La langue française

Superpuissance

Sommaire

  • Définitions du mot superpuissance
  • Étymologie de « superpuissance »
  • Phonétique de « superpuissance »
  • Citations contenant le mot « superpuissance »
  • Images d'illustration du mot « superpuissance »
  • Vidéos relatives au mot « superpuissance »
  • Traductions du mot « superpuissance »
  • Synonymes de « superpuissance »

Définitions du mot « superpuissance »

Trésor de la Langue Française informatisé

superpuissance , super-puissance , subst. fém., lang. des médias. Synon. de supergrand (supra au sens 1).Le monde de 1976, caractérisé essentiellement par un double partage, vertical entre les deux superpuissances, horizontal entre les riches et les pauvres (Le Monde, 15 janv. 1976ds Gilb. 1980).

Wiktionnaire

Nom commun

superpuissance \sy.pɛʁ.pɥi.sɑ̃s\ féminin

  1. (Politique) État dominant à l’échelle mondiale.
    • Les premières nations ayant été élevées au rang de superpuissance furent les États-Unis et l’Union soviétique, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « superpuissance »

(XXe siècle) De super- et puissance.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « superpuissance »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
superpuissance sypɛrpµisɑ̃s

Citations contenant le mot « superpuissance »

  • De nombreux Allemands croient maintenant que les États-Unis ont fait leur temps en tant que principale superpuissance mondiale et que la Chine est prête à prendre sa place. Cette attente d'une sorte de relève de la garde a été révélée dans une enquête menée par les spécialistes des sondages britanniques YouGov. , Les Européens perdent confiance dans les États-Unis et voient de plus en plus la Chine comme la prochaine superpuissance
  • Le Parti communiste chinois s’est engagé dans une « campagne d’influence étrangère malveillante » pour faire en sorte que la Chine devienne la seule superpuissance « mondiale » « , a déclaré mardi le directeur du Bureau fédéral des enquêtes (FBI) américain, Christopher Wray. News 24, La Chine fait tout son possible pour être la «superpuissance unique», prévient le chef du FBI - News 24
  • Les bouleversements géopolitiques actuels sont si rapides et si déroutants qu'une grille de lecture éprouvée (l'affrontement entre bloc soviétique et bloc occidental) a quelque chose de rassurant. De 1947 à 1991, entre les deux superpuissances nucléaires américaine et soviétique, la guerre était impossible et la paix improbable, selon la célèbre expression d'Aron. Autrement dit, cette concurrence mondiale était implacable mais indirecte et militairement limitée. Les affrontements étaient circonscrits à des batailles périphériques (Corée, Vietnam, Angola, etc.). Devenues des notables des relations internationales, les deux puissances de la Guerre froide avaient un intérêt objectif à la perpétuation de ce duopole agressif. Slate.fr, «Guerre froide» entre la Chine et le États-Unis: les illusions d'une comparaison | Slate.fr
  • Un « Pearl Harbor politique ». Un « cyber 11-Septembre ». Les analogies et ressorts mémoriels ont déferlé, fin 2016, dans une Amérique stupéfaite par les actes d’ingérence dont ses élections présidentielles venaient de faire l’objet. Et pour cause : une fois encore, la superpuissance américaine s’était vue frappée en plein cœur, par un adversaire qui l’avait prise au dépourvu. Pourtant, la situation était cette fois bien différente : aucun mort, aucun navire coulé, aucun avion détourné et surtout, aucune déclaration de guerre. Bien au contraire, ce qui venait de se passer ne portait aucune signature ni revendication. Nombre d’Américains doutaient même qu’une ingérence étrangère se soit seulement produite. Les États-Unis entraient de plein fouet dans un univers que l’Ukraine ou l’Estonie ne connaissaient déjà que trop bien : la conflictualité dite « hybride ». , Le colosse américain face à l’hydre de la « guerre hybride » – Areion24.news
  • Les dirigeants chinois sont à première vue des défenseurs déclarés de la multipolarité et cette tendance est ancienne. Le parti communiste chinois s’en est toujours, avec plus ou moins de crédibilité, revendiqué. On se souvient notamment des initiatives de Zhou Enlai, au milieu des années 1950, en faveur du mouvement tiers-mondiste, qui traduisaient la volonté de Pékin de ne pas s’aligner sur Washington et Moscou. Plus récemment, reprenant l’idée du non-alignement, rejetant la bipolarité de la guerre froide et refusant de s’impliquer trop directement dans la rivalité Est-Ouest, Deng Xiaoping rappela à plusieurs reprises que, quoi qu’il arrive, la Chine ne prétendrait jamais au statut de superpuissance. Parallèlement à cette humilité déclarée, la Chine s’est de plus en plus affirmée comme une puissance de premier plan et revendique même aujourd’hui ouvertement sa place dans le concert des nations. Les préceptes de Deng restent donc d’actualité, mais leur interprétation a évolué au gré de la montée en puissance chinoise. , Quand la Chine se pense en grande puissance – Areion24.news
  • Émeutes, démolition de statues, hauts fonctionnaires défiant ouvertement le chef de la nation… À la fin des années 80, l'URSS était une superpuissance en déclin avec un leadership inepte, déchirée par l'escalade des contradictions internes et distancée très largement dans la compétition avec une autre superpuissance beaucoup plus performante. Pas étonnant que beaucoup de Russes se demandent maintenant si les États-Unis pourraient subir le même sort que l'URSS. Club de Mediapart, Les Etats-Unis vont-ils s'effondrer, et le cas échéant, qui pourra s'en réjouir ? | Le Club de Mediapart
  • L’incident mineur traduit ce fait général partout à l’œuvre aux marges des frontières chinoises aussi bien au Nord et à l’Est, qu’au Sud et à l’Ouest : la volonté, aussi bien révisionniste qu’irrédentiste, de « retrouver » le territoire de la dynastie mandchoue Qing tel qu’il l’était avant les Guerres de l’Opium et les « traités inégaux ». Notons que c’est la même logique qui prévalut aux déclenchements des deux guerres mondiales entre la France et l’Allemagne. Or, dans le cas chinois, tout ceci est trois fois paradoxal : d’une part, parce que la dynastie Qing était considérée comme non-chinoise par les révolutionnaires de 1911 (donc pourquoi vouloir en restaurer l’Empire?) ; d’autre part, parce que le parti communiste entendait mettre fin pour toujours au féodalisme dynastique ; enfin, parce qu’on oublie le discours du 10 avril 1974 de Deng Xiaoping dans lequel il affirmait, en conclusion, que la Chine ne serait jamais une superpuissance car elle ne serait jamais ni capitaliste ni impérialiste : « La Chine n’est pas une superpuissance et ne cherchera jamais à l’être. […] Une superpuissance est un pays impérialiste qui soumet partout d’autres pays à son agression, à son ingérence, à son contrôle, à sa subversion ou à son pillage et qui lutte pour l’hégémonie mondiale. Si le capitalisme est restauré dans un grand pays socialiste, il deviendra inévitablement une superpuissance. […] Si un jour la Chine devait changer de couleur et devenir une superpuissance, si elle aussi devait jouer le rôle du tyran dans le monde et soumettre partout les autres à son harcèlement, à son agression et à son exploitation, les peuples du monde devraient s’y opposer et travailler avec le peuple chinois pour le renverser. » Causeur, L'irrédentisme multifront de la République de Xi - Causeur

Images d'illustration du mot « superpuissance »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Vidéos relatives au mot « superpuissance »

Traductions du mot « superpuissance »

Langue Traduction
Anglais superpower
Espagnol superpotencia
Italien superpotenza
Allemand supermacht
Chinois 超级大国
Arabe قوة خارقة
Portugais superpotência
Russe супер сила
Japonais 超大国
Basque superpotentzia
Corse superpotenza
Source : Google Translate API

Synonymes de « superpuissance »

Source : synonymes de superpuissance sur lebonsynonyme.fr
Partager