Sertissure : définition de sertissure


Sertissure : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

SERTISSURE, subst. fém.

JOAILLERIE
A. − Partie du chaton d'une bague qui entoure la pierre et la maintient. (Dict. xixeet xxes.).
P. métaph. Cieux marins étaient les yeux de la dame et lacs que rehausse La sertissure des neiges (Moréas, Sylves, 1896, p. 12).
B. − Manière dont une pierre précieuse est sertie. Sertissure à griffe, à filet (Bouillet 1859).
C. − Synon. de sertissage (v. ce mot A 1).Me proposer tout simplement comme apprenti en sertissure ou pour « la fraise » des petits métaux? (Céline, Mort à crédit, 1936, p. 186).
P. métaph. Cette recherche de la petite bête abêtit les mieux doués, les détourne − occupés qu'ils sont de la sertissure à la loupe d'une phrase − de toutes les fortes, les grandes, les chaleureuses choses qui font vivre un livre (Goncourt, Journal, 1875, p. 1047).
Prononc. et Orth.: [sε ʀtisy:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1. 1328 « fixation d'un émail » (J.-M. Richard, Mahaut d'Artois, p. 251, n o2); 2. 1701 « manière dont une bague est sertie » (Trév.). Dér. de sertir*; suff. -ure1*.

Sertissure : définition du Wiktionnaire

Nom commun

sertissure féminin (pluriel à préciser)

  1. (Arts) Manière dont une pierre est sertie.
    • Sertissure à griffe, à filet, etc.
  2. Partie du chaton qui retient la pierre.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Sertissure : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SERTISSURE. n. f.
T. d'Arts. Manière dont une pierre est sertie. Sertissure à griffe, à filet, etc. Il désigne aussi la Partie du chaton qui retient la pierre.

Sertissure : définition du Littré (1872-1877)

SERTISSURE (sèr-ti-su-r') s. f.
  • Manière dont une pierre est sertie. Pour faire une bague à une pierre seule, on prend une sertissure d'or, qui est un fil d'or destiné à entourer la pierre, et on adapte cette sertissure à la pierre, Dict. de arts et m. Joaillier.

    Partie du chaton qui entoure la pierre et qui la retient. Ayant sous les yeux le poids total des médaillons ornés, et ne pouvant retrancher de ce poids celui des sertissures et des bélières, Mongez, Instit. Mém. Acad. inscr t. IX, p. 276.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Sertissure : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

SERTISSURE, s. f. terme de Lapidaire, maniere dont une pierre est sertie ou montée. On a été très long-tems à produire la sertissure d’une pierre dans le métal. On pouvoit fondre, forger un anneau, le réparer même à la lime, sans savoir cependant établir les pierres dans les métaux, rabattre des parties fines & déliées qu’il falloit détacher, & réserver sur la place, pour fixer & assurer solidement une pierre, en un mot, ce qu’on appelle la sertir. On évitoit tous ces détails, qui paroissent de peu de conséquence à nos artistes éclairés par l’habitude & la réflexion, & qui étoient très-difficiles alors, parce qu’on perçoit la pierre avec le même instrument qui servoit à la graver, & qu’on la passoit ensuite dans une ganse. Telle étoit la méthode des anciens, qui ne connoissoient, ou ne pratiquoient pas notre façon légere de sertir. (D. J.)

Sertissure a griffes, (Metteur-en-œuvre.) on peut distinguer deux sortes de sertissures à griffe, celle des ouvrages à griffe, où la pierre enchâssée repose sur une bâte à laquelle on a soudé des pointes qui se rabattent sur la pierre, & forment tout son lieu ; ces sortes d’ouvrages sont peu solides, le moindre effort peut rompre ces pointes ; & la pierre n’étant retenue que par elle, s’échape & se perd ; aussi ne monte-t-on de cette façon, que des pierres fausses & de peu de valeur. Les sertissures ordinaires sont celles auxquelles, outre la sertissure qui enveloppe la pierre de toutes parts, on a réservé sur l’épaisseur même de la sertissure de petites épaisseurs qui se terminent en pointe d’un côté, en courbe de l’autre, & servent à assurer de plus en plus la solidité du serti des pierres : cette façon de sertir est la plus usitée, s’emploie pour les pierres du plus grand prix & est la plus solide.

Sertissure a biseau creux, (Metteur-en-œuvre.) c’est la façon la plus ordinaire de sertir & monter en bagues ou cachets, les cornalines, jaspes, agathes, &c.

Pour former cette sertissure, on coupe avec l’onglette tranchante, sur le milieu du plat de la sertissure un filet ; on frappe avec le poinçon entre les deux épaisseurs séparées par ce filet pour rabattre l’épaisseur intérieure sur la pierre, & serrer la matiere contre la pierre, quand elle est suffisamment serrée, avec une onglette ronde ; & en la penchant du côté de la pierre, on enleve toutes les inégalités formées par le poinçon sur cette épaisseur qui forme la sertissure de la pierre, le biseau se découvre à la hauteur du feuillet, & l’on forme un creux tout-à l’entour, qui lui a fait donner le nom de biseau creux ; quelquefois on forme sur le dehors de l’épaisseur exterieure des ornemens contournés, qui lui ont fait donner le nom de biseau creux à contour.

Sertissure a feuilles, on appelle de ce nom les sertissures sur l’épaisseur extérieure desquelles, en place de griffes, on forme des feuillages, qui n’ont de forme décidée que le goût de l’artiste.

Sertissure a filet, (Metteur-en-œuvre.) c’est une sorte de sertissure que l’on emploie volontiers dans la monture des boucles à pierre, & quelquefois dans d’autres ouvrages ; on opere, pour former cette sertissure, comme dans celle à biseau creux ; elle consiste en ce qu’on réserve à l’entour de l’ouvrage un bord uni & élevé ; la sertissure de la pierre, comme dans la sertissure à biseau creux, est prise sur le plat de l’épaisseur, & rabattue en-dedans ; cette espece de sertissure a l’avantage, quand elle est bien faite, d’être plus solide, sur-tout pour les boucles, dont l’extérieur est souvent exposé à être heurté, en ce qu’elle garantit la sertissure qui se trouve à côté par le bord réservé, & la pierre elle-même, dont les vivarêtes se trouvent plus éloignées du bord, & à couvert par une espece de petit mur.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « sertissure »

Étymologie de sertissure - Littré

Sertir

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « sertissure »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
sertissure sɛrtisyr play_arrow

Citations contenant le mot « sertissure »

  • Tiffany Harmony et son anneau à sertissure perlée.  Forbes France, Mariage : Les Plus Belles Bagues Avec Tiffany & Co | Forbes France
  • Une opération fort délicate est celle qui consiste à reboucher un trou pour refaire la sertissure et replacer un rubis sans abîmer la dorure, et cela surtout lorsqu'il s'agit du trou du coq, vu qu'il est très difficile de faire tenir entre les deux trous des vis du coqueret un bouchon qui soit suffisamment solide. Pour éviter cette difficulté, voici comment je procède :Je sertis un rubis de petit diamètre dans une plaque de laiton d'épaisseur égale à celle de la planche du coq, lorsqu'il s'agit de ce pont. Cela fait, je tourne dans cette plaque sur le burin fixe, et centré par le trou serti, une sorte de chapeau dont la forme varie suivant qu'on veut le placer en dessous ou en dessus, puis je le détache avec un burin pointu en tournant lentement et en avant soin d'huiler pour qu'il ne s'échappe pas.Pour être certain du plantage, s'il s'agit d'un coq, il faut placer la platine sur le burin fixe, centrer par le trou du rubis du char et, avec un burin bien aiguisé, percer un trou dans lequel puisse entrer sans ébat par son plus petit diamètre le chapeau ou chaton ainsi formé. L'opération est plus facile si l'un tourne le logement du chaton en dessous du coq, parce qu'il est très aisé de tenir solidement ce dernier avec deux pinces seulement du burin fixe, si, avec un foret ou une fraise à main, un a eu soin de pratiquer dans l'une d'elles un petit logement pour la goutte du piton du spiral.Il ne reste alors qu'à tourner le logement de cette sorte de chaton et à le souder à l'étain.Par ce procédé, évidemment applicable à tous les ponts, on peut reboucher un trou de coq quelle que soit la distance des trous de vis du coqueret, sans laisser de trace à la dorure et quel que soit son mauvais état, car un chaton soudé à l'étain en renforce la solidité. Horlogerie Suisse, Procédés d'atelier et de rhabillage (1916) - Le web-magazine de l'horlogerie, articles horlogers - Horlogerie Suisse
  • Les solitaires de la collection Les Ardents cachent un cœur à la base de la sertissure. À partir de 1000 $. La Presse, C’est pas moi c’est ma sœur : cœurs de sœurs

Images d'illustration du mot « sertissure »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « sertissure »

Langue Traduction
Corse crimpà
Basque crimp
Japonais 圧着
Russe гофрировать
Portugais friso
Arabe تجعيد
Chinois 压接
Allemand crimpen
Italien arricciare
Espagnol rizar
Anglais crimp
Source : Google Translate API


mots du mois

Mots similaires