adopté dans ce sens le terme de supin, comme pouvant devenir propre au langage grammatical ; c’est assurément dans le même sens qu’il a été donné à la partie des verbes qui l’a retenue jusqu’à présent, & c’est avec beaucoup de justice qu’il en est aujourd’hui la dénomination exclusive. Qu’il me soit permis, pour le prouver, de faire ici une petite observation métaphysique.

Quand une puissance agit, il faut distinguer l’action, l’acte & la passion. L’acte est l’effet qui résulte de l’opération de la puissance, (res acta), mais considéré en soi, & sans aucun rapport à la puissance qui l’a produit, ni au sujet sur qui est tombée l’opération ; c’est l’effet vû dans l’abstraction la plus complete. L’action, c’est l’opération même de la puissance ; c’est le mouvement physique ou moral, qu’elle se donne pour produire l’effet, mais sans aucun rapport au sujet sur qui peut tomber l’opération. La passion enfin, c’est l’impression produite par l’acte, dans le sujet sur qui est tombée l’opération. Ainsi, l’acte tient en quelque maniere le milieu, entre l’action & la passion ; il est l’effet immédiat de l’action, & la cause immédiate de la passion ; il n’est ni l’action, ni la passion. Qui dit action, suppose une puissance qui opere ; qui dit passion, suppose un sujet qui reçoit une impression ; mais qui dit acte, fait abstraction, & de la puissance active & du sujet passif.

Or, voilà justement ce qui distingue le supin des verbes : amare (aimer) exprime l’action ; amari (être aimé) exprime la passion ; amatum (aimé) exprime l’acte.

De-là vient, 1°. que le supin amatum peut être mis à la place du prétérit de l’infinitif, & qu’il a essentiellement le sens prétérit, dès qu’on le met à la place de l’action. Dictum est, l’acte de dire est, & par conséquent l’action de dire a été, parce que l’action est nécessairement antérieure à l’acte, comme la cause à l’effet ; ainsi dictum est a le même sens que dicere fuit ou dixisse est pourroient avoir, si l’usage les avoit autorisés.

De-là vient, 2°. que le prétérit du participe passif en françois, en italien, en espagnol & en allemand, ne differe du supin, qu’en ce que le participe est déclinable, & que le supin ne l’est pas : supin indéclinable ; loué, fr. lodato, ital. alabado, esp. gelobett, all. Prétérit du participe passif, déclinable ; loué, ée, fr. lodato, ta, ital. alabado, da, esp. gelober, te, tes, all. & il y a encore à remarquer que le supin & le participe, dans la langue allemande, ont tous deux la particule prépositive ge qui est le signe de l’antériorité, & qui ne se trouve que dans ces deux parties du verbe loben (louer) ; ce qui confirme grandement mes observations précédentes.

De-là vient, 3°. que le supin n’exprimant ni action, ni passion, a pu servir en latin à produire des formes actives & passives, comme il a plû à l’usage, parce que la diversité des terminaisons sert à marquer celle des idées accessoires qui sont ajoutées à l’idée fondamentale de l’acte énoncé par le supin : ainsi le futur du participe actif, amaturus, a, um, & le prétérit du participe passif, amatus, a, um, sont également dérivés du supin.

Je ne m’étendrai pas davantage ici sur la nature du supin, ni sur la réalité de son existence dans notre langue & dans celles qui ont des procédés pareils à la nôtre, voyez Participe, art. II. Mais j’ajouterai seulement quelques remarques, qui sont des suites nécessaires de la nature même de la chose.

1°. Le supin est veritablement verbe, & fait une partie essentielle de la conjugaison, puisqu’il conserve l’idée différencielle de la nature du verbe, celle de l’existence sous un attribut, qui est marquée dans le supin par le rapport d’antériorité qui le met dans la classe des prétérits. Voyez Verbe, Prétérit & Temps.

2°. Le supin est véritablement nom, puisqu’il peut être sujet d’un autre verbe, comme les noms ou complément objectif d’un verbe relatif, ou complément d’une préposition. Itum est, itum erat, itum erit ; le supin est ici le sujet du verbe substantif, & conséquemment au nominatif ; c’est la même chose dans cette phrase de Tite-Live, vij. 8. Diù non perlitatum tenuerat dictatorem, littéralement, n’avoir pas fait pendant long-tems de sacrifices agréables aux dieux avoit retenu le dictateur, car perlitare signifie faire des sacrifices agréables aux dieux, des sacrifices heureux & de bon augure ; c’est-à-dire ce qui avoit retenu le dictateur, c’est que depuis long-tems on n’avoit point fait de sacrifices favorables. Dans Varron, esse in arcadiâ scio spectatum suem ; le supin est complément objectif de scio, & littéralement scio spectatum veut dire, je sais avoir vu. Enfin, dans Salluste, nec ego vos ultum injurias hortor, le supin est complément de la préposition ad, sous-entendue ici, & communément exprimée après le verbe hortor.

3°. Le supin, à proprement parler, n’est ni de la voix active, ni de la voix passive, puisqu’il n’exprime ni l’action, ni la passion, mais l’acte : cependant comme il se construit plus souvent comme la voix active, que comme la voix passive, parce qu’on le rapporte plus fréquemment au sujet objectif, qu’à la puissance qui produit l’acte ; il convient plutôt de le mettre dans le paradigme de la conjugaison active. En effet, on le trouve souvent employé avec l’accusatif pour régime, & jamais la préposition à ou ab avec l’ablatif, ne lui sert de complément dans le sens passif ; car impetratum est à consuetudine (Cic.) se dit comme on diroit à l’actif impetravimus à consuetudine.

4°. Le supin doit être placé dans l’infinitif, puisqu’il est communément employé pour le prétérit de l’infinitif : dictum est, pour dixisse est, équivalent de dicere fuit, on a dit.

5°. Quelques grammairiens ont prétendu que le supin en u n’est pas un supin, mais l’ablatif d’un nom verbal dérivé de supin, lequel est de la quatrieme déclinaison : je crois qu’ils se sont trompés. Les noms verbaux de la quatrieme déclinaison, différent de ceux de la troisieme, en ce que ceux de la quatrieme expriment en effet l’acte, & ceux de la troisieme l’action ; ainsi visio, c’est l’action de voir, visus en est l’acte ; pactio, l’action de traiter ; pactus, l’acte même ou le traité ; actio & actus, d’où nous viennent action & acte. Or le supin ayant un nominatif & un accusatif, & surtout un accusatif qui est souvent régi par des prépositions, pourquoi n’auroit il pas un ablatif pour la même fin ? On répond que l’ablatif devroit être en o à cause du nominatif en um : mais il est vraissemblable que l’usage a proscrit l’ablatif en o, pour empêcher qu’on ne le confondît avec celui du participe passif, & que ce qui a donné la préférence à l’ablatif en u, c’est qu’il présente toujours l’idée fondamentale du supin ; l’idée simple de l’acte, soit qu’on le regarde comme appartenant au supin, soit qu’on le rapporte au nom verbal de la quatrieme déclinaison, quand il en existe ; car tous les verbes n’ont pas produit ce nom verbal, & cependant plusieurs dans ce cas-là même ne laissent pas d’avoir le supin en u ; ce qui confirme l’opinion que j’établis ici. (E. R. M. B.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « supin »

Provenç. supi ; espagn. et ital. supino ; du lat. supinum.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin supinum (« supin »), substantif neutre de l’adjectif supinus (« tourné vers le haut, penché »), adjectif qui donne l’ancien français sovin, « couché sur le dos »[1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « supin »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
supin sypɛ̃

Citations contenant le mot « supin »

  • Le doctorat (du latin doctorem, de doctum, supin de docere, enseigner) est généralement le grade universitaire le plus élevé. Pour cela le doctorant devra écrire une thèse. Une thèse est un mémoire résumant un travail de recherche universitaire, soutenu devant un jury. Nick Sousanis a décidé de livrer un ovni à mi-chemin entre la thèse donc et la BD. le résultat est inattendu. Si le titre est relativement simple (le déploiement) le sujet l’est nettement moins " les limites de notre système perceptif, ses conditionnements et nos moyens de nous en libérer pour déployer nos potentialités. " Pas mieux... L’aridité du dessin semblait rendre la tâche ardue. Lire ou ne pas lire ? Avoir Alire - aVoir-aLire.com, Le déploiement - La chronique BD
  • Le supin , J.-Ch. Courtil, R. Courtray, P. François, V. Gitton-Ripoll, A.-H. Klinger-Dollé, Apprendre le latin. Manuel de grammaire et de littérature. Grands débutants.

Vidéos relatives au mot « supin »

Traductions du mot « supin »

Langue Traduction
Anglais supine
Espagnol supino
Italien supino
Allemand auf dem rücken
Chinois 仰卧
Arabe مستلق
Portugais supino
Russe бездеятельный
Japonais 仰向け
Basque supine
Corse supinu
Source : Google Translate API

Supin

Retour au sommaire ➦

Partager